L'émissaire spécial américain pour le climat, John Kerry, loue l'Initiative verte saoudienne

L'émissaire spécial américain pour le climat, John Kerry (Photo, AN)
L'émissaire spécial américain pour le climat, John Kerry (Photo, AN)
Short Url
Publié le Vendredi 22 octobre 2021

L'émissaire spécial américain pour le climat, John Kerry, loue l'Initiative verte saoudienne

L'émissaire spécial américain pour le climat, John Kerry (Photo, AN)
  • John Kerry affirme que les initiatives climatiques proposées par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, sont «à la fois stimulantes et enthousiasmantes»
  • Le diplomate américain cherche à accroître l’action climatique à l'approche de la COP 26 à Glasgow, en novembre prochain

RIYAD: L'émissaire spécial américain pour le climat, John Kerry, a salué l'Initiative verte saoudienne, qu’il considère comme «une étape très importante», ajoutant qu’il s’agissait du «genre d'initiative dont nous avons besoin à l'échelle mondiale – planter des arbres, opter pour différentes solutions innovantes qui réduisent le niveau d'émissions de gaz à effet de serre, ou encore gérer les déchets de façon plus efficace». 

L'Initiative verte de l'Arabie saoudite, qui a pour objectif de lutter contre la dégradation de l'environnement et le changement climatique, combinée à l'Initiative verte du Moyen-Orient, a été annoncée par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, en avril. Cette démarche place le Royaume au cœur des efforts régionaux pour atteindre les objectifs internationaux en matière d’environnement. «Je pense que ces deux initiatives coordonnées sont extrêmement importantes», a déclaré Kerry, lors d'une interview exclusive avec Arab News à Riyad mercredi. 

L'ancien haut diplomate américain se trouvait à Abu Dhabi, en route pour Riyad, sa deuxième visite dans la capitale des Émirats arabes unis (EAU), où il avait déjà participé à une première conférence de dialogue régional sur le changement climatique en avril. Cette conférence était axée sur les préparatifs de la 26ᵉ Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP26), qui se tiendra en novembre prochain pour accélérer les efforts visant à atteindre les objectifs de l'Accord de Paris de 2015, et de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. 

Faisant référence aux participants, «onze pays producteurs, dont le Maroc, l'Irak, l'Égypte et d'autres», il a affirmé qu’ils «sont tous déterminés à aller dans cette direction. Il nous faut maintenant harmoniser la compréhension globale des objectifs, et des différentes normes écologiques, et préciser la définition même de ce qui est écologique». 

1
Noor Nugali, rédactrice en chef adjointe d'Arab News, et l'envoyé spécial américain pour le climat, John Kerry. 

«Mais nous sommes capables de faire tout ça, et ma mission en tant qu'envoyé spécial consiste à ce que nous restions concentrés à l’approche de la COP de Glasgow, où le monde se réunira comme nous l'avons fait à Paris et renouvellera sa volonté d’agir», a-t-il expliqué. «Nous devons avoir l’ambition d’accomplir ce travail, et je pense que l'Initiative verte est une bonne démarche, qui va dans ce sens.» 

Depuis des mois, Kerry sillonne le monde, rencontre des chefs de gouvernement, des rois, des princes héritiers, des ministres et des hauts fonctionnaires, cherchant à accroître l'ambition verte à l'approche de la COP26, qui se tiendra à Glasgow, en Écosse, en novembre prochain. 

La dernière visite de Kerry au Moyen-Orient l'a conduit mardi à Riyad pour des entretiens avec des ministres, des responsables et des PDG saoudiens, entretiens durant lesquels il a évoqué la problématique du climat. 

Il a déclaré que sa rencontre avec le ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdelaziz, avait rassemblé «l'ensemble du groupe de PDG qui dirigent des initiatives dans divers secteurs de l'économie, pour faire progresser la prise de conscience écologique». 

«Nous avons tenu une série de réunions couvrant un large éventail de sujets. Le prince Abdelaziz a réuni ses experts, et nous avons passé beaucoup de temps à examiner minutieusement tous les efforts de l’Arabie saoudite, les projets en cours et ceux qui concernent l’avenir», a-t-il ajouté. 

