Le CFCM veut réviser le statut des aumôniers musulmans pour lutter contre la radicalisation

De gauche à droite Mohamed Moussaoui, président du CFCM; Éric Dupont Moretti, ministre de la Justice, garde des Sceaux; et Mohamed Loueslati, aumônier national des prisons. (Photo fournie par le CFCM).
De gauche à droite Mohamed Moussaoui, président du CFCM; Éric Dupont Moretti, ministre de la Justice, garde des Sceaux; et Mohamed Loueslati, aumônier national des prisons. (Photo fournie par le CFCM).
Short Url
Publié le Jeudi 13 mai 2021

Le CFCM veut réviser le statut des aumôniers musulmans pour lutter contre la radicalisation

  • «L’aumônier musulman est simplement un bénévole indemnisé, il n’a pas de retraite, ni capital décès alors que son collègue l’aumônier catholique titulaire est un prêtre à part entière»
  • «Un aumônier qui n’est pas bien formé théologiquement ne peut accompagner les détenus dans leur spiritualité»

PARIS: Reçus par le ministre de la Justice, Éric Dupont-Moretti, le 30 avril dernier, Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), et le nouvel aumônier national des prisons, Mohamed Loueslati, ont remis au ministre de tutelle un rapport sur la situation de l’aumônerie musulmane en milieu carcéral.

Instaurée en 2005 dans trois domaines (militaire, pénitentiaire et hospitalier) l’aumônerie musulmane compte, à ce jour, 270 membres, en majorité des bénévoles intervenant dans les 187 établissements pénitentiaires répertoriés dans dix régions de France.

Le rapport du CFCM précise que «les échanges des aumôniers musulmans avec leurs homologues des autres cultes sont une source d’enrichissement qui doit être davantage exploitée».

«L’aumônier musulman est simplement un bénévole indemnisé, il n’a pas de retraite, ni capital décès alors que son collègue l’aumônier catholique titulaire est un prêtre à part entière, pris en charge totalement par l’Église et les auxiliaires sont généralement des retraités aisés», précise le rapport qui stipule que ce chiffre est très insuffisant par rapport à la population carcérale en France à majorité musulmane. «Les interventions ne sont pas assurées dans les meilleures conditions», assure le CFCM qui précise que l’aumônerie catholique et l’aumônerie protestantes réunies comptabilisent, quant à elles, au 1er janvier 2020, plus de 1 000 aumôniers, titulaires et auxiliaires, pour 70 000 détenus.

Pour cette raison, le CFCM plaide pour la révision, en lien avec les autres aumôneries, du statut des aumôniers musulmans ainsi que des moyens dont ils disposent. Le rapport du CFCM précise que «les échanges des aumôniers musulmans avec leurs homologues des autres cultes sont une source d’enrichissement qui doit être davantage exploitée».

Faire face aux dangers de la radicalisation

Selon le CFCM, l’aumônerie musulmane souffre d’un déficit important en matière de formation. «Le bilan de l’aumônerie pénitentiaire appelle à agir d’urgence sur son organisation afin de pouvoir relever les défis importants face à la radicalisation dans le milieu carcéral», précise le rapport remis par le président du CFCM à Éric Dupont-Moretti, le 30 avril dernier.

Interrogé par Arab News en français, Mohammed Moussaoui explique que «si l’on veut mettre en place une aumônerie musulmane des prisons efficace et crédible, il est nécessaire de revoir le statut de l’aumônier, car, estime-t-il, le bénévolat est devenu aujourd’hui obsolète».

«Il convient d’envisager rapidement, dans le cadre plus général d’une réflexion sur le statut des aumôniers, un plan de financement théologique et profane.» Mohammed Moussaoui.

Pour y parvenir, le président du CFCM recommande de «s’inspirer de l’aumônerie militaire qui apporte satisfaction à tout le monde». Il ajoute: «Certes, l’Église catholique n’est pas favorable à une quelconque modification du statut des aumôniers de prison de crainte de les voir perdre leur liberté et leur indépendance vis-à-vis de l’administration.» Mais il affirme qu’il est «possible de prévoir un statut à options: les aumôniers catholiques pourront garder leur statut actuel de bénévole et les aumôniers musulmans ainsi que les protestants, qui sont demandeurs, bénéficieront, eux, d’une meilleure professionnalisation à l’image des aumôniers militaires».

