G7: urgence climatique au sommet faisant la part belle au multilatéralisme

Le président des Etats-Unis Joe Biden arrive à la séance plénière du G7, le 13 juin à Carbis Bay (Photo, AFP).
Le président des Etats-Unis Joe Biden arrive à la séance plénière du G7, le 13 juin à Carbis Bay (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 13 juin 2021

G7: urgence climatique au sommet faisant la part belle au multilatéralisme

  • L'enjeu est de taille pour le Royaume-Uni, qui souhaite jeter les bases d'un consensus quelques mois avant la grande conférence de l'ONU sur le climat (COP26)
  • Le but est de limiter l'augmentation des températures en dessous de 1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle

CARBIS BAY: Face à l'urgence climatique, les dirigeants des grandes puissances du G7 déclinent leur plan d'action dimanche, dernier jour de leur sommet en Angleterre ayant marqué une nouvelle dynamique en faveur du multilatéralisme occidental, Etats-Unis en tête.

Au lendemain de l'annonce d'initiatives communes pour répondre aux grands défis mondiaux, comme la riposte à l'influence internationale croissante de la Chine et la prévention des pandémies, les pays industrialisés s'attellent à l'urgence climatique lors de leur rencontre à Carbis Bay (sud-ouest de l'Angleterre), la première en presque deux ans. 

Le temps presse, a prévenu le naturaliste star britannique David Attenborough, 95 ans. « Les décisions que nous prenons durant cette décennie - en particulier les décisions des nations les plus avancées économiquement - sont parmi les plus importantes de l'histoire humaine ». 

L'enjeu est de taille pour le Royaume-Uni, qui souhaite jeter les bases d'un consensus quelques mois avant la grande conférence de l'ONU sur le climat (COP26) qu'il accueillera en novembre à Glasgow. 

Le but est de limiter l'augmentation des températures en dessous de 1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle, seuil au-delà duquel les scientifiques estiment que le changement climatique deviendra incontrôlable.

Pour y parvenir, les dirigeants du G7 vont se prononcer pour une réduction d'environ de moitié de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, un objectif que certains pays entendent dépasser. 

Le charbon est dans leur viseur, surtout les centrales alimentées par cette énergie fossile, la plus polluante - sauf si des mesures de compensation environnementale sont en place, comme le captage de CO2. Les aides publiques seront arrêtées dès cette année.

Dans ce cadre, les dirigeants prévoient de signer un chèque allant jusqu'à 2 milliards de dollars pour accompagner la transition verte dans des pays défavorisés. 

« Il y a une relation directe entre la réduction des émissions, la restauration de la nature, la création d'emplois et le garantie d'une croissance économique à long terme », a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson. 

« Nouvel élan »

Depuis le début du sommet vendredi, les dirigeants ont voulu offrir l'image d'un front uni sur les grands dossiers. 

Au gré de sessions de travail et des apartés, le président américain Joe Biden s'est efforcé de rallier ses alliés face à Moscou et Pékin, un objectif majeur de sa tournée européenne qui doit marquer le « retour » des Etats-Unis sur la scène internationale après l'ère Trump. 

Son arrivée au pouvoir a apporté « un nouvel élan » aux travaux du G7, s'est félicitée la chancelière allemande sur le départ, Angela Merkel, qui entretenait des relations très difficiles avec son prédécesseur.

Mais ce n'est pas du goût de Pékin, qui a dénoncé des décisions prises par « une petite clique de pays ».  

Cette image de bonne entente a toutefois été écornée par les dissensions, exposées au grand jour, entre Européens et Britanniques sur le Brexit et le dossier épineux de l'Irlande du Nord.

Les dirigeants de la France, de l'Italie, du Royaume-Uni, du Canada, des Etats-Unis, de l'Allemagne et du Japon vont aussi se pencher sur le volet climatique du vaste plan mondial d'infrastructures présenté samedi pour les pays défavorisés en Afrique, Asie ou Amérique latine, pour encourager la croissance verte et tenter de contrer Pékin sur son propre terrain. 

Le G7 va également s'engager à accroître ses contributions en vue de l'objectif des pays développés de financer à hauteur de 100 milliards de dollars par an d'ici 2025 les politiques climatiques des pays pauvres. 

Pour les militants écologistes, ces annonces sont trop molles ou trop floues : ils veulent plus d'actes et moins de mots. Greenpeace dénonce de « vieilles promesses » réchauffées et Extinction Rebellion a qualifié le sommet de « flop ». 

