Face à la propagation de la désinformation à travers le monde, RSF lance son label «JTI»

Un kiosque à journaux de désinformation est vu dans le centre de Manhattan le 30 octobre 2018, dans le but d'éduquer les consommateurs sur les dangers de la désinformation. (Photo, AFP)
Un kiosque à journaux de désinformation est vu dans le centre de Manhattan le 30 octobre 2018, dans le but d'éduquer les consommateurs sur les dangers de la désinformation. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 18 mai 2021

Face à la propagation de la désinformation à travers le monde, RSF lance son label «JTI»

  • Soutenu par l’Union européenne de radio-télévision et l’Agence France-Presse, ce label est conditionné par le respect d'un certain nombre de critères
  • Au processus interne de labellisation vient s’ajouter un audit externe administré par un organisme certificateur accrédité

RABAT: En plein accroissement de la désinformation à travers le monde, menaçant par la même occasion les processus électoraux ou encore la santé publique (Covid-19), l'ONG Reporters sans frontières (RSF) a annoncé le lancement d'une plateforme en ligne permettant aux médias d'obtenir le label «Journalism Trust Initiative» (JTI). 

Soutenu par l’Union européenne de radio-télévision et l’Agence France-Presse, ce label est conditionné par le respect d'un certain nombre de critères établis par plus de 130 organisations, médias et personnes liées au domaine, que ce soit des universitaires ou encore des entreprises technologiques. Par ailleurs, cette initiative a été cofinancée par la Commission européenne et Craig Newmark Philanthropies du fondateur du site d’annonces Craiglist.

S'adressant à l'AFP, le secrétaire général de l'ONG, Christophe Deloire, a estimé que «dans le chaos informationnel actuel, les fausses nouvelles, la propagande et les discours de haine ont un avantage compétitif sur le journalisme». Par conséquent, il s’est félicité de cette initiative qui «vise à changer la donne en faisant de la conformité à des normes professionnelles un atout tangible et, au final, un gage de durabilité du journalisme».

Au processus interne de labellisation vient s’ajouter un audit externe administré par un organisme certificateur accrédité dont le nom n’a pas été précisé dans le communiqué de RSF.

Actuellement, l’approche à adopter face à cette propagation des fake news suscite beaucoup de débats, certains y voient une nécessité d'encadrer ou encore de légiférer alors que d’autres y voient une atteinte à la liberté d’expression.

Des pays s'activent à proposer des solutions, notamment le Royaume-Uni, qui a annoncé le 1 mai 2021, une aide de £ 8 millions à la BBC World Service dans le but de combattre la propagation des fake news. D’autre part ce même pays a également annoncé qu’il discuterait avec ses partenaires du G7 de l’établissement d’un «mécanisme rapide» afin de contrer ce que les Américains, Européens et Britanniques estiment être une tentative de «semer la méfiance» par la Russie et la Chine. 

Sur le banc des accusés on retrouve la Russie et la Chine même si les deux pays ont rejeté d'un revers de main les accusations avancées par les agences sécuritaires occidentales. En réponse à ces accusations, Moscow – à travers Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères – a estimé qu’il était temps «de réfléchir à la raison pour laquelle les pays qui sont malades de la propagande, et qui l'ont utilisée plus d'une fois pour justifier une intervention armée et le renversement de gouvernements ... accusent notre pays de leurs propres péchés».

Pour rappel, les démocrates américains ont à maintes reprises accusé Trump et ses alliés d’encourager la propagation de fausses informations. Cette compagne de désinformation avait culminé en une attaque sur le Capitole par des supporters du président sortant, convaincus que les démocrates étaient sur le point de «voler l’élection». Une narrative promue par Trump tout au long de sa campagne.

À plusieurs occasions, Trump s'était même livré à des attaques contre les médias qui lui déplaisaient, notamment le New York Times et CNN, que ce soit sur Twitter où il a été banni ou lors de conférences de presse, lorsqu'il s’en prenait farouchement aux journalistes présents.


Inspirés par l'Ukraine, des civils taïwanais se forment à la guérilla urbaine

Cette photo prise le 18 juin 2022 montre une taïwanaise visant une réplique d'arme de poing dans le cadre d'un atelier d'armes à feu dans le district de Linko, à New Taipei City. (AFP)
Cette photo prise le 18 juin 2022 montre une taïwanaise visant une réplique d'arme de poing dans le cadre d'un atelier d'armes à feu dans le district de Linko, à New Taipei City. (AFP)
Short Url
  • Pour Yeh, la question n'est pas de savoir s'ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand
  • Il cite l'exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, «Taïwan est le prochain»

NOUVEAU TAIPAI: En tenue de camouflage, fusil d'assaut à la main, le "Prof" Yeh risque un regard depuis derrière un véhicule. Il observe les environs et attend le signal d'avancer.

