La Commission royale pour AlUla: l'hôtellerie est un secteur d'investissement phare

Le plan directeur couvre la zone patrimoniale principale d'AlUla avec une mise en œuvre en trois phases jusqu'en 2035. (Photo fournie)
Le plan directeur couvre la zone patrimoniale principale d'AlUla avec une mise en œuvre en trois phases jusqu'en 2035. (Photo fournie)
Le coût total du développement est estimé à 57 milliards de riyals saoudiens (15 milliards de dollars). (Photo fournie)
Le coût total du développement est estimé à 57 milliards de riyals saoudiens (15 milliards de dollars). (Photo fournie)
L’UCR estime que l’hôtellerie est l’un des principaux domaines dans lesquels le potentiel d’AlUla peut s’exprimer et pour lequel les partenariats et les projets se développent à un rythme rapide. (Photo fournie)
L’UCR estime que l’hôtellerie est l’un des principaux domaines dans lesquels le potentiel d’AlUla peut s’exprimer et pour lequel les partenariats et les projets se développent à un rythme rapide. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 14 mai 2021

La Commission royale pour AlUla: l'hôtellerie est un secteur d'investissement phare

  • Le plan directeur Journey Through Time comprendra 5 000 chambres d'hôtel, dont 1 000 seront prêtes à être utilisées d'ici à 2023
  • «Nous voulons que nos offres d’hôtellerie reflètent fidèlement la tradition d’accueil chaleureuse de la communauté locale, ancrée dans le respect de l’histoire et de la nature»

DUBAÏ: Le plan directeur de 15 milliards de dollars (1 dollar = 0,82 euro) récemment annoncé par l’Arabie saoudite pour le développement d’AlUla entraînera l’arrivée de certains des groupes hôteliers les plus célèbres du monde, l’hôtellerie ayant été identifiée comme un domaine d’investissement phare pour le plan.

Le plan directeur Journey Through Time – le premier d’une série de plans pour le développement d’AlUla, que la Commission royale d’enquête pour AlUla (UCR) a publié le 7 avril – comprendra 5 000 chambres d’hôtel, dont 1 000 seront prêtes à être utilisées d’ici à 2023. D’ici à 2035, 9 400 chambres sont prévues dans le cadre d’une stratégie de développement plus large pour AlUla. 

Le plan directeur couvre la zone patrimoniale principale d’AlUla, avec une mise en œuvre en trois phases jusqu’en 2035, la première devant être achevée d’ici à 2023.

Le coût total du développement est estimé à 57 milliards de riyals saoudiens (15 milliards de dollars), dont 12 milliards de riyals sont destinés aux infrastructures de base.

«Grâce au plan directeur Journey Through Time, nous développons le potentiel d’AlUla en tant que destination, un atout culturel mondial et un investissement important», a déclaré à Arab News Wessam Lubbard, directeur financier de l’UCR.

«Le plan directeur présente diverses opportunités d’investissement dans plusieurs catégories d’actifs telles que des projets culturels emblématiques, des infrastructures sociales, des services publics et de mobilité, des projets d’accueil, commerciaux et résidentiels», indique Wessam Lubbard. «De plus, nous avons minimisé tous les investissements futurs en engageant notre financement de démarrage de 2 milliards de dollars dans des projets essentiels à AlUla.»

L’UCR estime que l’hôtellerie est l’un des domaines principaux dans lesquels le potentiel d’AlUla peut s’exprimer et pour lequel les partenariats et les projets se développent à un rythme rapide. C’est aussi un secteur qui peut grandement contribuer à Saudi Vision 2030 grâce à une croissance durable au sein de la communauté locale.

«Nous voulons que nos offres d’hôtellerie reflètent fidèlement la tradition d’accueil chaleureuse de la communauté locale, ancrée dans le respect de l’histoire et de la nature», a déclaré à Arab News Philip Jones, directeur de la gestion et du marketing des destinations de l’UCR.

Parmi les hôtels déjà présents à AlUla, ou en cours de construction, figurent Accor Banyan Tree, Aman et Habitas. L’UCR s’attend à ce que d’autres noms viennent prochainement s’ajouter à cette liste.