Sur le front de la pandémie, après la promesse de partager un milliard de doses de vaccins anti-Covid aux pays pauvres, à la traîne dans leurs campagnes d'immunisation, le G7 a adopté un plan de bataille afin de prévenir de futures pandémies.

C'est insuffisant, a taclé l'ex-Premier ministre britannique Gordon Brown sur Sky News : « Des millions de gens ne seront pas vaccinés et des millions vont mourir ». 

Après le communiqué final et les traditionnelles conférences de presse, Joe Biden prendra le thé avec la reine Elizabeth II au château de Windsor, avant le sommet de l'Otan à Bruxelles puis une rencontre très scrutée avec le président russe Vladimir Poutine mercredi à Genève.


Thaïlande: interdiction des écrans solaires nuisibles aux coraux

Les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques «détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux». (Photo, AFP)
Les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques «détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux». (Photo, AFP)
Short Url
  • Les contrevenants risquent une amende de 100 000 bahts thaïlandais (3 000 dollars), mais les autorités n'ont pas précisé comment elles comptaient faire respecter l'interdiction
  • Les plages thaïlandaises sont une destination très prisée attirant habituellement des millions de touristes mais les écrans solaires qu'ils utilisent sont devenus une source d'inquiétude pour la survie des fragiles coraux, à la croissance très lente

BANGKOK: La Thaïlande a interdit mercredi les crèmes solaires contenant des substances chimiques susceptibles de causer des dégâts aux récifs de corail dans ses parcs nationaux marins.

Un décret entré en vigueur mercredi interdit l'usage dans les parcs nationaux marins de la Thaïlande des crèmes solaires contenant des composés chimiques comme l'oxybenzone, l'octinoxate, le 4-methylbenzylidene camphor ou le butylparaben. Ces produits servent de filtres pour protéger la peau des rayons UVA et UVB ou comme les parabens, de conservateurs permettant de lutter contre les germes.

Selon le texte, les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques "détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux".

Les contrevenants risquent une amende de 100 000 bahts thaïlandais (3 000 dollars), mais les autorités n'ont pas précisé comment elles comptaient faire respecter l'interdiction.

Les plages thaïlandaises sont une destination très prisée attirant habituellement des millions de touristes mais les écrans solaires qu'ils utilisent sont devenus une source d'inquiétude pour la survie des fragiles coraux, à la croissance très lente.

Le secteur crucial du tourisme a été dévasté par la pandémie de Covid-19, le gouvernement ayant imposé des restrictions très strictes à l'entrée du territoire thaïlandais.


Le Royaume-Uni va vacciner les 16-17 ans contre le Covid

Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes. (Photo, AFP)
Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les 16-17 ans recevront une première dose avant qu'une décision ne soit prise au sujet de la deuxième dose après examen des données
  • Seul le vaccin Pfizer/BioNTech a pour l'heure été approuvé chez les plus de 12 ans par le régulateur britannique

LONDRES: Le Royaume-Uni va étendre sa campagne de vaccination contre le coronavirus aux adolescents de 16 et 17 ans, s'abstenant pour l'instant d'immuniser tous les plus de 12 ans comme de nombreux pays occidentaux, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires.

"J'ai demandé au NHS", le service public de santé britannique, "de se préparer à vacciner ceux qui sont éligibles dès que possible", a déclaré dans un communiqué le ministre de la Santé, Sajid Javid.

Le programme commencera dans "les toutes prochaines semaines", a déclaré le professeur Jonathan Van-Tam, médecin-chef adjoint pour l'Angleterre, lors d'une conférence de presse.

Les 16-17 ans recevront une première dose avant qu'une décision ne soit prise au sujet de la deuxième dose après examen des données, a-t-il ajouté.

Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes.

Seul le vaccin Pfizer/BioNTech a pour l'heure été approuvé chez les plus de 12 ans par le régulateur britannique.

Selon le Pr Wei Shen Lim, qui préside la commission chargée de conseiller le gouvernement dans son programme de vaccination, les données seront réexaminées pour les 12-15 ans.

Le mois dernier, le gouvernement avait annoncé l'extension de la campagne de vaccination aux 12-15 ans cliniquement vulnérables, ainsi qu'aux 12-17 ans qui sont en contact dans leur foyer avec des personnes immunodéprimées et à tous les jeunes de 17 ans dans les trois mois qui précèdent leur 18e anniversaire.

