Le virus circule plus vite que les vaccins, s'inquiète l'OMS

«Il nous en faut plus, et plus vite. Plus de 10 000 personnes meurent chaque jour. (...) Ces communautés ont besoin de vaccins, et elles en ont besoin maintenant, pas l'année prochaine!». (Photo, AFP)
«Il nous en faut plus, et plus vite. Plus de 10 000 personnes meurent chaque jour. (...) Ces communautés ont besoin de vaccins, et elles en ont besoin maintenant, pas l'année prochaine!». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 15 juin 2021

Le virus circule plus vite que les vaccins, s'inquiète l'OMS

  • Si une partie de la population des pays riches reprend une vie normale grâce à la vaccination, les progrès sont encore fragiles dans les pays moins favorisés
  • Pour Oxfam, il faut avant tout régler la question de la suspension des brevets sur les vaccins, afin d'accélérer leur production

GENÈVE: Un virus qui circule plus vite que les vaccins, des promesses du G7 insuffisantes, un soutien financier international qui laisse à désirer... l'OMS a appelé lundi à une grande solidarité pour éradiquer la pandémie.

Lors de leur sommet ce week-end en Angleterre, les dirigeants du G7 ont annoncé le don de 1 milliard de doses - de fait 870 millions de doses auxquelles viennent s'ajouter les engagements pris depuis février - soit en nature, soit sous forme d'aide financière au système international de distribution Covax. 

"Il nous en faut plus, et plus vite. Plus de 10 000 personnes meurent chaque jour. (...) Ces communautés ont besoin de vaccins, et elles en ont besoin maintenant, pas l'année prochaine!" a martelé le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

"En ce moment, le virus se déplace plus rapidement que la distribution mondiale de vaccins", a-t-il déploré.

Si une partie de la population des pays riches reprend une vie normale grâce à la vaccination, les progrès sont encore fragiles dans les pays moins favorisés, largement privés de sérums. 

Covax a livré au 14 juin plus de 85 millions de doses dans 131 pays et territoires, bien moins que prévu.

Pas un mais onze milliards

Les ONG et les partenaires de l'OMS sont également inquiets.

"Nous avons besoin de plus de clarté sur le nombre réel de doses données et sur le temps exact qu'il faudra pour que leurs promesses se concrétisent", a indiqué Yuanqiong Hu de MSF.

L'OMS souhaite qu'au moins 70% de la population mondiale soit vaccinée d'ici à la prochaine réunion du G7 en Allemagne l'année prochaine. "Pour y parvenir, nous avons besoin de onze milliards de doses", a soutenu le Dr Tedros.

Selon Helen Clark, qui copréside un groupe d'experts chargé d'évaluer la gestion mondiale de la pandémie, les pays à haut revenu ont mis de côté 4,3 milliards de doses. 

Même en comptant deux doses par personne, "il reste deux milliards de doses à redistribuer", a expliqué l'ancienne Première ministre de la Nouvelle-Zélande, juste avant le sommet du G7.

Au-delà des doses

Le partage des doses n'est toutefois que l'un des axes du plan de la bataille sanitaire du G7.

Le document final du Sommet comprend une série d'engagements pour empêcher une nouvelle pandémie. Il s'agira de réduire le délai pour développer des vaccins, des traitements et des diagnostics, avec l'espoir que le monde soit prêt en moins de cent jours pour faire face à une maladie soudaine.

L'autre volet portera sur un renforcement de la surveillance sanitaire et la mise en place d'une réforme de l'OMS afin qu'elle soit plus puissante. 

Un objectif ardu sans la Chine, qui apprécie peu le G7 qu'elle a qualifié de "clique" formée par Washington. D'autant que les décisions à l'OMS ont pour habitude d'être prises par consensus.

Ilona Kickbusch, fondatrice du Global Health Centre de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève, se montre aussi sceptique face à la volonté affichée du G7 de renforcer l'agence onusienne: "Je croirai (ce) point lorsque les contributions à l'OMS seront augmentées".

Pour Oxfam, il faut avant tout régler la question de la suspension des brevets sur les vaccins, afin d'accélérer leur production. 

Un constat que partage Human Rights Watch (HRW), alors que les négociations sur le sujet viennent tout juste d'être lancées à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) après des mois de discussions.

Comme l'a expliqué Aruna Kashyap de HRW, "se concentrer sur les vaccins et faire des dons de charité ne suffit pas. L'échec du G7 à soutenir sans équivoque une dérogation temporaire aux règles mondiales de propriété intellectuelle est un statu quo meurtrier".

