La Belgique prépare le rapatriement d'enfants des jihadistes depuis la Syrie

Alexander De Croo a insisté jeudi sur la nécessité d'agir le plus vite possible en raison de la détérioration des conditions de vie et de sécurité dans ces camps. (Photo, AFP)
Alexander De Croo a insisté jeudi sur la nécessité d'agir le plus vite possible en raison de la détérioration des conditions de vie et de sécurité dans ces camps. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 11 juin 2021

La Belgique prépare le rapatriement d'enfants des jihadistes depuis la Syrie

  • Selon le quotidien Le Soir, la mission effectuée fin mai était notamment destinée à recueillir des prélèvements sanguins pour s'assurer du lien de filiation des enfants
  • Les femmes jihadistes, dont certaines ont déjà été condamnées par défaut par la justice belge, seraient immédiatement incarcérées à leur retour, a rappelé De Croo

BRUXELLES : La Belgique a organisé récemment une mission consulaire dans le Nord-Est syrien afin de préparer le rapatriement des enfants belges qui y sont encore retenus avec leurs mères jihadistes, a indiqué jeudi le Premier ministre Alexander De Croo.

En mars, M. De Croo avait promis de "tout faire" pour rapatrier les enfants belges de moins de douze ans encore présents dans les camps de la région sous contrôle kurde, soulignant que la situation des  mères serait examinée au "cas par cas".

Interrogé jeudi au Parlement sur le sujet, il a confirmé cette stratégie, en précisant que les autorités analysaient une série d'"informations" collectées sur place ces derniers jours.

Selon le quotidien Le Soir, la mission effectuée fin mai était notamment destinée à recueillir des prélèvements sanguins pour s'assurer du lien de filiation des enfants.

Faute d'un accès sécurisé au camp d'Al-Hol, la visite n'a été possible que dans celui de Roj, où "six ou huit femmes" belges et "dix à douze enfants" sont susceptibles d'être rapatriés, précisait le journal.

Le cabinet du Premier ministre a refusé de commenter ces informations "pour des raisons de sécurité".

Alexander De Croo a insisté jeudi sur la nécessité d'agir le plus vite possible en raison de la détérioration des conditions de vie et de sécurité dans ces camps.

"On risque une situation où tout contrôle est perdu, où tout suivi devient impossible", a-t-il affirmé.

"Une demande de retour sera analysée au cas par cas sur la base de trois critères", a-t-il ajouté: "premièrement l'intérêt de l'enfant, deuxièmement le danger (qu'il représente) pour l'ordre et la sécurité, et enfin les implications opérationnelles" du rapatriement.

Les femmes jihadistes, dont certaines ont déjà été condamnées par défaut par la justice belge, seraient immédiatement incarcérées à leur retour, a rappelé M. De Croo.

La Belgique compte avec la France parmi les pays européens ayant vu partir le plus grand nombre de combattants étrangers après le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011. A partir de 2012, plus de 400 Belges sont partis y combattre dans les rangs des organisations jihadistes.

Le précédent gouvernement belge, remplacé en 2020, défendait depuis 2017 le principe de "faciliter" le rapatriement des enfants de moins de dix ans dont la filiation belge a été prouvée.

Mais ces retours n'ont pu être organisés qu'au compte-gouttes ces deux dernières années depuis la défaite de l'organisation Etat islamique à Baghouz, dans le sud-est de la Syrie.


Incendies en Grèce: le mont Parnès en proie aux flammes près d'Athènes

Après le mont Penteli la semaine dernière, c'est le mont Parnès, la deuxième des trois collines qui encadrent Athènes, qui était en feu mardi (Photo, AFP)
Après le mont Penteli la semaine dernière, c'est le mont Parnès, la deuxième des trois collines qui encadrent Athènes, qui était en feu mardi (Photo, AFP)
Short Url
  • L'autoroute reliant le nord au sud du pays a été coupée par précaution et des dizaines d'enfants ont été évacués d'une colonie de vacances, selon des médias grecs
  • La Grèce a été confrontée à près de 80 feux mardi, dont 40 encore actifs, selon le ministre adjoint à la protection civile, Nikos Hardalias

ATHENES: La Grèce était mardi en proie à de nouveaux feux de forêt, en particulier au Nord d'Athènes, où quelque 300 personnes ont été évacuées, selon les pompiers.

Après le mont Penteli la semaine dernière, c'est le mont Parnès, la deuxième des trois collines qui encadrent Athènes, qui était en feu mardi, répandant d'épaisses fumées sur la capitale grecque.

