Policier tué à Avignon: une interpellation, le tireur et un complice recherchés

Gérald Darmanin, ministre français de l'Intérieur, donne une conférence de presse au commissariat d'Avignon après qu'un officier français a été tué lors d'une opération anti-drogue à Avignon / AFP
Gérald Darmanin, ministre français de l'Intérieur, donne une conférence de presse au commissariat d'Avignon après qu'un officier français a été tué lors d'une opération anti-drogue à Avignon / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 06 mai 2021

Policier tué à Avignon: une interpellation, le tireur et un complice recherchés

  • Deux hommes, le tireur et un complice présumé, qui ont pris la fuite dans les ruelles du centre historique d'Avignon dans la fusillade, sont activement recherchés par la police judiciaire
  • Ce meurtre d'un policier près d'un lieu de trafic de drogue intervient alors que l'exécutif a érigé la lutte contre les trafics en priorité

AVIGNON : Une femme soupçonné d'avoir été présent à Avignon, près du lieu de trafic de drogue où un policier de 36 ans a été tué, a été interpellée jeudi, mais le tireur et son complice sont toujours activement recherchés.

Placé en garde à vue au commissariat d'Avignon, la femme interpellée ferait partie du groupe de personnes qui étaient contrôlées par la police lorsque les coups de feu ont été tirés, a-t-on indiqué de source policière. 

Deux hommes, le tireur et un complice présumé, qui ont pris la fuite dans les ruelles du centre historique d'Avignon dans la fusillade, sont activement recherchés par la police judiciaire chargée de l'enquête sous l'autorité du parquet d'Avignon.

 

"Le meurtrier du brigadier Eric Masson n'a pas encore été interpellé, mais tous les moyens seront mis en oeuvre à cette fin", a assuré le procureur d'Avignon Philippe Guémas lors d'un point presse jeudi après-midi.

"Une personne est en garde à vue, la femme toxicomane que le brigadier venait de contrôler, et son audition est toujours en cours", a ajouté le représentant du parquet.

"Des images de vidéosurveillance de la ville d’Avignon ont été récupérées hier (mercredi) par les enquêteurs pour essayer d’identifier le suspect", a indiqué  la maire socialiste d'Avignon Cécile Helle.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui s'est immédiatement rendu sur place mercredi soir, devait à nouveau rencontrer les policiers de cette ville du Vaucluse dans la matinée.

Mercredi, vers 18H30, le policier décédé et son équipage avaient été envoyés "pour un attroupement sur la voie publique autour d’un point de deal", selon le ministre de l'Intérieur.

A leur arrivée sur un "lieu très sensible en matière de stup'" selon le délégué syndical Unité SGP-Police Grand Sud Bruno Bartocetti, l'équipage a contrôlé le groupe. Au cours de cette intervention, une des personnes présentes a fait feu "à plusieurs reprises" sur le fonctionnaire de police.

Les autres policiers ont riposté, sans pouvoir interpeller l'auteur des tirs qui a pris la fuite, "en trottinette", selon une source policière. La victime, un homme de 36 ans, pacsé et père de deux enfants, est décédé.

 

UNE "MARCHE" À PARIS LE 19 MAI

L'ensemble des syndicats de police ont appelé jeudi à une "marche citoyenne"  le 19 mai à Paris, après un hommage dimanche à Avignon à leur collègue tué dans cette ville sur un point de deal, et décidé de suspendre leur participation le 17 mai au "Beauvau de la sécurité".  

Dans une démarche quasi inédite, l'ensemble des  organisations syndicales, allant d'Alliance à Unité SGP Police, aux syndicats des commissaires et des officiers, à ceux des personnels administratifs en passant par ceux de la police scientifique et technique, ont décidé de ces actions communes lors d'une visioconférence jeudi après-midi, ont expliqué à l'AFP plusieurs participants. 

« choc et incompréhension »

La maire d'Avignon a exprimé auprès de l'AFP "le choc", "l'incompréhension" et la "profonde tristesse" de la ville ainsi que sa solidarité avec la "famille" de la victime et de "tous ses collègues".

