«Responsabiliser» les jeunes face aux fake news, le pari d'une exposition

«Les fake news qui fonctionnent s'appuient (souvent) sur des archives, qui sont transformées pour réinterpréter les faits historiques», commente Nathalie Bazoche. (Photo, AFP)
«Les fake news qui fonctionnent s'appuient (souvent) sur des archives, qui sont transformées pour réinterpréter les faits historiques», commente Nathalie Bazoche. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 30 mai 2021

«Responsabiliser» les jeunes face aux fake news, le pari d'une exposition

  • «Comment donne-t-on envie aux jeunes et aux moins jeunes de s'approprier les outils nécessaires» pour lutter contre les fausses informations? 
  • Une vidéo explique le phénomène des deep fakes -- un trucage numérique consistant à reproduire des visages de personnalités comme Donald Trump, et à leur faire dire tout et n'importe quoi

PARIS: "Greta Thunberg aurait été photographiée avec un mouchoir jetable": exemple d'une fausse information qui peut vite devenir virale. Une exposition inédite en France croise les regards d'artistes et d'experts pour faire de la pédagogie face à la prolifération des fake news.

"Notre objectif est de s'adresser aux jeunes", explique Nathalie Bazoche, responsable du développement culturel de la Fondation EDF à Paris, qui abrite l'exposition. "Comment donne-t-on envie aux jeunes et aux moins jeunes de s'approprier les outils nécessaires" pour lutter contre les fausses informations? 

Une vingtaine d'oeuvres (maquettes, photos, sculptures...), une trentaine de dessins de presse et des vidéos pédagogiques visent à montrer comment prolifèrent les fake news et les outils et réflexes pour s'en prémunir. 

"Nous sommes en partie responsables du phénomène des fake news par notre attitude face à l'information", estime Laurence Lamy, déléguée générale de la fondation. "Les artistes en plus d'interpeller notre sensibilité, nous familiarisent avec des procédés: l'art de jouer avec la fiction est leur métier".

Dans "Libération I" et "Libération II", la photographe Agnès Geoffray reprend la photo d'une femme tondue et mise à nue par la foule à la Libération de Paris en 1945. Dans une version modifiée de la photographie (antérieure à l'exposition), l'artiste a rhabillé cette femme pour la "réhabiliter", souligne Nathalie Bazoche.

Une réappropriation artistique qui illustre la capacité d'une image à influer sur la lecture d'un événement. 

«George Clooney en désintox»

"Les fake news qui fonctionnent s'appuient (souvent) sur des archives, qui sont transformées pour réinterpréter les faits historiques", commente Nathalie Bazoche.

A l'autre bout de la pièce, des mètres de "fausses vérités" imprimées sur du papier de ticket de caisse s'amoncellent sur le sol. Cette imprimante à fake news est une oeuvre des artistes Tsilane Hassine et Camel Barnea Brezner Jonas.

Au fil de leur déambulation, les visiteurs peuvent aussi observer quatorze oiseaux bleus en cage, comme les gazouillis du réseau social Twitter, mettant à la portée du public de fausses informations. Comme le tweet "George Clooney a été hospitalisé en cure de désintoxication", imaginé par l'artiste Nicolas Davoine. "N'y a-t-il pas un risque dans la liberté de parole qu'a pu représenter Twitter", interroge-t-il.

Le rôle de l'exposition est d'alerter sur "cette liberté d'expression qu'on ne doit pas perdre, surtout sous prétexte qu'on ne saurait pas gérer les fake news en tant qu'individu", souligne Nathalie Bazoche.

Une vidéo explique ainsi le phénomène des deep fakes -- un trucage numérique consistant à reproduire des visages de personnalités comme Donald Trump ou l'acteur Morgan Freeman, et à leur faire dire tout et n'importe quoi.

Sur un autre écran, Denis Teyssou, journaliste à l'Agence France-Presse - laquelle a développé le plus important réseau au monde de journalistes dédié au fact-checking - présente des outils numériques développés pour analyser les images qui circulent en ligne et retracer leur construction lorsqu'elles ont été détournées.

L'exposition, qui fait l'objet d'un partenariat avec le CLEMI (Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information), dispose d'une version adaptée qui circule dans des classes de collèges et lycées. 

