Ce que représente l'amélioration du classement mondial de l'Arabie saoudite en matière de résilience du travail

Une photo prise le 17 août 2017 montre un employé saoudien utilisant un ordinateur portable pour préparer un diaporama dans son bureau de Riyad (Fichier Photos/AFP)
Une photo prise le 17 août 2017 montre un employé saoudien utilisant un ordinateur portable pour préparer un diaporama dans son bureau de Riyad (Fichier Photos/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 juin 2021

Ce que représente l'amélioration du classement mondial de l'Arabie saoudite en matière de résilience du travail

Une photo prise le 17 août 2017 montre un employé saoudien utilisant un ordinateur portable pour préparer un diaporama dans son bureau de Riyad (Fichier Photos/AFP)
  • Le Royaume a progressé de 13 places en 2021 dans l’index Global Labor Resilience (GLRI), grâce à «la numérisation, l'éducation et la flexibilité du marché du travail»
  • Le rapport GLRI 2021 exhorte les gouvernements à investir dans les secteurs créateurs d'emplois pour servir les intérêts de la population croissante des jeunes

DUBAÏ: La sécurité de l'emploi a été une source majeure d'inquiétude tout au long de la pandémie de Covid-19. Les mesures de confinement ont réduit les revenus des entreprises, contraignant un grand nombre d’entre elles à diminuer les heures de travail, ou à licencier du personnel. 

Dans les pays possédant une économie diversifiée, de fortes infrastructures numériques, et un système de sécurité sociale généreux, les dommages ont pu être atténués. Pour d'autres, la crise a révélé un sérieux manque de résilience du marché du travail. 

Le Global Labor Resilience Index (GLRI) 2021, conçu par le cabinet de conseil en politiques et stratégies publiques Whiteshield Partners, en collaboration avec la Saïd Business School de l'université d’Oxford, et l'Institute for the Future of Work, a dressé un état des lieux des pays les mieux placés pour faire face aux perturbations du marché du travail, voire transformer les défis en opportunités. 

L'indice classe 145 pays et économies en fonction de la résistance de leurs marchés du travail à divers chocs. S'appuyant sur 102 indicateurs provenant d'un large éventail de sources internationales, le GLRI prend en considération aussi bien des facteurs structurels à long terme – tels que la démographie, le niveau de développement économique et de stabilité macroéconomique, les capacités nationales, la vulnérabilité commerciale et les inégalités – que des facteurs conjoncturels de plus court terme, qui influent sur la résilience d'un pays en fonction de sa capacité d'absorption, d'adaptation, de transformation, et de sa capacité institutionnelle. 

L'étude, qui a révélé une amélioration radicale du classement général de l'Arabie saoudite, a été publiée en mars, environ un an après l’émergence de la pandémie de coronavirus.  

«Le GLRI est l’indicateur le plus complet qui permette aux décideurs politiques d'évaluer la préparation du marché du travail face aux chocs à court terme, tels que la Covid-19, et aux contraintes sur le long terme, comme les perturbations technologiques et les transitions vertes», affirme à Arab News Tom Flynn, cadre supérieur à Whiteshield Partners. 

«Les décideurs peuvent utiliser le GLRI pour appliquer les politiques que les leaders de la résilience utilisent pour mieux conserver et développer les bons emplois», explique-t-il. «À titre d’exemple, la Covid-19 a provoqué des ravages sur les marchés du travail et les emplois dans le monde, alors que les acteurs les plus performants du GLRI, comme les Pays-Bas – dont le taux de chômage se situe actuellement à environ 3% – s'en sont sortis relativement mieux que d'autres.» 

Les marchés du travail résilients sont plus importants que jamais, dans le cadre des efforts visant à préserver la stabilité et le niveau de vie, dans le contexte d'une pandémie mondiale qui a provoqué l'une des plus grandes crises de l'emploi depuis la Grande Dépression. 

