Biden reçoit le président afghan en plein retrait américain

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, D-Calif., organise une réunion de direction bipartite avec le président afghan Ashraf Ghani (g) au Capitole, à Washington, DC, le 25 juin 2021. (Jim Watson / AFP)
La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, D-Calif., organise une réunion de direction bipartite avec le président afghan Ashraf Ghani (g) au Capitole, à Washington, DC, le 25 juin 2021. (Jim Watson / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 25 juin 2021

Biden reçoit le président afghan en plein retrait américain

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, D-Calif., organise une réunion de direction bipartite avec le président afghan Ashraf Ghani (g) au Capitole, à Washington, DC, le 25 juin 2021. (Jim Watson / AFP)
  • Que deviendront les milliers d'Afghans ayant travaillé auprès des forces américaines comme interprètes?
  • "Nous n'abandonnerons pas ceux qui nous ont aidé", a assuré jeudi Joe Biden

WASHINGTON : Le président américain Joe Biden reçoit vendredi son homologue afghan Ashraf Ghani pour évoquer l'avenir de l'Afghanistan au moment où le retrait en cours des troupes américaines ouvre une période d'immense incertitude.

Objectif affiché de la Maison Blanche: travailler étroitement avec le gouvernement de Kaboul pour s'assurer que l'Afghanistan "ne redevienne jamais un refuge pour des groupes terroristes qui représentent une menace pour le territoire américain".

Mais les questions sont nombreuses et vertigineuses: les talibans s'empareront-ils de Kaboul après le départ des derniers soldats occidentaux? Comment la sécurité des diplomates occidentaux - et de l'aéroport de la capitale - sera-t-elle assurée? Que deviendront les milliers d'Afghans ayant travaillé auprès des forces américaines comme interprètes?

Depuis Paris, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a reconnu que les offensives des insurgés contre les forces de sécurité afghanes se multipliaient de manière inquiétante.

"Mais le statu quo n'aurait pas aidé, le statu quo n'était pas une option", a-t-il martelé, défendant la décision controversée du président démocrate.

Les deux dirigeants doivent se retrouver dans l'après-midi dans le Bureau ovale pour évoquer ces dossiers épineux. Fait notable: aucune conférence de presse n'est prévue à l'issue de la rencontre.

Joe Biden a décidé en avril de retirer les 2.500 militaires américains encore présents en Afghanistan. Il a fixé comme date-butoir le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats ayant conduit Washington à renverser le régime des talibans qui abritaient les jihadistes d'Al-Qaïda.

Washington martèle sa volonté de continuer à "soutenir le peuple afghan".

Jeudi, la Maison Blanche a annoncé l'envoi de trois millions de doses de vaccin Johnson & Johnson pour aider le pays à faire face à la pandémie de Covid-19.

Mais nombre d'élus et d'experts redoutent que les insurgés ne reprennent le contrôle du pays et imposent un régime fondamentaliste proche de celui qu'ils avaient mis en place entre 1996 et 2001.

De surcroit, Ashraf Ghani apparaît de plus en plus isolé et impuissant. "Il n'écoute plus que trois ou quatre personnes, dont son chef de cabinet, son conseiller à la sécurité nationale et bien sûr son épouse", assure, sous couvert d'anonymat, un diplomate occidental à Kaboul, décrivant un homme qui "se méfie de tout le monde".

"Ghani n'a pas beaucoup de légitimité dans son pays" et a plus que jamais besoin de "reconnaissance internationale", résume Andrew Watkins, de l'International Crisis Group.

S'il espère toujours convaincre les talibans d'accepter un rôle dans un gouvernement intérimaire d'union nationale, les insurgés, encouragés par leurs succès militaires, semblent peu enclins à négocier.

Le retrait américain a été jusqu'ici mené tambour battant, alimentant les spéculations sur son achèvement dès juillet, bien avant la date-butoir du 11 septembre.

- Evacuation vers Guam? -

Le sort des quelque 18.000 Afghans ayant travaillé auprès des forces américaines, qui redoutent des représailles si les talibans reviennent au pouvoir à Kaboul, fait l'objet d'une attention particulière à Washington.

