Syrie: les Kurdes veulent des centres de réhabilitation pour les "enfants" de l'EI

Un jeune homme pousse une charrette avec des enfants assis à l'intérieur du camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI), dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 23 juin 2021. (Delil Souleiman /AFP)
Un jeune homme pousse une charrette avec des enfants assis à l'intérieur du camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI), dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 23 juin 2021. (Delil Souleiman /AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 juillet 2021

Syrie: les Kurdes veulent des centres de réhabilitation pour les "enfants" de l'EI

Un jeune homme pousse une charrette avec des enfants assis à l'intérieur du camp kurde d'al-Hol, qui abrite des proches de combattants présumés du groupe État islamique (EI), dans le gouvernorat de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 23 juin 2021. (Delil Souleiman /AFP)
  • Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait tiré mercredi la sonnette d'alarme sur l'emprisonnement de centaines d'enfants, principalement des garçons, certains âgés d'à peine 12 ans", dans des prisons pour adultes
  • Le camp d'Al-Hol est devenu une véritable cité de tentes accueillant près de 62.000 personnes, dont environ 10.000 femmes et enfants étrangers

BEYROUTH, Liban : Les Kurdes de Syrie ont transféré une trentaine d'adolescents du camp d'Al-Hol pour les installer dans un centre de réhabilitation à destination des enfants de jihadistes, a indiqué un responsable local vendredi, réclamant une aide internationale pour créer une quinzaine d'institutions similaires.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait tiré mercredi la sonnette d'alarme sur l'emprisonnement "de centaines d'enfants, principalement des garçons, certains âgés d'à peine 12 ans", dans des "prisons pour adultes, des endroits où ils n'ont pas leur place".

Après avoir mené plusieurs offensives contre le groupe État islamique (EI), les autorités semi-autonomes kurdes dans le nord-est de la Syrie gèrent maintenant la présence dans leurs prisons de milliers de combattants et de milliers de femmes et d'enfants dans les camps.

Reconnaissant la détention de mineurs, Abdelkarim Omar, responsable des Affaires étrangères de l'administration kurde, a toutefois précisé qu'ils étaient retenus dans des quartiers séparés des adultes, mettant l'accent sur l'importance de créer des centres de réhabilitation.

"La place des enfants n'est ni en prison ni dans des camps", a-t-il indiqué à l'AFP.

"Entre 30 et 35 enfants de plus de 12 ans ont été sortis d'Al-Hol, nous préparons un centre de réhabilitation à Hassaké (nord-est), il sera prêt dans les jours à venir", a-t-il ajouté.

Le camp d'Al-Hol est devenu une véritable cité de tentes accueillant près de 62.000 personnes, dont environ 10.000 femmes et enfants étrangers dans une annexe grillagée, selon l'ONU, qui a mis en garde contre "des cas de radicalisation".

A Al-Hol, "les garçons en particulier vivent dans une peur et une méfiance constante. Une fois un certain âge atteint, beaucoup sont séparés de leur famille et transférés vers des centres de détention pour adultes", a déclaré dans un compte-rendu Fabrizio Carboni, directeur régional Moyen-Orient au CICR.

"Les enfants détenus devraient soit être réunis avec leur famille dans les camps, soit être rapatriés", a-t-il ajouté.

Un premier centre de réhabilitation a été fondé il y a quelques années et accueille actuellement environ 120 enfants, selon M. Omar, qui vante les résultats obtenus.

Le responsable plaide pour "la création de 15 ou 16 centres afin de sortir les enfants des prisons, en attendant de leur trouver une solution car la communauté internationale ne prend pas ses responsabilités".

"Aidez-nous au moins à sortir ces enfants de cet environnement radical, car les garder dans cette atmosphère entraînera l'apparition d'une nouvelle génération de terroristes", a-t-il averti.

 


Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique

L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
Short Url
  • L'ex-Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique et a appelé son parti à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues au printemps
  • Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth

BEYROUTH: L'ex-Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique et a appelé son parti à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues au printemps, après une série de revers financiers et politiques. 

Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth. 


L’Arabie saoudite condamne les attaques par missiles menées par la milice houthie contre Abu Dhabi et Jazan

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Short Url
  • Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils
  • De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères a condamné les attaques «répétées» de la milice houthie contre des civils et des infrastructures vitales au sud du Royaume et à Abu Dhabi.

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis lancés contre le pays, mais qui n’ont cependant pas fait de victimes, rapporte l’agence de presse officielle WAM.

Un F-16 a détruit un lanceur de missiles balistiques dans la province d’Al-Jawf, au Yémen, immédiatement après l'attaque.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils.

Il souligne également la nécessité pour la communauté internationale d’agir immédiatement pour contrer les attaques répétées des Houthis.

Par ailleurs, le Royaume appelle le Conseil de sécurité des nations unies à mettre fin au comportement agressif de la milice.

En Arabie saoudite, deux habitants ont été légèrement blessés après que les Houthis ont tiré un missile balistique dimanche sur la zone industrielle d’Ahad al-Masarihah, à Jazan, peu de temps avant l’attaque contre Abu Dhabi.

Le royaume de Bahreïn a dénoncé ces attaques menées par les Houthis contre des civils.

De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice.

Le ministère turc des Affaires étrangères a, quant à lui, déclaré que les attaques contre les deux pays constituent une violation flagrante du droit international.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a en outre indiqué que la poursuite des attaques des Houthis reflète le rejet par la milice de tous les efforts de paix au Yémen.

 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Zubala, point de rencontre des caravanes commerciales et des pèlerins du Hajj

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)
Short Url
  • Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman, alors que de nombreux poètes en ont également fait l’éloge
  • L’Autorité du patrimoine continue de fouiller plusieurs sites majeurs du village, après la découverte de vestiges historiques

L’Histoire du village de Zubala date d’avant l’ère abbasside. Il a été largement mentionné dans les sources historiques comme point de rencontre pour les caravanes commerciales et les pèlerins. Zubala a également été décrit comme l’une des étapes les plus importantes sur le chemin du Hajj et le village a conservé son nom jusqu’à ce jour.

Situé à 25 kilomètres au sud du gouvernorat de Rafha, dans la région de la frontière nord, Zubala est riche en monuments antiques. Il abrite le puits le plus profond du chemin du Hajj, de forme carrée et d’une profondeur de 250 mètres. Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman. De nombreux poètes en ont également fait l’éloge.

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)

Le président du club littéraire de la région de la frontière nord, Majid al-Mutlaq, souligne que Zubala abrite de nombreux vestiges, notamment son puits carré sculpté de manière unique. On y trouve encore un palais historique et une cité résidentielle voisine. Zubala est également célèbre pour ses trois étangs: Al-Shahouf, Umm al-Assafir et Al-Shihiyat.

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)

Le chercheur en Histoire Matar ben Ayed al-Anzi indique que le village porte le nom de Zubala ben al-Harith.

Zubala a fait l’objet de plusieurs fouilles archéologiques depuis 2015. L’Autorité du patrimoine continue d’explorer plusieurs sites majeurs du village, selon une nouvelle méthodologie en conformité avec les objectifs du programme Darb Zubaida. Ce programme a été initié après la découverte de vestiges historiques au nord-ouest du village.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com