Aman Resorts est connue pour ses propriétés exclusives, dont beaucoup sont situées hors des sentiers battus dans des destinations exotiques, tandis que d’autres se trouvent dans certaines des villes les plus cosmopolites du monde, comme New York et Tokyo.

L’AlUla Hegra Resort, par Aman, qui devrait être achevé à la fin de 2023, sera situé en montagne, dans une vallée isolée du secteur Nabataean Horizon d’AlUla, à proximité du site classé au patrimoine mondial de l’Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) de Hégra. Il comprendra 40 villas de luxe, un centre de découverte, une bibliothèque partiellement creusée dans la roche, un spa souterrain et un verger biologique sur plusieurs niveaux célébrant le paysage naturel.

«Nos partenaires, dont Habitas et Aman, ainsi que le célèbre architecte Jean Nouvel ont des styles radicalement différents mais une chose en commun: une approche immersive de chaque destination», déclare Philip Jones. «En nous associant à des marques de classe mondiale qui comprennent notre paysage, nous créons une destination qui met l’expérience du visiteur et la culture locale au premier plan.»

La chaîne de villégiature de luxe écologique Habitas constitue un autre atout majeur d’AlUla. La marque, dont le site phare se situe à Tulum, au Mexique, construit un complexe de 100 chambres dans les canyons du désert de la vallée d’Ashar d’AlUla. L’hôtel intégrera des influences locales à travers sa musique, ses soins de spa et ses séances de yoga axées sur l’astronomie. Le développement du complexe entraînera un impact écologique minimal.

Banyan Tree, géré par Accor, agrandit son complexe d’Ashar en partenariat avec l’UCR dans le secteur Nabatean Horizon d’AlUla. Quarante-sept nouvelles villas seront ajoutées, portant le total à 82, ainsi que plusieurs nouveaux restaurants et un spa. L’hôtel est soigneusement conçu pour se fondre dans le paysage naturel saisissant de la vallée d’Ashar, située à 15 kilomètres de Hégra.

Un autre bon exemple de l’engagement et de l’investissement de l’UCR dans le patrimoine d’AlUla à travers le tourisme et l’hôtellerie est la construction de la première propriété en son genre par le grand cabinet d’architecture Atelier Jean Nouvel, qui a également réalisé le Louvre d’Abu Dhabi.

Le bâtiment a pour objectif de faire revivre l’héritage architectural vieux de deux mille ans des anciens Nabatéens, évoquant une partie importante du passé d’AlUla dans une structure contemporaine qui tient compte des anciennes formations rocheuses environnantes grâce à son architecture et à son design conçus avec sensibilité.

L’investissement dans le patrimoine et les infrastructures essentielles d’AlUla est d’une importance capitale pour l’UCR. Elle a déjà consacré 2 milliards de dollars à des projets de développement, notamment l’extension de l’aéroport international d’AlUla et l’amélioration des infrastructures de sécurité, ainsi que le développement des atouts touristiques phares, notamment le domaine d’Ashar et le Maraya.

Le Maraya, un lieu polyvalent à la fois salle de concert et plus grand bâtiment en miroir du monde, s’intègre parfaitement dans la vallée d’Ashar. Dans ses murs en miroir, des artistes comme Andrea Bocelli, Lionel Richie et Lang Lang se sont tous produits pendant le festival Winter at Tantora. Le lieu convient également pour des réunions et des conférences de grande envergure et a accueilli le 41e Sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) en janvier 2021.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le rebond du pétrole s'essouffle, le variant reste dans toutes les têtes

La semaine dernière, le président américain Joe Biden avait décidé d'utiliser 50 millions de barils tirés des réserves du pays pour soulager les cours du pétrole (Photo, AFP).
La semaine dernière, le président américain Joe Biden avait décidé d'utiliser 50 millions de barils tirés des réserves du pays pour soulager les cours du pétrole (Photo, AFP).
Short Url
  • A Londres, le baril de Brent pour livraison en janvier n'a enregistré qu'un gain de 0,99% pour finir à 73,44 dollars, après avoir pris jusqu'à 5,91% en séance
  • «C'est simplement le risque de destruction de la demande (d'or noir lié au nouveau variant) qui a le plus d'impact sur le marché», a expliqué Robert Yawger

NEW YORK: Le rebond des cours du pétrole a finalement été limité lundi après le plongeon de vendredi, les conséquences potentielles du variant Omicron sur l'économie mondiale privant le marché d'un élan.