Kerry a précisé qu'il était «impressionné par la profondeur des analyses saoudiennes et l'engagement du pays, qui commence à s'attaquer sérieusement à ce défi». Il a reconnu qu’il s’agissait «d’un enjeu important et de plus en plus urgent», ajoutant que le président Biden était «également déterminé à aller de l'avant». 

«Nous pensons que l'Arabie saoudite pourrait être l'un des principaux agents du changement, parce que le pays dispose d’un potentiel extraordinaire avec l'hydrogène solaire et l'hydrogène vert», a précisé Kerry. 

Parmi les objectifs de l’Initiative verte saoudienne et de l’Initiative verte du Moyen-Orient figurent la réduction de 60 % des émissions de dioxyde de carbone dans la région, le recours aux énergies renouvelables pour produire 50 % de l'énergie du Royaume d'ici à 2030, et l’élimination de plus de 130 millions de tonnes d'émissions de carbone, grâce à la technologie des hydrocarbures propres. 

«Je pense que le concept proposé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, est à la fois stimulant et enthousiasmant. Les réformes mises en œuvre pourront accélérer la transition pour tous, en fournissant un carburant alternatif», a déclaré Kerry, qui a rencontré le prince héritier mercredi, pour discuter des efforts internationaux de lutte contre le changement climatique, et des initiatives prises par l'Arabie saoudite dans ce domaine. 

«Nombreux sont ceux dans le monde qui s’intéressent à la solution de l'hydrogène, et j’en fais partie. Je pense qu’au cours de nos réunions est né un engagement pour travailler ensemble, et essayer d'accélérer ce processus. Je suis donc très optimiste.» 

1
Noor Nugali, rédactrice en chef adjointe d'Arab News, et l'envoyé spécial américain pour le climat, John Kerry.

L'administration de Donald Trump s'est retirée de l'accord de Paris sur le climat, mais le président Biden a signé un décret pour que les États-Unis reviennent dans ce dernier, quelques heures après avoir prêté serment en janvier dernier. Les revirements politiques ont suscité des interrogations sur la cohérence future de la politique climatique américaine. 

Kerry a catégoriquement rejeté ces préoccupations. «Ce n’est pas le cas, et je vais vous dire pourquoi. La raison est que le secteur privé évolue de manière extraordinaire sur toute la planète, et que des milliards de dollars vont être investis dans cette transition», a-t-il assuré. 

«Six grandes banques des États-Unis ont débloqué environ 4,16 milliards de dollars (environ 3,45 milliards d’euros) pour des investissements climatiques au cours des dix prochaines années. Ceci sans même s'adresser aux banques de développement ou aux gestionnaires d'actifs. Grâce au travail d'un grand nombre de personnes dans le monde, qui aident à mettre sur pied une alliance globale, il existe de nombreuses autres institutions financières dans d'autres pays, qui sont totalement engagées dans le même objectif – ʺzéro émission netteʺ d'ici 2050, voire avant», a soutenu l'émissaire spécial américain pour le climat. 

 «Je pense qu'il existe tellement de technologies, d'innovations, avec un développement constant de nouveaux produits et de nouveaux carburants, que le marché va devenir une force tellement puissante, qu'aucun politicien dans aucun pays ne pourra remettre en cause. La transition créera des millions d'emplois pour nos citoyens, alors même que le monde passera à des sources d'énergie durables et renouvelables», a souligné Kerry, pointant que le calendrier politique ne pouvait être ajourné sur cette question cruciale. 

Le diplomate américain a confirmé que la même logique s'appliquait «en ce qui concerne le carbone, manifestement parce qu'un pays comme l'Arabie saoudite est un producteur qui en est profondément préoccupé». 

«Tant que les émissions diminuent au rythme dont nous avons besoin, tant que nous sommes capables de capturer ces émissions, et de les réutiliser d'une manière ou d'une autre, il y aura une combinaison de différentes approches et de différents carburants», a-t-il précisé à Arab News. 