Les feux s'approchant des habitations, trois villages ont été évacués au pied du mont Parnès, à une trentaine km au nord-ouest d'Athènes, selon les pompiers.

"Notre priorité est de sauver des vies, d'où la décision d'évacuer des villages", a précisé mardi soir, lors d'une conférence de presse, le ministre de la Protection du citoyen, Michalis Chryssohoidis, évoquant des conditions difficiles. 

"C'est une tragédie", a confié sur la chaîne de télévision Skai Spyros Vrettos, le maire du chef-lieu, Acharnon. "Mais heureusement, la vie d'aucune personne n'est en danger". 

L'autoroute reliant le nord au sud du pays a été coupée par précaution et des dizaines d'enfants ont été évacués d'une colonie de vacances, selon des médias grecs. 

Près de 200 chevaux qui se trouvaient dans des centres d'équitation ont également été déplacés sains et saufs, selon la confédération grecque d'équitation.

La police a indiqué avoir aidé près de 70 personnes qui étaient coincées chez elles, dans des localités entourées par les flammes.

La protection civile a dit avoir envoyé des messages aux résidents de Varympompi, située sur le mont Parnès, afin qu'ils restent en état d'alerte. 

Varympompi se trouve proche de l'ancien palais royal de Tatoï, d'où des oeuvres précieuses ont été mises à l'abri par précaution. 

Au total, plus de 500 pompiers, 70 camions, cinq hélicoptères et sept bombardiers d'eau sont mobilisés à Varympompi, selon les services d'incendie.

Un habitant, sur la chaîne Open TV, s'interroge en colère : "Il n'y avait pas de vent. Comment est-ce que les pompiers n'ont pas pu éteindre rapidement ce feu ?". 

D'après l'agence de presse grecque ANA, seize mineurs non accompagnés du centre de rétention d'Amygdaleza situé à proximité du feu ont été transférés dans un camp de l'Attique par précaution. Si nécessaire, les autres migrants pourraient aussi être déplacés vers d'autres structures selon l'ANA.

Giannis Antetokounmpo, le joueur de basket gréco-nigérian et champion de la NBA, qui devait aller à la rencontre de ses fans dans son quartier natal de Sepolia, a annulé l'événement à cause de l'incendie.

"Nous espérons qu'il n'y aura pas de victimes dans l'incendie. Nous reportons bien évidemment la fête à Sepolia", a-t-il précisé sur Twitter.

La Grèce a été confrontée à près de 80 feux mardi, dont 40 encore actifs, selon le ministre adjoint à la protection civile, Nikos Hardalias.

"Nous faisons face à des conditions extrêmes avec des températures autour de 45°C en Attique", a ajouté le ministre, lors de la même conférence de presse. 

"Les heures qui viennent sont décisives. La canicule va encore durer, nous demandons aux citoyens d'être vigilants", a-t-il conclu.

Dans le sud de la péninsule du Péloponnèse, à 300 km d'Athènes, trois villages ont été évacués après un incendie qui s'est déclaré mardi après-midi.

Sur l'île de Kos, dans l'archipel du Dodécanèse en mer Egée, les pompiers ont fini mardi soir par maîtriser un feu de forêt. 

Les pompiers peinaient à circonscrire un autre sinistre important, en cours depuis dimanche sur l'île touristique de Rhodes, qui continuait mardi à consumer une forêt.

Depuis la semaine dernière, la Grèce est touchée par "la pire canicule" en plus de trente ans, selon le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.


Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym

Depuis quinze jours, le maire et le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, ont multiplié les annonces pour renforcer la vaccination des fonctionnaires et recommander le port du masque. (Photo, AFP)
Depuis quinze jours, le maire et le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, ont multiplié les annonces pour renforcer la vaccination des fonctionnaires et recommander le port du masque. (Photo, AFP)
Short Url
  • Bill de Blasio a précisé que le dispositif sera lancé le 16 août, mais que les premiers contrôles pour le faire respecter auraient lieu à partir du 13 septembre
  • A New York, ville de plus de 8 millions d'habitants, 71,8% des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres de la mairie

NEW YORK: Une preuve de vaccination sera exigée à New York pour accéder à l'intérieur des restaurants, des salles de sport et de spectacle, a annoncé mardi le maire démocrate Bill de Blasio, faisant de sa ville la première aux Etats-Unis à créer un passeport vaccinal.