"Je pense que dans les prochains jours il y aura une cérémonie", a indiqué l'élue insistant sur la nécessité  d'un "moment de recueillement" et de "communion" pour rappeler l'attachement de la population "à la République et à la sécurité et à ceux et celles qui (l') incarnent".

"La lutte contre les trafics de stupéfiants, partout sur le territoire national, s'apparente à une guerre. Cette guerre, nous la menons grâce à des soldats, (...) les policiers et les gendarmes de France. Aujourd'hui, un de ces soldats est mort en héros", avait déclaré mercredi soir le ministre de l'Intérieur au commissariat d'Avignon.

"Tout est mis en œuvre pour que cet acte odieux ne reste pas impuni", a promis mercredi le chef du gouvernement Jean Castex en annonçant la nouvelle sur Twitter. 

Ce meurtre d'un policier près d'un lieu de trafic de drogue intervient alors que l'exécutif a érigé la lutte contre les trafics en priorité et que l'insécurité s'annonce comme un thème majeur de la campagne électorale présidentielle. 

Dans la soirée, le président ex-LR des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, candidat à l'Elysée, a réclamé que le "criminel (soit) puni avec la plus grande sévérité" après avoir rendu hommage au "sacrifice suprême" d'un "héros du quotidien". La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a exprimé sa "colère" et exigé que l'Etat protège les policiers et leur famille. 

Ce drame qui intervient une dizaine de jours après l'assassinat d'une fonctionnaire de police tuée à coups de couteau dans une attaque "islamiste" selon le parquet national antiterroriste, dans le commissariat de Rambouillet, a également suscité de vives réactions des syndicats de policiers.

"Rien ne justifie une telle barbarie", s'est insurgé le syndicat Synergie Officiers, Alliance Police Nationale réclamant "de la prison ferme assorti de mandat de dépôt" pour "ceux qui agressent ou tuent des policiers".

Le Vaucluse, un des dix départements les plus pauvres de France, a connu une hausse du trafic de drogue ces dernières années. "Dans le département, depuis le 1er janvier, c'est 83 interpellations pour trafic de stups, c'est plus de 60 opérations contre les points de deal", a indiqué M. Darmanin.


Le procès du quadruple meurtre de la famille Troadec s'ouvre aux assises de Nantes

Un greffier passe devant la salle d'audience, lieu du procès de l'affaire dite "Troadec" au palais de justice de Nantes, dans l'ouest de la France, le 22 juin 2021 (AFP)
Un greffier passe devant la salle d'audience, lieu du procès de l'affaire dite "Troadec" au palais de justice de Nantes, dans l'ouest de la France, le 22 juin 2021 (AFP)
Short Url
  • «Il y a beaucoup d'appréhension pour ce procès qui est une épreuve» pour les parties civiles «puisque ça fait quatre ans qu'elles attendent»
  • Si la cour estimait que son discernement était altéré au moment des crimes, M. Caouissin, écroué depuis mars 2017, pourrait échapper à la réclusion à perpétuité

NANTES : Quatre ans et demi après le quadruple meurtre de la famille Troadec à coups de pied de biche, Hubert Caouissin comparaît depuis mardi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique, où ses avocats auront fort à faire pour lui éviter la réclusion à perpétuité.

"Caouissin, Hubert, (né le) 19/12/70 à Brest", s'est présenté le principal accusé, polo bleu marine et crâne largement dégarni, à la demande de la présidente de la cour. 

Après le tirage au sort des jurés, la première journée d'audience de ce procès de trois semaines doit être consacrée à la personnalité de la compagne de M. Caouissin, Lydie Troadec, 52 ans, une brune à la coupe au carré et au haut blanc, qui comparaît libre et encourt trois ans de prison et 45000 euros d'amende pour modification de scène de crimes et recel de cadavre.

