Le CFCM sur la voie de l’implosion

Des gens marchent devant la Grande Mosquée de Paris le 13 avril 2021, quelques heures avant le début du mois sacré musulman du Ramadan en France. Thomas SAMSON / AFP
Des gens marchent devant la Grande Mosquée de Paris le 13 avril 2021, quelques heures avant le début du mois sacré musulman du Ramadan en France. Thomas SAMSON / AFP
Short Url
Publié le Mardi 21 septembre 2021

Le CFCM sur la voie de l’implosion

  • Le Conseil français du culte musulman (CFCM) est comme un être né avec une malformation congénitale grave
  • Avec l’arrivée de Gérald Darmanin, qui a choisi comme conseiller pour les cultes Louis-Xavier Thirode, la tendance semble être au rapprochement avec la mouvance algérienne

PARIS: Le Conseil français du culte musulman (CFCM) est comme un être né avec une malformation congénitale grave. L’altération de cette malformation négligée au fil du temps place aujourd’hui cette association dans une situation d’agonie.

Alors que les musulmans de France se trouvent dans l’obligation de concilier les exigences du mois sacré du ramadan avec celles de la pandémie de Covid, le CFCM, instance censée les représenter auprès des autorités publiques, est en proie à des querelles internes qui font planer le doute sur sa pérennité.

Jusqu’au mois de mars dernier, pourtant, l’association paraissait en parfait état de marche.

Un cap d’une grande importance a été franchi avec l’adoption d’une charte très attendue qui doit réguler le statut des imams en France et l’annonce de la création d’un Conseil national des imams.

Le texte a été signé le 17 janvier dernier en présence de président français, Emmanuel Macron, par toutes les fédérations du CFCM, à l’exception de trois d’entre elles.

Les non-signataires sont le Millî Gôrüs, que l’on dit proche du parti kurde PKK, le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF) et le mouvement Foi et pratique ou «Tabligh».

Créé dans la douleur en 2003 par l’ancien président Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, le CFCM a toujours pâti des rivalités internes de ses composantes.

Au mois de janvier dernier, l’attitude de ces trois fédérations est minimisée, d’autant plus que leur poids est relatif comparé à celui des six autres composantes du conseil.

Une deuxième fracture, plus grave, survient lors d’une réunion du conseil exécutif du CFCM le 17 mars dernier; c’est la méthode de nomination de l’aumônier national des prisons qui en est le motif.

Quatre fédérations importantes décident de renverser la table afin de protester contre la méthode utilisée par le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, pour choisir l’aumônier.

Il s’agit de la Grande Mosquée de Paris, du Rassemblement des musulmans de France (RMF), de l’Union des musulmans de France (UMF) et de la Fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA).

Pour Bernard Godard, ancien chargé de mission au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur, cette crise est la plus grave qu’ait jamais traversée le CFCM.

Ils annoncent la création d’une coordination pour les représenter au niveau national, avec à sa tête le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.

Créé dans la douleur en 2003 par l’ancien président Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, le CFCM a toujours pâti des rivalités internes de ses composantes.

Il est aujourd’hui écartelé, en proie, dans ses propres rangs, à l’antagonisme le plus virulent, porté d’une part par la fédération pro-algérienne et d’autre part par la fédération pro-marocaine.

Pour Bernard Godard, ancien chargé de mission au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur, cette crise est la plus grave qu’ait jamais traversée le CFCM. Interrogé par Arab News en français, Godard, auteur de deux livres de référence sur l’islam et les musulmans en France, indique que ce clivage traditionnel entre Algériens et Marocains est aujourd’hui exacerbé par les personnalités «totalement antagonistes» que sont Hafiz et Moussaoui.

Hafiz, avocat de formation, est un habile politicien. Moussaoui, de son côté, est un homme pieux – c’est un imam –, mais il a du mal à travailler en équipe.

Depuis la création du CFCM, le Maroc a tenté de mettre la main sur l’association et les Algériens se défendaient du mieux qu’ils le pouvaient. Mais des tiraillements ont toujours existé, les Marocains désirant prendre les commandes et les Algériens supportant mal le fait d’être relégués au second plan parmi les communautés impliquées dans les affaires de l’islam.

Ces tensions ne sont pas nouvelles, affirme une source proche du dossier.

C’est en 2012 et 2013 que les choses se sont compliquées: le Maroc, avec ses deux associations (le RMF et l’UMF), a cherché à contrôler encore davantage la représentation de l’islam en France.

Les milieux marocains ont donc fait savoir, par le biais du président Moussaoui, que l’Union des mosquées de France constituait leur représentation officielle, selon la source précitée.

Les autorités françaises, elles, n’ont pas de politique cohérente, toujours selon cette source qui rappelle que, lorsque le ministère de l’Intérieur était aux mains de Christophe Castaner, il donnait l’impression non d’être pro-marocain, mais de faire confiance à l’UMF. Avec l’arrivée de Gérald Darmanin, qui a choisi comme conseiller pour les cultes Louis-Xavier Thirode, la tendance semble être au rapprochement avec la mouvance algérienne.

Thirode a d’ailleurs été en poste à Alger; il est très proche de Hafiz ainsi que de la Grande Mosquée de Paris. C’est donc logiquement que cette dernière gagne en influence auprès du ministère de l’Intérieur.

N’en déduisons pas de manière trop hâtive que Darmanin et son conseiller ont choisi l’Algérie contre le Maroc; mais de multiples signaux indiquent que, pour le ministère de l’Intérieur, l’homme de confiance se trouve à la Grande Mosquée de Paris.