Selon le GLRI, la Suisse reste le pays dont le marché du travail est le plus résistant au monde, suivi de l'Allemagne et des Pays-Bas. Cette année, un nouveau dispositif a été utilisé pour mesurer la résilience à toutes sortes de chocs, de sorte que les États-Unis (classés 14e) et le Royaume-Uni (12e) ne figurent plus dans les dix premiers. Dans l'indice 2020, ils se classaient respectivement troisième et neuvième. En revanche, l'Allemagne a gagné cinq places pour se hisser au deuxième rang. 

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l'indice révèle qu'un certain nombre de pays, dont le Royaume, ont fait des progrès pour améliorer la résilience de leurs marchés du travail, progressant dans les classements au cours des cinq dernières années. Cependant, pendant la pandémie, un grand nombre d'entre eux n'ont pas réussi à conserver ces avantages. 

Les Émirats arabes unis restent le pays du Golfe le mieux classé, bien qu'ils soient passés de la 21e à la 35e place cette année. Leur position relativement élevée reflète les efforts du gouvernement pour accroître la diversification économique, et le soutien à l'innovation. 

1
Une employée saoudienne vérifie la marchandise dans un hypermarché, récemment lancé par LuLu et géré par une équipe de femmes, dans la ville portuaire saoudienne de Djeddah, le 21 février 2021 (Photo d’Archives/AFP) 

Oman, qui se classe 75e, a amélioré sa position de 19 places dans l’index depuis 2016. Il a été classé 53e en 2020, et a donc perdu 22 places l'année dernière. 

L'Arabie saoudite, qui occupe la 62ᵉ place du classement cette année, a réussi à inverser cette tendance. Non seulement le Royaume a progressé de 27 places au classement depuis 2016, mais il a également réussi à améliorer sa position de 13 places en 2021, malgré les défis créés par la pandémie. 

«Le fait d’être la première économie du monde arabe, et de maintenir une stabilité économique a posé les bases de cette amélioration», affirme Flynn, en évoquant le succès du Royaume. «L'Arabie saoudite a également décidé d'investir dans la numérisation et l'éducation, et a adopté des réformes politiques bénéfiques, telles que l'amélioration de la flexibilité du marché du travail.» 

Cependant, de nombreux autres pays de la région ne sont pas assez résilients, confrontés aux défis du chômage des jeunes, et victimes de l’impréparation de leurs marchés du travail aux emplois numériques et verts. En conséquence, ils doivent étudier les programmes d'emploi pour les jeunes, les opportunités de croissance verte, et les politiques propices à l'entrepreneuriat et à l'innovation. 

1
Des employés de la compagnie pétrolière Aramco travaillant dans l'usine de traitement du pétrole de Khurais, en Arabie saoudite (Fichier Photos/AFP) 

«Le GLRI fournit aux décideurs politiques du Moyen-Orient un plan pour développer des emplois durables, un défi critique pour la région, qui possède des marchés du travail et des économies relativement fragiles», précise à Arab News Fadi Farra, cofondateur et partenaire de Whiteshield Partners. 

«L’une des leçons tirées cette année est que les leaders de la résilience ont souvent développé de solides marchés du travail en concentrant leurs efforts sur l'amélioration de bases ou de politiques économiques spécifiques visant à stimuler la résilience, plutôt que de tenter une réforme à grande échelle.» 

Dans le cas de l'Arabie saoudite, le GLRI indique qu'il y a matière à amélioration en matière de politique. Le Royaume se classe ainsi 76ᵉ sur le pilier cyclique, qui évalue le cycle de réponse politique d'un pays face à des crises. 

«Attirer et développer les compétences, améliorer l'environnement général des affaires, comme l'insolvabilité des entreprises et l'accès au crédit, pourrait aider l'Arabie saoudite à stimuler la croissance des PME et des start-up innovantes, et fournir de nouvelles sources d'emplois dans le secteur privé», soutient Farra. 

