Au G7, Boris Johnson joue la solidarité tout en coupant l'aide internationale britannique

Boris Johnson lors du sommet du G7 à Carbis Bay, Cornwall, le 11 juin 2021. (Photo, AFP)
Boris Johnson lors du sommet du G7 à Carbis Bay, Cornwall, le 11 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 12 juin 2021

Au G7, Boris Johnson joue la solidarité tout en coupant l'aide internationale britannique

  • La contribution financière du Royaume-Uni s'inscrit dans un plus vaste plan d'action entrepris dans le cadre du G7, visant à scolariser 40 millions de jeunes filles supplémentaires d'ici 2025
  • Pour des ONG, ces annonces permettent surtout à Boris Johnson de faire bonne figure au moment où il coupe drastiquement son aide au développement

CARBIS BAY : Du partage des vaccins à la scolarisation des enfants pauvres, Boris Johnson a beau se faire le chantre de la solidarité au G7, il reste très critiqué pour les coupes dramatiques imposées à l'aide au développement britannique.

Les milliards d'euros retirés - un tiers du total -, au nom du coût de la pandémie, des budgets d'organisations gérant l'aide alimentaire en Syrie, la lutte contre la polio ou l'éducation sexuelle des femmes ont provoqué la consternation du monde humanitaire. 

Ils tranchent avec les assurances du Premier ministre britannique à l'ouverture du sommet des dirigeants des chefs d'Etat et de gouvernement des pays riches en Cornouailles, fixant l'objectif de "reconstruire en mieux", pour un monde "plus vert" et "plus juste" après la pandémie. 

En haut de l'agenda de la rencontre figurent la répartition plus équitable des vaccins contre le coronavirus, avec une promesse attendue de fournir un milliard de doses aux pays défavorisés, ainsi que la lutte contre le réchauffement climatique en aidant ces pays à se décarboner. 

Les pays riches veulent contribuer à renvoyer des enfants sur les bancs de l'école. Dans cette optique, le gouvernement britannique a débloqué vendredi 430 millions de livres (un demi-milliard d'euros) pour la scolarisation des enfants vulnérables, principalement les filles, dans les pays en développement, appelant ses alliés du G7 à suivre son exemple. 

Cette somme ira au Partenariat mondial pour l'éducation, destiné à soutenir la scolarisation dans les pays en développement. 

"Le meilleur moyen de sortir les pays de la pauvreté et de mener une reprise mondiale est d'investir dans l'éducation, et particulièrement l'éducation des filles", entravée par la pauvreté, les violences sexistes et les mariages d'enfants, a déclaré Boris Johnson.  

Il a qualifié de "source de honte internationale" le fait que, "tous les jours dans le monde, des enfants regorgeant de potentiel se voient refuser l'opportunité de devenir des géants de l'industrie, des pionniers scientifiques ou des meneurs dans tout domaine, simplement parce qu'ils sont des filles, à cause des revenus de leurs parents ou de l'endroit où ils sont nés". 

Ce phénomène a été accentué par la pandémie, à l'origine d'une crise de l'éducation sans précédent avec 1,6 milliard d'enfants non scolarisés dans le monde au plus fort de la fermeture des écoles. 

La contribution financière du Royaume-Uni s'inscrit dans un plus vaste plan d'action entrepris dans le cadre du G7, visant à scolariser 40 millions de jeunes filles supplémentaires d'ici 2025. 

«Dément»

Pour des ONG, ces annonces constituent "un pas dans la bonne direction", mais elles sont insuffisantes et permettent surtout à Boris Johnson de faire bonne figure au moment où il coupe drastiquement son aide au développement. 

Invoquant le choc économique de la pandémie, son gouvernement a réduit, temporairement selon lui, ce budget massif de 0,7% à 0,5% de la richesse nationale, soit d'environ 15 à 10 milliards de livres (de 17,5 à 11,6 milliards d'euros).

En enlevant les frais incompressibles, cela a privé certains programmes de la grande majorité de leur financement et a déclenché un flot de critiques dans le pays comme à l'étranger, dénonçant les répercussions humanitaires et le coup porté aux ambitions du Royaume-Uni sur la scène internationale après le Brexit. 

