La mémoire de la Résistance en quête d'un coup de jeune

Des jeunes de troisième de la cité scolaire François-Villon. (AFP)
Des jeunes de troisième de la cité scolaire François-Villon. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 17 juin 2021

La mémoire de la Résistance en quête d'un coup de jeune

  • l'initiative de leurs professeurs, ils participent au Concours national de la Résistance et la déportation. Leur projet pédagogique mêle chant, poésie et visites de lieux de mémoire, pour explorer ce chapitre-clé de l'histoire contemporaine
  • Une initiative rejointe par des lycéens de l'établissement qui ont choisi de décliner ce thème à l'oral du bac

PARIS : Dans le gymnase d'un collège parisien résonne le Chant des partisans, hymne de la Résistance, interprété par une quarantaine d'adolescents. Un heureux spectacle pour les acteurs de la transmission mémorielle, mis au défi de garder vivant le souvenir de ce pan d'Histoire à mesure que s'éteignent les grands témoins.

"Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne...": accompagnés au piano, les jeunes de troisième de la cité scolaire François-Villon, en zone d'éducation prioritaire, chantent à l'unisson. Sur leur t-shirt, une citation de Simone Veil: "Notre héritage est là, entre vos mains".

A l'initiative de leurs professeurs, ils participent au Concours national de la Résistance et la déportation. Leur projet pédagogique mêle chant, poésie et visites de lieux de mémoire, pour explorer ce chapitre-clé de l'histoire contemporaine. Une initiative rejointe par des lycéens de l'établissement qui ont choisi de décliner ce thème à l'oral du bac.

"A mon âge, à 17 ans, Jacqueline Fleury s'engage dans la Résistance. En 1944, elle est emprisonnée par les nazis, mais parvient à s'échapper. Aujourd'hui, elle a 97 ans et continue d'agir. Son parcours me touche personnellement", s'émeut Aïcha en présentant ses travaux.

"Quand on a commencé nos recherches, on s'est rendu compte du nombre de choses qu'on ignorait" sur la lutte clandestine contre l'occupant allemand et sur la déportation, confie la jeune fille, qui compte étudier l'Histoire à l'université.

"Cette période est de moins en moins évidente pour la nouvelle génération, au fur et à mesure qu'elle s'éloigne", souligne le président de la Fondation nationale de la Résistance, Gilles Pierre Levy. Sa fondation forme également des professeurs à l'enseignement de cette période, "car eux ou leurs parents n'ont pas connu la guerre".

Transmettre aux jeunes

"Transmettre aux jeunes est une priorité de notre ministère. Contre les théories du complot, contre le négationnisme. En les voyant, nous avons raison d'être optimistes", se félicite devant les élèves la ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq. Et de saluer "l'appui précieux des enseignants dans cette transmission mémorielle, qui véhicule des valeurs républicaines d'engagement, de citoyenneté".

"La perte des grands témoins nous oblige à nous réinventer pour toucher le plus grand nombre, la jeunesse mais aussi leurs parents", explique la ministre dans un entretien à l'AFP.

Ce 18 juin, 81e anniversaire du célèbre appel de Charles de Gaulle, sera présent au côté d'Emmanuel Macron le seul compagnon de la Libération encore vivant, Hubert Germain, âgé de 100 ans. Les derniers compagnons, distingués pour leur engagement de la première heure au sein de la France libre, ont disparu les uns après les autres au cours de la décennie passée.

La crise sanitaire, survenue l'année du 80e anniversaire de la défaite de 1940 et des débuts de la Résistance, a poussé le ministère à innover pour entretenir la flamme du souvenir: websérie lancée l'été dernier sur l'année 1940, lancement d'une appli intitulée "De Gaulle" pour jouer en apprenant...

Les cérémonies de commémoration, dont les rituels semblent parfois désuets, doivent quant à elles "être une occasion de développer une action pédagogique, numérique en capitalisant sur les archives, les témoignages filmés, les écrits, pour pouvoir les transmettre plus largement", plaide Mme Darrieussecq.

"Quand on parle de mémoire, il ne faut pas que ce soit figé, c'est au contraire quelque chose de vivant, qui aide à comprendre qui nous sommes", fait-elle valoir. 