«Il convient d’envisager rapidement, dans le cadre plus général d’une réflexion sur le statut des aumôniers, un plan de financement théologique et profane.»

Formation citoyenne des aumôniers

Selon le décret n° 2017-756 du 3 mai 2017, les aumôniers militaires, hospitaliers et pénitentiaires doivent obtenir un diplôme universitaire de formation civile et civique afin d’assurer une assistance spirituelle en adéquation avec les valeurs républicaines et être indemnisés. Or, précise le CFCM, s’agissant du culte musulman, les diplômes universitaires n’ont pas été suffisamment investis par les aumôniers en exercice.

Selon la même source, la formation citoyenne des aumôniers musulmans, un diplôme universitaire (DU), composé de cent trente à cent cinquante heures de cours dont 60 % de cours de droit, fortement appréciée par ceux qui l’ont suivie, n’est pas généralisée à l’ensemble des intervenants «Il faudra généraliser la formation citoyenne surtout si la question du statut s’améliore», explique Mohammed Moussaoui qui précise que cela peut être réalisé en menant «une campagne de sensibilisation des aumôniers à cette formation».

Les auteurs du rapport ne manquent pas de rappeler que la majorité des aumôniers musulmans ont acquis cette formation théologique dans leur pays d’origine au cours de leurs cursus scolaires et universitaires et par leurs familles. Or, observe-t-il, «la question de la formation se pose avec urgence et acuité pour la génération suivante, appelée à prendre le relais. Celui-ci n’est malheureusement pas assuré».

«Il faut déconstruire le discours et la propagande extrémistes qui dévoient et détournent la religion à des fins de violence». Mohammed Moussaoui.

Mieux encore, selon le président du CFCM, il est opportun de créer une formation théologique musulmane à Paris avec des annexes dans certaines régions de France. «Cette formation devra bénéficier de bourses ou de rémunérations à l’image de la formation continue dans les entreprises.» Car, nous confie-t-il, «un aumônier qui n’est pas bien formé théologiquement ne peut accompagner les détenus dans leur spiritualité. Ils les laissent ainsi sous l’influence d’autres détenus autoproclamés guides religieux qui mettent les aumôniers en difficulté et tentent de les discréditer.»

Afin de mieux lutter contre la radicalisation dans les prisons, Mohammed Moussaoui nous explique qu’il est «important de mettre à la disposition des détenus différents supports adaptés au milieu carcéral sur la pratique religieuse et l’enseignement religieux en général», car, selon lui, «il faut déconstruire le discours et la propagande extrémistes qui dévoient et détournent la religion à des fins de violence».

Soutien du ministère de tutelle

De son côté, Éric Dupont-Moretti a réaffirmé son souhait d’accompagner une réflexion sur l’aumônerie pénitentiaire. Il a souligné la nécessité de prendre en considération les expériences des dernières années et d’accentuer les efforts en matière de réinsertion des détenus et de lutte contre les radicalisations dans les prisons. Plus concrètement, le ministre de la Justice vise l’amélioration de la prise en charge et du suivi des détenus radicalisés, ainsi que des détenus souffrant de troubles du comportement et d’altération du discernement. Le garde des Sceaux a également manifesté sa volonté de maintenir un dialogue ouvert et soutenu entre aumôneries et administration pénitentiaire, un dialogue qu’il considère comme essentiel pour l’amélioration des conditions carcérales en France.


Aux assises, la famille d'Adama Traoré fait bloc autour de son frère Bagui

Assa Traoré à l’issue de l’audience au tribunal de Pontoise, le 21 juin (Photo, AFP).
Assa Traoré à l’issue de l’audience au tribunal de Pontoise, le 21 juin (Photo, AFP).
Short Url
  • Cinq personnes comparaissent aux assises du Val-d'Oise pour des tirs d'armes à feu au cours des affrontements de rue il y a cinq ans à une trentaine de kilomètres au nord de Paris
  • Bangui Traoré, 29 ans est suspecté d'avoir organisé des attaques contre les forces de l'ordre dans les heures et jours suivant la mort d'Adama, son «jumeau» de cœur

PONTOISE: Au deuxième jour du procès des émeutes qui ont suivi la mort d'Adama Traoré en 2016, la famille de la victime a fait bloc mardi à la barre autour de son frère Bagui, donneur d'ordres présumé des violences urbaines, en dénonçant un « acharnement » contre lui.

