Frankly speaking: «Il y aura un raz -de- marée de demandes de voyages» une fois la pandémie terminée

Le président de la compagnie aérienne Emirates, Tim Clark lors d'une interview sur Frankly Speaking (Capture d'écran)
Le président de la compagnie aérienne Emirates, Tim Clark lors d'une interview sur Frankly Speaking (Capture d'écran)
Short Url
Publié le Jeudi 31 mars 2022

Frankly speaking: «Il y aura un raz -de- marée de demandes de voyages» une fois la pandémie terminée

Le président de la compagnie aérienne Emirates, Tim Clark lors d'une interview sur Frankly Speaking (Capture d'écran)
  • Le directeur d'Emirates prévoit un rebond total d'ici l'été 2022, considérant le modèle commercial de la compagnie aérienne efficace à «perpétuité»
  • Sir Tim Clark a parlé de la possibilité d'une fusion avec la compagnie aérienne rivale d'Abou Dhabi Etihad

DUBAΪ: Emirates tournera à plein régime d'ici l'été prochain alors que l'industrie aéronautique frappée par la pandémie connaît une « augmentation exceptionnelle » du nombre de passagers, déclare à Arab News Sir Tim Clark, le président de la compagnie aérienne. 

« À court terme, je pense que nous avons encore six mois de difficultés. Si vous me demandez ce que je pense de l'été 2022, je pense que ce sera complètement différent. Je suis assez confiant que l'année prochaine, nous aurons un scenario totalement différent, et que des compagnies aériennes comme Emirates se seront certainement complétement rétablies, bien que peut-être six mois plus tard que ce que nous avions initialement prévu », dit-il. 

« Une fois la pandémie terminée, il y aura un tsunami de demande de la part des personnes souhaitant voyager – qu'il s'agisse d'amis et de parents, de résidences secondaires, d'affaires, de loisirs – les multiples secteurs qui ont tous été supprimés au cours des 15 ou 16 derniers mois », ajoute Clark. 

 

Il a donné ses prévisions confiantes lors d'une interview sur Frankly Speaking, la série d'entretiens vidéo avec des décideurs politiques et des hommes d'affaires influents. 

Au cours d'une large discussion sur le transporteur basé à Dubaï et l'industrie mondiale de l'aviation, Clark a parlé de l'amélioration de la situation financière d'Emirates, qui a perdu 5 milliards de dollars (4,2 milliards d’euros) l'année dernière, ainsi que la possibilité d'une fusion avec la compagnie aérienne rivale d'Abou Dhabi Etihad. 

1
Clark, qui travaille avec Emirates depuis trois décennies et demie, devait prendre sa retraite l'année dernière, mais a accepté de rester au poste le plus élevé pour faire face à la pandémie (Photo, AN)

Il a également discuté de l'avenir de l'avion A380, qui n'a pas pris l'air depuis que la pandémie a frappé l'année dernière, et a offert des conseils d'experts à l'Arabie saoudite alors que le Royaume envisage de lancer une deuxième compagnie aérienne internationale. 

 

Il était catégorique sur le fait que le modèle commercial d'Emirates – qui fournit une connectivité mondiale autour du hub de Dubaï pour un marché du transport aérien en constante augmentation – serait efficace « à perpétuité ». 

« Suggérez-vous que les gens ne voyageront pas, qu'ils ne voudront pas faire tout ce qu'ils faisaient avant la pandémie ? Êtes-vous en train de suggérer, comme beaucoup le font, que le fait que vous et moi discutions sur ces plateformes de vidéoconférence va supprimer le besoin de voyager pour affaires ? Les gens ne vont-ils pas voyager pour les vacances, pour les loisirs, pour rendre visite à des amis et à des parents pour toutes les raisons pour lesquelles les gens voyagent à travers la planète », a-t-il demandé. 