Au Royaume-Uni, où 73% des adultes sont totalement vaccinés, l'épidémie a fait près de 130 000 morts, l'un des bilans les plus lourds en Europe.


Grèce: un monastère et plusieurs villages entourés par les flammes sur l'île d'Eubée

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée (AFP)
Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée (AFP)
Short Url
  • Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David
  • Sous l'effet d'une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d'une quarantaine d'incendies

ATHENES: Un monastère et une dizaine de villages étaient entourés par les flammes mercredi sur l'île d'Eubée, à 200 km d'Athènes, dans le plus violent des quarante incendies qui frappent la Grèce sous l'effet d'une canicule exceptionnelle.

Les flammes immenses émergeant de la forêt et visibles de la mer témoignaient de la virulence du sinistre qui semblait incontrôlable, selon les pompiers, en raison du terrain accidenté et de l'absence de visibilité.

Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David, situé au sommet d'une montagne près de Rovies, dans le nord d'Eubée, ont précisé la police et les pompiers.

"Les flammes sont hautes de 30 à 40 mètres et encerclent le monastère. Nous suffoquons à cause de la fumée", a déclaré un moine par téléphone à l'agence de presse grecque ANA. 

"Nous les évacuerons de force" en cas de danger pour leur vie, a déclaré à l'AFP un officier de police.

Les autorités ont appelé les habitants de Rovies et des villages proches à quitter leurs maisons et à se rassembler sur la plage, selon l'ANA. 

Quelque 85 personnes s'étaient réunies mercredi après-midi sur la plage et ont été évacuées par la police portuaire, qui a mis cinq bateaux à disposition.

Trois pompiers ont été légèrement blessés en luttant contre les flammes, selon les autorités.

- "Impossible d'intervenir" -

Une centaine de pompiers, aidés de deux hélicoptères et de quatre avions bombardiers d'eau, ont été mobilisés pour lutter contre cet incendie, dont le front a été estimé à une vingtaine de kilomètres, selon la protection civile.

Mais "nous sommes complètement incapables d'intervenir ni par les airs ni par la terre", a déclaré le vice gouverneur de la région, Dimitris Vourdanos. "Il y a deux fronts principaux qui sont incontrôlables et plusieurs autres plus petits", a-t-il dit au quotidien Kathimerini.

Les maires de deux localités ont dénoncé le manque de moyens. "Nous prions les autorités de renforcer les forces aériennes et terrestres pour ne pas risquer des vies humaines", a déclaré Giorgos Tsapourniotis, maire de Limni, sur l'ANA. 

"Aucun moyen aérien n'a été déployé pour éteindre le feu", a accusé Argyris Liaskos, le maire ajdoint de Mantoudiou. "Au moins 150 maisons ont brûlé", a-t-il précisé sur Skai TV. 

Sous l'effet d'une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d'une quarantaine d'incendies, selon le ministre adjoint de la protection civile Nikos Hardalias.

- Feu près de l'ancienne Olympie -

Un feu a pris près du village de l'ancienne Olympie à l'ouest de la péninsule du Péloponnèse, selon les pompiers.

La ministre de la Culture, Lina Mendoni, et le ministre de la protection du citoyen, Michalis Chrysochoidis, devaient se rendre sur place en fin de journée pour évaluer les risques pour le site archéologique.

Une centaine de soldats du feu y sont mobilisés, aidés de trois hélicoptères et de deux avions, selon la même source.

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée, selon les pompiers. 

Le maire de l'ancienne Olympie, Giorgos Georgopoulos a dénoncé lui aussi sur Open TV le manque de moyens: "Nous avons besoin de plus de soutien aérien". 

Dans le cadre du mécanisme de protection civile de l’UE, deux avions de lutte contre les incendies en provenance de Chypre et deux autres venant de Suède doivent apporter leur soutien à la Grèce. 

D'autres incendies étaient en cours en Chalcidique (nord) et dans le sud du Péloponnèse (ouest). Sur l'île de Rhodes, le sinistre a été maîtrisé mercredi.

Un incendie qui s'était déclaré mardi aux portes d'Athènes était en passe d'être maîtrisé mercredi, après avoir détruit près de 1.250 hectares de pinède au pied du Mont Parnès, selon Nikos Hardalias.

A Athènes, les autorités ont recommandé à tous de rester le plus possible à l'intérieur ou de porter un masque pour se protéger des cendres et des particules.

Des dizaines de personnes avec des problèmes respiratoires ont fait appel aux urgences, selon les services sanitaires.