"Il y a beaucoup d'appréhension pour ce procès qui est une épreuve" pour les parties civiles "puisque ça fait quatre ans qu'elles attendent", a déclaré avant l'ouverture du procès Me Olivier Pacheu, avocat des familles des victimes.

Ces dernières "ne croient pas à tout ce que dit" Hubert Caouissin, a-t-il ajouté. "Nous verrons ce que démontrent les débats."

Ce n'est que mercredi que la cour se penchera sur le profil de M. Caouissin, ancien ouvrier chaudronnier de l'arsenal de Brest, obsédé par son beau-frère Pascal Troadec, qu'il accusait d'avoir volé un trésor familial de lingots d'or.

Un homme à la personnalité "mystérieuse", selon Me Cécile de Oliveira, avocate des parties civiles. Un "monsieur tout le monde qui n’avait pas vocation à devenir (...) un meurtrier", rectifie son avocat Me Thierry Fillion.

La fin de la première semaine sera consacrée aux auditions des enquêteurs et des parties civiles. La cour entendra notamment Martine V., la première à contacter la gendarmerie le 23 février 2017, après plusieurs jours sans nouvelles de sa sœur et de son beau-frère, Brigitte et Pascal Troadec, 49 ans tous les deux. Leurs enfants Charlotte (18 ans) et Sébastien (20 ans) étaient eux aussi injoignables.

Au domicile familial, un pavillon d'Orvault, dans la banlieue nantaise, la police découvre des traces de sang et plusieurs membres de la famille orientent immédiatement les enquêteurs vers Hubert Caouissin et sa compagne.

«Délire chronique»

M. Caouissin, 50 ans, ne sera entendu sur les faits qu'au début de la deuxième semaine d'audience. Aux policiers, il avait raconté s'être rendu chez les Troadec dans la nuit du 16 au 17 février pour chercher "des informations" sur le différend qui les oppose. Se disant assailli par la famille dès son entrée dans le garage, il avait affirmé les avoir tués l'un après l'autre, à coups de pied de biche, pour se défendre.

Il avait aussi raconté avec force détails avoir travaillé "comme un forcené" pendant deux jours et demi, dans un hangar de sa ferme dans le Finistère, pour dépecer les corps au couteau de cuisine. Les muscles et viscères avaient été jetés dans les ronciers, dans l'espoir qu'ils soient mangés par des animaux sauvages. Les os, la peau et le gras étaient incinérés dans la chaudière et les crânes brûlés puis enfouis sur une plage pour que la marée les emporte.

"M. Caouissin a toujours accepté de répondre aux questions des enquêteurs (...) Il y a répondu de manière extrêmement précise, extrêmement détaillée, quelques fois en donnant des éléments qui n'étaient pas en sa faveur", admet Me Fillion.

Après cette séquence éprouvante, la défense espère trouver quelque secours dans le témoignage des experts psychiatres, entendus en fin de deuxième semaine. Deux collèges d'experts ont en effet décrit le "délire chronique" de "type paranoïaque" et à "thématique persécutive" dont souffrait l'accusé au moment des faits.

Le trésor de lingots d'or prétendument volé par Pascal Troadec, et censé être le mobile des crimes, n'a ainsi sans doute jamais existé, selon les juges d'instruction. "Une fable", "un argument qu'il a essayé d'utiliser au maximum", selon Me de Oliveira.

"A l’époque des faits, il n’est plus dans la réalité", objecte Me Fillion.

Si la cour estimait que son discernement était altéré au moment des crimes, M. Caouissin, écroué depuis mars 2017, pourrait échapper à la réclusion à perpétuité.

Le verdict est attendu le 8 ou le 9 juillet.