1
La Saoudienne Rodina Maamoun, qui employait 19 jeunes femmes remplaçant presque entièrement les hommes, vend des bijoux dans un magasin de détail du centre commercial Hayat à Riyad, le 19 février 2020 (Fichier Photos/AFP) 

Pour Flynn, la numérisation, l'économie verte et une population croissante de jeunes continueront de mettre le Royaume et ses voisins régionaux au défi de fournir davantage d'emplois de meilleure qualité, orientés vers les secteurs de l’avenir.    

«La crise de la Covid-19 a montré à quel point la dépendance à quelques secteurs et ressources naturelles pour la croissance économique rendait les marchés du travail du Moyen-Orient, en particulier dans le Golfe, vulnérables aux chocs. Les jeunes et les travailleurs peu qualifiés ont été particulièrement touchés», souligne Flynn. «Le Moyen-Orient, et en particulier l'Arabie saoudite, ont connu une nette amélioration dans la résilience du marché du travail, mais il existe un potentiel pour la renforcer encore davantage.» 

Il soutient que les gouvernements doivent d’abord adopter des politiques qui favorisent les économies numériques et vertes, ainsi que les secteurs traditionnellement créateurs d'emplois, tels que la logistique et l’industrie manufacturière. 

«De solides programmes de développement des compétences et d'apprentissage peuvent aider à préparer les travailleurs jeunes et expérimentés à ces nouveaux emplois», précise-t-il. 

«Par ailleurs, les leaders de la résilience tels que l'Allemagne et les Pays-Bas ont montré que des institutions fortes, capables de mettre en place des politiques de création d'emplois, et de réagir rapidement en cas de crise se sont avérées plus cruciales que jamais», ajoute-t-il.  

1
Des personnes marchant sur la plate-forme du réseau ferroviaire à grande vitesse Haramain. L'Arabie saoudite accroît ses dépenses dans les infrastructures, et étend ses réseaux ferroviaires, cherchant à diversifier son économie dépendante du pétrole (Fichier Photos/AFP) 

Le GLRI définit un marché du travail résilient comme un marché générant une demande durable pour un large éventail de professions, destinée à une grande partie de la main-d'œuvre, qui fournit un travail de qualité, et peut résister aux perturbations. Alors que les gouvernements peuvent anticiper la question du changement climatique et des perturbations technologiques, ils ne peuvent pas prévoir avec précision les chocs économiques, sociaux ou sanitaires, susceptibles de devenir plus fréquents. 

Les vulnérabilités de la main-d'œuvre mondiale liées à l'intégration, en particulier en ce qui concerne les jeunes, les femmes et les travailleurs occasionnels, ont été exacerbées par la pandémie. Les femmes et les jeunes ont été les plus durement touchés par les pertes d'emplois. Dans le même temps, de nombreux travailleurs non réguliers, ou de la gig economy («économie à la demande») se sont retrouvés sans couverture sociale. 

En se concentrant sur le long terme, le GLRI conseille aux gouvernements d'investir davantage dans le renforcement de la résilience du marché du travail, en priorisant la numérisation, en améliorant l'intégration liée à l'emploi, et en donnant la priorité à la durabilité environnementale. 

«Il est toujours important d'avoir un bon indice de résilience, à tout moment, car les marchés du travail changent tout le temps. Cet indicateur nous indique dans quelle direction vont les marchés du travail, et dans quelle mesure ils sont capables d'absorber les chocs et de créer de nouveaux emplois», explique Sir Christopher A. Pissarides, lauréat du prix Nobel d'économie, président du conseil consultatif du GLRI, et directeur de Whiteshield Partners. 

«Cette année est particulièrement importante car, comme nous le savons tous, nous avons vécu un nouveau choc majeur complètement inattendu. Il est très important d'en savoir plus sur les marchés du travail et leur résistance aux nouveaux chocs, tels que celui de la Covid-19.» 