«Je pense donc que l'avenir est vraiment très prometteur. Il s'agit de la plus grande transformation économique à laquelle nous sommes confrontés depuis la Révolution industrielle, et je crois qu'elle offre de nombreuses opportunités. Quiconque fera la découverte d’un stockage de batterie d’une ou deux semaines, ou quel que soit le pays, la personne, ou l’entreprise qui pourra aspirer le CO2 de l'atmosphère, le stocker ou l'utiliser, va gagner beaucoup d'argent, parce que le monde entier a besoin.» 

1
Noor Nugali, rédactrice en chef adjointe d'Arab News, et l'envoyé spécial américain pour le climat, John Kerry. 

L'ONU a averti que les pays doivent redoubler d'efforts en faveur du climat, s'ils veulent atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de limiter la hausse de la température mondiale de 2°C – idéalement 1,5°C – d'ici à la fin du siècle. La science du climat a appelé à une transformation qui doit commencer sans tarder et se traduire par des réductions d'émissions importantes avant même 2030. 

Cependant, les pays en développement veulent que les États riches tiennent leurs promesses, faites lors des négociations de Paris, et consacrent 100 milliards de dollars par an, soit environ 83,2 millions d’euros, en financement public et privé pour soutenir l'effort de transition énergétique. Kerry a assuré que des progrès avaient été réalisés sur cette question litigieuse. 

«Environ 81 milliards de dollars [67,3 milliards d’euros] sur un total de 100 milliards de dollars sont désormais disponibles. Il ne s'agit pas seulement de donner directement de l'argent, mais également de mettre des fonds à disposition, afin d’encourager certaines des banques de développement, ou amener d'autres personnes à la table des négociations, afin d’atteindre un certain montant.» 

«Nous devons y arriver. Il est vraiment très important que le monde développé verse les 100 milliards de dollars promis, et nous travaillons déjà en ce sens. J'en ai personnellement parlé au président Biden, et il en est bien conscient. Cela a été discuté lors du dernier G7 [sommet tenu ce week-end à Cornwall, au Royaume-Uni]. Au cours des quatre prochains mois, il est essentiel pour nous d’avancer sur cette question», a encore déclaré John Kerry.  

Il est convaincu que des fonds peuvent être trouvés pour les transitions énergétiques nécessaires par les gouvernements, qui ont changé leur politique monétaire et budgétaire de manière importante pour limiter le choc de la pandémie de la Covid-19 sur l'économie. 

«Une partie des fonds devra provenir des pays eux-mêmes, car nous avons besoin d'argent que nous appelons “concessionnel”: des sommes pour alimenter le budget public, en vue de financer des projets auxquels le secteur privé ne s’intéresse pas, parce qu’il n'a pas de retour sur investissement», a-t-il précisé. 

«Mais la grande majorité des fonds nécessaires viendra du secteur privé partout dans le monde, parce qu’il a de l'argent à investir, et parce que les différents secteurs de notre économie produisent des produits, comme les transports. Si vous avez un train, ou un train à grande vitesse, ou un transport public propre, ce sont des domaines où vous obtenez des revenus. Et si vous en avez, vous pouvez attirer des investissements», a poursuivi Kerry. 

«Il en va de même pour la consommation d'énergie. Les gens paieront pour l'énergie qu'ils utilisent pour leur climatisation, leur chauffage, leur éclairage, et c'est donc une source de revenus. Il est réellement possible d’investir et de gagner de l'argent, afin que le secteur privé trouve des opportunités économiques dans bon nombre des choix que nous devons faire, et c'est la raison pour laquelle les banques dont j'ai parlé ont mis 4,16 milliards de dollars sur la table. 

«Il y aura plus que cela, bien plus que cela, au niveau planétaire. Et c'est ce qui va guider cette initiative – la capacité des gens à rechercher des solutions, grâce aux technologies et à leur usage individuel, des produits que les gens utilisent et sont prêts à payer.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'Arabie saoudite et la Suède explorent les opportunités d'investissement lors de l'Expo 2020

