Feuille de route d'experts pour l’avenir de l’Otan dans la région Mena

Siège de l'Otan à Bruxelles. (Shutterstock)
Siège de l'Otan à Bruxelles. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Mardi 11 mai 2021

Feuille de route d'experts pour l’avenir de l’Otan dans la région Mena

  • « L’Otan ne peut ignorer la région Mena, bien qu’elle ne fasse pas partie de sa zone de compétence au sens strict terme »
  • L’organisation a désormais noué des liens dans la région sous l'égide du Dialogue méditerranéen et de l'Initiative de coopération d'Istanbul

DUBAÏ : Au cours des trente ans qui ont suivi l'effondrement de l'Union soviétique, et qui marque le début de l’ère post-guerre froide, beaucoup de discussions ont évoqué le rôle que l'Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) devrait jouer dans le monde: comment allait-elle s'adapter aux défis nouveaux et en constante évolution des régions situées au-delà de ses compétences géographiques traditionnelles, en particulier le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (Mena)?

L’article 6 du traité de l'Atlantique nord de 1949, le document fondateur de l'organisation, définit sa zone de compétence comme «la région de l'Atlantique nord au nord du tropique du Cancer». Toutefois, un récent rapport publié par le département de recherches et d’études d’Arab News met en avant les raisons pour lesquelles la région Mena est importante pour l'Otan, montre quels sont leurs intérêts communs, et évoque par quels moyens l'organisation pourrait s’impliquer de manière plus efficace dans cette partie du monde.

«L’Otan ne peut ignorer la région Mena, bien qu’elle ne fasse pas partie de sa zone de compétence au sens strict terme», écrit l’auteur du rapport, Luke Coffey, qui est directeur du Centre Douglas et Sarah Allison pour la politique étrangère à la Heritage Foundation [think thank américain situé à Washington, NDLR]. «L’histoire ancienne comme récente montre que ce qui s'y passe peut rapidement se propager en Europe», précise-t-il dans l’introduction du document.

Coffey identifie plusieurs sources d'instabilité dans cette région qui s'étend de l'océan Atlantique oriental à l'Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Parmi elles figurent les pressions démographiques, la hausse du prix des produits de base, les conflits interétatiques et intra-étatiques et les politiques tribales.

«Une décennie après le début de ce que l’on a appelé le “Printemps arabe”, de nombreux défis géopolitiques demeurent dans la région, de la montée du terrorisme transnational à la menace nucléaire en passant par le terrorisme d'État en Iran. De nombreux membres de l'Otan ont donc décidé, à juste titre, de mettre l’accent sur la collaboration avec les partenaires régionaux de la périphérie sud de l'organisation.»

La compétition pour obtenir de l'eau et d'autres ressources naturelles, les tensions religieuses, les aspirations révolutionnaires, le terrorisme, la prolifération nucléaire ainsi que les guerres par procuration qui impliquent des acteurs régionaux et mondiaux constituent également une source de préoccupation au siège de l'Otan.

De plus, la région possède les voies de navigation, les ressources énergétiques et les centres commerciaux les plus importants du monde, et il a été démontré que des catastrophes ou des conflits même mineurs en apparence peuvent entraîner des répercussions considérables sur le commerce mondial, les prix du pétrole et les marchés éloignés.

«L'Otan a traversé de nombreux débats de ce genre afin d’identifier son objectif», rappelle M. Coffey lors du webinaire qui lançait son rapport, organisé lundi dernier par la salle de presse du département de recherches et d’études à Arab News.

«Il a été question, entre autres, du fait que l’Otan se consacre à la lutte contre le terrorisme, de la Chine, de la Russie – qui reste la plus grande menace. Personnellement, je me définis plutôt comme un traditionaliste sur ce sujet», confie-t-il. «J’estime en effet que l'Otan a été créée et conçue pour, le cas échéant, vaincre la Russie et la dissuader de commettre une agression. Cependant, je conçois que l’organisation doive également faire face à d’autres défis.»

Pourtant, comme le souligne Coffey, le concept stratégique 2010 de l’Otan, qui sert de guide pour faire face aux futurs défis, ne mentionne pratiquement pas la région Mena et ces enjeux communs.