Gratuite sur réservation du fait des restrictions sanitaires, l'exposition "Fake News: art, fiction, mensonge" se tient jusqu'au 30 janvier 2022, à la fondation EDF à Paris. C'est la deuxième exposition de la fondation qui suit un nouveau programme, "éclairer des sujets de société avec le concours d'oeuvres d'art".


Boxe: le match revanche qui oppose Joshua à Usyk à Djeddah, une inspiration pour les générations futures

Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Short Url
  • «Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare le prince Fahad ben Abdelaziz
  • Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs dans le Royaume

LONDRES: Encourager la prochaine génération de Saoudiens à faire du sport et à devenir champions en la matière est l’un des principaux objectifs pour attirer le sport de haut niveau au sein du Royaume, selon le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk. 

Le prince Fahad ben Abdelaziz, porte-parole de Skill Challenge Entertainment, évoque cette semaine la préparation au combat qui se déroule à Djeddah et espère que le combat léguera un certain héritage à la jeunesse saoudienne. 

Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs à l’intérieur du Royaume. 

«Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare-t-il. 

«Les dirigeants estimés du pays sont vraiment conscients des répercussions que le sport pourrait avoir sur l’amélioration de la vie des habitants et nous soutenons pleinement cette transformation. Les changements déjà mis en place ont déjà eu une incidence considérable sur les gens de notre pays.» 

«Il est évident que les Saoudiens sont enthousiastes à l’idée que certains des plus grands événements sportifs du monde se déroulent au Royaume.» 

Le prince Fahad affirme également que l’organisation du combat en Arabie saoudite s’inscrit dans le cadre d’une ambition plus large: développer la boxe dans le Royaume. 

«L’une des principales raisons d’organiser des événements comme celui-là ici dans le Royaume est d’inspirer les habitants et les générations futures au niveau local», précise-t-il. 

«Depuis le dernier combat, intitulé “Clash on the Dunes”, en 2019, nous avons assisté à une augmentation de 300% du nombre d’hommes et de femmes qui suivent des cours de boxe et le nombre de salles est passé de sept à cinquante-neuf.» 

«En organisant d’autres événements comme celui-là, y compris les premiers championnats de boxe féminine, nous souhaitons inciter plus de 500 000 personnes à pratiquer ce sport au cours des quatre prochaines années. Un exploit clé serait d’inspirer les habitants de la nation et de la région à s’adonner aux pratiques sportives et, espérons-le, à en tomber amoureux comme c’est arrivé pour tant d’autres.» 

Il poursuit en ces termes: «Parallèlement à cela, nous voulons montrer la véritable Arabie saoudite au reste du monde, les gens merveilleux, la transformation des régions, ainsi que la beauté du paysage de la mer Rouge.» 

Il déclare que l’organisation du Championnat du monde poids lourds constitue le point culminant de la transformation en cours dans le Royaume en ce moment. 

«Les changements et la transformation qui résultent de l’initiative Vision 2030 nous incitent à accueillir certains des plus grands événements sportifs mondiaux comme celui-là. C’est vraiment ce qui nous a donné, à Skill Challenge Entertainment, l’ambition d’organiser cet événement et de promouvoir l’Arabie saoudite à l’échelle mondiale.» 

Lors de la préparation du combat et des conférences de presse qui l’annoncent, le prince Fahad affirme que le fait de mettre en avant Djeddah et l’Arabie saoudite sur le plan mondial représente un moment fort. 

«Il y avait une immense fierté lors du tournage de la vidéo promotionnelle. Pour la partie principale de la vidéo, Anthony Joshua et Usyk se sont affrontés dans la partie historique de Djeddah devant trois cents habitants, ce qui a donné un aperçu de l’enthousiasme que les habitants ressentent envers l’organisation de cet événement dans le Royaume», souligne-t-il. 

«Les combattants ont profité de ce moment et se sont montrés émerveillés par l’atmosphère exceptionnelle du lieu. Tous deux disent à quel point le quartier historique de Djeddah est remarquable. C’est formidable d’être là à ce moment bien précis et nous espérons que tout le monde appréciera cet événement autant que nous avons pris du plaisir à l’organiser», renchérit-il. 

