Afghanistan: début d'un cessez-le feu provisoire après un regain de violences

Les fidèles musulmans accomplissent la prière du Eid-al-Fitr marquant la fin du mois sacré du Ramadan pendant un cessez-le-feu de trois jours convenu par les talibans et les forces afghanes en guerre, à la mosquée Abdul Rahman à Kaboul le 13 mai 2021/ AFP
Les fidèles musulmans accomplissent la prière du Eid-al-Fitr marquant la fin du mois sacré du Ramadan pendant un cessez-le-feu de trois jours convenu par les talibans et les forces afghanes en guerre, à la mosquée Abdul Rahman à Kaboul le 13 mai 2021/ AFP
Short Url
Publié le Jeudi 13 mai 2021

Afghanistan: début d'un cessez-le feu provisoire après un regain de violences

  • Proposée par les insurgés et acceptée par le président Ashraf Ghani, cette trêve intervient pour l'Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du jeûne du ramadan
  • Les insurgés et le gouvernement afghan ont entamé des négociations de paix en septembre mais elles sont désormais au point mort.

KABOUL : Un cessez-le-feu de trois jours conclu entre les talibans et les forces afghanes est entré en vigueur jeudi, après des semaines d'intenses affrontements à travers tout le pays.

Proposée par les insurgés et acceptée par le président Ashraf Ghani, cette trêve intervient pour l'Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du jeûne du ramadan. 

L'Afghanistan connaît une recrudescence de violences depuis le 1er mai, date à laquelle les Etats-Unis étaient supposés avoir retiré leurs 2.500 soldats encore présents sur place.

Cette trêve, la quatrième en près de 20 ans de conflit, devrait permettre d'offrir un répit aux familles pour célébrer l'Aïd.

Jeudi au petit matin, à travers tout le pays, des hommes, des femmes et des enfants se sont rendus dans les mosquées ou sur de vastes terrains pour faire la prière qui marque le coup d'envoi de la fête de l'Aïd qui prendra fin samedi. 

Les autorités ont déployé des forces de sécurité dans plusieurs grandes mosquées de Kaboul. Elles ont notamment fouillé les fidèles à leur arrivée pour la prière, peu après le lever du soleil. 

"Nous voulons un cessez-le-feu permanent. Cela nous rendra plus heureux, car beaucoup plus de vies seront sauvées", affirme Amir Jan Sulaimankhil, un habitant de la province du Nangarhar.

« Une solution politique »

Dans son dicours de l'Aïd, le président Ghani a exhorté les talibans à accepter une trêve durable alors que les forces internationales quittent le pays. 

"Nous ne voulons pas que vous vous rendiez, mais nous voulons que vous acceptiez une solution politique. La guerre n'est pas une solution", a-t-il lancé. 

Des dizaines de milliers d'Afghans ont été tués ou contraints de fuir en raison du conflit, marqué par une résurgence des talibans qui se sont emparés de nombreuses régions du pays. 

Les insurgés et le gouvernement afghan ont entamé des négociations de paix en septembre mais elles sont désormais au point mort.

Par le passé, les cessez-le-feu ont largement été respectés, dans ce qui est largement considéré comme une manière pour les dirigeants talibans de montrer qu'ils contrôlent les multiples factions actives dans le pays. 

"Il (le chef du mouvement insurgé Hibatullah Akhundzada) entend prouver qu'il est le maître de la guerre et de la paix", selon l'analyste politique afghan Fawad Kochai, basé à Kaboul.

« Maintenir le cap »

Washington et l'Otan se sont engagés à retirer l'ensemble de leurs troupes encore sur place d'ici le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats de 2001.

Rares sont ceux qui pensent que les forces afghanes pourront faire face aux talibans sans la protection des forces aériennes et forces spéciales américaines. 

Alors que les insurgés évitent les affrontements avec les troupes américaines, ils ont multiplié les attaques contre les forces gouvernementales afghanes.

Ces dernières semaines, les combats se sont intensifiés dans certaines provinces et mardi les talibans se sont emparés d'un district contrôlé par le gouvernement afghan à la périphérie de Kaboul.

Les combattants talibans encerclent de plus en plus les grands centres urbains, suggérant qu'ils attendent le retrait des Américains avant de lancer de vastes offensives contre les villes du pays.

Le 8 mai, plus de 50 personnes ont été tuées et une centaine d'autres blessées dans un quartier hazara chiite de l'ouest de la capitale lors d'une série d'explosions de bombes placées devant une école de filles. Il s'agissait de l'attentat le plus meurtrier depuis un an. 

Les autorités ont accusé les talibans d'être responsables de cet attentat mais les talibans ont démenti en être les auteurs.

La mission d'assistance des Nations unies dans le pays (Manua) s'est engagée à continuer à soutenir l'Afghanistan.

"Laissez-moi vous assurer que nous n'avons pas l'intention d'aller ailleurs. Nous avons l'intention de maintenir le cap et de travailler avec vous tous", a déclaré Deborah Lyons, chef de la Manua, dans un communiqué publié à l'occasion de l'Aïd.

