Sumaya Rida, l'actrice saoudienne qui incarne l’ère du changement dans le Royaume

Étoile montante du cinéma saoudien moderne, Sumaya Rida est connue pour ses rôles télévisés dans «Another Planet et Boxing Girls» et ses apparitions sur grand écran dans «Junoon» et «Roll’em». (Photo fournie)
Étoile montante du cinéma saoudien moderne, Sumaya Rida est connue pour ses rôles télévisés dans «Another Planet et Boxing Girls» et ses apparitions sur grand écran dans «Junoon» et «Roll’em». (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 07 mai 2021

Sumaya Rida, l'actrice saoudienne qui incarne l’ère du changement dans le Royaume

  • «Le timing était très bon parce que ma carrière a commencé avec le lancement de la Vision 2030, et il a suffit de se laisser porter», confie Rida
  • Pour Rida, l’aspect le plus important du projet est cette chance de jouer une femme musulmane forte et indépendante

DUBAÏ: Le cinéma a fait son retour en Arabie saoudite depuis à peine trois ans que. Depuis la fin de l'interdiction des salles obscures - qui a duré trente-cinq ans - des cinémas ont vu le jour partout dans le Royaume. Cela a eu pour effet de réveiller l'industrie cinématographique locale et d'inspirer toute une nouvelle génération d’acteurs saoudiens.

Étoile montante du cinéma saoudien moderne, Sumaya Rida est connue pour ses rôles télévisés dans Another Planet et Boxing Girls ainsi que pour ses apparitions sur grand écran dans Junoon et Roll'em. Ces films sont parmi les premiers à être présentés en avant-première dans le Royaume juste après la levée de l’interdiction.

Depuis sa plus tendre enfance, lorsqu'elle a commencé à jouer dans des pièces de théâtre à l'école, Rida a toujours su qu'elle voulait devenir actrice. «J'avais aussi l'habitude de faire des courts métrages avec mes petits frères et sœurs avec la caméra Sony de mon père», confie la jeune femme de 32 ans à Arab News.

«J'ai joué dans des films et réalisé des courts métrages à l'âge de 12 ans. J'ai adoré la façon dont toute la famille se réunissait pour regarder mon œuvre. Ça valait tout l’or du monde pour moi à cette époque, et cela a façonné ma passion».

 

L'actrice d'origine saoudienne Sumaya Rida a déménagé au Royaume-Uni à l'adolescence pour fréquenter l’académie du roi Fahd, une école indépendante d'élite du quartier londonien d'Ealing. (Photo fournie)
L'actrice d'origine saoudienne Sumaya Rida a déménagé au Royaume-Uni à l'adolescence pour intégrer l’académie du roi Fahd, une école privée et huppée du quartier londonien d'Ealing. (Photo fournie)

 

Adolescente, l'actrice d'origine saoudienne Sumaya Rida a déménagé au Royaume-Uni pour intégrer l’académie du roi Fahd, une école privée et huppée du quartier londonien d'Ealing. Elle a obtenu une maîtrise en gestion de marketing international à l'Université de Surrey, et a continué de jouer, apparaissant notamment dans plusieurs spots publicitaires.

Ses études terminées, elle passe cinq ans à travailler dans le monde des affaires, mais ce profond désir de jouer sur scène et à l'écran ne l'a jamais quitté. Il a fallu le hasard d'une rencontre pour la mettre sur la bonne voie.

«Après avoir tant travaillé dans l’impitoyable monde des affaires, je suis tombé un jour sur Ali al-Sumayin, un réalisateur et cinématographe saoudien de premier plan, qui m'a emmenée vers le théâtre», raconte Rida.

Lors d'une visite chez Al-Sumayin en 2017, dans son bureau de Djeddah, Rida participe à un cours de théâtre. La montée d'adrénaline familière de la performance devant un public revient aussitôt.

«Je ne peux pas décrire ce sentiment. J'étais prise par l’excitation et la nostalgie, alors je lui ai confié que je voudrais participer à un spectacle», explique-t-elle. 

Rida passe bientôt une audition et décroche son premier rôle. Pour se préparer, elle s'inscrit à un cours de théâtre intensif de quatre mois, ainsi qu’à un coaching individuel avec des instructeurs turcs de renom, car les cours de théâtre avancés n'étaient pas encore disponibles en Arabie saoudite à l'époque.

«Dans le Royaume, nous n’avions pas d’institutions d'art dramatique ou de représentation, alors je devais le faire rapidement», a signalé Rida.

