La justice libanaise simulera l’opération de soudage qui a précédé l’explosion de Beyrouth

Des pelleteuses retirent de la terre sur le site de l’explosion à côté des silos du port de Beyrouth, le 16 août 2020, au lendemain de l’explosion massive qui a ravagé la capitale libanaise. (Photo, AFP)
Des pelleteuses retirent de la terre sur le site de l’explosion à côté des silos du port de Beyrouth, le 16 août 2020, au lendemain de l’explosion massive qui a ravagé la capitale libanaise. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 06 juin 2021

La justice libanaise simulera l’opération de soudage qui a précédé l’explosion de Beyrouth

  • Plus de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, qui étaient entreposées au port de Beyrouth depuis 2014 à proximité de feux d’artifice, ont explosé, détruisant des centaines de maisons et d’appartements et laissant un cratère de 40 mètres de profondeur
  • «Une attaque de missile est l’une des trois théories possibles ; la deuxième est qu’une erreur de soudure a conduit à l’incendie qui a provoqué l’explosion, et la troisième est que l’incendie était intentionnel», explique le magistrat

BEYROUTH : Dix mois se sont écoulés depuis l’explosion du port de Beyrouth, qui a eu lieu le 4 août 2020, et la justice libanaise n’a toujours pas déterminé la cause de l’explosion massive qui a fait plus de 215 morts et 6 000 blessés.

Depuis lors, 19 personnes ont été arrêtées, y compris des officiers des départements de la Sûreté de l’État et de la Sûreté générale, et des dizaines de personnes ont été convoquées pour être interrogées, y compris des hauts responsables, tels que le Premier ministre sortant Hassan Diab, un ancien ministre, deux députés actuels et le directeur général de la sûreté de l’État, le général de division Tony Saliba.

Le juge Tarek Bitar, qui a repris l’affaire il y a trois mois après que son prédécesseur, le juge Fadi Sawan, a été démis de ses fonctions par la Cour de cassation libanaise, a récemment déclaré aux journalistes qu’il avait exclu la possibilité que l’explosion ait été causée par une « attaque à la roquette ».

M. Bitar a fondé son jugement sur un rapport établi par des experts médico-légaux français qui n’ont trouvé aucun vestige de missile dans la zone portuaire.

« Une attaque de missile est l’une des trois théories possibles ; la deuxième est qu’une erreur de soudure a conduit à l’incendie qui a provoqué l’explosion, et la troisième est que l’incendie était intentionnel », explique le magistrat.

Il a indiqué qu’il était à 80% certain de pouvoir exclure la théorie d’une attaque de missile et a ajouté que « le travail se poursuit pour déterminer laquelle des deux possibilités restantes est la cause de l’explosion ».

Dans sa réunion avec les journalistes, le juge Bitar semblait s’apprêter à annoncer la fin prochaine des enquêtes techniques et à passer à la phase de convocation.

Une source judiciaire a affirmé à Arab News que « des responsables sécuritaires et politiques, et même des juges, seront convoqués pour être interrogés dans les semaines à venir ».

Contrairement à son prédécesseur, M. Bitar utilisera des moyens judiciaires et constitutionnels pour poursuivre les responsables qui bénéficient d’une immunité.

Le 10 décembre 2020, le juge Sawan avait convoqué Hassan Diab et trois anciens ministres pour leur négligence, mais aucun d’entre eux ne s’est présenté. M. Sawan avait prévu de les interroger en tant que « défendeurs ».

Le 18 février 2021, ce dernier a été dessaisi de l’affaire.

Le juge Bitar a confié aux journalistes qu’il « pourrait subir des pressions dans les semaines à venir, mais qu’il dira toujours la vérité » et qu’il « soumettra son acte d’accusation au conseil judiciaire avant la fin de l’année, avec des preuves matérielles pour poursuivre les personnes à l’origine de l’explosion ».

Plus de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, qui étaient entreposées au port de Beyrouth depuis 2014 à proximité de feux d’artifice, ont explosé, détruisant des centaines de maisons et d’appartements et laissant un cratère de 40 mètres de profondeur.

Dans son enquête, M. Bitar cherche à découvrir « les causes de l’explosion, les responsables de la cargaison d’ammonium et ses sources, et les raisons pour lesquelles elle a été conservée à Beyrouth pendant sept ans ».

Tout comme son prédécesseur, le juge Bitar a souligné que la « négligence » était l’une des causes.

Une simulation du processus de soudage qui a précédé l’explosion devrait avoir lieu dans les prochaines semaines, au même endroit et avec les mêmes appareils que ceux utilisés pour souder la porte du hangar 12.