« Dubaï conservera et se réaffirmera en tant que super hub mondial. Ça va renforcer ça. L'aéroport va se consolider et nous aurons plus de villes sur le réseau d'ici trois à cinq ans. Alors gardez l’œil sur cet espace. 

Dubaï a eu raison de rouvrir son économie et sa compagnie aérienne l'année dernière alors même que la pandémie faisait rage dans le monde et que de nouveaux variants du virus faisaient leur apparition, insiste Clark. 

« Ils ont été les premiers acteurs, rappelez-vous, à imposer un confinement en avril et mai de l'année dernière. Ils ont été les premiers à admettre que les vaccins finiraient par régler le problème. Alors, ont-ils pris la bonne décision ? Oui, ils l’ont fait. La compagnie aérienne s'est adaptée assez rapidement comme elle l'a fait au ralentissement à la suite de l’apparition de nouveaux variants, mais encore une fois la ville (Dubaï), s'adaptera. Elle est connue pour sa malléabilité », souligne-t-il. 

1
Au cours d'une large discussion sur le transporteur basé à Dubaï et l'industrie mondiale de l'aviation, Clark a parlé de l'amélioration de la situation financière d'Emirates, qui a perdu 5 milliards de dollars (4,2 milliards d’euros) l'année dernière, ainsi que la possibilité d'une fusion avec la compagnie aérienne rivale d'Abou Dhabi Etihad (Photo, AN)

Le marché américain du transport aérien sera le premier à afficher une augmentation significative, dit-il, suivi par l'Europe et le reste du monde, alors que les campagnes de vaccinations se poursuivent dans le monde et que le traitement médical de l'infection s'améliore. Mais il ignore quand les importantes routes aériennes du Royaume-Uni avec les Émirats arabes unis rouvriront sans quarantaine et autres restrictions qui ont laissé ce marché morose. 

« Mon point de vue a été exprimé avec véhémence auprès du gouvernement britannique et je sais que le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis s'est montré assez ferme à ce sujet. À mon avis, il n'y a pas de raison pour que les Émirats arabes unis figurent sur la liste rouge, d'autant plus que nous, le pays, sommes très au fait du problème », signale-t-il. 

Le Royaume-Uni a déclaré qu'il rouvrirait complètement son économie plus tard ce mois-ci, le 19 juillet, mais sans précision sur la reprise complète des vols avec les Émirats arabes unis. 

« Ils doivent bien sûr accepter que si leurs citoyens sont vaccinés et voyagent, la réciproque doit être valable. Je pense que les preuves suggèrent que probablement d'ici août, septembre, ils seront plus détendus concernant l'entrée et les voyages », précise-t-il. 

Clark espère également que d'ici l'automne, l'Arabie saoudite rouvrira les routes lucratives entre Dubaï et les centres d'affaires du Royaume, fermées en raison de précautions contre la pandémie. Il s'attendait à ce que l'exposition mondiale Expo 2020, qui débute à Dubaï en octobre, relance les activités de la compagnie aérienne. 

Il a prodigué des conseils aux décideurs politiques du Royaume alors qu'ils planifiaient le lancement d'une deuxième compagnie aérienne internationale aux côtés de Saudia. 

1
Un Airbus A380-842 d'Emirates à l'aéroport international de Dubaï après qu'Emirates a suspendu toutes les opérations de passagers au milieu de la pandémie de coronavirus, le 24 mars 2020 (Photo, AFP)

« Avec un projet comme ça, vous devez trouver les personnes qui savent ce qu’elles font. Ils ont évidemment besoin d’une grande quantité d'argent pour faire avancer les choses, qu'ils ont j’en suis sûr, en Arabie saoudite. S'ils pensent qu'une compagnie aérienne supplémentaire, au modèle commercial légèrement différent, est nécessaire, je suis sûr qu'ils s’y mettront », déclare-t-il. 