Dans la vraie vie, Yeh, 47 ans, travaille dans le marketing. Son arme est une réplique. Mais le temps d'un weekend, il s'est enrôlé dans un cours de guérilla urbaine pour se préparer à une invasion chinoise de Taïwan, une perspective très réelle selon lui.

"La guerre Russie-Ukraine, c'est la grande raison pour laquelle je suis venu à cet atelier", explique "Prof" - son "nom de guerre" pendant l'entraînement - pendant une pause entre deux séances.

Quand le président russe Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes d'envahir l'Ukraine en février, il a réveillé les craintes les plus noires chez de nombreux Taïwanais.

L'île démocratique vit sous la menace permanente de la Chine communiste, qui la considère comme une partie de son territoire et s'est jurée de la reprendre un jour.

Mais pour Yeh, la guerre en Ukraine est aussi une source d'inspiration. La résistance acharnée des forces ukrainiennes lui a donné l'espoir qu'en employant les bonnes tactiques, Taïwan aura une chance de se défendre contre son puissant voisin.

Il n'est pas le seul. Depuis février, le nombre de participants à la formation au combat de rue a quadruplé, selon les organisateurs. Les Taïwanais se bousculent également dans les cours de maniement d'armes à feu et de premiers secours.

A Taïwan, les inquiétudes concernant la Chine couvaient déjà bien longtemps avant l'invasion de l'Ukraine. Selon Max Chiang, le patron de l'entreprise qui organise les formations, les Taïwanais ont développé "un sens aigu de la crise" depuis 2020, quand les avions militaires chinois ont commencé à multiplier les incursions dans la zone d'identification de défense aérienne de l'île.

Environ 380 de ces sorties aériennes menaçantes ont été signalées cette année-là. Le nombre a plus que doublé en 2021, et est en passe de faire de même cette année, selon une base de données de l'AFP.

Supériorité écrasante 

La supériorité militaire de Pékin face à Taipei est écrasante. Selon le ministère américain de la Défense, l'Armée populaire de libération compte plus d'un million d'hommes, contre 88.000 pour l'armée taïwanaise, 6.300 chars contre 800, et 1.600 avions de chasse contre 400.

Mais l'Ukraine a fourni un modèle très concret de comment réduire les effets de cette disparité. Elle a notamment démontré à quel point le combat pour le contrôle des villes pouvait s'avérer difficile et coûteux pour l'assaillant. Or la plupart des 23 millions de Taïwanais habitent dans des zones urbaines.

Courant en colonne à travers le parking, s'abritant derrière des bâtiments et des véhicules pour simuler l'attaque de positions ennemies, Yeh et ses quinze coéquipiers tentent de mettre en pratique certaines des leçons apprises dans les villes ukrainiennes dévastées.

"La meilleure défense, c'est l'attaque", affirme Yeh alors que non loin de là, ses instructeurs vêtus de gilets fluo prennent des notes. "Ou pour dire les choses crûment: anéantir l'ennemi et freiner toutes ses avancées".

Dans un entrepôt à côté du parking, Ruth Lam, 34 ans, tient entre ses mains un pistolet pour la première fois de sa vie. Cette employée d'un fabriquant d'ampoules pour automobiles raconte que la plupart de ses clients européens lui affirmaient qu'il n'y aurait jamais de guerre en Ukraine.

"Mais c'est arrivé", dit-elle.

«Penser au parapluie avant l'averse»

Elle espère qu'apprendre le maniement des armes lui permettra de se protéger, elle et sa famille, en cas de guerre. Elle prévoit d'approfondir son apprentissage en compagnie de ses amis. "C'est avant l'averse qu'il faut penser à son parapluie", poursuit-elle. "Nous ne savons pas quand les choses vont se produire".

Selon un sondage réalisé en mai, 61,4% des personnes interrogées se déclarent prêtes à prendre les armes en cas d'invasion de l'île.

"La volonté du peuple ukrainien de lutter contre l'agresseur a renforcé la détermination des Taïwanais de protéger leur patrie", explique à l'AFP Chen Kuan-ting, qui dirige le groupe de réflexion NextGen Foundation.

Lin Ping-yu, un ancien parachutiste, qui participe au cours de guérilla urbaine "pour rafraîchir ses connaissances en matière de combat", est du même avis.

"Ce n'est que quand les citoyens d'un pays ont la forte volonté et la détermination de défendre leur terre qu'ils peuvent convaincre la communauté internationale de les aider", affirme cet homme de 38 ans.