Son ministère a lancé en début d'année un appel à projets à destination des créatifs, pour qu'ils proposent des modes de transmission innovants. Collège, collectivité locale, historien, épouse de militaire, société de production: une vingtaine de dossiers ont été présentés. Les lauréats seront connus d'ici début juillet.


Présidentielle: ralliements et guerre des nerfs à droite

Le président français Emmanuel Macron assiste à la deuxième édition du prix French Design 100, qui récompense les designers promouvant le design français dans le monde, à l'Elysée à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron assiste à la deuxième édition du prix French Design 100, qui récompense les designers promouvant le design français dans le monde, à l'Elysée à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Tandis que le monde politique spécule sur la date de sa déclaration de candidature, Emmanuel Macron continue de faire la course en tête dans les sondages
  • Au second tour, le quasi-candidat l'emporterait avec 54% des voix face à Mme Pécresse (46%), et 57% contre Mme Le Pen (43%)

PARIS : Les ralliements à droite sont à l'ordre du jour de la campagne présidentielle samedi, Valérie Pécresse (LR) se voyant adoubée par deux petits partis centristes, tandis qu'Eric Zemmour (Reconquête) chipe de nouveaux soutiens à Marine Le Pen (RN), attisant leur lutte sans merci.

A gauche, Anne Hidalgo (PS), éprouvée par les mauvais sondages et le feuilleton des primaires, a promis lors de son troisième grand meeting, à Aubervilliers près de Paris, de ne pas "se résigner devant la difficulté".

Tandis que le monde politique spécule sur la date de sa déclaration de candidature, Emmanuel Macron continue de faire la course en tête dans les sondages.

Le président sortant obtiendrait 25% au premier tour si celui-ci avait lieu dimanche, devant Valérie Pécresse (LR) et Marine Le Pen (RN) à égalité à 15,5%, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria samedi pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof auprès de plus de 12 500 personnes.

Au second tour, le quasi-candidat l'emporterait avec 54% des voix face à Mme Pécresse (46%), et 57% contre Mme Le Pen (43%).

Eric Zemmour (Reconquête), donné à 13% au premier tour, fait campagne samedi à Cannes (Alpes-Maritimes), sur des terres qui lui sont a priori favorables. 

Il a déambulé pendant deux heures sans incident dans la ville, entouré d'une cohue de supporters.

"On trinque au rassemblement du peuple de droite qui a été artificiellement divisé depuis 40 ans. On va le rassembler, et justement je suis là pour ça", a lancé l'ex-éditorialiste d'extrême droite dans un café.

Collard avec Zemmour

Eric Zemmour, qui avait envisagé une balade sur une île face à Cannes, doit finalement plutôt, selon son entourage, enchaîner avec des rencontres avec des élus. Et en fin de journée, il espère réunir 4 000 personnes dans un meeting où il affichera sa dernière prise, le médiatique eurodéputé RN Gilbert Collard.

Le camp Le Pen affecte pour l'instant de prendre de haut ce nouveau ralliement d'un responsable RN, après ceux de l'eurodéputé Jérôme Rivière et de l'ancien identitaire Damien Rieu. 

Le maire RN de Perpignan Louis Aliot, l'un des vice-présidents du parti, a ainsi fustigé sur Twitter "les égos (qui) surchauffent et les trahisons". De nombreux élus et militants RN postent aussi des photos de Marine Le Pen avec le mot-dièse #fidelite. 

Samedi nettement plus serein pour la candidate des Républicains Valérie Pécresse, qui met en scène le soutien de son aile centriste, après avoir consolidé son côté droit la veille en affichant ses retrouvailles avec Laurent Wauquiez. 

"Mon projet est de droite, il est de rupture, mais il est 100% compatible avec vos valeurs", a assuré la candidate LR devant le petit parti Les Centristes, dont le président Hervé Morin fait déjà partie de son équipe de campagne.

La candidate LR est ensuite attendue au Conseil national de l'UDI. Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, l'a appelée vendredi à "réunir la droite et le centre et aller chercher les électeurs qui votent Macron".

«Dans vos rêves!»

Plombée par les sondages - 3,5% des intentions de vote pour Ipsos-Sopra Steria -, la socialiste Anne Hidalgo a adopté un ton offensif pour rallier les énergies du bon millier de personnes qui sont venues l'écouter à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le même chiffre qu'à ses deux meetings précédents, à Lille et Perpignan. 