Cinq personnes comparaissent aux assises du Val-d'Oise pour des tirs d'armes à feu au cours des affrontements de rue il y a cinq ans dans les communes mitoyennes de Persan et Beaumont-sur-Oise, à une trentaine de kilomètres au nord de Paris.

La cour d'assises présidée par l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a vu défiler à la barre mardi après-midi à Pontoise une partie du clan Traoré, qui a clamé l'innocence de Bagui. 

L'homme de 29 ans est suspecté d'avoir organisé des attaques contre les forces de l'ordre dans les heures et jours suivant la mort d'Adama, son « jumeau » de cœur.

Les émeutes, « ça a pété à Beaumont, à Persan, à Champagne, à Bruyères (des villes voisines, ndlr). Mon frère ne pouvait pas être partout, il était à la maison avec moi », a affirmé Lassana Traoré, un des grands frères de la famille, en décrivant une atmosphère de « guerre » sur place.

En apprenant la mort de son petit frère le 19 juillet 2016, ce responsable de ressources humaines à Bordeaux a sauté dans sa voiture et s'est précipité à Beaumont-sur-Oise, où est basée la fratrie Traoré, pour assumer les responsabilités de chef de famille.

Écoutes téléphoniques

Avec Bagui incarcéré depuis 2016, notamment pour d'autres condamnations, « ça fait maintenant cinq ans qu'on vit un drame familial, qu'on vit un peu un acharnement », dénonce ce grand quadragénaire longiligne, appelant le jury à se détacher du casier judiciaire chargé de son frère.

« Je ne comprends pas pourquoi une telle accusation », s'étonne également Maïmouna, la concubine de Bagui, rencontrée dans l'avion qui le ramenait du Mali après les funérailles d'Adama. Même ligne inflexible du côté de sa mère Hatouma : « Bagui n'a rien fait ». 

Face à ces dénégations en bloc, une avocate des parties civiles exhibe face à la mère Hatouma la retranscription d'une conversation téléphonique en soninké, une langue malienne, entre elle et sa fille Assa à l'automne 2016.

« Il ne faut pas que les enfants aillent au commissariat, ils sont capables de mettre des armes dans la voiture », y déclare notamment la mère de Bagui, dans cette discussion où il est également question d' « affaires à déplacer » se trouvant « dans une marmite derrière le lavabo ».

« C'est faux, je n'ai jamais dit ça ! », rétorque Hatouma, qui blâme une mauvaise traduction en français et des propos sortis de leur contexte.

L'audition de la sœur Assa Traoré, devenue depuis la mort de son petite frère une célèbre militante antiraciste, était initialement prévue en fin de journée mardi. Mais en raison de l'heure tardive, son passage à la barre a été reporté à mercredi matin.

Plus de 70 membres des forces de l'ordre sont parties civiles dans ce procès prévu pour durer trois semaines. Poursuivis principalement pour tentatives de meurtre en bande organisée, les accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Le verdict est attendu autour du 8 juillet.


Bolloré condamné pour procédure abusive contre un journaliste: un troisième procès ordonné

Vincent Bolloré, président du groupe éponyme (Photo, AFP).
Vincent Bolloré, président du groupe éponyme (Photo, AFP).
Short Url
  • Bolloré avait porté plainte contre Benoît Collombat et Florence Sultan, ancienne directrice des éditions Calmann-Lévy, pour un passage de l'ouvrage collectif «Informer n'est pas un délit»
  • Collombat y décrivait les poursuites engagées par le groupe Bolloré pour des extraits d'un long reportage diffusé en 2009

PARIS: La Cour de cassation a ordonné mardi la tenue d'un troisième procès au civil concernant les poursuites en diffamation intentées par Bolloré contre un journaliste de France Inter, après deux condamnations du groupe pour procédure abusive.

Bolloré avait porté plainte contre Benoît Collombat et Florence Sultan, ancienne directrice des éditions Calmann-Lévy, pour un passage de l'ouvrage collectif « Informer n'est pas un délit ».