«Chaque acteur devrait avoir des mentors, car ils vous dirigent toujours et vous montrent des perspectives différentes».

 

Dès sa plus tendre enfance, lorsqu'elle a commencé à jouer dans des pièces de théâtre à l'école, Rida a toujours su que devenir actrice est sa véritable vocation. (Photo fournie)
Dès sa plus tendre enfance, lorsqu'elle a commencé à jouer dans des pièces de théâtre à l'école, Rida a toujours su que devenir actrice était sa véritable vocation. (Photo fournie)

 

Aujourd'hui, Rida se produit en anglais et en arabe. Pour un spectacle, elle a dû maîtriser l'accent bédouin. «C'était un peu difficile au début, mais c'était amusant», a-t-elle affirmé.

Son dernier projet, le film Rupture, est un thriller psychologique saoudien réalisé par Hamzah Kamal Jamjoom, produit par Ayman Kamal Khoja et financé par MBC Studios.

Jouant le rôle principal, Rida décrit le voyage d'une femme saoudienne qui lutte pour sauver son mariage, et finalement sa vie, d'un méchant à l'esprit retors.

«J'ai joué avec Billy Zane de Titanic qui est à la fois une personne merveilleuse et un acteur très talentueux», a-t-elle indiqué.

«Le film a intelligemment intégré quelques thèmes puissants dans son récit passionnant. L'un d'entre eux concerne la défense de ses valeurs culturelles personnelles même lors d'un déménagement dans un autre pays».

«Un autre porte sur l'importance de la vie privée et les dangers d'un partage excessif sur les réseaux sociaux, et le troisième aborde le concept de trouver un équilibre entre la codépendance et la liberté individuelle dans un mariage.»

Pour Rida, l’aspect le plus important du projet est cette chance de jouer une femme musulmane forte et indépendante, qui se défend elle-même, ainsi que sa famille et ses croyances.

«En toute sincérité, c’est un honneur et une opportunité rare de travailler avec des cinéastes et des producteurs saoudiens aussi talentueux sur ce projet», explique-t-elle.

«J’ai beaucoup apprécié la direction d’Hamzah. Son énergie positive et sa passion étaient vraiment contagieuses. Nous espérons finir le tournage après le ramadan. J'ai hâte de partager ce film avec mes spectateurs. Je suis émuei parce que c’est l’un des rares longs métrages saoudiens à reconnaître les luttes des femmes saoudiennes.»

Les règles sociales strictes et la ségrégation sexuelle d'une époque beaucoup plus conservatrice signifient que les actrices saoudiennes étaient rares durant l'enfance de Rida. Le soutien de sa famille s’avère crucial, tout comme l'ouverture de la société saoudienne.

«Le timing était très bon, parce que j'ai commencé avec le début de la Vision 2030, et Il suffit d'y aller avec», confie Rida.

Dans le cadre de la Vision 2030 qui a pour objectif la diversification de l’économie saoudienne hors pétrole, le Royaume a mis davantage l’accent sur les arts, les opportunités pour les jeunes et l’autonomisation sociale et économique des femmes.

 

L'Arabie saoudite a mis davantage l'accent sur les arts et les opportunités dédiées aux jeunes, et a levé une interdiction de 35 ans sur les cinémas il y a trois ans. (Photo, AFP/Archives)
L'Arabie saoudite a mis davantage l'accent sur les arts et les opportunités dédiées aux jeunes, et a levé,  il y a trois ans, une interdiction vieille de trente-cinq ans sur les cinémas. (Photo, AFP/Archives)

 

Ainsi, les femmes saoudiennes trouvent leur voix et découvrent leurs forces, un parcours que Rida estime nécessaire pour devenir une actrice professionnelle.

«Cela m'a aidé à me comprendre. Je voulais raconter des histoires. Nous avons beaucoup d'histoires ici en Arabie saoudite, et je voulais ressentir, pouvoir émouvoir, risquer et partager, et être courageuse et vulnérable en tant qu'artiste. C'est cathartique. Le véritable accomplissement réside également dans le dépassement de toutes les limitations qui ont été imposées à l'humanité. J'ai découvert que jouer est une activité très divertissante. C'est très enrichissant, épanouissant et cela nourrit l'âme ainsi que l’être intérieur».

En tant qu'artiste, Rida est sans cesse dans un voyage de découverte de soi et de renforcement de sa confiance devant la caméra. Elle souhaite essayer de nouveaux personnages qui vont l'aider à se développer «naturellement et avec sincérité, parce qu’être acteur est un processus continuel où nous apprenons et évoluons constamment».