1% des dépenses en défense militaire

Pour l'OMS et ses partenaires, la question des fonds est aussi cruciale pour éradiquer la pandémie.

Plus de 16 milliards de dollars (13,2 milliards d'euros) sont encore nécessaires cette année pour financer le dispositif international chargé d'accélérer l'accès aux outils de lutte contre la Covid (Accélérateur ACT), et soutenir notamment la distribution de traitements, d'oxygène, de tests et d'équipements de protection.

"16 milliards représentent moins de 1% des dépenses annuelles consacrées à la défense militaire dans le monde. Nous pouvons certainement nous permettre de dépenser 1% de cette somme pour sauver des vies et mettre fin à cette pandémie", a affirmé le directeur du programme des urgences sanitaires de l'OMS, Michael Ryan, lors de la conférence de presse.


A Mykolaïv, les habitants face aux pénuries d'eau, énièmes difficultés d'une vie bouleversée

Aujourd'hui, les pénuries d'eau ne sont que les énièmes difficultés d'une vie quotidienne entièrement bouleversée depuis l'invasion russe lancée le 24 février (Photo, AFP).
Aujourd'hui, les pénuries d'eau ne sont que les énièmes difficultés d'une vie quotidienne entièrement bouleversée depuis l'invasion russe lancée le 24 février (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans cette ville d'un demi-million d'habitants avant la guerre, et ailleurs en Ukraine, les voitures font la queue pendant des heures aux station-services
  • Autres difficultés rencontrées par les habitants: de nombreux magasins et entreprises restent fermés et les cours à l'école ne se font plus qu'en ligne

MYKOLAÏV: Le bruit de l'artillerie gronde au loin et les sirènes anti-bombardements aériens retentissent à certains moments, mais Anna Bondar attend patiemment son tour pour faire le plein d'eau potable à Mykolaïv, en Ukraine.

Son mari étant alité, cette dame de 79 ans passe deux à trois heures par jour à ramener de l'eau chez elle. "Je suis très fatiguée", avoue-t-elle.

Les voyages risquent de devenir encore plus épuisants à mesure que l'été pointe son nez dans le sud de l'Ukraine, faisant grimper le thermomètre.

Depuis que les combats à proximité du front ont mis hors d'état un pipeline en avril, coupant directement l'accès à l'eau, les habitants vont à pied, en voiture ou encore à vélo à la recherche de camions-citernes, dans cette ville située à quelques kilomètres des territoires contrôlés par l'armée russe.

Aujourd'hui, les pénuries d'eau ne sont que les énièmes difficultés d'une vie quotidienne entièrement bouleversée depuis l'invasion russe lancée le 24 février.

Dans cette ville d'un demi-million d'habitants avant la guerre, et ailleurs en Ukraine, les voitures font la queue pendant des heures aux station-services, les attaques russes contre les raffineries perturbant l'approvisionnement à travers le pays.

Autres difficultés rencontrées par les habitants: de nombreux magasins et entreprises restent fermés et les cours à l'école ne se font plus qu'en ligne.

"J'ai une famille de quatre personnes. Pouvez-vous imaginer la quantité d'eau dont nous avons besoin pour nous laver, pour cuisiner, pour faire du thé ?", interroge Valeriï Barichev, un boulanger de 27 ans, en attachant des bidons d'eau potable à l'arrière de son vélo.

"Je dois aller chercher environ 120 litres par jour", explique-t-il, lorsqu'il comptabilise l'eau également nécessaire à son activité professionnelle.

«Du temps»

Les responsables militaires de la ville estiment qu'il faudra encore attendre "au moins un mois" avant que l'accès à l'eau du robinet ne soit rétabli. 

"Nous essayons de résoudre le problème" au plus vite, a affirmé à l'AFP le capitaine-lieutenant Dmytro Pletentchouk, de l'administration militaire régionale de Mykolaïv. 

"Il s'agit d'un processus qui prend du temps et qui implique de résoudre de nombreux problèmes techniques, notamment pour forer des puits, traiter l'eau", explique-t-il.

En attendant, les habitants sont obligés d'acheter de l'eau en bouteille, une dépense importante pour certains habitants qui sont sans revenus depuis plusieurs mois en raison de la guerre.

"Parfois, je viens ici tous les deux jours, parfois deux fois par jour", raconte Viktor Odnoutov, un retraité de 69 ans. "C'est décourageant, à la fois moralement et physiquement. Dieu merci, je peux transporter environ 20 litres. Mais quand j'ai mal au dos, je ne peux même pas prendre une bouteille de cinq litres".

