Trafic d'antiquités: le Louvre sonne l'alarme avec une exposition inédite

Retracer l'historique des antiquités s'avère toutefois souvent plus difficile, comme en attestent les deux bas-reliefs également présentés dans cette exposition. (Photo, AFP)
Retracer l'historique des antiquités s'avère toutefois souvent plus difficile, comme en attestent les deux bas-reliefs également présentés dans cette exposition. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 mai 2021

Trafic d'antiquités: le Louvre sonne l'alarme avec une exposition inédite

  • Montrer de telles œuvres, «c'est une grande première» en France, souligne le conservateur du musée, Ludovic Laugier
  • Objectif: alerter sur les méfaits du commerce illicite de biens culturels, un trafic qui génère près de 10 milliards de dollars par an

PARIS: Dans l'aile des antiquités du Louvre, une poignée de bustes et de bas-reliefs venus du Proche-Orient détonnent: avec leurs scellés judiciaires frappés de cire, ils font l'objet d'une exposition exceptionnelle du musée parisien destinée à souligner les ravages mondiaux du trafic de biens culturels.

L'allure mystérieuse de la déesse Perséphone interpelle les visiteurs. Drapée dans son voile de marbre, la reine des Enfers est représentée par quatre sculptures antiques.

Derrière ces bustes, saisis en 2012 à l'aéroport parisien de Roissy, le mur est recouvert d'une vue aérienne de la nécropole de Cyrène, l'une des plus vastes cités antiques d'Afrique du Nord. Les statues veillaient très probablement sur ces tombeaux en ruine de Libye orientale depuis plus de 2 000 ans, avant que l'avidité des trafiquants ne les arrache à leur sanctuaire.

1
Un bas-relief en marbre sculpté saisi par les autorités douanières françaises à l'aéroport de Roissy en 2016 en transit entre le Liban et la Thaïlande est exposé au musée du Louvre à Paris le 21 mai 2021. (Photo / AFP)

Montrer de telles œuvres, "c'est une grande première" en France, souligne auprès de l'AFP le conservateur du musée, Ludovic Laugier.

Grâce à une loi de 2016 révisant le code du patrimoine, des juges d'instruction ont donné leur autorisation pour les exposer, pendant que leur enquête se poursuit pour remonter les réseaux responsables de leur pillage.

Objectif: alerter sur les méfaits du commerce illicite de biens culturels, un trafic qui génère près de 10 milliards de dollars par an, selon l'Unesco.

1
Des statues funéraires de Cyrénaïque saisies en 2012 et placées sous scellés par le ministère de la Justice et le service des douanes sont exposées au musée du Louvre à paris le 21 mai 2021.(Photo / AFP)

«Antiquités du sang»

Le Proche-Orient, en proie à de nombreux conflits, compte parmi les premières victimes de cette criminalité peu risquée et lucrative. Au-delà des destructions des cités antiques de Palmyre et Amapée en Syrie, ou de Hatra et Nimrud en Irak, le groupe jihadiste Etat islamique s'est par exemple largement financé grâce à la revente de ce que les experts appellent les "antiquités du sang".

Face à ce fléau, sensibiliser le grand public permet "de jouer sur la demande", espère M. Laugier. "Plus les gens doutent, vérifient la provenance, moins il y a de demande d'antiquités volées et moins il y a d'offre."

"Il faut montrer ces œuvres pour les rendre invendables, de la même manière que la Joconde est invendable car tout le monde la connaît", insiste Vincent Michel, archéologue spécialiste de l'Orient classique, engagé dans la lutte contre le trafic. 

Les bustes de Perséphone exposés sont "faciles à reconnaître", poursuit le chef de la mission archéologique française en Libye. Ces statues funéraires ont été produites par milliers entre le VIe et le Ier siècle avant Jésus-Christ, uniquement à Cyrène et ses environs. Leur marbre parsemé de traces rougeâtres est typique de la "terra rossa" de la région.