Quant à son pays, Rida se dit ravie de voir autant de changements  et de faire partie d'une nouvelle vague de jeunes acteurs et cinéastes remaniant l'industrie cinématographique saoudienne. «Cela me rend très heureuse et optimiste», dit-elle.

 

Alors que les investissements dans le développement des talents dans le Royaume se développent dans le cadre de la Vision 2030, Sumaya Rida estime que l'avenir du cinéma saoudien est prometteur. (Photo, AFP/Archives)
Alors que les investissements dans le développement des talents dans le Royaume se poursuivent dans le cadre de la Vision 2030, Sumaya Rida estime que l'avenir du cinéma saoudien est prometteur. (Photo, AFP/Archives)

 

Mais elle reconnaît aussi qu'il reste encore un long chemin à parcourir. «Je vois des acteurs très passionnés de temps en temps, mais je pense vraiment que nous devons travailler sur nous-mêmes plus que nous ne le pensons. Obtenir un diplôme en théâtre ou en art dramatique n’est pas suffisant, c’est un processus continu.»

Rida espère également voir plus de jeunes Saoudiens partager leurs histoires avec le monde. «Nous devons non seulement investir dans les acteurs, mais aussi investir encore dans les écrivains, les producteurs et les réalisateurs, car ce n’est pas le travail d’une seule personne», rappelle-t-elle.

«Le jeu n'est pas seulement l'acteur que vous voyez. Derrière l’écran se cache un travail considérable.»

Sans investissement, formation et opportunités, ce potentiel ne peut être perfectionné. Le facteur brut, néanmoins, est le talent, qui se trouve en abondance dans la nouvelle Arabie saoudite.

«C'est illimité, c'est infini… et la trajectoire continue», affirme Rida.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Paris, succès d'une première vente aux enchères consacrée à Sempé

L'illustrateur français Jean-Jacques Sempé pose le 26 octobre 2015 à son domicile à Paris. (Photo, AFP)
L'illustrateur français Jean-Jacques Sempé pose le 26 octobre 2015 à son domicile à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • Sempé a été l’un des artistes les plus sollicités par le New Yorker avec une centaine de couvertures dessinées de sa main
  • Le grand maître français de l'humour et de la poésie va avoir 90 ans. Cette vente-hommage englobait toute sa carrière depuis les années 1960

PARIS : La première vente entièrement dédiée au dessinateur français Jean-Jacques Sempé, qui présentait un éventail varié de scènes de la vie newyorkaise et parisienne, a été un succès avec un total de 1,1 million d'euros (frais inclus), a annoncé lundi la maison de ventes Artcurial.

photo
Une oeuvre réalisée par le caricaturiste français Jean-Jacques Sempé, dit Sempé, lors d'une projection nocturne sur le Mur des Réformateurs à Genève, le 24 mars 2021. (Photo, AFP)

Lors de ces enchères organisées ce week-end, le record a été battu avec le dessin "4th of July", réalisé dans les années 1980 pour la prestigieuse revue américaine The New Yorker, adjugé 66979 euros frais inclus, le double de son estimation.

photo
Le grand maître français de l'humour et de la poésie va avoir 90 ans. (Photo, AFP)

54 oeuvres originales du dessinateur étaient proposées par la première maison de ventes française.

Il s'agissait de couvertures de magazines et de dessins réalisés à l'encre de Chine ou à l'aquarelle. 

Le grand maître français de l'humour et de la poésie va avoir 90 ans. Cette vente-hommage englobait toute sa carrière depuis les années 1960, avec des dessins pour Paris Match ou Le Figaro, ou encore pour The New Yorker ou Punch.

photo
Le caricaturiste Sempé, pose lors d'une séance photo à Rueil-Malmaison, le 6 novembre 2019. (Photo, AFP)

Sempé a été l’un des artistes les plus sollicités par le New Yorker avec une centaine de couvertures dessinées de sa main.

Un autobus sur un pont traversant la Seine de nuit, des musiciens, des cyclistes, un cracheur de feu, des scènes à Central Park ou au Jardin du Luxembourg... Dans chacune de ses oeuvres, on retrouve ses thèmes de prédilection: la petitesse de l'homme dans la nature, sa solitude dans la ville, ses disputes, ses ridicules et ses ambitions démesurées, les limites de l'esprit d'équipe.

photo
Sempé a été l’un des artistes les plus sollicités par le New Yorker avec une centaine de couvertures dessinées de sa main.(Photo, AFP)

"Cette vente historique confirme par ses records que Sempé est un artiste hors norme et intemporel", a souligné Eric Leroy, expert pour la BD d'Artcurial.