Plusieurs tables rondes planchent sur les moyens de renforcer les relations commerciales entre les deux pays les 16 et 17 janvier dans les pavillons des deux pays. (Fourni)
Plusieurs tables rondes planchent sur les moyens de renforcer les relations commerciales entre les deux pays les 16 et 17 janvier dans les pavillons des deux pays. (Fourni)
Les opportunités d'investissement en Arabie saoudite et en Suède ont été mises à l'honneur lors d'un événement de deux jours entre l'Arabie saoudite et la Suède à l'Expo 2020 de Dubaï. (Fourni)
Les opportunités d'investissement en Arabie saoudite et en Suède ont été mises à l'honneur lors d'un événement de deux jours entre l'Arabie saoudite et la Suède à l'Expo 2020 de Dubaï. (Fourni)
Short Url
  • L'événement a été organisé en collaboration avec le ministère saoudien de l'investissement (MISA), Invest Saudi, l'ambassade de Suède et Business Sweden
  • Hanbazazah a souligné comment les entreprises suédoises opèrent dans le Royaume depuis plus de 70 ans, notant que l'Arabie saoudite est le plus grand partenaire économique de la Suède au Moyen-Orient

LONDRES : Les opportunités d'investissement en Arabie saoudite et en Suède ont été mises à l'honneur lors d'un événement de deux jours entre l'Arabie saoudite et la Suède à l'Expo 2020 de Dubaï cette semaine.

Une série de tables rondes a abordé les moyens de renforcer les relations commerciales entre les deux pays les 16 et 17 janvier dans les pavillons des deux pays dans le cadre de l'Expo.

L'événement a été organisé en collaboration avec le ministère saoudien de l'investissement (MISA), Invest Saudi, l'ambassade de Suède et Business Sweden.

Les discours d’inauguration de Niclas Trouvé, ambassadeur de Suède en Arabie saoudite ; Hussain Hanbazazah, commissaire général du pavillon du Royaume d'Arabie saoudite ; et Jan Thesleff, commissaire général du pavillon suédois ont ponctué la première journée, organisée au pavillon de la Suède.

Hanbazazah a souligné comment les entreprises suédoises opèrent dans le Royaume depuis plus de 70 ans, notant que l'Arabie saoudite est le plus grand partenaire économique de la Suède au Moyen-Orient et le premier partenaire commercial parmi les pays scandinaves, avec un volume d’échanges commerciaux au cours des cinq dernières années de plus de 6 milliards de dollars américains (5,28 milliards d’euros).

« Dans le prolongement de notre relation historique, nous sommes inspirés par les efforts déployés par nos dirigeants pour faire progresser les relations bilatérales entre nos deux pays, ce qui a abouti à la création récente du Conseil commercial saoudo-suédois à Stockholm, à l'échange d'expertise et de connaissances et à la mise en place de programmes pour saisir les opportunités d'investissement et les transformer en partenariats tangibles », a-t-il déclaré.

« L'Arabie saoudite accueille et invite les entreprises suédoises à investir dans notre pays et à profiter des opportunités et des initiatives de la Vision 2030 du Royaume, en particulier dans les domaines de la durabilité, des villes intelligentes, des industries manufacturières et des domaines tels que le commerce électronique et les technologies de l'information ».

L'ambassadeur de Suède en Arabie saoudite Trouvé, a déclaré que les discussions au cours de l'événement de deux jours portaient principalement sur la « performance progressive ».

Il a poursuivi : « L'Arabie saoudite et la Suède ont un voyage fantastique à parcourir pour protéger les personnes et la planète grâce à des solutions durables et vertes. Nous devons le faire ensemble en renforçant les partenariats entre les gouvernements et le secteur privé afin d'avancer ensemble.

L'événement de deux jours s'est clôturé par une manifestationculturelle, et les invités ont été conviés à un autre événement clé le 7 février, lorsque le pavillon saoudien s'associera à MISA et Invest Saudi pour organiser un forum d'affaires d'une journée au centre des expositions de Dubaï où seront discutées les opportunités d'investissement sectorielles en Arabie Saoudite.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Les employés des banques au Liban veulent un renforcement de la sécurité après la prise d'otages

La police libanaise monte la garde devant l'entrée d'une succursale de Fransabank au Liban en avril 2020, après que des assaillants ont lancé un engin explosif contre l'entrée de la banque. (AFP/Dossier)
La police libanaise monte la garde devant l'entrée d'une succursale de Fransabank au Liban en avril 2020, après que des assaillants ont lancé un engin explosif contre l'entrée de la banque. (AFP/Dossier)
Short Url
  • Les employés tiennent les banques responsables du comportement parfois criminel de clients en colère
  • Une famille effrayée pour la vie de sa fille lui demande de quitter son emploi dans la banque ou de travailler à distance

BEYROUTH: Le personnel des  banques au Liban a appelé à des mesures de sécurité supplémentaires après qu'un homme a pris en otage des personnes et menacé de faire sauter une succursale dans la vallée de la Bekaa cette semaine.