"Nous n'abandonnerons pas ceux qui nous ont aidé", a assuré jeudi Joe Biden.

Ces Afghans espèrent décrocher un visa d'immigration vers les Etats-Unis, mais les procédures sont lourdes et longues.

La Maison Blanche a indiqué qu'elle envisageait d'évacuer certains d'entre eux avant le retrait complet des troupes afin qu'ils soient en sécurité pendant la période d'examen de leur demande de visa.

Mais nombre de détails restent à régler: ni le nombre de personnes concernées ni leur destination n'ont à ce stade été précisés.

L'île de Guam, dans le Pacifique, fait partie des hypothèses évoquées ces dernières semaines par des élus et des organisations de défense des droits humains.

Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, négociateur en chef du gouvernement dans les pourparlers avec les talibans, sont arrivés jeudi à Washington et ont rencontré des membres du Congrès.

Le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell a déploré, après cette rencontre, la décision de Joe Biden, espérant que le retrait des troupes américaines soit retardé.

"Les talibans, enhardis par notre retraite, vont revenir sur des années de progrès, en particulier pour les droits des femmes afghanes", a-t-il déploré, redoutant les conséquences "tragiques" de la possible chute de Kaboul peu après le départ des derniers soldats américains.

 


Brésil: à J-7 de la présidentielle, une victoire de Lula au 1er tour possible

Luiz Inacio Lula da Silva, candidat présidentiel du Brésil pour le Parti des travailleurs (Photo, AFP).
Luiz Inacio Lula da Silva, candidat présidentiel du Brésil pour le Parti des travailleurs (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est avec constance que les enquêtes d'opinion accordent depuis des mois un troisième mandat pour diriger la première puissance d'Amérique latine à Lula
  • Si 11 candidats s'alignent au départ, c'est la lutte entre l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva et Jair Bolsonaro qui accapare l'attention

RIO DE JANEIRO: A une semaine de la présidentielle, le Brésil entre dans la dernière ligne droite d'une campagne électorale ultra-polarisée se résumant à un duel sans merci entre Jair Bolsonaro et Lula, dont l'élection dès le premier tour paraît possible.

Si 11 candidats s'alignent au départ, c'est la lutte entre l'ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (47% des intentions de vote selon le dernier sondage Datafolha) et le président d'extrême droite Jair Bolsonaro (33%) qui accapare l'attention.

"Nous devons parler aux indécis et à ceux qui envisagent de ne pas aller voter", a déclaré Lula lors d'un meeting dimanche devant des milliers de soutiens à l'école de samba Portela, à Rio.

C'est avec constance que les enquêtes d'opinion accordent depuis des mois un troisième mandat pour diriger la première puissance d'Amérique latine à Lula, président de 2003 à 2010 et chef de file du Parti des Travailleurs (PT, gauche).

"Le gouvernement de Lula a été très bon: mes enfants ont pu avoir leur diplôme à l'université, j'ai pu moi-même acheter une voiture. Je veux son retour car je voudrais que tout redevienne comme avant", dit à l'AFP Sandra Chaves, une femme de couleur de 60 ans venue dimanche entendre Lula à l'école de samba Portela.

Ralliements à Lula
L'ancien métallo avait quitté le pouvoir sur des taux d'approbation stratosphériques (87%), avant de connaître la disgrâce de la prison pour corruption (2018-2019) et d'être empêché de se représenter. Son élection, à 76 ans, marquerait un come-back remarquable.

Il bénéficie d'une dynamique. "Les sondages disent qu'il y a une réelle possibilité que Lula gagne dès le premier tour" du 2 octobre, note Fernanda Magnotta, analyste à la fondation FAAP, à Sao Paulo.

Lula pourrait bénéficier du "vote utile" si "les électeurs de candidats moins compétitifs tel Ciro Gomes migrent vers lui", explique-t-elle, au sujet du candidat de centre gauche, 3e dans les sondages (7%) devant Simone Tebet (centre droit, 5%).

Le "vote utile", qui fait beaucoup parler de lui, est devenu le thème dominant de la campagne de Lula.