Pour aiguiser leur œil, les visiteurs peuvent scanner des QR codes disséminés sur les murs, leur permettant d'accéder à diverses "listes rouges" comme celles d'Interpol ou du Conseil international des musées (ICOM), qui répertorient des biens volés ou des catégories d'œuvres très prisées des trafiquants.

Trafic mondialisé

Retracer l'historique des antiquités s'avère toutefois souvent plus difficile, comme en attestent les deux bas-reliefs également présentés dans cette exposition.

Recouverts de croix chrétiennes et d'entrelacs de vigne, ils viennent probablement de Syrie, mais le trafic les a rendus "muets", regrette M. Laugier: impossible de les dater ou de les recontextualiser précisément.

Saisis en 2016 à l'aéroport de Roissy, ils avaient été enregistrés au Liban comme des "ornements de jardin" à destination de la Thaïlande. De quoi illustrer la complexité d'un trafic mondialisé, traqué par deux services en France: l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC) et les douanes.

1
Une femme regarde un relief en marbre sculpté saisi par les autorités douanières françaises à l'aéroport de Roissy en 2016 en transit entre le Liban et la Thaïlande est exposé au musée du Louvre à Paris le 21 mai 2021. (Photo / AFP)

Avant de restituer les biens à leur pays d'origine, "les enquêtes peuvent être longues car nous devons faire appel à la coopération internationale et souvent remonter une chaîne de multiples intermédiaires", explique Corinne Cléostrate, sous-directrice des douanes chargée des affaires juridiques et de la lutte contre la fraude.

Outre ces réseaux organisés, le trafic s'aggrave également avec la pandémie de Covid-19.

"On assiste à une sorte d'industrialisation du pillage", s'inquiète M. Michel. Dans des pays en conflit où le coronavirus a encore appauvri la population, les sites archéologiques mal gardés, dont les antiquités peuvent désormais se revendre en quelques clics sur les réseaux sociaux, représentent une manne financière tentante. 

"Il faut vraiment prendre conscience que derrière une antiquité, il y a peut-être une infraction", conclut l'archéologue.

L'exposition se déroule jusqu'au 13 décembre.


Mort de l'écrivain français philanthrope Dominique Lapierre

 Dominique Lapierre, auteur du best-seller sur Calcutta «La Cité de la Joie» (Photo, AFP).
Dominique Lapierre, auteur du best-seller sur Calcutta «La Cité de la Joie» (Photo, AFP).
Short Url
  • Sa veuve a annoncé à la presse locale «sa mort de vieillesse» à l'âge de 91 ans
  • Dominique Lapierre était né le 30 juillet 1931 à Châtelaillon, dans l'ouest de la France, d'un père diplomate et d'une mère journaliste

PARIS: Décédé dimanche, Dominique Lapierre, qui a fait de l'Inde sa seconde patrie, était autant philanthrope qu'écrivain à succès ayant vendu, avec son "frère de plume" l'Américain Larry Collins, quelque 50 millions d'exemplaires de leurs six romans, dont "Paris brûle-t-il ?".

"Ce n'est pas suffisant d'être un auteur de best-sellers, il faut se battre contre ces injustices que vous dénoncez dans vos livres", disait cet ancien journaliste français, baroudeur énergique aimant la belle vie.

Sa veuve a annoncé à la presse locale "sa mort de vieillesse" à l'âge de 91 ans.

C'est ainsi qu'après avoir écrit, seul, "La cité de la joie" (1985), sur un bidonville de Calcutta, il donna une bonne part de ses droits d'auteurs aux miséreux qui l'avaient inspiré. La somme fut rondelette : le roman s'est au total vendu à 12 millions d'exemplaires et fit l'objet d'un film, réalisé par Roland Joffé, en 1992.

En 2005, il assurait que, grâce à ses droits d'auteur, des dons de lecteurs et les gains de conférences prononcées dans le monde entier, son action humanitaire "avait permis de guérir en 24 ans 1 million de tuberculeux, soigner 9.000 enfants lépreux, construire 540 puits d'eau potable et armer quatre bateaux hôpitaux sur le delta du Gange".