C'est "super" que le pays s'engage en faveur de la scolarisation des filles, mais réduire parallèlement les fonds alloués à d'autres projets comme l'accès à l'eau potable est "dément", estime Kira Boe, responsable du dossier de l'éducation au sein de l'ONG Oxfam. "Des enfants vont plus que probablement ne pas survivre au Covid parce qu'il n'y aura plus de soutien à l'eau, l'assainissement et l’hygiène (...) et ils ne pourront donc pas aller à l'école". 

Cela écorne l'image de "leader mondial" du Royaume-Uni, selon elle, au moment où il s'apprête à accueillir en juillet un sommet sur l'éducation organisé avec le Kenya pour récolter 5 milliards de dollars.

"Des traitements destinés à faire face aux maladies tropicales négligées, affectant de manière disproportionnée les femmes et les enfants, ne pourront être fournis", tempête Thoko Elphick-Pooley, qui dirige le partenariat Uniting to Combat Neglected Tropical Diseases.

Boris Johnson a balayé ces critiques, estimant sur la BBC vendredi qu'il fallait être "incroyablement fier de ce que nous faisons malgré les difficultés auxquelles nous faisons face". 


Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky à l'ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • A la tribune de l'ONU, le président ukrainien a dénoncé «une farce» avec des résultats «pipés d'avance»
  • Un dialogue sera nécessaire pour mettre fin à la guerre en Ukraine mais il suppose un «rééquilibrage» des forces en faveur de Kiev

KIEV: Kiev ne peut pas mener de pourparlers avec Moscou après l'organisation de "référendums" d'annexion dans quatre régions ukrainiennes, dont trois ont déjà annoncé mardi soir que le "oui" au rattachement à la Russie l'avait emporté, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ONU.

"La reconnaissance par la Russie des +pseudo-référendums+ comme +normaux+, la mise en œuvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe", a dit M. Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.


Deux explosions sous-marines enregistrées avant les fuites de Nord Stream

Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre
  • Les fuites inexpliquées sont le résultat d'«une attaque terroriste planifiée» par Moscou «contre l'Union européenne»

STOCKHOLM: Deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection, a annoncé mardi un institut sismique suédois.

Une première "émission massive d'énergie" d'une magnitude de 1,9 a été enregistrée dans la nuit de dimanche à lundi à 02H03 (00H03 GMT) au sud-est de l'île danoise de Bornholm, puis une autre de magnitude 2,3 à 19H04 (17H04 GMT) lundi soir au nord-est de l'île, a expliqué à l'AFP Peter Schmidt, du Réseau national sismique suédois.

"Nous l'interprétons comme provenant avec la plus grande probabilité d'une forme de détonation", a-t-il dit.

L'institut indépendant de séismologie norvégien (Norsar) a confirmé dans la foulée avoir lui aussi enregistré "une petite explosion" tôt lundi matin et une autre "plus puissante" lundi soir, qu'il suspecte d'être délibérées.

"C'est une explosion d'importance. Il est tentant de penser que c'était le fait de quelqu'un qui savait ce qu'il faisait", a déclaré à l'AFP sa directrice, Anne Strømmen Lycke.

"Avec des émissions d'énergie aussi importantes, il n'y a pas grand chose d'autre qu'une explosion qui peut l'avoir provoqué", a souligné de son côté M. Schmidt.

Les secousses ont été "très soudaines", note le sismologue de l'université suédoise d'Uppsala.

Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre, selon des images de l'armée danoise.

Les fuites inexpliquées sont le résultat d'"une attaque terroriste planifiée" par Moscou "contre l'Union européenne", a affirmé mardi l'Ukraine, alors que les soupçons de sabotage se multiplient.

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé" par les fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage.


Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe pour 37,5 millions de dollars

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Short Url
  • Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque
  • Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht

GIBRALTAR: Le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions occidentales, a été vendu pour 37,5 millions de dollars par Gibraltar, où il avait été saisi en mars, a annoncé mardi l'autorité judiciaire maritime de cette enclave britannique.

Cette autorité, appellée Admiralty Marshal, a précisé dans un communiqué qu'elle ne révèlerait pas le nom de l'acheteur.

Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque.

Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht.

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais.

Il avait été saisi en mars par les autorités de ce petit territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considérait que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constituait une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances.

La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

Patron du géant des pipelines TMK, Dimitri Pumpianski est également visé par les sanctions de l'UE prises depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Italie et la France, ont saisi des yachts appartenant aux Russes les plus fortunés dans le cadre des sanctions européennes prévoyant le gel de tous leurs avoirs dans l'UE.