Journée mondiale des réfugiés: le courage en ligne de mire

Une artiste réfugiée de Syrie a conçu une œuvre d'art unique qui illustre parfaitement le courage et l'esprit de ces gens qui fuient la guerre et la pauvreté. (@RESCUE_UK/Diala Brisly)
Une artiste réfugiée de Syrie a conçu une œuvre d'art unique qui illustre parfaitement le courage et l'esprit de ces gens qui fuient la guerre et la pauvreté. (@RESCUE_UK/Diala Brisly)
Short Url
  • «La solidarité entre les réfugiés est une chose très importante»
  • «Le courage, c'est de connaître la peur, toutes ces inquiétudes, tous ces traumatismes, et de continuer malgré tout à trouver l'énergie nécessaire pour persévérer»

LONDRES: Une artiste réfugiée de Syrie a conçu une œuvre d'art singulière qui illustre parfaitement le courage et l'esprit de ces gens qui fuient la guerre et la pauvreté.

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés 2021, célébrée dimanche dernier, Diala Brisly a créé une peinture murale dont le thème est «le courage qu'il faut pour fuir son pays».

Cette œuvre, commandée par l'International Rescue Committee, représente plusieurs personnes avec, à l’arrière-plan, une ville bombardée.

Mme Brisly vit aujourd’hui en toute sécurité en France. Elle explique que son œuvre représente «l'énergie qu'il faut pour continuer à vivre au-delà de la peur, des traumatismes et des bouleversements». Elle précise que le message véhiculé par son œuvre – «Les réfugiés ont du courage» – vise à exprimer la substance même du déracinement forcé.

«Je suis très attachée à cette formule qui montre la force qui est la nôtre en dépit de tous les problèmes que nous rencontrons», confie-t-elle.

L'œuvre d'art représente des personnes issues de différentes ethnies, des enfants, un homme qui porte un gilet de sauvetage – objet indispensable aux réfugiés, notamment à ceux d’entre eux qui traversent la Méditerranée.

«La solidarité entre les réfugiés est une chose très importante. Je crois en la solidarité entre tous les peuples. Lorsque la lutte nous unit et que nous comprenons la douleur de l'autre, nous pouvons nous entraider, parce que nous vivons les mêmes choses», affirme Mme Brisly.

«Les médias mettent l’accent sur les réfugiés lorsqu'ils sont au milieu de la mer. Il est pourtant essentiel de comprendre que la crise n'a pas commencé en Méditerranée, mais bien avant», explique-t-elle. 

«Le courage, pour moi, c'est de connaître la peur, toutes ces inquiétudes, tous ces traumatismes, et de continuer malgré tout à trouver l'énergie nécessaire pour persévérer», poursuit-elle.

Au cours de la révolution contre le régime de Bachar al-Assad, les journalistes ont enrichi leurs reportages d’œuvres de Brisly.

Cependant, l’artiste explique que cette exposition l'a mise en danger: elle a dû fuir la Syrie pour gagner la France, en passant par la Turquie.

Elle met désormais son talent au service d'œuvres émouvantes qui défendent les causes auxquelles elle croit. Par ailleurs, elle anime des ateliers d'art-thérapie destinés aux enfants touchés par la guerre.

Selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés, près de 82,4 millions de personnes ont été arrachées à leur pays en 2020 pour fuir la guerre, la violence, les persécutions et les violations des droits de l'homme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Giorgio Armani, entre retour aux sources et légèreté

Des mannequins présentent des créations pour la collection de mode Homme Printemps-Été 2022 de Giorgio Armani le 21 juin 2022 lors de la Fashion Week de Milan. (Photo, AFP)
Des mannequins présentent des créations pour la collection de mode Homme Printemps-Été 2022 de Giorgio Armani le 21 juin 2022 lors de la Fashion Week de Milan. (Photo, AFP)
Short Url
  • La maison de luxe italienne avait été la première à annoncer le retour du public fin mai, après avoir été la première à y renoncer en février 2020,
  • Cette collection printemps-été 2022 intitulée «Retour où tout a commencé», donc via Borgonuovo 21, et présentée lors de deux défilés successifs, revendique le classicisme de la griffe

MILAN: Le maître de la mode italienne Giorgio Armani, 86 ans, a signé lundi son retour aux sources, avec une collection masculine très attendue, mêlant liberté de mouvement et extrême élégance, point culminant de la Fashion week de Milan.