Ce dispositif, baptisé "Key to NYC pass", "exigera la vaccination des salariés et des clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle", a expliqué le maire lors d'un point presse, précisant qu'il faudrait "au moins une dose" de vaccin.

"Si vous êtes vaccinés (...), vous avez la clé, vous pouvez ouvrir la porte. Mais si vous n'êtes pas vaccinés, malheureusement, vous ne pourrez pas participer à beaucoup d'activités", a ajouté Bill de Blasio.

Il a précisé que le dispositif serait lancé le 16 août, mais que les premiers contrôles pour le faire respecter auraient lieu à partir du 13 septembre.

Depuis quinze jours, le maire et le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, ont multiplié les annonces pour renforcer la vaccination des fonctionnaires et recommander le port du masque, face à la résurgence du nombre de cas de Covid due au variant Delta. 

A New York, ville de plus de 8 millions d'habitants, 71,8% des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres de la mairie.

Regain épidémique

Cette initiative survient alors que les Etats-Unis sont confrontés à un regain de la pandémie de Covid-19, alimentée par la propagation à toute vitesse du très contagieux variant Delta.

Après un démarrage en fanfare, la campagne de vaccination américaine a connu un ralentissement en particulier dans les régions traditionnellement conservatrices du Sud et du Midwest, ainsi que parmi les populations les plus jeunes, paupérisées, et celles issues de minorités ethniques. 

Ce retard, combiné à la prolifération du variant Delta, a fait exploser le nombre moyen de cas quotidiens, qui dépasse à présent les 70.000 et s'accroît rapidement.

Chaque jour, les hôpitaux du pays admettent en moyenne 6 200 patients atteints du Covid-19 par jour, et plus de 300 personnes meurent de la maladie.

Les Etats-Unis ont cependant observé un rebond du taux de vaccination ces dernières semaines, et atteint lundi le taux de 70% d'adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid, près d'un mois après la date-objectif fixée par le président Biden. 

Joe Biden a déjà pris une série de mesures pour doper la vaccination aux Etats-Unis, parmi lesquelles l'obligation pour des millions d'employés fédéraux soit d'être vaccinés, soit de porter le masque en continu et de se soumettre à des tests réguliers. 

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence de santé publique des Etats-Unis, ont de leur côté réinstauré leur recommandation de port du masque en intérieur dans les zones à haut risque, même pour les personnes vaccinées.


Le Pentagone brièvement en état d'alerte après une fusillade à proximité

Le Pentagone, à Washington (Photo, AFP).
Le Pentagone, à Washington (Photo, AFP).
Short Url
  • Les employés ont été appelés par haut-parleur à rester à l'intérieur du bâtiment après que plusieurs coups de feu ont été entendus
  • La chaîne de télévision locale WUSA montrait mardi plusieurs ambulances et véhicules de police juste devant le Pentagone

WASHINGTON : Le Pentagone a été placé en état d'alerte mardi matin pendant une heure et demie en raison d'une fusillade à proximité, selon les services de sécurité du ministère américain de la Défense.

Les employés ont été appelés par haut-parleur à rester à l'intérieur du bâtiment vers 10h40 (14H40 GMT) après que plusieurs coups de feu ont été entendus à la station de bus qui se trouve près du célèbre bâtiment en banlieue de Washington.

L'état d'alerte a été levé vers 12H10 mais les issues de la station de métro et de la station d'autobus les plus proches du Pentagone restaient fermées jusqu'à nouvel ordre. Les circonstances de l'incident restaient peu claires.

"Le Pentagone est actuellement en état d'alerte en raison d'un incident à la station de transit", avait tweeté la force de protection de l'armée américaine, appelant le public à éviter la zone.

La force de protection n'a pas précisé s'il y avait des blessés mais les services d'urgence d'Arlington, la commune où se trouve le siège du ministère de la Défense et du commandement de l'armée américaine, ont indiqué que "plusieurs patients" avaient été pris en charge sur place.

La chaîne de télévision locale WUSA montrait mardi plusieurs ambulances et véhicules de police devant le Pentagone.

Le ministre de la Défense Lloyd Austin "ne se trouvait pas dans le bâtiment au moment de l'incident", a indiqué son porte-parole John Kirby. "Le ministre a été informé de l'incident au Pentagone et il est régulièrement informé de tous les nouveaux développements", a-t-il ajouté.

M. Austin et le chef d'état-major, le général Mark Milley, se trouvaient à la Maison Blanche pour une réunion hebdomadaire avec le président Joe Biden.