Emirates a souffert financièrement pendant le confinement de la pandémie, qui a entièrement immobilisé sa flotte pendant deux mois avant une réouverture partielle l'été dernier. Mais Clark prévoit la fin des pertes « probablement d'ici un an ou deux », bien qu'il ne soit toujours pas clair si la compagnie aérienne aura besoin de plus de soutien du gouvernement de Dubaï en plus des 3,1 milliards de dollars qu'elle a déjà reçus. 

« C'est juste une supposition. Cela dépendra beaucoup de ce qui va se passer au cours des six et neuf mois prochains. Les dépenses en liquidités ont reculé et nous ne sommes pas dans une situation critique par rapport à ce chapitre pour le moment. Je suis convaincu à 100% que le gouvernement de Dubaï fera ce qu'il faut pour assurer la sécurité financière d'Emirates », dit-il. 

Les dommages financiers de la pandémie ont de nouveau soulevé la question d'une fusion entre Emirates et Etihad, mais Clark déclare que cette affaire est « bien au-dessus de son niveau de rémunération ». Il pense qu'il y aura plus de collaboration opérationnelle et en coulisses entre les deux compagnies aériennes, mais que cela n'implique pas une fusion à part entière, qui elle nécessiterait un accord entre les gouvernements de Dubaï et d'Abou Dhabi. 

1
Emirates a souffert financièrement pendant le confinement de la pandémie, qui a entièrement immobilisé sa flotte pendant deux mois avant une réouverture partielle l'été dernier (Photo, AFP)

L'avion à fuselage large Airbus A380 était essentiel à l'expansion et à la rentabilité d'Emirates avant que la pandémie ne frappe, mais plus de 100 avions sont stationnés depuis l'année dernière. Il est prévu de remettre certains d’entre eux en service cet été, et Clark est confiant dans l'avenir à long terme de l'avion. 

Emirates vient de prendre livraison de deux nouveaux A380, et trois autres seront livrés en novembre, bien que le constructeur européen ait déclaré qu'il n’en fabriquerait plus. « Donc, avec le temps bien sûr, il est appelé à disparaitre, mais, en attendant, nous utiliserons cet avion, nous dépenserons de l'argent dessus, pour le remettre à neuf, pour améliorer le produit, le rendre encore plus attrayant, » dit-il. 

Clark, qui travaille avec Emirates depuis trois décennies et demie, devait prendre sa retraite l'année dernière, mais a accepté de rester au poste le plus élevé pour faire face à la pandémie. Il a refusé de préciser si une nouvelle date de départ avait été fixée. 

« J’ai un super groupe avec lequel je travaille, et ils sont avec moi depuis 20 ans. Donc l'actionnaire a beaucoup de choix. Ce n’est pas très important que je sois ici ou non », déclare-t-il. 

Il ajoute qu'il restera avec la compagnie aérienne à titre consultatif après sa démission de la présidence et qu'il aimerait se concentrer sur des activités caritatives telles que la Emirates Airline Foundation. Mais il n'a pas exclu un autre gros poste dans l'aviation mondiale. 

« Je ne dis pas que je ne le ferais pas si on me le demandait, mais je préférerais m'impliquer dans des secteurs autres que commerciaux », conclut Clark. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


CMA CGM va entrer au capital d'Air France-KLM, partenariat annoncé dans le fret aérien

Le directeur général du groupe CMA CGM Rodolphe Saade pose lors de l'inauguration du porte-conteneurs "Antoine de Saint Exupéry" exploité par la compagnie maritime française CMA CGM au Havre, dans le nord-ouest de la France, le 6 septembre 2018. (AFP).
Le directeur général du groupe CMA CGM Rodolphe Saade pose lors de l'inauguration du porte-conteneurs "Antoine de Saint Exupéry" exploité par la compagnie maritime française CMA CGM au Havre, dans le nord-ouest de la France, le 6 septembre 2018. (AFP).
Short Url
  • CMA CGM, qui a multiplié les acquisitions ces derniers mois dans la logistique au-delà du transport maritime, pourrait à terme contrôler jusqu'à 9% du capital du groupe aérien franco-néerlandais
  • «Cet investissement pourrait intervenir à l'occasion de l'augmentation de capital d'Air France-KLM telle qu'envisagée dans l'annonce faite le 17 février», ont précisé les deux sociétés dans un communiqué commun

PARIS : L'armateur CMA CGM va entrer au capital d'Air France-KLM dans le cadre d'un "partenariat stratégique" qui verra les deux entreprises exploiter en commun leurs capacités de fret aérien, un secteur en pleine expansion, ont-elles annoncé mercredi.