Twitter: @CalineMalek 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


USA: l'emploi progresse moins vite, sous la menace du variant Delta

Le retour tant espéré à une situation plus normale pourrait être contrarié par la reprise de l'épidémie à cause du variant Delta. (Photo, AFP)
Le retour tant espéré à une situation plus normale pourrait être contrarié par la reprise de l'épidémie à cause du variant Delta. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'administration de Joe Biden promet emplois et croissance économique à long terme, à condition que le Congrès adopte ses plans d'investissements massifs
  • Dans l'immédiat, malgré le chômage élevé, beaucoup d'employeurs peinent toujours à recruter, notamment pour les emplois les moins bien payés

WASHINGTON: L'optimisme du printemps fait place au scepticisme en matière d'emploi aux Etats-Unis: le marché du travail se redresse lentement, toujours confronté à une multitude de freins et menacé par le variant Delta.

Le secteur privé a en effet créé 330 000 emplois seulement en juillet, selon l'enquête mensuelle de la société de services aux entreprises ADP publiée mercredi, soit deux fois moins qu'en juin. C'est aussi deux fois moins qu'attendu.

"La reprise du marché du travail affiche des progrès inégaux, mais avance néanmoins", souligne Nela Richardson, économiste en chef d'ADP tout en reconnaissant que les chiffres de juillet "montrent un ralentissement marqué par rapport au rythme de croissance de l'emploi au deuxième trimestre".

Cette publication décevante est de mauvais augure pour le taux de chômage de juillet, qui sera publié vendredi. Pour l'heure, il est attendu en baisse de 0,3 point à 5,6% avec la création de près d'un million d'emplois secteurs privé et public confondus.

Le secteur des services, qui avait été le plus touché par la crise, a créé presque tous les nouveaux emplois en juillet dans le secteur privé, avec 318 000 créations, dont plus de la moitié dans les loisirs et l'hôtellerie.

L'activité dans les services a par ailleurs enregistré en juillet une croissance plus forte que prévu, selon l'indice de la fédération professionnelle ISM également publié mercredi.

«Réparer les fondations brisées»

L'administration de Joe Biden promet emplois et croissance économique à long terme, à condition que le Congrès adopte ses plans d'investissements massifs.

"Nous nous sommes habitués à l'Amérique en tant que première puissance économique mondiale. Nous ne sommes pas voués à le rester, mais avec ces investissements, je pense que ça sera le cas", a vanté la secrétaire au Trésor Janet Yellen, depuis Atlanta.

"Nous avons maintenant une chance de réparer les fondations brisées de notre économie tout en construisant quelque chose de plus juste et plus fort qu'auparavant", a-t-elle ajouté.

Dans l'immédiat, malgré le chômage élevé, beaucoup d'employeurs peinent toujours à recruter, notamment pour les emplois les moins bien payés.

"La croissance de l'emploi devrait s'accélérer au cours des prochains mois lorsque les facteurs qui restreignent actuellement l'offre de main-d'oeuvre  - problèmes de santé, garde d'enfants, allocations chômage supplémentaires - s'amenuiseront", anticipe cependant Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour HFE.

La moitié des Etats du pays a ainsi diminué ou supprimé les allocations chômage exceptionnelles versées face à la pandémie, sans attendre leur expiration début septembre, arguant que ces aides incitent les chômeurs à rester chez eux plutôt qu'à chercher un emploi.

Pourtant, "les premières données montrent un effet minime" de ces suppressions, notait Lydia Boussour, économiste pour Oxford Economics, mardi dans une note.

Réouverture des écoles

"À l'heure actuelle, il est difficile de distinguer les effets sur l'offre de main-d'oeuvre des responsabilités de garde (d'enfants notamment, NDLR) induites par la pandémie, des craintes de contracter le virus et de l'extension des allocations chômage", avait souligné vendredi Lael Brainard, l'une des gouverneurs de la Fed, la banque centrale américaine.

Et le retour tant espéré à une situation plus normale pourrait être contrarié par la reprise de l'épidémie à cause du variant Delta.

Les autorités pourraient être contraintes de prendre de nouvelles mesures de restriction de l'activité. Certaines entreprises ont d'ores et déjà annoncé que leurs employés auraient l'obligation d'être vaccinés, et à New York, clients et salariés devront avoir reçu au moins une dose pour accéder aux salles de restaurants, de sport ou de spectacle.