 

«C’est un peu le soutien des pouvoirs publics qui a porté» le CFCM pendant toutes ces années, affirme Bernard Godard à Arab News en français.

L’islam de France est-il pris en otage par le Maroc et par l’Algérie?

Sur ce sujet, Godard se veut nuancé en ce qui concerne l’Algérie: selon lui, Hafiz dispose d’une liberté de décision totale et il ne reçoit aucune instruction théologique de la part d’Alger.

Un point cependant doit attirer notre attention: le détachement par l’Algérie d’environ cent trente-deux imams en France, ces derniers demeurant rémunérés par Alger.

C’est là, selon Godard, la grande différence avec Rabat: autour de Moussaoui, il y a tout un réseau qui remonte au ministère marocain des Habous et des Affaires islamiques.

Ayant été à la manœuvre lors de la mise en place du CFCM, Godard en convient: «Le Conseil n’a pas changé depuis, c’est toujours l’expression des courants et des pays d’origine.» Il rappelle que «c’est un peu le soutien des pouvoirs publics qui a porté» le CFCM pendant toutes ces années.

La deuxième et la troisième génération issues de l’immigration se reconnaissent-elles dans ces querelles? Pour Godard, la réponse – et «c’est tant mieux», souligne-t-il – est un non catégorique.

Nombreuses sont les personnes investies dans les mosquées et les différentes instances religieuses qui ne se sentent pas concernées par ces vieilles querelles.

Il est donc temps de repenser la représentation de l’islam. Toutefois, Godard rétorque que «ce n’est pas à l’État de penser à la place [des musulmans]».

Il faut en effet que l’initiative émane des rangs musulmans. «Ils en sont capables intellectuellement», affirme Bernard Godard – on le voit à travers les innombrables personnalités qui ont émergé –, «mais ce ne sont pas des personnes qui unissent leurs forces dans un même sens», même si, dans le fond, elles pensent de la même façon.

Cette union est pourtant de plus en plus nécessaire car il semble qu’il ne soit plus possible de colmater les brèches et de sauver le CFCM. Godard estime non seulement que la crise actuelle est grave, mais qu’elle est en train de se propager.


Macron et le Premier ministre australien veulent «rebâtir une relation» de «confiance», selon l'Elysée

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales»
  • La défaite de Scott Morrison aux législatives «me convient très bien», avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

PARIS: Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d'un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l'Elysée dans un communiqué.  

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l'ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a 8 mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l'Elysée. 

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales », ajoute le communiqué. 

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. 

La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus. 

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise. 

Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu'à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d'euros) pour mettre fin à l'accord avec la France.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.


Adhésion à l'Otan: Macron appelle Erdogan à « respecter le choix souverain» de la Finlande et la Suède

« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
« Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide» à l'opposition turque aux deux candidatures, a précisé la présidence française. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • « Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité», a indiqué l'Elysée
  • Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février

PARIS : Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à "respecter le choix souverain" de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'Otan, et souhaité qu'une "solution" soit rapidement trouvée pour lever la menace de veto turc.

"Le président de la République a souligné l'importance de respecter le choix souverain de ces deux pays, résultant d’un processus démocratique et intervenant en réaction à l'évolution de leur environnement de sécurité", a indiqué l'Elysée à l'issue de l'appel entre les deux dirigeants qui a duré une heure. 

"Il a souhaité que les discussions se poursuivent pour trouver une solution rapide" à l'opposition turque aux deux candidatures, a ajouté la présidence française.

Les deux pays nordiques, rompant avec une longue tradition de neutralité, ont décidé d'adhérer à l'Otan en réaction à l'offensive lancée par la Russie en Ukraine le 24 février.

Mais la Turquie menace de bloquer leur entrée dans l'Alliance, qui requiert l'unanimité des Etats membres de l'organisation.

Ankara accuse notamment les deux pays d'abriter des militants kurdes du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan qu'elle considère comme une organisation terroriste, et demande leur extradition. 

La Turquie envisage par ailleurs une nouvelle opération contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, qui risque de susciter de nouvelles tensions au sein de l'Otan, notamment avec la France.

Les présidents français et turc ont évoqué en outre "l'urgence de rendre possibles les exportations de céréales ukrainiennes", bloquées par la guerre dans les ports du sud du pays, ce qui menace d'entraîner une crise alimentaire mondiale. Emmanuel Macron va poursuivre "dans les jours qui viennent les contacts à ce sujet avec les acteurs internationaux pertinents". 

Ils ont discuté des "différentes voies possibles pour acheminer" ces récoltes, en lien avec les Nations Unies, et sont "convenus de rester en contact afin de trouver une solution rapidement".

Une des pistes étudiées est la mise en place d'un corridor naval depuis Odessa, en mer Noire, dont la Turquie pourrait être un acteur important.

Les deux dirigeants ont par ailleurs dit "leur préoccupation face à la dégradation de la situation en Libye".

Après plus d'une décennie de chaos consécutif à la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, la Libye, minée par les divisions entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest, compte depuis début mars deux gouvernements rivaux, comme entre 2014 et 2021, alors en pleine guerre civile.

Un gouvernement formé par l'ex-ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha, approuvé par le Parlement siégeant dans l'Est, est en concurrence avec l'exécutif à Tripoli dirigé par Abdelhamid Dbeibah, issu des accords politiques parrainés par l'ONU.