Coffey juge le document épouvantablement caduc compte tenu des événements sismiques de la dernière décennie. Il cite par exemple la montée en puissance de la Chine, l’affirmation accrue de la Russie, le Printemps arabe, la lutte contre Daech, la guerre en cours en Syrie, la crise des migrants en Europe, et, plus récemment, la pandémie de coronavirus.

Alors que l'Otan est sur le point d’établir un nouveau concept stratégique, Coffey soutient l’organisation devrait s'appuyer sur les partenariats qui existent avec les États de la région Mena et se mettre en quête de nouveaux moyens de coopération.

Si l’Otan décidait de suivre les conseils de Coffey, elle n’aurait aucun mal à trouver un public réceptif. Selon lui, les gouvernements de la région Mena partagent un grand nombre des préoccupations sécuritaires des États membres de l’organisation; certains d'entre eux manifestent leur volonté de collaborer et ont même fourni des troupes aux missions dirigées par l'Otan au Kosovo, en Afghanistan et en Libye.

Coffey évoque également les formations de l’Otan en Irak, l’opération Ocean Shield dirigée par l’organisation pour lutter contre la piraterie au large de la Corne de l’Afrique, et la zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, dans le cadre de son opération Unified Protector, en 2011.

L'Otan a désormais noué des liens dans la région sous l'égide du Dialogue méditerranéen et de l'Initiative de coopération d'Istanbul (ICI).

Initié en 1994, le Dialogue méditerranéen constitue le fondement des relations de l'Otan avec ses partenaires méditerranéens que sont l'Algérie, l'Égypte, Israël, la Jordanie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie.

L'Initiative de coopération d'Istanbul, lancée en 2004, représente quant à elle la base des relations de l'Otan avec les pays du Golfe. Si les six membres du Conseil de coopération du Golfe ont été invités à y adhérer, seuls Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis y ont répondu favorablement. Quant à l'Arabie saoudite et à Oman, ils se sont montrés plutôt timides à l’idée d’adhérer à cette initiative.

«À mon avis, cela met en évidence la nouveauté et le caractère fragile des relations entre l'Otan et les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord», explique Iulia-Sabina Joja, chercheuse principale à la Frontier Europe Initiative et professeure adjointe à l'université de Georgetown, dans le cadre du séminaire en ligne organisé lundi dernier par le département de recherches et d’études d’Arab News.

En dépit du fait que certaines institutions se montrent réticentes à participer aux initiatives de l'Otan – pensons notamment au rejet de la Tunisie, en 2018, d'une proposition faite par l’organisation qui visait à placer des effectifs dans un centre d'opérations militaires à Gabès –, Mme Joja fait état de plusieurs engagements positifs concrets qui laissent espérer de futures coopérations.

«La réticence ou la volonté des États membres individuels de l'Otan, leurs visions pour la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, la multitude d'acteurs ainsi que les domaines de coopération et d'évaluation de menaces de plus en plus communes prouvent qu'il n'est plus forcément justifié de séparer artificiellement les problèmes auxquels sont confrontées l'Europe et la communauté transatlantique de ceux que rencontrent les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Il existe de nombreux points communs entre ces régions», explique-t-elle.

Selon Mme Joja, la relation entre l'Otan et la région Mena ne doit pas se limiter à la sécurité et à la défense, mais s'articuler autour d'une «coopération par paliers» qui porterait sur des questions spécifiques telles que le commerce, l'économie et l'intervention humanitaire.

Le rapport de M. Coffey présente certaines mesures pratiques que peut prendre l'Otan en vue d'améliorer ses relations avec la région; parmi elles figure la nomination d'un représentant spécial pour la région Mena – une mesure de poids dans cette partie du monde «où les relations personnelles sont primordiales».

Par ailleurs, l'Otan se doit de militer pour étendre l'adhésion au Dialogue méditerranéen et à l'Initiative de coopération d'Istanbul, affirme-t-il. Pour y parvenir, il incombe à l’organisation de créer un centre régional pour le dialogue méditerranéen, inspiré du centre régional de l'Initiative de coopération d'Istanbul au Koweït.

En outre, afin de créer un climat de confiance et de susciter un sentiment de partage, l'Otan est tenue de faire valoir l'importance géopolitique de la région Mena en organisant des réunions de haut niveau pour les deux groupes lors du prochain sommet de l’organisation.