Ces derniers jours, Lula a surfé sur une vague de soutiens: l'ex-président Fernando Henrique Cardoso (1995-2003) a demandé aux Brésiliens de voter "pour la démocratie", son ex-ministre de l'Environnement Marina Silva s'est ralliée à lui après une longue brouille.

Des hommes politiques et des intellectuels de gauche d'Amérique latine ont demandé à Ciro Gomes de se retirer pour faciliter la victoire de Lula.

Mais vendredi, Jair Bolsonaro, 67 ans, du Parti libéral (PL), assurait lors d'un meeting dans le Minas Gerais (sud-est): "Nous allons vaincre au 1er tour".

Fraude électorale
"Si Dieu le veut, nous gagnerons dès le premier tour", a-t-il répété dimanche en direct sur les réseaux sociaux. "L'autre camp ne réunit pas le peuple dans la rue, comment gagnerait-il dès le premier tour? Ca me paraît difficile... non: impossible. Point final", a ajouté le président sortant.

Sur Telegram, les réseaux bolsonaristes mènent campagne pour expliquer que si leur champion n'est pas élu dès le 2 octobre, c'est que l'élection aura été frauduleuse.

La crainte d'un remake brésilien de l'assaut du Capitole est dans tous les esprits.

"Ca peut être dangereux", dit Mme Magnotta, "Bolsonaro va très probablement invoquer la fraude électorale, comme Donald Trump, cela va galvaniser ses soutiens".

Car l'ex-capitaine de l'Armée peut compter sur des bataillons de partisans prêts à tout. Lui-même a plusieurs fois attaqué violemment les institutions de la jeune démocratie brésilienne, telle la Cour suprême, et mené une virulente campagne contre les urnes électroniques, qui favoriseraient selon lui "la fraude".

Mais baissant soudainement le ton, ce président imprévisible a aussi déclaré que s'il perdait, il se retirerait de la politique.

Impossible donc de prévoir la suite des événements au soir du premier tour.

«Voleur», «incompétent»
La campagne de Bolsonaro et Lula a été plus marquée par des attaques personnelles -- "voleur", "incompétent" -- que par la présentation de programmes.

Le quotidien O Globo appelait samedi Lula à proposer "un projet économique cohérent", car "s'il gagne, personne ne sait comment il va gouverner".

Les candidats ont sillonné le gigantesque Brésil et tenu d'innombrables meetings en gilet pare-balles.

Le thème de l'environnement et du climat, dans ce pays abritant l'Amazonie, est passé à la trappe, contrairement à la faim, l'inflation ou la corruption, préoccupations de la majorité des 214 millions de Brésiliens.

Pour ratisser large, Lula a tenté de séduire les évangéliques qui constituent le socle de l'électorat de Jair Bolsonaro avec l'agronégoce et les pro-armes.

Il s'est aussi choisi pour colistier le très modéré ex-gouverneur de Sao Paulo Geraldo Alckmin, du centre droit, afin de rassurer les marchés qui voient avec appréhension son élection.

M. Bolsonaro tente de son côté de séduire sans succès un électorat féminin qui majoritairement le fuit pour ses propos sexistes et a labouré le Nordeste, fief de Lula, sans beaucoup d'effet non plus, selon les sondages.

Les fausses informations déferlent comme jamais sur les réseaux sociaux. Elles sont aussi abondamment relayées par les présidentiables eux-mêmes, à la télévision, et jusqu'à la tribune de l'ONU mardi dernier par Jair Bolsonaro.

La semaine qui s'ouvre va voir les ennemis jurés jeter leurs dernières forces dans la bataille, avec de gros meetings et, jeudi, un débat télévisé très attendu, où, contrairement à samedi, Lula devrait être présent.


Conséquences «catastrophiques» si Moscou utilise l'arme nucléaire, prévient la Maison Blanche

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken (Photo, Reuters).
Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un haut conseiller du président Joe Biden a alerté sur les conséquences catastrophiques d'une utilisation de l'arme nucléaire
  • Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont demandé via des canaux privés à la Russie de mettre fin à son discours agitant la menace nucléaire dans la guerre en Ukraine, une arme dont l'utilisation aurait, prévient Washington, des conséquences "catastrophiques".