Les trois soudeurs qui ont effectué cette mission ont été arrêtés, ainsi que les propriétaires de l’entreprise chargée des travaux de soudure dans le port.

La source judiciaire a également mentionné à Arab News que M. Bitar pourrait convoquer les juges qui étaient conscients des dangers de la cargaison de nitrate d’ammonium dans le port et qui n’ont rien fait à ce sujet ».

Depuis l’explosion, les familles des victimes organisent des manifestations dans la zone portuaire le quatrième jour de chaque mois. Ce mois-ci, elles ont menacé de prendre d’assaut le parlement si l’immunité des accusés n’était pas levée.

« Plus de 300 jours se sont écoulés depuis le massacre et les responsables n’ont toujours pas pris la peine de présenter ne serait-ce que des excuses, craignant d’assumer une quelconque responsabilité », déplore Ibrahim Hteit, porte-parole des familles des victimes.

Il a assuré que les familles « ne permettront à aucune entreprise ou investisseur de poser une pierre ou de reconstruire le port tant que la vérité n’aura pas été révélée ».

M. Hteit et les familles ont rejeté la faute sur la justice qui, selon eux, « obéit aux ordres politiques ».

Il estime qu’il est « crucial de lever l’immunité des députés pour découvrir la vérité, et les blocs parlementaires sont invités à nous aider, s’ils le souhaitent. Cependant, tout bloc qui s’abstient ou qui ne vote pas en faveur de cette mesure sera considéré comme complice et deviendra notre ennemi ».

« Les familles se préparent à organiser plusieurs sit-in devant le Parlement », ajoute-t-il.

Les photos des victimes de l’explosion sont affichées sur les murs du cœur de Beyrouth et de la route menant au port. Vendredi, un livre intitulé Cendres vivantes a été publié, contenant les témoignages de 203 familles ayant perdu des proches dans l’explosion.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L'Algérie ferme les bureaux d'Al-Arabiya et d'Al-Hadath

Plateau de la chaine Al-Arabiya (Fichier/Al-Arabiya).
Plateau de la chaine Al-Arabiya (Fichier/Al-Arabiya).
Short Url
  • Les bureaux d'Al-Arabiya ont été fermés en Algérie pour «pratique de désinformation médiatique»
  • Le Comité pour la protection des journalistes a appelé les autorités algériennes à revenir sur cette décision

LONDRES: Le ministère algérien de la Communication a décidé samedi de retirer l'accréditation du bureau de représentation d'Al-Arabiya en Algérie.

La déclaration du ministère a souligné que la décision était due au «non-respect par Al-Arabiya des règles de déontologie professionnelle et à sa pratique de désinformation et de manipulation des médias».

Parallèlement, le Comité pour la protection des journalistes a appelé les autorités algériennes à revenir sur cette décision et à garantir que la chaîne fonctionne librement à l'intérieur du pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incident au large des côtes des Émirats arabes unis, selon le groupe United Kingdom Maritime Trade Operations

Golden Brilliant, un chimiquier battant pavillon singapourien, a mis à jour son système d’identification automatique (SIA), modifiant son statut à «Pas sous commande». (Capture d’écran/YouTube/The Rotterdam Pilot)
Golden Brilliant, un chimiquier battant pavillon singapourien, a mis à jour son système d’identification automatique (SIA), modifiant son statut à «Pas sous commande». (Capture d’écran/YouTube/The Rotterdam Pilot)
Short Url
  • L’avertissement lancé par le groupe – sur base d’informations fournies par un tiers – incite les navires à faire preuve d’extrême vigilance sur plus de 110 kilomètres à l’est de l’émirat de Fujaïrah
  • Le Golden Brilliant était incapable de manœuvrer en raison de circonstances exceptionnelles

DUBAÏ: Un incident ne découlant pas d’un acte de piraterie a lieu en ce moment au large des côtes de Fujaïrah aux Émirats arabes unis, rapporte mardi le groupe United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO).

L’avertissement lancé par le groupe – sur base d’informations fournies par un tiers – incite les navires à faire preuve d’extrême vigilance sur plus de 110 kilomètres à l’est de l’émirat de Fujaïrah.

Le groupe britannique n’a fourni aucun détail sur le(s) navire(s) concerné(s).

Mardi après-midi, cependant, Golden Brilliant, un chimiquier battant pavillon singapourien, qui se trouve à peu près au même endroit au large des côtes de Fujaïrah, a mis à jour son système d’identification automatique (SIA), modifiant son statut à «Pas sous commande», selon  les données de suivi des navires de Refinitiv.

Ce statut indique qu’un navire est incapable de manœuvrer en raison de circonstances exceptionnelles.