La question de la réouverture des écoles pourrait aussi se poser. Une deuxième rentrée des classes virtuelle ralentirait encore le retour à l'emploi de nombreuses femmes.

Le nombre de nouveaux inscrits au chômage a évolué en dents de scie tout au long du mois de juillet, et 13,2 millions de personnes touchaient encore le chômage début juillet, selon les données les plus récentes disponibles.


L'aéroport de Dubaï s'attend à une augmentation du nombre de passagers

L'aéroport international de Dubaï vise une augmentation de 8 % du nombre de passagers, qui devrait s’élever cette année à 28 millions. (AFP)
L'aéroport international de Dubaï vise une augmentation de 8 % du nombre de passagers, qui devrait s’élever cette année à 28 millions. (AFP)
Short Url
  • Les EAU ont annoncé qu'ils supprimeraient le 5 août une interdiction sur les vols en transit
  • Les personnes voyageant vers les EAU ou transitant par leurs aéroports doivent remplir diverses conditions, notamment présenter un test PCR négatif avant le départ

DUBAÏ: Le groupe de gestion de l'aéroport de Dubaï s'attend à une «augmentation sensible» du trafic de passagers au cours des semaines et des mois à venir, a déclaré mercredi son directeur général, après que les Émirats arabes unis (EAU) ont annoncé un assouplissement des restrictions de voyage pour les vols en provenance des pays africains et asiatiques.

L'État du Golfe, importante plaque tournante pour les voyages internationaux, a annoncé mardi qu'il supprimerait le 5 août une interdiction sur les vols en transit qui, comme l’a expliqué par la suite la compagnie aérienne Emirates, s'appliquait aux passagers en provenance de douze pays, dont l’Inde en particulier.

Les EAU lèveront également cette semaine l’interdiction d'entrée sur le territoire aux passagers s’étant rendus en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka, au Népal, au Nigéria ou en Ouganda au cours des quatorze derniers jours, pour ceux qui ont des résidences valides, et qui sont certifiés par les autorités émiraties comme étant entièrement vaccinés.

Le directeur général des aéroports de Dubaï, Paul Griffiths, a déclaré que l’aéroport international de Dubaï était «prêt à accueillir l'afflux de passagers prévu dans les semaines et les mois à venir», une fois les restrictions assouplies.

Le sous-continent indien constitue traditionnellement le marché le plus important pour Dubaï International, qui est l'un des aéroports les plus fréquentés au monde et la plaque tournante de la compagnie aérienne nationale, Emirates.

Paul Griffiths a précisé que l'assouplissement des restrictions d'entrée pour les voyageurs en provenance d'Asie du Sud ainsi que du Nigéria et d'Ouganda, permettrait le retour de milliers de résidents aux EAU.

«C'est une importante évolution d'un point de vue social et économique», souligne-t-il.

Les personnes voyageant vers les EAU ou transitant par leurs aéroports doivent remplir diverses conditions, notamment présenter un test PCR négatif avant le départ.

L'aéroport international de Dubaï vise une augmentation de 8 % du nombre de passagers, qui devrait s’élever cette année à 28 millions. Il en a accueilli 86,4 millions en 2019, l'année précédant la survenue de la pandémie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les investisseurs de Saudi Aramco prévoient une hausse des bénéfices après un bon premier semestre

Réservoirs de pétrole dans l’installation pétrolière de Saudi Aramco à Abqaïq. (Reuters)
Réservoirs de pétrole dans l’installation pétrolière de Saudi Aramco à Abqaïq. (Reuters)
Short Url
  • Les investisseurs attendent des informations sur le montant du dividende
  • JP Morgan prévoit un bénéfice net d’environ 23,7 milliards de dollars américains, soit près de 20 milliards d’euros

DUBAÏ: La saison des rapports pétroliers devrait atteindre son apogée la semaine prochaine avec l’annonce des résultats du premier semestre de Saudi Aramco, la plus grande entreprise du secteur.