Dans l'état indien du Bengale-occidental, il était "érigé au rang d'idole", comme le montrait un saisissant reportage de Paris-Match en 2012 alors qu'il recherchait de nouveaux financements à ses centres humanitaires pour pallier la baisse de dons, à cause de la crise financière européenne et américaine.

Quand il ne voyageait pas, il occupait une demeure de Ramatuelle, dans le sud de la France, séparée de celle de Collins, décédé en 2005, par un court de tennis, acquise avec les droits d'auteur de "Paris brûle-t-il?", (1964, 20 millions de lecteurs, 30 éditions internationales).

René Clément a fait un film de ce récit de la Libération de Paris, le 25 août 1944, avec une pléiade de stars. Les Américains Francis Ford Coppola et Gore Vidal avaient cosigné le scénario.

Dominique Lapierre était né le 30 juillet 1931 à Châtelaillon, dans l'ouest de la France, d'un père diplomate et d'une mère journaliste. Lycéen à Condorcet, à Paris, il devint au début des années 50 journaliste à Paris-Match, parcourant les points chauds de la planète.

Visite chez Mère Teresa
Après "Paris brûle-t-il?", il poursuit sa fructueuse collaboration avec Collins : "Où tu porteras mon deuil" (1968, sur le torero El Cordobes), "Ô Jérusalem" (1972), "Cette nuit la liberté" (1975, sur l'indépendance de l'Inde), "Le cinquième cavalier" (1980, fiction autour d'une bombe atomique) et le thriller "New York brûle-t-il?" (2004).

Les deux hommes se complétaient admirablement. Lapierre enquêtait sur les services secrets français et Collins sur la CIA. Puis le premier écrivait en français et le second en anglais et chacun traduisait l'autre.

Le livre achevé, Lapierre, l'extraverti, qui n'hésitait pas à introduire du lyrisme dans ses pages, partait faire la promotion dans le monde francophone et hispanophone. Plus discret, collant davantage aux faits bruts, Collins (décédé en 2005) allait en vanter les mérites chez les anglo-saxons.

Lapierre a aussi co-écrit, avec l'Espagnol Javier Moro, "Il était minuit cinq à Bhopal" (2001) et, avec Jean-Pierre Pedrazzini, "Il était une fois l'URSS" (2005).

Au début des années 80, après la parution de "Cette nuit la liberté", il débarque avec son épouse chez Mère Teresa, à Calcutta. Il commence par lui donner 50.000 dollars en disant : "c'est une goutte d'eau dans l'océan des besoins". La religieuse (décédée en 1997 et déclarée Sainte par le pape François en 2016) lui répond : "sans elles, l'océan ne serait pas l'océan".

Il donne par la suite plusieurs millions de dollars à des programmes de lutte contre la lèpre, le choléra ou la tuberculose, pour la construction de logements ou la distribution de microcrédits.

Parmi d'autres initiatives, Dominique Lapierre, qui parlait couramment le bengali, avait ouvert plusieurs écoles dans la région. Une partie de leur financement provenait de la vente aux enchères (2006, 825.000 dollars) d'une robe portée par l'actrice Audrey Hepburn, dans le film "Diamants sur canapé" (1961). Il l'avait reçue en cadeau du couturier Hubert de Givenchy.

Il était sous tutelle depuis 2014 en raison de sa santé. Son héritage faisait l'objet d'âpres discussions.

Le 5 décembre 2022, sa femme Dominique Conchon-Lapierre annoncé le décès de l'écrivain au quotidien français Var-Matin. Elle a confié dans cet entretien être "en paix et sereine depuis que Dominique ne souffre plus".