"Nous avons été très clairs avec les Russes, publiquement et en privé, pour qu'ils cessent de parler d'armes nucléaires", a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, dans un entretien à la chaîne CBS News diffusé dimanche.

"Il est très important que Moscou nous entende et sache que les conséquences seraient horribles. Et nous avons été très clairs à ce sujet", a souligné le secrétaire d'Etat. "Toute utilisation d'armes nucléaires aurait des effets catastrophiques pour le pays qui les utilise, bien sûr, mais aussi pour beaucoup d'autres".

Un peu plus tôt, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche avait déjà mis en garde contre les conséquences "catastrophiques" en cas d'utilisation de l'arme nucléaire par Moscou.

"Nous avons la capacité de parler directement à haut niveau (aux Russes), de leur dire clairement quel est notre message et d'entendre le leur", avait aussi dit Jake Sullivan sur NBC.

"Cela s'est produit fréquemment ces derniers mois, cela s'est même produit ces derniers jours", a-t-il indiqué, sans toutefois vouloir préciser la nature exacte des canaux de communication employés, afin de "les protéger."

Mercredi dans un discours télévisé, Vladimir Poutine avait fait une allusion à la bombe atomique en se disant prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident qu'il a accusé de vouloir "détruire" la Russie. "Ce n'est pas du bluff", avait aussi assuré le président russe.

Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire de Moscou.

Interrogé le 16 septembre, avant que le président russe n'agite implicitement cette menace, Joe Biden avait lancé ce message: "Ne le faites pas. Ne le faites pas. Ne le faites pas. Vous changeriez la face de la guerre d'une manière jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale."

Doctrine militaire russe

Il avait averti que la réponse américaine serait "conséquente", mais sans plus de précision.

Washington avait auparavant déjà dit prendre "au sérieux" cette menace, et promis une réponse "sévère."

La Russie et les Etats-Unis sont les plus grandes puissances nucléaires du monde.

La doctrine militaire russe autorise l'utilisation d'armes nucléaires tactiques sur le champ de bataille pour forcer un ennemi à battre en retraite.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, invité lors d'une conférence de presse samedi aux Nations unies à préciser les déclarations du président Poutine, a répondu que la doctrine de Moscou était "un document public".

Mais la doctrine militaire russe prévoit aussi la possibilité de recourir à des frappes nucléaires si des territoires considérés comme siens par Moscou sont attaqués, ce qui pourrait être prochainement le cas avec les régions ukrainiennes dans lesquels se déroulent depuis vendredi des référendums d'annexion.

Ces scrutins, qualifiés de "simulacres" sans valeur juridique par Kiev et ses alliés occidentaux, se déroulent dans les régions de Donetsk et de Lougansk, qui forment le bassin minier du Donbass, dans l'est de Ukraine, ainsi que dans les zones occupées de Kherson et de Zaporijjia, dans le sud du pays.

De son côté, Volodymyr Zelensky a dit sur CBS prendre très au sérieux les menaces de son homologue russe, en se fondant sur les frappes qu'il accuse Moscou d'avoir commises à proximité notamment de la centrale nucléaire de Zaporijjie, la plus grande d'Europe.

"Donc, il veut effrayer le monde entier", a fait valoir le président ukrainien. "Ce sont les premières étapes de son chantage nucléaire. Je ne pense pas qu'il bluffe".

L'arme nucléaire a été utilisée deux fois dans l'histoire, en 1945, lorsque les Etats-Unis ont détruit les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki, tuant plus de 200.000 personnes. Le Japon impérial s'est rendu quelques jours plus tard, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale.


Des dizaines de milliers de pèlerins juifs en Ukraine malgré la guerre

Pèlerins juifs ultra-orthodoxes à Ouman en Ukraine le 25 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Pèlerins juifs ultra-orthodoxes à Ouman en Ukraine le 25 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Malgré les appels à renoncer à cause du conflit, des dizaines de milliers de juifs hassidiques se sont rassemblés dans la ville ukrainienne d'Ouman
  • Chaque année, des pèlerins hassidiques viennent du monde entier à Ouman pour le nouvel an juif, Rosh Hashana

KIEV: Des dizaines de milliers de juifs hassidiques se sont rassemblés dans la ville ukrainienne d'Ouman pour leur pèlerinage annuel, malgré les appels à renoncer à cause du conflit en cours, ont annoncé les autorités dimanche.