Avec des prix du pétrole brut élevés pendant la majeure partie du semestre clos le 30 juin, et une production en hausse à la suite de la levée progressive des contraintes de l’Opep+ (14 pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole plus 10 autre pays) au cours de cette période, les analystes s’attendent à une forte augmentation des bénéfices du géant saoudien. 

Christian Malek, analyste chez JP Morgan, prévoit un bénéfice net d’environ 23,7 milliards de dollars américains, soit près de 20 milliards d’euros. C’est un bond considérable par rapport au bénéfice de 6,6 milliards de dollars américains (5,5 milliards d’euros) enregistré l’année dernière par Aramco après l’effondrement du prix du pétrole face à une demande fortement impactée par la pandémie de Covid-19.

«Dans un contexte d'évolution positive de la demande et des prix, nous nous attendons à ce qu’Aramco enregistre un bénéfice net trimestriel important», précise Christian Malek dans un rapport récemment envoyé aux investisseurs.

Des prix du pétrole plus élevés, des volumes de gaz saisonniers plus importants, des conditions favorables dans le secteur pétrochimique et un meilleur rendement depuis le lancement de la raffinerie de Jazan favoriseront une bonne performance au premier semestre, ajoute-t-il.

Les analystes seront également à l'affût d’informations concernant le dividende. Au moment de son introduction en bourse fin 2019, le géant saoudien Aramco s’est engagé à verser au moins 75 milliards de dollars (63,2 milliards d’euros) par an à ses actionnaires mais il semble fort probable que le groupe verse un dividende spécial plus élevé pour le premier semestre, soutenu par des finances solides. D’autres grandes compagnies pétrolières comme Shell, BP et Total ont annoncé des mesures visant à augmenter les dividendes des actionnaires cette semaine.

«L’argument en faveur du dividende spécial est logique», confie M. Malek à Arab News. «Aramco a réalisé une consolidation fiscale exceptionnelle. Tous les géants pétroliers cherchent des moyens afin de reverser un maximum de liquidités aux actionnaires. Il n’y a aucune raison pour qu’Aramco fasse exception à la règle», poursuit-il.

D’autres analystes s’accordent à dire qu’Aramco a la possibilité d’augmenter son dividende.

«Aramco connaît une année fantastique jusqu'à présent et les résultats s’annoncent très bons», précise Ranjith Raja, responsable des programmes de recherche sur le pétrole et le transport maritime pour la région Mena (Afrique du Nord et Moyen-Orient) chez le fournisseur mondial de données financières Refinitiv. «D’autres groupes pétroliers ont fait part d’augmentation de dividendes ou de rachat d’actions. Pourquoi Aramco ne ferait pas de même? Le géant ne ferait pas que respecter son engagement à verser 75 milliards de dollars américains en dividendes mais susciterait également la confiance des investisseurs.»

Dans le cadre d’un programme d’appels aux investisseurs et aux médias qui devrait être initié après l’annonce des résultats dimanche, les analystes demanderont au PDG, Amin Nasser, de fournir plus d’informations sur les projets d’autres ventes d’actifs, après la cession par Aramco d'une participation de son activité de pipelines plus tôt cette année. Ils lui demanderont également de faire le point sur la reprise des discussions concernant un éventuel rapprochement avec le groupe indien de raffinage et de pétrochimie, Reliance Industries.

Les analystes chercheront également à obtenir des indications sur l’avancement de la vente d’une autre tranche d’actions d’Aramco qui semble envisagée au sein de la société.

Les finances d’Aramco sont considérés comme particulièrement solides dans un secteur pétrolier mondial qui commence à peine à se remettre de la récession liée à la pandémie.

La semaine dernière, l’agence de notation Fitch a relevé le statut d'Aramco de «négatif» à «stable», expliquant que «le profil financier d’Aramco est positif par rapport aux autres producteurs pétroliers intégrés à l’échelle internationale».

Le 3 août, le prix des actions d’Aramco a chuté de 1,9 % sur la bourse Tadawul (indice de la bourse d’Arabie saoudite), atteignant 38,25 riyals saoudiens chacune, soit 8,6 euros.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com