Au lendemain de l'attaque contre l'école pour filles, le diplomate américain de plus haut rang dans la capitale afghane, Ross Wilson, a déclaré que le retrait de l'armée ne marquera pas la fin de la mobilisation des États-Unis "pour soutenir et défendre l'éducation" des femmes en Afghanistan.


Liban: la marine intercepte 11 migrants

Le Liban, qui se situe à quelque 160 kilomètres des côtes de Chypre, accueille plus d'un million de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays.(Image d'illustration/AFP)
Le Liban, qui se situe à quelque 160 kilomètres des côtes de Chypre, accueille plus d'un million de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays.(Image d'illustration/AFP)
Short Url
  • Les départs de ce genre se sont multipliés ces derniers mois, souvent à destination de l'île de Chypre, de nombreux migrants n'hésitant pas à entreprendre la coûteuse mais périlleuse traversée en mer pour fuir un Liban
  • Début mai, l'armée libanaise avait empêché une tentative similaire en interceptant près de Tripoli une embarcation transportant 60 personnes, dont 59 Syriens

BEYROUTH : L'armée libanaise a annoncé dimanche avoir empêché une nouvelle traversée clandestine en Méditerranée en interceptant une embarcation transportant 11 personnes, majoritairement des Syriens.

Les départs de ce genre se sont multipliés ces derniers mois, souvent à destination de l'île de Chypre, de nombreux migrants n'hésitant pas à entreprendre la coûteuse mais périlleuse traversée en mer pour fuir un Liban en plein effondrement économique.

Dimanche, une unité de la marine libanaise a intercepté "une embarcation repérée à 5,5 miles nautiques au large de la côte de Tripoli", grande ville du nord du Liban, a indiqué l'armée dans un communiqué.

A bord du navire se trouvaient "10 personnes de nationalité syrienne et un Libanais", précise l'armée.

Début mai, l'armée libanaise avait empêché une tentative similaire en interceptant près de Tripoli une embarcation transportant 60 personnes, dont 59 Syriens.

Le Liban, qui se situe à quelque 160 kilomètres des côtes de Chypre, accueille plus d'un million de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays.

Fin mai, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a tiré la sonnette d'alarme sur la "vulnérabilité" exacerbée de milliers de travailleurs immigrés au Liban, pointant du doigt un chômage massif et l'insécurité alimentaire.


Les leaders sunnites du Liban renouvellent leur soutien à Hariri

Au cours de la réunion, présidée par le Grand Mufti, Cheikh Abdel Latif Deriane, Saad Hariri a évoqué les obstacles à la formation du gouvernement. (Photo fournie)
Au cours de la réunion, présidée par le Grand Mufti, Cheikh Abdel Latif Deriane, Saad Hariri a évoqué les obstacles à la formation du gouvernement. (Photo fournie)
Short Url
  • La réunion du Conseil suprême de la charia islamique a mis en garde contre une «crise suffocante» à laquelle le pays est confronté
  • Il a été rapporté plus tôt que Hariri pourrait annoncer lors de la réunion qu'il se retirait de la tâche de former un nouveau gouvernement

BEYROUTH : Le Conseil suprême de la charia islamique, qui représente la communauté sunnite et ses leaders au Liban, a renouvelé son soutien à Saad Hariri, le Premier ministre désigné, au milieu d'un différend croissant sur l'échec de la formation d'un gouvernement dans le pays.

Après une longue réunion samedi, à laquelle Hariri a participé, le Conseil a averti que «toute recherche de nouvelles définitions concernant la Constitution ou l'accord de Taëf n'est acceptable sous aucun prétexte».

Il a été rapporté plus tôt que Hariri pourrait annoncer lors de la réunion qu'il se retirait de la tâche de former un nouveau gouvernement qui lui avait été confiée par le parlement en octobre dernier.

Ni l'initiative française ni la médiation du président du Parlement Nabih Berri n'ont jusqu'à présent pas permis de former un gouvernement en raison d'une intensification du différend entre Hariri et le président Michel Aoun, ainsi que son équipe politique représentée par son gendre Gebran Bassil, chef du Mouvement Patriotique Libre.

La réunion, qui s'est tenue à Dar Al-Fatwa et à laquelle ont participé d'anciens Premiers ministres, a signalé que la responsabilité du retard dans la formation du gouvernement incombe à ceux «qui essaient d'inventer des moyens et des méthodes qui annulent le contenu du document de l’accord national, qui bénéficie du consensus de tous les leaders libanais soucieux de l'indépendance, de l'unité, de la souveraineté et du panarabisme du Liban».

Au cours de la session, présidée par le grand mufti, Cheikh Abdel Latif Deriane, Hariri a discuté des obstacles à la formation du gouvernement et des mesures qu'il a prises pour les surmonter.