Pour Yeh, la question n'est pas de savoir s'ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand.

Il cite l'exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, "Taïwan est le prochain".


En Ukraine, une mode guerrière qui surfe sur le patriotisme

Anna Perebynos, 22 ans, pose avec un t-shirt de la marque Balcony Garment sur lequel on peut lire "Ici & Maintenant", à Kiev le 2 juillet 2022. (AFP)
Anna Perebynos, 22 ans, pose avec un t-shirt de la marque Balcony Garment sur lequel on peut lire "Ici & Maintenant", à Kiev le 2 juillet 2022. (AFP)
Short Url
  • Les t-shirts, créés par le label local J.Cook, représentent Patron, un chien décoré par le président Volodymyr Zelensky en mai pour son talent de dénicheur de mines
  • «Dans 90% des cas, les gens choisissent des t-shirts aux thèmes militaires. C'est une sorte de moyen d'expression. Les gens veulent montrer que ça les touche», explique l'homme d'affaires

KIEV: Dans un grand magasin de vêtements du centre de Kiev, la capitale ukrainienne, une mère et sa jeune fille flânent en regardant des t-shirts affublés d'un personnage de chien en gilet pare-balles et lunettes de soleil.

"On en a plusieurs des comme ça", lance Tatiana, qui dit venir souvent ici pour acheter des articles du genre, à la faveur d'une mode des vêtements patriotiques en plein essor en Ukraine, confrontée depuis fin février à une invasion russe.

Les t-shirts, créés par le label local J.Cook, représentent Patron, un chien décoré par le président Volodymyr Zelensky en mai pour son talent de dénicheur de mines.

"J'aime le petit Patron", dit Valeria, la fille de Tatiana, sa mère hochant la tête.

Selon le fondateur de J.Cook, Serguiï Fiout, les t-shirts avec Patron sont "actuellement les plus populaires" de la marque, nommée d'après l'explorateur britannique James Cook et qui produit ses vêtements dans l'Ouest de l'Ukraine.

"Dans 90% des cas, les gens choisissent des t-shirts aux thèmes militaires. C'est une sorte de moyen d'expression. Les gens veulent montrer que ça les touche", explique l'homme d'affaires de 34 ans, heureux de voir ses ventes exploser.

Selon lui, bon nombre de clients sont des femmes achetant ces t-shirts pour en faire cadeau à leur mari ou proche combattant actuellement sur le front.

«Talisman»

Au magasin Vsi Svoï ("Tous les nôtres") sur la principale artère commerçante de Kiev, on trouve un large choix de vêtements patriotiques.

Un mannequin à l'entrée est affublé d'un t-shirt montrant un missile anti-tank américain Javelin sur fond de fleurs, un création d'un autre label local baptisé SIL' wear.

Maria Iakniounas, 31 ans, co-propriétaire de la marque, assure que ce design, nommé "Talisman", est l'un des plus populaires. Il est inspiré d'une coutume populaire ukrainienne, les paysans ayant pour habitude d'accrocher des serviettes brodées avec des motifs floraux pour conjurer le mauvais sort.

"Aujourd'hui, le Javelin entre les mains de nos guerriers est le talisman de chaque Ukrainien", lance-t-elle, rapportant également des ventes en pleine croissance.

Les deux labels, J.Cook et SIL' wear, reversent une partie de leurs bénéfices aux forces armées.

D'autres designs se moquent des affirmations de la propagande russe, par exemple de celle assurant que l'Ukraine utilise des oies et des pigeons génétiquement modifiés comme armes biologiques.

J.Cook propose ainsi un dessin de pigeon à l'allure belliqueuse portant un casque de tankiste et une ceinture de munitions, ou d'un troupeau d'oies avec des fusils.

Les Russes "nous donnent des idées pour nos dessins", reconnaît Serguiï Fiout, disant vouloir "ironiser" sur les affirmations de Moscou et s'en "moquer".

Envoyer un message 

Et les clients semblent saisir la blague au vol.

Mykola, 14 ans, indique que ses amis et lui même aiment ces chemisettes. Elles "envoient un message et c'est pourquoi il est important de les porter", dit-il. "Ou simplement parce qu'elles vous plaisent".

Un autre client, l'informaticien Anton Oliïnyk, porte un t-shirt noir avec l'emblème du trident ukrainien en motif à fleurs. "Je suis fier de mon pays et j'ai envie de le partager avec les gens", explique-t-il, disant posséder plusieurs modèles.

Dans un autre magasin à la mode, Kapsula ("Capsule"), des vêtements et bijoux créés par des designers ukrainiens affichent les couleurs jaune et bleu du drapeau national.