Volodymyr Pobedynsky, 82 ans, dit pour sa part qu'il sort souvent seul pour aller chercher de l'eau qu'il utilise notamment pour préparer du borchtch, soupe ukrainienne typique à base de betterave.

"Je n'ai pas peur de la chaleur. Mon corps y est habitué", assure-t-il. Et s'il admet qu'avoir découvert qu'il est encore capable de transporter de l'eau à son âge a été une agréable surprise, voir des troupes traverser la frontière ukrainienne a été un véritable choc pour ce natif de Russie.

"Cela me rend très triste", raconte-t-il à l'AFP, se remémorant les nombreux voyages que lui et sa femme effectuaient avant pour rentrer voir sa famille et ses amis en Russie.

"Nous aidions nos parents, nous nous occupions de leur jardin", dit-il. "Maintenant, nous ne pouvons même plus y aller pour nous occuper de leurs tombes".


Covid, guerre, faim font planer un large éventail de risques sur l'Europe

La pandémie, la guerre en Ukraine, et la crise alimentaire qui se profile, font planer sur l'Europe des menaces durables de tensions et soubresauts politiques (Photo, AFP).
La pandémie, la guerre en Ukraine, et la crise alimentaire qui se profile, font planer sur l'Europe des menaces durables de tensions et soubresauts politiques (Photo, AFP).
Short Url
  • Avec une inflation forte, des prix des carburants au plus haut, une nourriture de plus en plus chère, les populations européennes sont sous pression
  • Des populations européennes paupérisées pourraient se tourner vers des choix politiques radicaux, surtout si les gouvernements décidaient des politiques d'austérité pour redresser leurs trajectoires budgétaires

PARIS: La pandémie, la guerre en Ukraine, et la crise alimentaire qui se profile, font planer sur l'Europe des menaces durables de tensions et soubresauts politiques, affaiblissement industriel, vague migratoire, autant de défis pour ses dirigeants.

Voici une liste non exhaustive des facteurs de risque.

Le coût politique de l'inflation

Avec une inflation forte, des prix des carburants au plus haut, une nourriture de plus en plus chère, les populations européennes sont sous pression.

Pour manger par exemple, "le pire est à venir",  anticipe l'assureur crédit Allianz Trade dans une étude publiée mardi, avec une hausse moyenne attendue du budget alimentaire au sein de l'Union européenne de 243 euros par an et par personne.

"A moyen terme, la crise du coût de la vie accroit la pression sur les gouvernements pour qu'ils en limitent l'impact", relève Laurence Allan, directeur risque pays Europe chez S&P Global Market Intelligence.

Des populations européennes paupérisées pourraient se tourner vers des choix politiques radicaux, surtout si les gouvernements décidaient des politiques d'austérité pour redresser leurs trajectoires budgétaires affectées depuis des années par le Covid et la guerre.

M. Allan rappelle que l'austérité après la crise de 2008 "a été le catalyseur de l'expansion de partis dits anti-système comme Syriza (Grèce), Cinq étoiles, Lega (Italie), Podemos (Espagne), qui ont mis en difficulté les partis traditionnels".

On le voit bien aussi en France, "où les trois grandes forces politiques sont désormais, le centre, l'extrême gauche et l'extrême droite", toutes deux portées par la question du pouvoir d'achat, relève Agathe Demarais, directrice de la prévision pour l'unité de recherche de The Economist, Economist Intelligence Unit (EIU).

Une industrie menacée

"L'économie européenne est plus exposée au poids des sanctions que l'américaine", estime Elvire Fabry chercheuse senior à l'Institut Jacques Delors sur l'UE dans la mondialisation.

"Les sanctions occidentales contre la Russie pèsent essentiellement sur l'Union européenne, profitent à la Chine et ne coûtent rien aux Etats-Unis", relève le diplomate Jean de Gliniasty dans le numéro de mai de la Revue Défense nationale (RDN).

"Prenez l'industrie automobile allemande par exemple. Pour eux, c'est vraiment compliqué, ils avaient la pénurie de semi-conducteurs (provoquée par le Covid, NDLR), puis la hausse des coûts, notamment des métaux, induite par la guerre en Ukraine, et en plus, leur exposition au marché russe est forte", illustre Mme Demarais.

Dans l'aéronautique, Airbus achète la moitié de son titane au fournisseur russe VSMPO-Avisma (qui continue de fournir), mais est en train de chercher d'autres approvisionnements. Boeing n'achète lui qu'un tiers de son titane à la Russie et a annoncé le 7 mars avoir cessé de se fournir auprès de VSMPO.