"Dans vos rêves!" C'est par ces mots que la maire de Paris a vertement répondu aux "prophètes de malheur" qui voudraient qu'elle "se résigne devant la difficulté" de la campagne du PS.

"Ils s’y sont tous mis, pour nous écarter (...) et siffler la fin du match avant même le coup d’envoi", a-t-elle dénoncé, ciblant "le chœur vindicatif des conservateurs", mais aussi, dans un reproche voilé contre le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, "une partie de la gauche qui prétend combattre la droite mais rêve surtout de la disparition de la social-démocratie".

Mme Hidalgo a répété une nouvelle fois vendredi qu'elle ne tiendrait "aucun compte" du résultat de la primaire populaire, une initiative citoyenne visant à départager les candidats de gauche, qui doit dévoiler dimanche soir le nombre définitif de personnes inscrites pour y voter, du 27 au 30 janvier. Ils revendiquaient déjà vendredi soir 352 000 inscrits.


Deux jours avant son entrée en vigueur, les opposants au pass vaccinal dans la rue

Des manifestants brandissent des pancartes et des drapeaux français lors d'une manifestation contre le pass vaccinal, sur la place du Trocadéro à Paris, le 15 janvier 2022. (Photo, AFP)
Des manifestants brandissent des pancartes et des drapeaux français lors d'une manifestation contre le pass vaccinal, sur la place du Trocadéro à Paris, le 15 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • A Paris, où quatre manifestations avaient été déclarées, des Gilets jaunes ont défilé dans la matinée entre le square d'Anvers et la place de la Nation
  • D'autres manifestations ont eu lieu dans toute la France. 700 personnes se sont rassemblées à Aix-en-Provence, 950 à Montpellier et 1 200 à Marseille, selon les chiffres de la police

PARIS : Des opposants au pass vaccinal ont défilé dans les rues de plusieurs villes samedi, deux jours avant son entrée en vigueur, réclamant la "liberté" et fustigeant "l'Apartheid" imposé selon eux par le gouvernement entre vaccinés et non vaccinés.

A Paris, où quatre manifestations avaient été déclarées, des Gilets jaunes ont défilé dans la matinée entre le square d'Anvers et la place de la Nation, relayés dans l'après-midi par le mouvement Les Patriotes de Florian Philippot, qui a rassemblé une foule de tous âges, dont des parents accompagnés de leurs enfants, a constaté une journaliste de l'AFP. 

Le cortège de plusieurs centaines de personnes, pour la plupart non masquées, a défilé de la place de Barcelone (16e) vers le ministère de la Santé, dans le 7e arrondissement, portant notamment des pancartes "Liberté", "Vérité" ou "Non à l'Apartheid", des drapeaux français ou arborant la Croix de Lorraine. "Pass vaccinal, résistance totale!" ou "Macron, on t'em...", scandaient les manifestants.

"Je préfère mourir aux portes de la liberté que de mourir dans les enfers de la servitude", proclamait une pancarte, tandis qu'une autre représentait une seringue transperçant Marianne. Un animateur faisait scander "Résistance! Résistance!" ou encore "Liberté! Liberté!"

Parmi les manifestants, Sophie, juriste de 44 ans et Franck, consultant informatique de 56 ans, ont expliqué à l'AFP qu'ils étaient tous les deux vaccinés, mais pas leur fille, car ils s'opposent à la vaccination des enfants et adolescents.

Ils ont expliqué être "anti pass vaccinal mais pas pour Philippot". Pour Franck, "le discours des autorités est incohérent et varie avec le temps, en fonction des contingences", et "on ne sait plus distinguer le vrai du faux". Sophie pour sa part regrette qu'"au moment où le virus est le moins virulent, on mette en place le pass vaccinal, alors qu'on pourrait jouer l'immunité naturelle collective".

«une honte»

Même remarque de la part d'un homme se présentant comme un technicien informatique de 40 ans, venu avec son fils de 8 ans, qui dit n'avoir jamais voté pour les extrême mais trouve que Florian Philippot offre un contrepoint, sinon "on entend toujours les mêmes choses".

D'autres manifestations ont eu lieu dans toute la France. 700 personnes se sont rassemblées à Aix-en-Provence, 950 à Montpellier et 1 200 à Marseille, selon les chiffres de la police. 