A Londres, le baril de Brent pour livraison en janvier n'a enregistré qu'un gain de 0,99% pour finir à 73,44 dollars, après avoir pris jusqu'à 5,91% en séance.

C'est bien peu de chose après la chute de 11,55% qu'a connu le Brent vendredi, pire séance depuis avril 2020.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) pour janvier également, il a repris 2,64% par rapport à la clôture de vendredi et terminé à 69,95 dollars. La référence du brut américain avait perdu 13,06% vendredi.

"C'est simplement le risque de destruction de la demande (d'or noir lié au nouveau variant) qui a le plus d'impact sur le marché", a expliqué Robert Yawger, responsable des contrats à terme sur l'énergie chez Mizuho Securities.

Sur le plan scientifique, manquent encore les informations sur la gravité des cas ou l'éventuelle résistance d'Omicron aux vaccins existants contre le Covid-19.

Mais plusieurs pays ont déjà suspendu les vols en provenance d'Afrique australe, tandis que Japon et Israël ont eux fermé leurs frontières aux ressortissants étrangers, pour tenter d'éviter la propagation d'Omicron, nouveau variant du coronavirus.

Le début de séance avait été alimenté par des achats à bon compte provenant d'"une nuée d'opérateurs à la tête froide", après le coup de chaud de vendredi, selon Louise Dickson, du cabinet Rystad Energy.

En outre, le report à mercredi d'une réunion technique de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'accord Opep+ avait donné le signal que l'alliance réfléchissait encore à sa stratégie face à ce nouveau développement.

"On s'attend à ce qu'ils ne relèvent pas leur production", a avancé Robert Yawger au sujet de l'Opep+, qui s'est jusqu'ici tenu au calendrier annoncé en juillet.

Il prévoit théoriquement une hausse mensuelle de 400.000 barils par jour, afin de retrouver graduellement le niveau de production préalable à la pandémie, d'ici septembre 2022.

Un maintien de la production plutôt qu'une hausse serait, a priori, favorable aux cours.

"Mais je ne sais pas si cela susciterait une réponse forte des prix", a prévenu l'analyste.

Ce d'autant que, lundi, le conseiller à la sécurité énergétique du département d'Etat américain, Amos Hochstein, a indiqué sur la chaîne CNBC que le gouvernement américain n'écartait pas de puiser de nouveau dans ses réserves stratégiques.

La semaine dernière, le président américain Joe Biden avait décidé d'utiliser 50 millions de barils tirés de ces réserves pour soulager les cours, avec un succès très relatif sur les prix de l'or noir.

Le spectre d'une nouvelle initiative américaine est venu s'ajouter aux craintes que fait peser le variant Omicron sur la croissance, au point de saper le rebond des cours.


Visage du réseau social, Jack Dorsey va quitter Twitter, une page se tourne

Le PDG et cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, à New Delhi,  le 12 novembre 2018. (Photo, AFP)
Le PDG et cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, à New Delhi, le 12 novembre 2018. (Photo, AFP)
Short Url
  • «J'ai décidé de quitter Twitter parce que je pense que la société est prête à couper le cordon avec ses fondateurs», a expliqué Jack Dorsey
  • Alors que Jack Dorsey s'efface, il laisse Twitter avec un portefeuille de 211 millions d'utilisateurs quotidiens dits «monétisables», c'est-à-dire qui sont exposés aux publicités sur la plateforme

NEW YORK: Twitter a annoncé lundi le départ, avec effet immédiat, de son directeur général et cofondateur charismatique, Jack Dorsey, qui va être remplacé par le directeur technologique du groupe, Parag Agrawal. 

« J'ai décidé de quitter Twitter parce que je pense que la société est prête à couper le cordon avec ses fondateurs », a expliqué Jack Dorsey, dans un communiqué, qui marque la fin d'une époque. 