Chaque année, des pèlerins hassidiques viennent du monde entier à Ouman pour le nouvel an juif, Rosh Hashana, sur la tombe de Rabbi Nahman de Breslev (1772-1810), une des principales figures du hassidisme, un courant orthodoxe du judaïsme.

Même si Ouman, ville du centre de l'Ukraine, se trouve relativement loin des fronts où s'affrontent les armées ukrainienne et russe, les autorités ukrainiennes et israéliennes avaient exhorté les pèlerins à ne pas venir pour les célébrations prévues de dimanche à mardi cette année.

Habitués aux sirènes
Les pèlerins citent souvent un texte religieux de Rabbi Nachman dans lequel il promet qu'il "sauvera de l'enfer" ceux qui viennent visiter sa tombe à Rosh Hashana.

"Il y a eu des sirènes, mais venant d'Israël nous sommes habitués aux sirènes, nous savons quoi faire. Nous nous sentons plutôt en sécurité", a déclaré M. Allen, médecin originaire de Yad Binyamin.

Le voyage n'est pourtant pas sans risque. Située à environ 200 kilomètres au sud de Kiev, Ouman a été touchée par des frappes russes  dans les premières semaines de la guerre. Le mois dernier, un homme a été mortellement blessé par des éclats d'un missile russe abattu par la défense anti-aérienne.

La police a mis en place un vaste cordon pour contrôler l'accès au tombeau, vérifiant les identités et ne laissant passer que des habitants et des fidèles.

Durant Rosh Hashana, la vente d'alcool, de feux d'artifice, de pétards et d'armes factices a été interdite et un couvre-feu décrété de 23H00 à 05H00 locales, selon une porte-parole de la police régionale, Zoïa Vovk.

Malgré les restrictions, le sanctuaire abritant la tombe bourdonnait d'agitation dimanche. Des pèlerins - seulement des hommes et des garçons - priaient, appuyés contre les murs et colonnes blanches à l'intérieur du bâtiment.

A l'extérieur du temple résonnaient les prières simultanées de centaines de fidèles.

À quelques mètres de là, Yaniv Vakhnin, un autre pèlerin, explique à l'AFP que la guerre ne fait pas peur quand le rabbin Nachman vous protège.

«Que les prières soient entendues»
"Le rabbin Nachman dit que même s'il y a la guerre dans un pays, celui qui l'écoute ne sera pas affecté par la guerre", assure cet homme de 48 ans originaire de Safed, dans le nord d'Israël.

"Nous sommes donc entièrement protégés" et "nous nous sentons très en sécurité et très heureux d'être ensemble", a dit le fidèle qui a mis 30 heures pour se rendre à Ouman: d'abord un vol vers la Roumanie voisine, puis 15 heures de trajet en bus jusqu'à la destination finale.

Ferme sur sa foi, il n'a pas hésité de venir en Ukraine avec ses deux enfants, laissant cinq autres à la maison.

"Nous allons prier Dieu. Et j'espère que l'Ukraine ne sera pas blessée et gagnera la guerre parce que le rabbin Nachman est enterré ici, donc l'Ukraine est protégée", confie M. Vakhnin.

Selon la Communauté juive unie d'Ukraine, une ONG confessionnelle, plus de 23.000 juifs hassidiques sont déjà arrivés à Ouman, frappée à plusieurs reprises par la Russie depuis son invasion de l'Ukraine le 24 février.

La police a préféré ne pas donner le nombre de pèlerins jusqu'à la fin des festivités, craignant une attaque russe. "La seule chose que je peux dire, c'est des dizaines de milliers" de pèlerins déjà arrivés, a indiqué Zoïa Vovk.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lui-même d'ascendance juive, a félicité dimanche "tous les juifs du monde à l'occasion de la fête".

"Que toutes les prières pour la victoire, toutes les prières pour la paix en Ukraine soient entendues", a-t-il déclaré dans son adresse quotidienne tard le soir.