Les forces de sécurité libanaises ont arrêté mardi Abdullah Al-Saii après l'incident survenu à la succursale de la Banque de Beyrouth et des pays arabes à Jeb Jannine alors qu'il tentait de retirer 50 000 dollars (44 070 euros) de son compte.

Armé d'un fusil, d'une grenade et de bouteilles d’essence lorsqu'il a fait irruption dans la banque, Al-Saii a déclaré que le personnel de la banque avait plusieurs fois rejeté ses demandes de retrait, pour cause de crise économique dans le pays.

Al-Saii a retenu en otage plus de 10 employés et clients de la banque pendant plusieurs heures, exigeant qu'il soit autorisé à retirer l'argent. Il a dit qu'il ferait sauter la succursale si ses demandes n'étaient pas satisfaites. Le bâtiment a été bouclé et l'incident résolu à la suite de négociations.

L'incident a suscité la peur parmi le personnel bancaire au Liban, qui a appelé à une sécurité renforcée.

Les parents de l'employée de banque Hana Saleemlui lui ont demandé de quitter son emploi dans la banque ou detravailler à distance à la suite de l'incident.

« Après que le personnel et les clients de la banque ont été pris en otage dans une banque de la vallée de la Bekaa, mes parents ont eu peur pour ma vie et ils m'ont suppliée de démissionner », a-t-elle déclaré à Arab News.

Une autre employée de banque, Dalia Hassan, estime que l'incident BBAC n'est qu'un parmi tant d’autres, qui ont mis la vie des employés de banque en danger.

« Depuis le début de la crise financière il y a plus de deux ans, les banques ont fait l'objet de nombreuses attaques de la part de clients armés, de bulldozers et même de clients en colère munis de cocktails Molotov », a-t-elle déclaré, confirmant qu'elle avait peur lorsqu'un client agité vocifère sur son lieu de travail.

« Chaque fois qu'un client en colère crie, mes collègues et moi nous cachons sous nos bureaux ou à l'intérieur des toilettes, craignant qu’il ne soit armé et ne nous tire dessus », a déclaré Hassan, qui a confirmé que la succursale de Hamra où elle travaille n'a employé que deux agents de sécurité privés.

Des policiers et des agents de sécurité supplémentaires doivent être postés à l'intérieur et à l'extérieur des banques pour « la protection et la sécurité », a-t-elle ajouté.

Wael Imad, un directeur de succursale, a déclaré à Arab News que lorsque les banques ne peuvent pas répondre à une demande de retrait d'un client, c'est le personnel et non la direction qui est en première ligne face aux clients en colère.

Il accuse les banques pour les actions souvent imprudentes menées par des clients en colère et déclare : « Les banques sont responsables lorsque les clients recourent à des méthodes illégales dans, ce que je pense être une tentative légitime d'accéder à leurs dépôts. »

Il indique que les banques sont censées protéger leur personnel qui ne se sent pas en sécurité dans son environnement de travail.

« L'année dernière, j'ai été battu par un groupe de clients en colère. La police est arrivée trop tard à notre succursale pour maîtriser les assaillants », se souvient Imad.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: les talibans revendiquent « le droit d'arrêter les opposants », y compris les féministes

Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Des hommes afghans tenant des banderoles lors d'une manifestation pour condamner la récente manifestation des militantes afghanes des droits des femmes, à Kaboul le 21 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes
  • Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition

KABOUL : Le gouvernement taliban a "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants", dont les femmes qui manifestent régulièrement "sans autorisation", a affirmé samedi son principal porte-parole, réagissant à la récente disparition de deux militantes féministes dans laquelle le régime nie être impliqué.