Pour achever la rupture, le natif de St. Louis (Missouri) prévoit de quitter aussi le conseil d'administration en 2022 et ne briguera pas un nouveau mandat lors de l'assemblée générale du groupe. 

« On parle beaucoup de l'importance pour une société d'être dirigée par son fondateur », a écrit le dirigeant sortant dans une lettre aux salariés. »Au bout du compte, je pense que c'est un facteur limitant et l'ouverture possible à l'échec. J'ai travaillé dur pour que cette entreprise puisse échapper à sa création et à ses fondateurs. » 

Avec son allure reconnaissable, crâne rasé et longue barbe, et son style atypique, sorte de gourou tech, Jack Dorsey incarne, depuis des années, à lui seul, Twitter. 

Il avait effectué un premier passage comme directeur général de Twitter entre 2007 et 2008, finalement évincé par le conseil d'administration, insatisfait de sa gestion. 

Depuis son retour à la tête de l'entreprise à l'oiseau bleu, en octobre 2015, l'entrepreneur au style décontracté était régulièrement critiqué pour n'avoir pas lâché les rênes de son autre entreprise, le spécialiste des paiements mobile Square, pour se consacrer uniquement à Twitter. 

Alors que Jack Dorsey s'efface, il laisse Twitter avec un portefeuille de 211 millions d'utilisateurs quotidiens dits « monétisables », c'est-à-dire qui sont exposés aux publicités sur la plateforme. 

Avec Jack Dorsey à sa tête, Twitter a publié son premier trimestre bénéficiaire, pour les trois derniers mois de 2017, puis deux exercices entiers dans le vert, avant de replonger dans le rouge en 2020. 

Le quadragénaire s'est attaché à monétiser le trafic de la plateforme, point faible de l'entreprise jusque-là, alors qu'elle est un relais d'opinion majeur, à la place unique dans le paysage médiatique. 

Pour ce faire, le groupe a amélioré ses outils de modération pour rendre le réseau plus présentable et plus facile à utiliser pour les annonceurs mais aussi les utilisateurs. 

Il a supprimé les comptes de personnalités accusées de discours haineux ou de relayer des théories complotistes ou des affirmations mensongères. 

Dorsey vs Trump  

Point d'orgue de cette campagne de nettoyage, la suspension permanente du compte du président des États-Unis, Donald Trump, en janvier 2021. 

La décision a encore renforcé, aux yeux de nombreux conservateurs, l'image d'un réseau au service des progressistes et de la gauche et prêt à museler la liberté d'expression. 

« Les gens ont tendance à associer Jack Dorsey avec la censure sur Twitter, mais je pense qu'il a fait ce qu'il a pu, ces dernières années, pour que la plateforme reste relativement ouverte », a commenté, sur Twitter, Mike Solana, à la tête de la société de capital investissement Founders Fund. « Sans lui, les choses vont empirer, pas s'améliorer. » 

« Le bilan de Dorsey est mitigé », a estimé Paul Barrett, directeur adjoint du centre pour les affaires et les droits humains du Stern Center de l'université NYU. « Une plateforme utile et efficace pour communiquer rapidement, mais qui a aussi été exploitée par quantité d'acteurs mal intentionnés. » 

Pour améliorer sa rentabilité, Twitter a aussi lancé une série d'initiatives, notamment la possibilité d'abonnements payants à certains comptes très suivis. 

En juin, le réseau avait aussi démarré une version payante de Twitter au Canada et en Australie assortie de fonctionnalités supplémentaires pour les utilisateurs qui y souscrivent. 

Ces derniers trimestres, Jack Dorsey avait insisté sur la nécessité de personnaliser, avec l'aide de l'intelligence artificielle,  l'utilisation que fait chaque abonné du service, notamment en créant de nouveaux fils propres à des sujets spécifiques. 

« Je veux que vous sachiez que c'était ma décision », a écrit Jack Dorsey dans sa lettre aux équipes de Twitter, au sujet de son départ. « Il n'y a pas beaucoup de groupes qui arrivent à ce niveau, et pas beaucoup de fondateurs qui privilégient leur société plutôt que leur ego. Je sais que nous allons prouver que c'était la bonne décision. » 

Chez Twitter depuis plus de dix ans, Parag Agrawal est un spécialiste de l'ingénierie informatique, qui a joué un rôle majeur dans l'accélération de l'intelligence artificielle au sein du groupe. 