L'artiste français JR en soutien des Iraniennes à New York

Cette photo "comptait beaucoup pour la famille", a affirmé l'artiste (Photo, AFP).
Cette photo "comptait beaucoup pour la famille", a affirmé l'artiste (Photo, AFP).
Short Url
  • JR a eu recours à des volontaires pour composer les cheveux de la jeune Nika Shakarami, morte à 16 ans lors des manifestations
  • Grâce à ce groupe de volontaires, plus d'une centaine au total, les cheveux de Nika reprennent vie

NEW YORK: L'artiste français JR a présenté dimanche à New York sa dernière performance, qui illustre avec force la lutte des Iraniennes contre le régime de Téhéran en représentant le visage d'une Iranienne morte pendant les manifestations et sa chevelure formée par des personnes volontaires.

"En tant qu'artiste, on se demande souvent comment on peut aider des causes qui sont aussi justes et qui, quelque part, concernent beaucoup de gens dans le monde, beaucoup de femmes dans le monde, surtout en ce moment et en Iran", a expliqué à l'AFP Jean René, plus connu sous son nom d'artiste JR.

Après plusieurs semaines de réflexion, il a décidé d'avoir recours à des volontaires pour composer les cheveux de la jeune Nika Shakarami, morte à 16 ans lors des manifestations déclenchées en Iran par la mort de Mahsa Amini, le 16 septembre, après avoir été arrêtée par la police des mœurs iranienne qui jugeait qu'elle ne portait pas son voile correctement.

F
JR a choisi le parc des Quatre libertés sur Roosevelt Island car il se situe en face du siège des Nations unies (Photo, AFP).

Une tante de Nika Shakarami a transmis à l'artiste français une des dernières photos publiées par la jeune fille sur les réseaux sociaux, retirée depuis.

JR a choisi le parc des Quatre libertés sur Roosevelt Island, une île au milieu de l'East River qui longe l'est de Manhattan, face au siège des Nations unies, pour présenter son œuvre dimanche. Grâce à ce groupe de volontaires, plus d'une centaine au total, les cheveux de Nika reprennent vie au rythme du vent glacial qui souffle sur New York.

Cette photo "comptait beaucoup pour la famille", a affirmé l'artiste qui a présenté pour la première fois son œuvre au Brésil.

"À notre petite échelle, c'est une des rares choses qu'on puisse faire, et donc de créer une image comme ça, quelque part, ça ramène de l'attention pour montrer aussi qu'à l'autre bout du monde, on pense à toutes ces femmes et tous ces gens qui se battent sur place", a expliqué cet artiste engagé, qui a déjà présenté des œuvres autour du mur de séparation entre le Mexique et les États-Unis, le conflit israélo-palestinien ou plus récemment la guerre en Ukraine.

«Les gens sont les cheveux»

"Je me suis dit qu'il faudrait que je crée une image, en fait, où les gens sont les cheveux et en fait, une image qui ne peut pas se faire sans les gens, sans l'aide des gens", a-t-il ajouté.

L'architecte iranienne Aila Ahkhmi, 36 ans, qui a participé avec plus d'une centaine d'autres volontaires à la composition du voile, a dit espérer que "notre voix" parvienne jusqu'en Iran, où "malheureusement, tant la population que les activistes et artistes sont empêchés de parler parce qu'immédiatement, ils sont arrêtés et emprisonnés".

Cette performance fait partie de la campagne "Des yeux sur l'Iran" promue par des femmes iraniennes membres d'organisations comme Pour les libertés, Voix vitales et la coalition mondiale Femme, vie, liberté, qui au moment de son lancement le 28 novembre dernier, a reçu le soutien de l'ex-candidate à l'élection présidentielle américaine Hillary Clinton.

Cette campagne s'efforce d'obtenir de l'Organisation des Nations unies qu'elle expulse l'Iran de la Commission de l'ONU sur la condition de la femme, lors d'un vote attendu le 14 décembre.

Selon un dernier bilan fourni par le général Amirali Hajizadeh, du corps des Gardiens de la Révolution, il y a eu plus de 300 morts lors des manifestations depuis le 16 septembre.