Depuis leur arrivée au pouvoir mi-août à la faveur du retrait des troupes américaines, les autorités talibanes dispersent les manifestations d'opposition. Des journalistes ont été tabassés et certains critiques du régime arrêtés.

Cette semaine, deux femmes ont été enlevées quelques jours après avoir participé à une manifestation à Kaboul, selon plusieurs militantes féministes. 

La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a appelé samedi les talibans à "fournir des informations" concernant le sort de ces deux militantes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel.

Lors d'un entretien avec l'AFP, le porte-parole du gouvernement, Zabihullah Mujahid, a nié toute interpellation.

Le gouvernement a toutefois "le droit d'arrêter et d'écrouer les opposants ou ceux qui violent la loi", a-t-il précisé, en ajoutant que "personne ne devrait créer de perturbations, car cela trouble l'ordre public et la paix". 

Les militantes féministes organisent régulièrement des petits rassemblements dans la capitale pour réclamer le respect des droits des femmes.

Elles manifestent "sans autorisation", a fait valoir M. Mujahid. "Si cela arrivait dans un autre pays, des personnes comme elles seraient arrêtées".

"Dans notre pays également, elles seront emprisonnées et confrontées à leurs responsabilités. Nous n'autorisons pas les activités illégales", a ajouté le porte-parole, également vice-ministre de l'Information et de la Culture.

Discussions en Norvège

Depuis l'arrêt de l'aide internationale, qui représentait environ 80% de son budget, et le gel par les Etats-Unis de 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane, l'Afghanistan s'enlise dans une profonde crise humanitaire.

La famine menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui réclame aux pays donateurs 4,4 milliards de dollars pour faire face.

C'est dans ce contexte que doivent s'ouvrir dimanche en Norvège des discussions entre les nouveaux maîtres de l'Afghanistan et les diplomaties occidentales, qui érigent le respect des droits des femmes comme condition préalable à toute reconnaissance officielle du gouvernement.

Une délégation talibane doit rencontrer les autorités norvégiennes et des représentants d'autres pays, dont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Union européenne.

"L'Emirat islamique (nom donné par les talibans à leur régime, ndlr) a pris des mesures pour satisfaire les exigences du monde occidental et nous espérons renforcer nos relations diplomatiques avec tous les pays, y compris les pays européens et l'Occident en général", a déclaré M. Mujahid.

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans assurent s'être modernisés par rapport à leur dernier règne (1996-2001), lors duquel ils ont largement piétiné les droits humains.

Les femmes restent toutefois largement exclues des emplois publics et les écoles publiques restent fermées pour les filles de plus de 12 ans. 

Les femmes désirant voyager doivent également être accompagnées par un homme de leur famille proche et des affiches leur rappelant qu'elles "doivent" porter un voile, accompagnées de photos de burqa, ont été placardées dans Kaboul.

Combattants « novices »

Vendredi, la police religieuse des talibans a menacé de tirer sur des femmes travaillant pour des ONG internationales dans une province du nord-ouest de l'Afghanistan si elles ne portaient pas la burqa, selon deux employés de ces organisations.

M. Mujahid a mis ces tentatives d'intimidation sur le compte de l'inexpérience des combattants talibans, désormais chargés de l'ordre public après 20 ans de guérilla. 

Les forces gouvernementales sont "très novices (...) et pas professionnelles", a-t-il argué. "Ils n'ont pas été formés".

Selon M. Mujahid, le nouveau régime est en faveur des droits des femmes, qu'il concilie avec son interprétation stricte de la charia, la loi islamique.

"Même sans les demandes (de la communauté internationale), nous estimons nécessaire que les femmes travaillent et soient éduquées", a-t-il insisté.

Aucune date n'est en revanche arrêtée pour un éventuel retour en classe des jeunes filles dans les provinces où elles sont exclues des écoles publiques. 

Il aura lieu "au cours de l'année à venir", mais "nous ne pouvons pas fixer une date butoir", a expliqué le porte-parole, en invoquant la crise économique et l'inexpérience des nouvelles autorités.