Après avoir gagné jusqu'à 11% à l'ouverture de la séance à Wall Street, le cours de l'action Twitter, suspendu durant quelques minutes avant l'annonce, était morose, abandonnant 1,18%. 

« Twitter est en plein bouleversement de son modèle économique », a réagi Jasmine Enberg, analyste du cabinet eMarketer, avec, en ligne de mire l'objectif « ambitieux » d'un chiffre d'affaires de 7,5 milliards de dollars en 2023, soit le double de celui de 2020. « C'est au nouveau DG de relever le défi. » 


Le pétrole se reprend après le choc du variant Omicron

La Bourse de New York (NYSE), le 29 novembre 2021. (Photo, AFP)
La Bourse de New York (NYSE), le 29 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les deux références du brut ont perdu vendredi plus de 10% en l'espace d'une seule séance, une première depuis les débuts de la pandémie, en avril 2020
  • «Le pétrole brut reprend du poil de la bête lundi après le choc» provoqué par l'annonce de la détection d'un nouveau variant de Covid-19 en Afrique du Sud

LONDRES: Les prix du pétrole remontaient fortement lundi sans effacer complètement leur plongeon de vendredi, déclenché par un nouveau variant de Covid-19, à l'orée d'une semaine chargée entre négociations sur le nucléaire iranien et réunion de l'Opep+.  

Vers 14H50 GMT (15H50 à Paris), le baril de Brent pour livraison en janvier bondissait de 4,69% à 76,13 dollars, tandis qu'à New York, le WTI pour le même mois décollait de 5,93% à 72,19 dollars.  

Les deux références du brut ont perdu vendredi plus de 10% en l'espace d'une seule séance, une première depuis les débuts de la pandémie, en avril 2020.  

« Le pétrole brut reprend du poil de la bête lundi après le choc » provoqué par l'annonce de la détection d'un nouveau variant de Covid-19 en Afrique du Sud, constate Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures.  

Mais la crainte qu'Omicron - ainsi que l'a baptisé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - fasse « dérailler la reprise économique et les plans de certaines banques centrales » sont loin d'être dissipées, ajoute-t-il.  

Le variant Omicron de Covid-19 présente « un risque très élevé » au niveau mondial, a mis en garde l'OMS lundi, soulignant toutefois que de nombreuses inconnues demeurent: sa contagiosité, le niveau de protection conféré par les vaccins anti-Covid existants, la gravité des symptômes.  

En attendant l'Opep+  

De nombreux pays ont pris rapidement des mesures qui entravent les déplacements des biens et des personnes, lestant d'autant la demande de brut.  

Aux Etats-Unis, qui venaient de se rouvrir au monde début novembre, les frontières seront fermées à partir de lundi aux voyageurs venant de huit pays d'Afrique australe.  

Le Japon et Israël ont décidé de refermer l'entrée sur leur territoire aux visiteurs étrangers.  

Dans ce contexte, le sommet ministériel jeudi des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés via l'accord Opep+ est particulièrement attendu.  

« Compte-tenu de l'impact potentiel (des mesures induites par le nouveau variant) sur la demande, nous pensons que le groupe pourrait faire une pause dans sa marche d'augmentation de l'offre » de brut, estiment Wenyu Yao et Warren Patterson, analystes chez ING.  

« Cela serait conforme à l'approche prudente adoptée par l'Opep+ depuis l'apparition de Covid-19 », continuent-ils.  

Afin d'évaluer plus finement les derniers développements, le club de producteurs emmené par l'Arabie saoudite et la Russie a choisi de reporter à jeudi une de ses réunions techniques mensuelles, le comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) de l'accord Opep+, scellé à Vienne, en Autriche, fin 2016.   

Ce décalage de calendrier permettra « d'obtenir plus d'informations sur la situation actuelle », a indiqué lundi le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak, chargé du pétrole et cité par les agences de presse du pays.  

Le cartel laisse encore chaque jour quelque 4 millions de barils sous terre par rapport à son niveau de production de référence.