La semaine dernière, une frappe de drone contre un pétrolier israélien au large des côtes d’Oman a fait deux victimes. Les États-Unis, Israël et le Royaume-Uni ont fait porter à l’Iran la responsabilité de l’attaque.

L’Iran a nié toute implication dans la frappe de drone et a déclaré lundi qu’il riposterait à toute tentative de nuire à sa sécurité.

Dimanche, les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré qu’ils uniraient leurs forces à celles de leurs alliés pour répondre à l’attaque menée contre le Mercer Street la semaine dernière. Les propriétaires dudit pétrolier, qui bat pavillon libérien, sont japonais, mais il est exploité par Zodiac Maritime, une société israélienne.

Ces derniers mois, l’Iran et Israël ont échangé des accusations d’attaques réciproques contre leurs navires.

Les tensions se sont exacerbées dans les eaux du Golfe, et entre l’Iran et Israël depuis 2018, lorsque le président américain, Donald Trump, a désengagé son pays de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 avec six puissances mondiales, imposant par ailleurs de nouvelles sanctions qui ont paralysé l’économie en Iran.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une fillette de 8 ans née sous le contrôle de Daech va rentrer aux États-Unis

Aminah Mohamad, 8 ans, photographiée lors d'un entretien avec ICSVE dans le nord-est de la Syrie le 31 juillet (Photo, icsve.org).
Aminah Mohamad, 8 ans, photographiée lors d'un entretien avec ICSVE dans le nord-est de la Syrie le 31 juillet (Photo, icsve.org).
Short Url
  • La mère et le père d'Aminah Mohamad ont été tués alors qu’ils étaient membres d'un groupe terroriste
  • Sauvée d’un camp syrien avec l'aide d'un diplomate américain et d'une ancienne membre canadienne de Daech

LONDRES: Une fillette née aux États-Unis, qui a grandi sous le contrôle de Daech, devrait être ramenée aux États-Unis, à partir d’un camp de détention syrien, a déclaré un ancien diplomate.

Aminah Mohamad, âgée de 8 ans et née à Chattanooga dans le Tennessee, a été sauvée du camp grâce aux informations fournies à Peter Galbraith, ambassadeur américain en Croatie de 1993 à 1998, par une femme canadienne qui a depuis quitté et dénoncé Daech.

La mère de Mohamad, Ariel Bradley, aurait fui les États-Unis pour rejoindre le groupe terroriste en 2014, après s'être convertie du Christianisme à l'Islam, et avoir épousé le père de la fillette, Yasin Mohamad, en 2011.

Bradley et son deuxième enfant, également né sous le contrôle de Daech à Al-Bab, auraient été tués en 2018 lors d'une frappe aérienne de la coalition anti-Daesh dirigée par les États-Unis. Le père d’Aminah a également été tué, faisant d'elle une orpheline.

Elle a ensuite été confiée à la garde de l'une des autres épouses de son beau-père, une femme somalienne qui est restée une fervente partisane de Daech, avant que ne commence son sauvetage.

Galbraith et la Canadienne, s'adressant au média BuzzFeed, ont raconté en détail leur opération qui a duré dix-huit mois pour obtenir la libération de la fillette du camp, qui consistait notamment à cacher son identité aux gardiens kurdes du camp ou à toute personne susceptible de révéler sa nationalité américaine.

«Les enfants dans les camps ont le pire départ dans la vie», a affirmé la femme, qui a choisi de garder l’anonymat par crainte pour sa sécurité.

«Ils sont déjà traumatisés par la perte d'un ou plusieurs parents, grandissant au milieu de la violence, de la pauvreté et de la misère. Ils font face à un danger permanent, au manque de nourriture, au manque d'éducation, et leur vie va tout simplement être gâchée», a-t-elle précisé à BuzzFeed.

Aminah, qui a été retirée du camp le 17 juillet, se trouve maintenant dans un endroit sûr dans le nord-est de la Syrie et a été interviewée par le Centre international d'étude de l'extrémisme violent à propos de sa vie sous Daech. Elle subit des tests ADN pour certifier sa citoyenneté américaine.

«Les États-Unis ont rapatrié douze citoyens américains adultes et seize citoyens américains mineurs, de Syrie et d'Irak», a déclaré le Département d'État américain à BuzzFeed News.

«Parmi les adultes, le ministère de la Justice a inculpé dix personnes sous la charge d’accusations pénales fédérales. Nous n'avons aucune indication sur le nombre exact de citoyens américains demeurant encore dans l’attente au nord-est de la Syrie.»

Galbraith, qui a passé des décennies en tant que figure emblématique dans les relations américaines avec le peuple kurde, a également aidé à obtenir la libération de la femme canadienne qui attend maintenant en Irak pour retourner au Canada.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com