Les personnes présentes à la réunion ont exprimé leur crainte que «la crise suffocante à laquelle est confronté le Liban ne dégénère en un abîme sans fin au milieu de l'indifférence et de la confusion aléatoire qui caractérisent le comportement et les actions des leaders qui ont une influence sur les citoyens».

Le différend sur la formation du gouvernement est un «débat inutile», ont-ils ajouté.

Hariri a ensuite qualifié la discussion de positive.

«Le Liban assiste chaque jour à une détérioration politique et économique», a-t-il déclaré. «Ce qui compte pour nous, c'est le pays en fin de compte».

L'un des participants à la réunion, qui a refusé d'être nommé, a déclaré à Arab News que «Hariri a présenté les options devant la réunion, notamment la démission, mais les participants ont rejeté cette option et l'ont fait pression pour qu'il adhère à ses pouvoirs constitutionnels et attende de voir à quoi pourrait aboutir la médiation de Berri».

La source a également révélé que «l'importance de la déclaration publiée par la réunion ne doit pas être sous-estimée car il s'agit d'une déclaration publiée par Dar Al-Fatwa et désapprouve le président et son gendre».

Fouad Siniora, ancien Premier ministre, a indiqué que le problème de la formation du gouvernement est purement interne et qu'Aoun doit respecter la constitution. « Chaque jour, Aoun viole la constitution et n'agit pas comme celui qui doit unir les Libanais», a-t-il expliqué.

Siniora a confié que «le Hezbollah se cache derrière le président ainsi que le député Gebran Bassil. Le Hezbollah veut que le sort de la formation du gouvernement reste entre ses mains pour qu'il l'utilise comme une carte de négociation. Le Hezbollah est un problème majeur et une source de douleur».

Moustapha Alloush, vice-président du Mouvement du Futur, a avisé qu'«il y a des pressions de la communauté sunnite sur Hariri pour qu'il ne démissionne pas de sa mission et qu'il ne confiera pas la formation du gouvernement à des personnes agissant comme intermédiaires».

Alloush a enfin ajouté : «La déclaration de Dar Al-Fatwa reflète un signe clair de soutien à Hariri, et le dialogue se poursuit entre Hariri et les anciens Premiers ministres».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nucléaire iranien: sans doute pas d'accord cette semaine, affirme Téhéran

«A titre personnel, je ne pense pas que nous puissions parvenir à une conclusion cette semaine», a déclaré le négociateur en chef de l'Iran, alors que les Iraniens élisent leur président le 18 juin. (Photo, AFP)
«A titre personnel, je ne pense pas que nous puissions parvenir à une conclusion cette semaine», a déclaré le négociateur en chef de l'Iran, alors que les Iraniens élisent leur président le 18 juin. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pour plusieurs analystes, la perspective d'une entente permettant de relancer l'accord torpillé par Trump apparaissait peu probable avant la tenue de la présidentielle
  • Le gouvernement modéré-réformateur de Rohani a promis aux Iraniens la levée des sanctions avant la fin de son mandat

VIENNE : Le négociateur en chef de l'Iran a déclaré samedi soir "ne pas "penser que les négociations" sur le nucléaire "puissent parvenir à une conclusion cette semaine", alors que les Iraniens élisent leur président le 18 juin. 

"A titre personnel, je ne pense pas que nous puissions parvenir à une conclusion cette semaine", a déclaré Abbas Araghchi au diffuseur public iranien à la suite de la reprise du sixième round de négociations à Vienne.

À la sortie de la réunion dans la capitale autrichienne, le représentant russe Mikhaïl Oulianov a aussi estimé que les négociateurs avaient besoin "de quelques semaines supplémentaires pour toiletter le texte existant", selon une déclaration sur Twitter. 

Les Iraniens sont appelés aux urnes pour désigner le successeur du président Hassan Rohani, principal architecte, côté iranien, de cet accord conclu en juillet 2015 avec les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne.

Pour plusieurs analystes, la perspective d'une entente permettant de relancer ce pacte torpillé par Washington en 2018 apparaissait peu probable avant la tenue du scrutin.

Le "plan d'action global commun" (JCPOA, selon son acronyme anglais) offre à l'Iran un allègement des sanctions en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous un strict contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Mais l'ancien président Donald Trump a rétabli les sanctions américaines que l'accord avait permis de lever et a lancé une campagne de "pression maximale" contre l'Iran à coups de sanctions supplémentaires.

En riposte, l'Iran a fait sauter depuis mai 2019 la plupart des limites qu'il avait consenties sur son programme nucléaire.

Joe Biden, qui a succédé à M. Trump en janvier, dit vouloir réintégrer les États-Unis à l'accord de Vienne.

Engageant l'Iran et les autres États encore parties au pacte, ainsi que, indirectement, les États-Unis, les négociations en cours à Vienne tendent vers ce but.

Le gouvernement modéré-réformateur de M. Rohani a promis aux Iraniens la levée des sanctions avant la fin de son mandat. Il espère un compromis à Vienne avant de passer la main, en août, au prochain président.