A court terme, "on peut craindre que Xi s'entête dans sa stratégie zéro Covid" qui perturbe les flux du commerce mondial, estime Mme Fabry.

Et à plus long terme, la guerre a un "impact sur le découplage structurel entre Etats-Unis et Chine", souligne-t-elle. 

Dans ce monde qui se scinde, "l'Europe est un nain entre d'un côté la Chine, de l'autre les Etats-Unis", assène Mme Demarais.

Elle devra engager de très gros moyens pour tirer son épingle du jeu et tenter de se préserver une forme d'autonomie.

Des moyens qui seront d'autant plus limités que le secteur risque de voir sa marge de manoeuvre financière réduite par la pression subie pour augmenter les salaires afin de contrer l'inflation.

Crise migratoire ? 

"Dans les prochains mois on va sentir l’effet de souffle de la crise ukrainienne en Afrique" au niveau alimentaire, anticipe Jean-Marc Balencie, analyste géopolitique français auteur du blog "Horizons incertains".

La crise alimentaire "est une préoccupation majeure pour les Européens, avec les risques de déplacement de population que cela peut créer", estime Mme Fabry.

D'autant que l'Europe gère déjà l'afflux des réfugiés ukrainiens ayant fui la guerre.

En cas d'arrivée massive de migrants, "il y a des dissensions à prévoir" entre pays européens, comme en 2015 avec les réfugiés syriens, prévoit Mme Demarais.

Et "le sujet sera instrumentalisé politiquement par certains mouvements", avec des conséquences incertaines, pense M. Allan. "Comme en Espagne, où vous avez une coalition très fragile" au pouvoir et des élections générales en 2023.

Au final, "dans un contexte de forte inflation, les crispations peuvent structurer le paysage politique européen", prévient Mme Fabry.

La division ?

Les Européens pourraient donc se diviser sur la question migratoire, mais d'autres ferments de rupture les travaillent déjà, notamment sur la position vis-à-vis de la Russie.

"En dépit du discours sur l'unité européenne, il y a des fissures, on voit que dans les faits, il y a un problème sur la dépendance aux gaz et pétrole russes" de certains pays, estime M. Balencie.

De la part de certains pays de l'Est notamment, "il y a une virulente remise en cause de la primauté franco allemande, qui va durer bien au-delà de la guerre, et qui risque de fissurer durablement l'UE", selon lui.


Droits de l'Homme: Xi Jinping s'entretient avec Michelle Bachelet

Le président Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec la Haute-commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet (Photo, AFP).
Le président Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec la Haute-commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet (Photo, AFP).
Short Url
  • Un consortium de 14 médias étrangers a publié mardi des documents qu'il dit provenir du piratage d'ordinateurs de la police du Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine
  • Les documents écrits accréditent l'idée d'une répression ordonnée depuis le sommet de l'Etat chinois

PEKIN: Le président Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec la Haute-commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet, après de nouvelles révélations de presse sur la répression au Xinjiang, a rapporté la télévision publique CCTV.

La Chine est accusée par Washington de cautionner "au plus haut niveau" des exactions contre la minorité musulmane des Ouïghours, au moment où Mme Bachelet entame une visite au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une répression.

Cette visite s'annonce ardue pour l'ex-présidente chilienne, qui pourrait ne pas bénéficier d'un accès libre et risque d'être utilisée par les autorités chinoises pour se dédouaner, soulignent des observateurs.

"Les questions liées aux droits de l'Homme ne doivent pas être politisées, instrumentalisées ou avoir deux poids deux mesures", a indiqué à son hôte au cours d'une visioconférence le président Xi, selon des propos rapportés par CCTV.

"Chaque pays a une situation différente" et par conséquent, "a une voie de développement pour les droits de l'Homme qui doit convenir à ses conditions nationales", a dit l'homme fort de Pékin.

"Il n'existe pas de +pays parfait+ en matière de droits de l'Homme", a estimé le président chinois.

Un consortium de 14 médias étrangers a publié mardi des documents qu'il dit provenir du piratage d'ordinateurs de la police du Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine. 

Ceux-ci jettent une lumière crue sur la situation des musulmans ouïghours. Parmi eux figurent des milliers de photographies présentées comme ayant été prises dans des "camps de détention" et montrant les visages de nombreux "détenus", dont des femmes, des mineurs et des personnes âgées.

Les documents écrits accréditent l'idée d'une répression ordonnée depuis le sommet de l'Etat chinois.