Le message qu’adresse le prince Fahad aux fans de boxe qui se rendent à Djeddah pour le combat baptisé «Rage on the Red Sea», qui se tiendra le 20 août prochain, est de «s’attendre à l’inattendu». 

Il conclut par ces mots: «Rage on the Red Sea est sur le point de devenir l’un des plus grands moments sportifs de cette année à l’échelle mondiale. Il se déroule ici même, chez nous. Je vous encourage à faire partie de l’histoire en assistant au combat. Vous passerez forcément un moment exceptionnel.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elham Dawsari: Mes histoires sont celles de toutes les femmes saoudiennes

Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Short Url
  • Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail
  • Au lieu de se pencher sur les problèmes de l'époque actuelle, elle a préféré mettre en valeur les histoires du passé

RIYAD: Alors que l'artiste et écrivaine saoudienne interdisciplinaire Elham Dawsari savoure un latte espagnol glacé – un doux moyen de lutter contre la chaleur extérieure –, elle se souvient de l'un de ses premiers croquis: une version plus jeune d'elle-même, assise sur le perron de sa maison, en train de regarder des garçons de son âge jouer pieds nus dans l'herbe, loin de la bienséance sociale. Elle tient un walkman à la main.

«J'ai fait ce dessin parce que je voulais non seulement répondre à des questions, mais aussi en poser moi-même certaines: qu'en est-il des espaces ? Des femmes ? Du sexe ?» s’interroge-t-elle auprès d’Arab News.

Comme elle était à la fois le sujet du croquis et l'arrière-plan des garçons qui jouaient, elle a établi une connexion intrinsèque avec l'espace qui l'entourait et la place qu'occupaient les femmes dans cet espace.

arabie saoudite
Deux personnages féminins miniatures, l'un époussetant le patio et l'autre appliquant une crème hydratante et du citron, dans le cadre de l'œuvre d'art «Nfas» de l'artiste Elham Dawsari présentée au Jax Arts Festival, à Riyad. (Photo prise par le photographe Moat Alyahya)

Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail.

L'artiste explore la ville de Riyad dans les années 1980 et 1990, dans l’ère pré-Internet, et s'intéresse surtout aux femmes issues de classes moyennes ou défavorisées. Et notamment sur la manière dont internet a modifié leur comportement et les a façonnées dans leurs espaces environnants.

«Je pense que c'est une façon pour moi d'accepter beaucoup de choses qui se sont passées dans ma vie, y compris les histoires de femmes, parce que je me suis longtemps posé des questions pour essayer de les comprendre», explique-t-elle.


Elton John et Britney Spears unissent leurs talents pour une nouvelle chanson

Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Short Url
  • Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer"
  • L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars

LOS ANGELES: L'icône de la pop Britney Spears et la superstar britannique Elton John vont unir leurs voix dans une nouvelle chanson, a annoncé lundi la maison de disques qui la distribuera.

Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer", selon Interscope Records.

Si sa date de sortie reste inconnue, il s'agira du premier nouveau titre de Britney Spears depuis des années.

Son titre est inspiré des paroles de la chanson "Tiny Dancer", sortie par Elton John au début des années 1970.

L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars.

Britney Spears et son compagnon Sam Asghari ont récemment annoncé que la chanteuse avait fait une fausse couche.

Sa grossesse avait été rendue publique cinq mois après l'annonce dans un tribunal californien de la fin de la tutelle controversée exercée principalement par son père, Jamie Spears.

La mesure avait été décidée en 2008 en raison de troubles psychologiques de la star, qui l'a qualifiée d'"abusive" et qui, selon elle, l'empêchait de retirer son stérilet contraceptif malgré son désir d'avoir d'autres enfants.

La pop star, révélée par plusieurs tubes planétaires dont "...Baby One More Time", n'a pas donné d'interview depuis des années et apparaît rarement publiquement.

Elton John, qui a fêté ses 75 ans il y a quelques mois, est notamment connu pour son tube "Rocket Man".

Il s'est lancé en 2018 dans une tournée d'adieux aux proportions XXL. Etalée sur plusieurs années, elle prévoyait plus de 300 dates à travers le monde avant d'être perturbée par la pandémie de Covid-19.