Nantes: près d'un millier de personnes marchent pour les 2 ans de la mort de Steve

La mère et les proches de Steve Maia Canico participent à un rassemblement pour marquer le deuxième anniversaire de la mort de Steve. (AFP)
La mère et les proches de Steve Maia Canico participent à un rassemblement pour marquer le deuxième anniversaire de la mort de Steve. (AFP)
Short Url
  • Les forces de l'ordre ont refusé de laisser passer les manifestants en avançant que la manifestation n'avait pas été déclarée à la préfecture. Seuls quelques membres de la famille ont pu se recueillir sur les lieux du drame
  • Plusieurs personnes, notamment des responsables policiers et la maire de Nantes, ont été convoquées par le juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen

NANTES : «Steve, tu nous manques»: près d'un millier de personnes ont défilé dans les rues de Nantes lundi soir en hommage à Steve Maia Caniço, tombé dans la Loire durant une intervention policière lors de la Fête de la musique 2019.

"On est là pour lui rendre hommage, dans un but pacifique et non pour une quelconque revendication politique. On veut pas qu'il tombe dans l'oubli et que justice soit rendue", expliquait à l'AFP en début de manifestation "Moune", 23 ans, une amie du jeune animateur périscolaire de 24 ans, mort il y a tout juste deux ans.

"On est toujours là", "On ne se taira pas" ou "Danser n'est plus une liberté", proclamaient quelques pancartes brandies par les manifestants dont beaucoup arboraient un tee-shirt blanc marqué d'un "Justice pour Steve".

"Pas de justice, pas de paix", "on n'oublie pas, on ne pardonne pas", a scandé la foule qui a défilé de la préfecture jusqu'à l'île de Nantes, sans pouvoir accéder au quai Wilson où Steve a été vu pour la dernière fois durant une fête techno interrompue par une intervention policière.

Les forces de l'ordre ont refusé de laisser passer les manifestants en avançant que la manifestation n'avait pas été déclarée à la préfecture. Seuls quelques membres de la famille ont pu se recueillir sur les lieux du drame.

Quelques personnes ont laissé des roses et une pancarte "État policier, État meurtrier" sur un autre quai, près de l’endroit où le corps de Steve avait été retrouvé.

"Steve est venu à nos soirées. Depuis deux ans, on a toujours la boule au ventre", a raconté Nicolas, teufeur de 22 ans, barbe noire et chapeau de paille. "On a l'impression que notre jeunesse part en fumée. On ne peut plus faire la fête", ajoutait-il en référence à la free party illégale dispersée par les forces de l'ordre le weekend dernier à Redon (Ille-et-Vilaine).

"Ce week-end a été compliqué pour tout le monde", a abondé Caro, une autre amie de Steve. "Votre présence, pour nous, elle est un soutien, elle donne du courage", a-t-elle lancé sous les applaudissements de la foule.

Un propriétaire de bar se bat avec un manifestant lors d'une deuxième manifestation pour marquer le deuxième anniversaire de la mort de Steve Maia Canico  décédé en 2019 (AFP)
Un propriétaire de bar se bat avec un manifestant lors d'une deuxième manifestation pour marquer le deuxième anniversaire de la mort de Steve Maia Canico  décédé en 2019 (AFP)

Le parquet a annoncé la semaine dernière que l'enquête avait établi que Steve Maia Caniço était tombé dans la Loire "dans le temps de l'intervention de la police" lors de la Fête de la musique 2019. Plusieurs personnes, notamment des responsables policiers et la maire de Nantes, ont été convoquées par le juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen.

Des affrontements ont éclaté lundi lors d'une deuxième manifestation organisée un peu plus tard, après 21H00, dans le quartier Bouffay, en marge de la Fête de la musique, à l'appel du collectif d'ultra gauche Nantes Révoltée. Des black blocs ont retiré des pavés dans le quartier Kervéguen et faisaient face aux forces de l'ordre qui ont fait usage de lacrymogène, tandis que de nombreux nantais étaient attablés à des terrasses de cafés, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

 


Assemblée: la majorité cherche à sécuriser le prix payé aux agriculteurs

Le ministre français de l'Agriculture Julien Denormandie s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris (AFP)
Le ministre français de l'Agriculture Julien Denormandie s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris (AFP)
Short Url
  • Du côté des agriculteurs, le syndicat majoritaire FNSEA accueille favorablement l'initiative, tout en appelant à renforcer ses dispositions
  • A l'inverse, industriels transformateurs et distributeurs affichent leurs réticences

PARIS : Comment assurer de meilleurs revenus aux agriculteurs? Moins de trois ans après la loi Alimentation, un nouveau texte porté par la majorité arrive à l'Assemblée jeudi afin de renforcer leur pouvoir dans les négociations avec les industriels et les supermarchés.