Les autorités iraniennes ont finalement annoncé dimanche la suppression de la très contestée police des mœurs.


George Clooney et U2 honorés par le Kennedy Center à Washington

L'acteur américain George Clooney et le musicien Bono du groupe de rock irlandais U2 (Photo, AFP).
L'acteur américain George Clooney et le musicien Bono du groupe de rock irlandais U2 (Photo, AFP).
Short Url
  • Une kyrielle de stars de Hollywood et le tout-Washington vont célébrer la carrière de la grande chanteuse de soul Gladys Knight
  • Le show sera diffusé par toutes les grandes chaînes américaines le 28 décembre

WASHINGTON: George Clooney et le groupe de rock irlandais U2 figurent parmi les personnalités qui reçoivent dimanche les honneurs du Kennedy Center, le prix culturel le plus prestigieux de Washington, en présence de Joe Biden.

Une kyrielle de stars de Hollywood et le tout-Washington vont également célébrer les carrières de la grande chanteuse de soul Gladys Knight, de la cheffe d'orchestre et compositrice d'origine cubaine Tania Leon et de la chanteuse de gospel évangélique Amy Grant, lors de cette soirée de gala dont c'est la 45e édition.

Joe Biden et son épouse Jill, ainsi que la vice-présidente Kamala Harris et son époux Douglas Emhoff, doivent assister à cette prestigieuse soirée dans le grand centre culturel de la capitale américaine, que l'ex-président Donald Trump, très peu populaire dans le monde de la culture américaine, avait boudé pendant tout son mandat.

Une série de célébrités vont se succéder sur la scène du Kennedy Center pour rendre hommage à celles honorées dimanche, qui auront auparavant participé à une réception privée à la Maison Blanche avec les Biden et quelques invités triés sur le volet, au lendemain d'un dîner d'honneur samedi soir au département d'État, en présence du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Le show sera diffusé par toutes les grandes chaînes américaines le 28 décembre.

L'acteur oscarisé George Clooney, 61 ans, et son épouse Amal, une avocate spécialisée dans la défense des droits humains, sont particulièrement attendus cette année sur le tapis rouge. Star du film "Ocean's Eleven" et de "Batman et Robin", qui a également réalisé et produit plusieurs films, il s'est déclaré honoré de recevoir cet hommage.

"Moi qui ai grandi dans une petite ville du Kentucky, je n'aurais jamais imaginé être assis un jour au balcon des Honneurs du Kennedy Center", a-t-il indiqué dans un communiqué. "Être mentionné au même titre que le reste de ces incroyables artistes est un honneur."

«Élargir le cercle»

Surnommée "l'Impératrice de la soul", Gladys Knight, 78 ans, s'est déclarée "infiniment touchée".

"L'attachement du Kennedy Center à l'art est sans équivalent et je suis très reconnaissante", a-t-elle ajouté.

Le chanteur et philanthrope Bono et son groupe U2, qui ont vendu 170 millions d'albums dans le monde, sont honorés pour des titres mythiques comme "Sunday Bloody Sunday", "Desire" et "With or without you".

Lauréate du prix Pulitzer de musique pour son opéra "Stride", Tania Leon, 79 ans, est connue pour ses compositions innovantes et puissantes, mêlant musique classique et rythmes cubains, ainsi que pour sa musique de chambre.

Amy Grant, 62 ans, a quant à elle été la première chanteuse de musique chrétienne à obtenir un disque de platine, et elle a remporté six Grammy Awards.

Première star de la musique chrétienne à être reconnue par le Kennedy Center, elle a indiqué que "jamais dans (ses) rêves les plus fous" elle n'avait pensé recevoir cette récompense.

"Au fil des années, j'ai vu beaucoup de mes héros célébrés par leurs collègues artistes, toujours émue par la capacité des films et de la musique à nous rassembler et à trouver en nous ce que nous avons de meilleur", a-t-elle ajouté dans un communiqué. "Je vous remercie d'élargir le cercle pour nous tous."