"Tout est si patriotique désormais", constate la gérante Anna Perebynos, 22 ans. Son magasin organise des événements spéciaux pour que les clients découvrent les designers ukrainiens qui sortent de nouvelles collections malgré les combats.

Dans les étals, un hoodie du label MY x MY est décoré d'une carte de l'Ukraine avec le slogan: "Un endroit pour les gens heureux".

Un t-shirt de Balcony Garment montre une roquette russe avec un symbole nucléaire juxtaposés sur des colombes et des fleurs. Il y aussi des blouses traditionnelles.

"On a beaucoup de commandes à l'étranger. Venant de gens qui sont nés ici et qui sont partis", affirme Anna Perebynos.

La vague de patriotisme s'étend jusqu'au maquillage, certaines femmes marquant leurs yeux des couleurs jaune et bleu.

"C'est une grande tendance, cela montre que les gens nous soutiennent", assure Mme Perebynos.


Traversées de la Manche: 39 arrestations font tomber un réseau de passeurs

Le gouvernement britannique espère pouvoir commencer à envoyer une partie des migrants illégaux sur son territoire vers le Rwanda (Photo, AFP).
Le gouvernement britannique espère pouvoir commencer à envoyer une partie des migrants illégaux sur son territoire vers le Rwanda (Photo, AFP).
Short Url
  • Il s'agit d'une grande organisation criminelle irako-kurde, structurée et de haut niveau
  • Le réseau est soupçonné d'avoir fait passer jusqu'à 10 000 migrants originaires du Moyen-Orient et d'Afrique de l'Est au cours des 12 à 18 derniers mois

LA HAYE: Un important réseau d'immigration clandestine, organisant des traversées de la Manche par bateaux, a été démantelé lors de la plus grande opération internationale de la sorte menant à 39 arrestations, a-t-on appris mercredi lors d'une conférence de presse à Eurojust.

Il s'agit d'une grande organisation criminelle irako-kurde, structurée et de haut niveau, qui avait la mainmise sur le passage de migrants de la France vers le Royaume-Uni par la traversée de la Manche, selon les enquêteurs.

Le réseau est soupçonné d'avoir fait passer jusqu'à 10.000 migrants originaires du Moyen-Orient et d'Afrique de l'Est de la France vers le Royaume-Uni au cours des 12 à 18 derniers mois avec de petites embarcations pneumatiques.

"Il s'agit de la plus grande opération internationale jamais menée contre les passeurs de petits bateaux", a déclaré Jean-Philippe Decouffe, directeur exécutif d'Europol, lors d'une conférence de presse à Eurojust.

Les 39 arrestations ont été effectuées lors d'une opération internationale menée conjointement par la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, coordonnée par Europol et Eurojust, toutes deux basées à La Haye.

Au cours de plus de 50 perquisitions, 1.200 gilets de sauvetages, près de 150 bateaux pneumatiques et 50 moteurs ont été saisis, tout comme plusieurs milliers d'euros en liquidités, des armes et de la drogue, ont précisé les agences.

Ces chiffres sont provisoires puisque des perquisitions sont encore en cours.

Les suspects facturaient en moyenne 2.500 à 3.500 euros par migrant, selon la nationalité, générant pas moins de 15 millions d'euros de chiffre d'affaires, selon les estimations d'Europol.

"L'organisation supervisait l'acheminement de personnes de toutes nationalités vers les plages et les traversées maritimes proprement dites", a déclaré lors de cette même conférence de presse Carole Etienne, procureure du tribunal de Lille, dans le nord de la France.

"L'opération a permis pour la première fois en France d'identifier" des "donneurs d'ordres" au sein des réseaux, a-t-elle soulevé.

Plusieurs cadres, des passeurs, des acteurs locaux et la tête du réseau, un homme de 26 ans d'origine irako-kurde, ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

La tête du réseau "avait un rôle clé dans l'organisation et la logistique, il était très important", a souligné Matt Rivers, directeur régional des investigations de l'Agence nationale contre le crime (NCA) au Royaume-Uni, où l'homme a été arrêté.

En 2021, l'utilisation de petits bateaux est devenue le principal moyen de trafic de migrants de l'UE vers le Royaume-Uni, dépassant le trafic dans des camions, a indiqué Europol.

Près de 50.000 migrants en situation irrégulière ont tenté l'année dernière de traverser la Manche dans de petites embarcations, soit trois fois plus que l'année précédente.

Au cours des six premiers mois de 2022, plus de 11.500 migrants en situation irrégulière ont atteint le Royaume-Uni, générant près de 30 millions d'euros de chiffre d'affaires pour les organisations criminelles actives dans cette zone.