Ce texte, rédigé par Collombat et publié en 2015 aux côtés d'écrits d'autres journalistes, assimilait la stratégie du groupe Bolloré contre les médias à des « filets dérivants ».

Collombat y décrivait les poursuites engagées par le groupe pour des extraits d'un long reportage diffusé en 2009 sur France Inter et intitulé  « Cameroun, l'empire noir de Vincent Bolloré ». 

Ces poursuites avaient abouti à une condamnation de la radio et de son journaliste en 2010, pour diffamation.

Dans la procédure contre le livre, cette fois, le tribunal correctionnel de Paris avait relaxé en 2019 le journaliste et l'éditrice, condamnant le groupe pour procédure abusive. 

Bolloré avait fait appel et la cour s'était prononcée uniquement sur le plan civil, la relaxe des prévenus étant définitive.

Elle avait confirmé, en 2020, cette condamnation pour « abus de constitution de partie civile », estimant que la société devait verser 9 000 euros de dommages et intérêts à Collombat et 1 000 euros à Sultan.

Le groupe avait ensuite formé un pourvoi en cassation et, mardi, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire a annulé cette dernière décision et ordonné un nouveau procès à la cour d'appel de Paris, autrement composée.

La Cour de cassation a estimé que la cour d'appel n'avait pas étudié toutes les « allégations » ou « imputations » potentiellement diffamatoires contenues dans les propos poursuivis par Bolloré.

Le milliardaire Vincent Bolloré et son groupe, coutumiers des procédures à l'encontre de journalistes ou de médias, ont déjà été condamnés pour « procédure abusive » dans plusieurs autres dossiers.


Bygmalion: fin du procès sur les dépenses excessives de la campagne Sarkozy en 2012, jugement le 30 septembre

Nicolas Sarkozy, ex-président français (Photo, AFP).
Nicolas Sarkozy, ex-président français (Photo, AFP).
Short Url
  • Alors que le parquet a requis un an d'emprisonnement, dont six mois avec sursis, à l'encontre de Sarkozy, son avocate, Me Gesche Le Fur, a plaidé mardi la relaxe de son client
  • L'ex-chef de l'Etat, qui ne s'est présenté au tribunal qu'à l'occasion de son interrogatoire, est jugé depuis le 20 mai aux côtés de 13 autres prévenus

PARIS: Le procès de Nicolas Sarkozy et de 13 autres prévenus dans l'affaire des dépenses excessives de la campagne présidentielle de l'ex-chef de l'Etat en 2012 s'est achevé mardi soir et le tribunal correctionnel de Paris a mis sa décision en délibéré au 30 septembre à 10H00.

Alors que le parquet a requis un an d'emprisonnement, dont six mois avec sursis, à l'encontre de Sarkozy, son avocate, Me Gesche Le Fur, a plaidé mardi la relaxe de son client.

« Il n'a signé aucun devis, il n'a signé aucune facture, il a accepté toutes les restrictions qu'on lui a demandées. Il est loin d'être un candidat hystérique, insatiable. Il est respectueux des valeurs de la justice », a plaidé l'avocate, qui remplaçait le conseil « historique » de Sarkozy, Me Thierry Herzog, souffrant.

L'ex-chef de l'Etat, qui ne s'est présenté au tribunal qu'à l'occasion de son interrogatoire, est jugé depuis le 20 mai aux côtés de 13 autres prévenus, ex-cadres de l'UMP et de la société Bygmalion, membres de son équipe de campagne ou experts-comptables.

Il est poursuivi uniquement pour « financement illégal de campagne électorale ». Il encourt un de prison et 3 750 euros d'amende.

L'enquête a démontré que les comptes de la campagne présidentielle de 2012 avaient dépassé d'une vingtaine de millions d'euros le plafond légal autorisé, via un système de fausses factures.

Les co-prévenus de Sarkozy sont jugés, à des degrés divers, pour « escroquerie », « usage de faux » ou « abus de confiance ».

Le parquet a requis contre eux des peines allant de dix-huit mois à quatre ans d'emprisonnement avec sursis et des amendes allant jusqu'à 150 000 euros.

En mars, Nicolas Sarkozy était devenu le premier ex-président de la Ve République à être condamné à de l'emprisonnement ferme (trois ans dont un ferme), pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite « des écoutes ».