En effet, la réticence que continuent de manifester quelques États sceptiques à l'égard des objectifs de l'Otan constitue l'un des principaux obstacles qui empêchent de voir les liens entre les parties concernées se resserrer.

«On ne demande pas à l'Otan d'étendre son empire, ni de planifier sa prochaine intervention militaire où que ce soit», prévient M. Coffey au cours du webinaire. «Il s’agit plutôt de cibler une région essentielle à la stabilité et à la sécurité de l'Otan, et de trouver des partenaires disposés à coopérer et à travailler de concert afin d’atteindre les mêmes objectifs et les mêmes résultats.»

«À mesure que l'Otan approfondit ses relations avec certains pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, elle doit tenir compte des points sensibles. Elle doit également avancer au rythme souhaité par le pays concerné», précise-t-il encore.

«L'interopérabilité engendre la confiance, et la confiance construit à son tour les relations. Voilà qui apportera davantage de sécurité à chacun d'entre nous», conclut-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les montagnes Tuwaiq: le site touristique le plus populaire à une heure de Riyad

Les montagnes Tuwaiq ont été baptisées ainsi parce qu’elles ont la forme d’un cordon de 800 km de long qui entoure la région de Riyad. (Fourni)
Les montagnes Tuwaiq ont été baptisées ainsi parce qu’elles ont la forme d’un cordon de 800 km de long qui entoure la région de Riyad. (Fourni)
Short Url
  • Le Bout du Monde, qui offre une vue étonnamment spectaculaire, est situé au bout d’un sinueux sentier désertique qui longe la crête de la chaîne de montagnes Tuwaiq
  • Le trajet jusqu’au bord de la falaise prend généralement quinze à trente minutes, mais vous pouvez vous arrêter à plusieurs endroits le long du chemin pour admirer la vue

RIYAD: Les montagnes Tuwaiq, connues par tous les citoyens saoudiens, font partie des chaînes de montagnes les plus fascinantes du monde.

Cette chaîne de montagnes est un escarpement étroit qui traverse le plateau du Nedjd en Arabie centrale, allant de la frontière sud d’Al-Qasim au nord, jusqu’à l’extrémité nord du désert du Quart Vide, près de Wadi ad-Dawasir dans le sud. Elle est située à environ 120 km de la capitale, et le trajet dure environ une heure et demie en voiture.

Ce site étant particulièrement apprécié des aventuriers et des touristes, le prince héritier Mohammed ben Salmane a comparé la disposition du peuple saoudien aux montagnes Tuwaiq lors de son discours à la conférence de la Future Investment Initiative.

Le Bout du Monde, qui offre une vue étonnamment spectaculaire, est situé au bout d’un sinueux sentier désertique qui longe la crête de la chaîne de montagnes Tuwaiq.

Tuwaiq est le diminutif du mot collier en arabe. Les montagnes Tuwaiq ont été baptisées ainsi parce qu’elles ont la forme d’un cordon de 800 km de long qui entoure la région de Riyad.

Les personnes qui se rendent dans les montagnes de Tuwaiq pour faire de la randonnée peuvent emprunter différents itinéraires pour atteindre le sommet. Étant donné que la topographie présente de fortes pentes et que le chemin est fait de gravier meuble, des chaussures de marche confortables sont recommandées.

Vous pouvez observer des chameaux et des ruines anciennes le long du lit de la rivière qui traverse la vallée en contrebas, et découvrir des fossiles, reliques de l’époque où cette zone se trouvait au fond de la mer.

Le trajet jusqu’au bord de la falaise prend généralement quinze à trente minutes, mais vous pouvez vous arrêter à plusieurs endroits le long du chemin pour admirer la vue.

Comme les portes pour sortir ferment à 18h, vous devez prévoir suffisamment de temps pour le retour, à moins que vous ne prévoyiez de passer la nuit dans la vallée des Acacias.

Vous aurez également besoin d’un récepteur GPS à haute sensibilité et d’un véhicule utilitaire de sport pour accéder aux zones où vous pourrez admirer le coucher de soleil exceptionnel et le ciel nocturne étoilé. L’idéal serait donc de rejoindre un groupe de plusieurs personnes qui effectuent le voyage en voiture.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc: les professionnels du tourisme réclament la réouverture des frontières

Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Short Url
  • Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier
  • Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières

RABAT : Les professionnels de l'industrie du tourisme au Maroc ont manifesté mercredi pour dénoncer la fermeture des frontières, en vigueur depuis deux mois pour juguler la propagation du variant Omicron mais qui plombe ce secteur vital de l'économie.

Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier.

"La fermeture nous assène un coup très dur puisque nous sommes maintenant à l'arrêt alors que nos charges sont toujours fixes", a déploré Mimoun Azzouzi, propriétaire d'une agence de voyage à Témara, près de la capitale. 

"Nous avons été obligés de fermer à cause de la pandémie et malgré ça, nous avons maintenu les salaires de nos travailleurs", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ces voyagistes se disent "exclus" du plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d'euros) approuvé le 18 janvier par le gouvernement. 

L'aide prévoit le versement d'une indemnité de 2 000 dirhams (190 EUR) par mois durant le premier trimestre 2022 pour l'ensemble des employés de ce secteur qui pesait près de 7% du PIB marocain en 2019. 

L'Etat a décidé d'allouer également un milliard de dirhams (950 M EUR) en soutien aux hôteliers pour préparer la reprise d'activité (entretien, rénovation, formation, etc.).

Ces mesures n'apaisent pas la colère des opérateurs qui ont aussi manifesté mercredi à Agadir et Marrakech, les deux capitales touristiques du pays, selon les médias locaux.

"Le peuple veut la réouverture des frontières", scandaient quelques centaines de protestataires à Marrakech, selon des vidéos publiées sur Facebook.

Interrogé lundi au parlement, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a estimé qu'il était "important de rouvrir les frontières aériennes comme il est important de suivre l'évolution de la pandémie". 

La fermeture de l'espace aérien soulève les protestations de l'importante diaspora marocaine, d'autant que des compagnies de jets privés opèrent à des prix exorbitants -- plus de 10.000 euros par passager pour un aller simple vers le Maroc --, selon des sites d'information et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Si le pic des contaminations au variant Omicron semble avoir été atteint pendant la semaine du 17 au 23 janvier, selon le ministère de la Santé, les autorités s'inquiètent d'une hausse des décès et des cas en réanimation.

Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières.


Blinken: les États-Unis apprécient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon M. Blinken, le PAGC est «le moyen le plus efficace de garantir que l’Iran ne puisse pas développer une arme nucléaire»
  • Cheikh Ahmad a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région

LONDRES: Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré que les États-Unis appréciaient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien. 

Lors d’une conférence conjointe organisée à l’occasion de la visite aux États-Unis du ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, M. Blinken a précisé qu’ils avaient discuté de l’Iran et que le Plan d'action global commun (PAGC) était «le moyen le plus efficace d’empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire». 

«Nous sommes très reconnaissants au Koweït pour son étroite coordination dans le cadre d’instances telles que le groupe de travail du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sur l’Iran, où nous avons fait front commun contre les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région», a indiqué le secrétaire d’État. 

M. Blinken a remercié le Koweït pour avoir contribué à «réduire considérablement la menace que représente Daech pour la sécurité internationale, même si nous restons très vigilants face à la menace permanente». 

Il a également rappelé que le pays du Golfe a soutenu les États-Unis lors de l’évacuation de l’Afghanistan en août 2021, alors que la population fuyait le régime des talibans. 

Le Koweït a aidé les États-Unis à évacuer des milliers de personnes d’Afghanistan, dont des citoyens américains, des ressortissants étrangers et des Afghans, a mentionné M. Blinken. 

«Grâce à l’aide du Koweït, des milliers de personnes ont trouvé refuge, et des familles afghanes ont pu commencer une nouvelle vie aux quatre coins du monde. Ce geste témoigne de la générosité du Koweït et de son engagement envers l’humanitarisme et la stabilité internationale.» 

«Nous pouvons le constater dans le rôle de leader que joue le Koweït dans des institutions telles que le CCG et la Ligue arabe», a-t-il ajouté. 

Quant au cheikh Ahmad, il a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région. 

«Les États-Unis et le Koweït sont des partenaires solides et de grands amis, et nous apprécions cette relation historiquement forte», a affirmé le ministre. 

«Nous sommes partenaires dans la lutte contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 et nous avons également été partenaires dans la libération de l’Irak, a-t-il souligné, ajoutant que le Koweït a également fourni des couloirs de transit sûrs aux personnes craignant le régime taliban dans le pays. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com