A Bordeaux, ils étaient 450 selon la police, deux fois moins que la semaine dernière. Parmi eux, Anaëlle, infirmière en congé maternité, pour qui "l'obligation vaccinale est une honte" et qui dénonce "des projets expérimentaux". "Les gens vaccinés tombent malades, à quoi ça sert?". s'interroge-t-elle.

Les manifestants étaient également environ 300 à Lille, dont quelques dizaines de Gilets jaunes, derrière une banderole de tête disant "non à la dictature" et réclamant "une justice sociale, fiscale et écologique". "Finis les tests, finis les masques, on n'en veut plus!" pouvait-on entendre à Strasbourg, (600 participants selon la police).

Le pass vaccinal sera déployé lundi en France. Il faudra alors pouvoir justifier pour les plus de 16 ans d'un statut vaccinal pour accéder aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. Un test négatif ne suffira plus, sauf pour accéder aux établissements et services de santé.


Présidentielle: A Aubervilliers, Hidalgo refuse la résignation

La candidate de gauche du Parti socialiste (PS) à l'élection présidentielle de 2022, Anne Hidalgo, prononce un discours lors d'un meeting de campagne à Aubervilliers, dans le nord de Paris, le 22 janvier 2022. (Photo, AFP)
La candidate de gauche du Parti socialiste (PS) à l'élection présidentielle de 2022, Anne Hidalgo, prononce un discours lors d'un meeting de campagne à Aubervilliers, dans le nord de Paris, le 22 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • A la peine dans les sondages, qui la donnent entre 2% et 4% des intentions de vote, Anne Hidalgo est passée à l'offensive, face à « une incroyable coalition (qui) s'est nouée pour déclarer cette élection jouée d'avance», a-t-elle expliqué
  • Sans évoquer la primaire populaire, à laquelle elle refuse de participer, elle a rappelé avoir réclamé un « débat honnête, ouvert, limpide» avec ses concurrents de gauche, mais « ils l’ont refusé»

AUBERVILLIERS : "Dans vos rêves!". C'est par ces mots que la candidate socialiste Anne Hidalgo a répondu, samedi lors d'un meeting à Aubervilliers, aux "prophètes de malheur" qui voudraient qu'elle "se résigne devant la difficulté" de la campagne présidentielle et abandonne.

A la peine dans les sondages, qui la donnent entre 2% et 4% des intentions de vote, Anne Hidalgo est passée à l'offensive, face à "une incroyable coalition (qui) s'est nouée pour déclarer cette élection jouée d'avance", a-t-elle expliqué devant plus d'un millier de militants à Aubervilliers.

"Ils s’y sont tous mis, pour nous écarter (...) et siffler la fin du match avant même le coup d’envoi", a-t-elle dénoncé, évoquant "leur rêve" d'une "élection sans les socialistes".

Selon elle, "au chœur vindicatif des conservateurs, se sont jointes les voix d’une partie de la gauche, qui prétend combattre la droite mais rêve surtout de la disparition de la sociale-démocratie", une accusation déjà formulée contre la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

Face aux "conservateurs de tout poil" et aux "populistes de tout plumage", elle s'est attachée à redorer l'image de son parti, défendant "ces socialistes qui les ont battus si souvent, (...), osent mener les réformes qu’ils détestent, (...)  osent vouloir gouverner, osent étendre les droits des exploités, (...) lutter contre les aberrations de la société de marché, contre les menaces mortelles qui pèsent sur notre planète et sa biodiversité". 

Elle a rappelé les grandes réformes menées par le PS, de l'abolition de la peine de mort aux 35 heures et à la cinquième semaine de congés, en passant par "le revenu minimum", le mariage pour tous ou encore l'accord de Paris sur le climat.

"Alors allons-nous céder ? (...) Allons-nous laisser notre France sombrer dans les affres d'un libéralisme toujours plus violent avec les classes moyennes et les catégories populaires, avec la jeunesse, ou sombrer dans un national-populisme mortifère?" "Jamais", a-t-elle crié.

Sans évoquer la primaire populaire, à laquelle elle refuse de participer, elle a rappelé avoir réclamé un "débat honnête, ouvert, limpide" avec ses concurrents de gauche, mais "ils l’ont refusé". 

"La page est tournée, je défendrai notre projet, les Français trancheront", a-t-elle ajouté, avant d'assurer: "Je n'ai pas peur".