Aux antipodes de la mode-spectacle que le styliste a toujours refusée, les mannequins ont défilé dans un cadre verdoyant et intimiste, au sein de son siège historique de la via Borgonuovo, tout près du quartier de la mode.

photo
(Photo, AFP)

Souriant, teint toujours hâlé, cheveux blancs et yeux bleus, le vétéran de la mode italienne, au bras de son collaborateur de longue date Leonardo dell'Orco, a été vivement applaudi à l'issue du défilé.

La maison de luxe italienne avait été la première à annoncer le retour du public fin mai, après avoir été la première à y renoncer en février 2020, au début de la pandémie qui a frappé de plein fouet le pays.

Cette collection printemps-été 2022 intitulée "Retour où tout a commencé", donc via Borgonuovo 21, et présentée lors de deux défilés successifs, revendique le classicisme de la griffe, tout en le revisitant en lui injectant une touche de légèreté.

"Ma nouvelle collection reflète mon état d'esprit après la pandémie: elle est très classique dans un sens, mais aussi informelle et décontractée", a commenté Giorgio Armani devant quelques journalistes à l'issue du défilé. "Et bien sûr, je voulais que la collection porte ma marque de fabrique, une certaine élégance sans effort".

photo
(Photo, AFP)

Costume revisité

Le traditionnel costume est dépoussiéré, parfois raffiné parfois nonchalant, avec des ensembles gilet-veste portés sur des bermudas ou pantalons à pinces amples, assortis de chemises col Mao ou de hauts à motifs géométriques.

La veste déconstruite et non doublée, l'emblème de la marque depuis sa fondation en 1975, a été également à l'honneur, style dandy ou sportif.

La silhouette de l'homme Armani est souple et sophistiquée, les coupes sont épurées et les matières fluides, comme en apesanteur.

La collection du maestro fait la part belle au coton, au lin, à la soie ou encore au satin. La palette des teintes va du bleu, omniprésent, au beige sableux en passant par le blanc cassé sans négliger le noir, couleur fétiche de Giorgio Armani.

Des touches de rouge et de vert rappellent les couleurs présentes dans la nature, une tendance récurrente pendant la Semaine de la mode milanaise.

Armani a été le dernier des trois poids lourds à organiser des défilés physiques à Milan, après le festival de lumière offert samedi par Dolce & Gabbana au Metropol, ancien cinéma devenu quartier général de la marque, et le show d'Etro, qui a transformé dimanche des voies ferrées désaffectées en passerelle.

La grande majorité des griffes présentes à Milan ont fait le choix de diffuser sur leurs propres canaux de communication ou les réseaux sociaux des présentations enregistrées ou des courts-métrages.

S'immerger dans la nature

photo
(Photo, AFP)

La maison Prada a ainsi opté dimanche pour un défilé virtuel qui voit les mannequins errer dans un tunnel oppressant avant de débarquer sur une plage ensoleillée de Sardaigne, symbole de la liberté retrouvée après des sombres périodes de confinement.

"S'immerger dans la nature, aller à la plage, est synonyme de liberté. C'est utopique. C'est vraiment un besoin primaire, mais c'est aussi un besoin intellectuel", commente la styliste Miuccia Prada.

Avec son co-directeur créatif Raf Simons, la styliste remet au goût du jour le port du short ultra-court, décliné à l'infini, uni, à rayures ou à imprimés, ample ou près du corps, parfois retroussé, comme base pour une accumulation de strates successives.

A combiner à volonté, avec des blazers à coupe sartoriale, des débardeurs colorés, des vestes en cuir de veau ou encore des imperméables classiques en ciré.

photo
(Photo, AFP)

L'accessoire indispensable, le bob avec mini-pochette intégrée, donne des touches de vert pistache, jaune moutarde ou bleu azur à une collection où dominent le noir et le blanc.

Les vêtements sont simples, les matières souples comme le mohair léger, la batiste et la popeline.

Pour Raf Simons, cette collection printemps-été 2022 est "très pure", "pratique", mais "toujours élégante".

La présentation des collections à Milan se termine mardi à midi avant que ce petit monde ne se déplace à Paris, pour la mode masculine puis les défilés de haute couture.