Objectif: compléter l'arsenal de la loi Alimentation ou "Egalim" votée en 2018, qui a notamment encadré les promotions et relevé le seuil de revente à perte afin d'enrayer la course aux prix bas en magasins, mais qui n'a pas tenu ses promesses en termes de rémunération pour les agriculteurs.

La proposition de loi du député Grégory Besson-Moreau (LREM, Aube), soutenue par le gouvernement, va être examinée en séance publique jeudi, après avoir été adoptée le 16 juin en commission des affaires économiques.

Elle prévoit de généraliser les contrats écrits entre l'agriculteur et l'entreprise qui va transformer ses produits, sur trois ans minimum, en tenant compte des coûts de production. Et de rendre "non négociable", entre l'industriel et le distributeur, la part du prix correspondant au coût des matières premières agricoles.

«Aveu d'échec»

Le but est de "protéger les trois acteurs", a plaidé M. Besson-Moreau auprès de l'AFP. "Les agriculteurs et leur rémunération, bien sûr, mais aussi les industriels" qui vont pouvoir répercuter le prix de la matière première agricole sur les acheteurs de la grande distribution. Quant à cette dernière, "elle sera certaine que le prix proposé par les industriels rémunère bien les agriculteurs".

"La juste rémunération des agriculteurs est l'enjeu le plus important de l'agriculture. Elle sous-tend toutes les questions agricoles: souveraineté alimentaire, renouvellement des générations, transition vers des modèles plus vertueux", a-t-il insisté devant la commission des affaires économiques.

Au nom du groupe Les Républicains (LR), le député Julien Dive a affirmé que le texte sonnait "l'aveu d'échec" d'Egalim: "Le constat est implacable. Depuis Egalim, la rémunération des agriculteurs n'a pas augmenté".

Pour Dominique Potier (groupe socialiste), le nouveau texte est encore "loin du compte", en raison d'un "rapport de force économique qui est totalement déséquilibré".

Du côté des agriculteurs, le syndicat majoritaire FNSEA accueille favorablement l'initiative, tout en appelant à renforcer ses dispositions.

«Soutien total»

A l'inverse, industriels transformateurs et distributeurs affichent leurs réticences.

Les grandes organisations défendant les intérêts des premiers (Ania, Coopération Agricole, FEEF et Ilec) "saluent l'ambition de mettre fin à cette guerre des prix" mais redoutent que leurs professions soient prises en étau entre les distributeurs et les producteurs. Elles veulent que leurs propres coûts soient aussi "sanctuarisés".

De son côté, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) plaidait en mai que "la grande distribution alimentaire est loin d'être le premier débouché des exploitants agricoles" et que "la part de la +négociation annuelle+ avec la grande distribution est marginale dans les revenus des exploitants agricoles".

Moins ouvertement, des acteurs mettent aussi en garde contre le risque de voir des entreprises s'approvisionner davantage à l'étranger si les prix des matières premières agricoles françaises sont déconnectés du marché.

La Fédération française des spiritueux (FFS) a enfin déclaré à l'AFP soutenir "l'objectif" de la loi visant "à préserver le revenu du producteur agricole".

Elle précise toutefois que, "compte tenu du procédé de vieillissement très long" pour elle, il n'y a "pas de réelle corrélation entre le prix de nos matières premières agricoles" à l'achat, et le prix de revente aux consommateurs.

A ses yeux, l'interdépendance entre les deux, prévue par le projet de loi, "pourrait en définitive se révéler nuisible pour tous les opérateurs de la filière".