CMA CGM, qui a multiplié les acquisitions ces derniers mois dans la logistique au-delà du transport maritime, son cœur de métier initial, pourrait à terme contrôler jusqu'à 9% du capital du groupe aérien franco-néerlandais.

"Cet investissement pourrait intervenir à l'occasion de l'augmentation de capital d'Air France-KLM telle qu'envisagée dans l'annonce faite le 17 février", ont précisé les deux sociétés dans un communiqué commun.

Sorti très endetté de la pandémie de Covid-19 qui lui a fait perdre 11 milliards d'euros depuis début 2020, Air France-KLM avait indiqué, lors de ses résultats annuels voici trois mois, être prêt à lancer une nouvelle opération de recapitalisation, la seconde après celle d'avril 2021, et pouvant atteindre elle aussi jusqu'à 4 milliards d'euros.

Parmi les pistes envisagées figurait une augmentation de capital pour laquelle seraient prioritaires les actionnaires actuels, dont l'Etat français qui détient actuellement 28,6% des parts après être venu à la rescousse du groupe.

Aucun détail supplémentaire n'a été fourni mercredi sur l'échéance de cette nouvelle opération, ni sur le montant de l'investissement prévu de CMA CGM.

"Les principaux actionnaires d'Air France-KLM soutiendront une résolution pour la nomination d'un représentant de CMA CGM au conseil d'administration" du groupe aérien, lors de son assemblée générale des actionnaires prévue mardi prochain, ont souligné les entreprises.

"Cette nomination, si elle est approuvée par l'assemblée générale, serait soumise à la réalisation de l'investissement de CMA CGM", selon la même source.

Cet accord va permettre "d'accélérer significativement le développement de notre division aérienne, CMA CGM Air Cargo, créée il y a à peine plus d'un an, et de positionner nos deux entreprises parmi les principaux acteurs mondiaux du fret aérien", s'est félicité le PDG de CMA CGM, Rodolphe Saadé, cité dans le communiqué.

De son côté, le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith, a salué la décision des dirigeants de CMA CGM d'investir dans son entreprise, "témoignant ainsi de leur confiance dans le succès futur de notre groupe".


Rencontre entre le Pakistan et le FMI pour une nouvelle aide économique

Une vue extérieure du bâtiment du Fonds monétaire international (FMI), avec le logo IMG, est vue le 27 mars 2020 à Washington, DC. (AFP).
Une vue extérieure du bâtiment du Fonds monétaire international (FMI), avec le logo IMG, est vue le 27 mars 2020 à Washington, DC. (AFP).
Short Url
  • Le Pakistan a eu à plusieurs reprises recours aux programmes du FMI pour soutenir son économie plombée par la dette, une inflation galopante et une dévaluation de sa monnaie, la roupie
  • Les discussions entre représentants du fonds et responsables pakistanais doivent s'ouvrir à Doha au Qatar, et se prolongeront la semaine prochaine, a précisé le ministère pakistanais des Finances

ISLAMABAD : Le Fonds monétaire international (FMI) doit entamer mercredi des discussions avec le Pakistan autour d'une nouvelle aide économique, sur fond d'inquiétudes sur le rythme des réformes dans ce pays d'Asie du sud.

Le Pakistan a eu à plusieurs reprises recours aux programmes du FMI pour soutenir son économie plombée par la dette, une inflation galopante et une dévaluation de sa monnaie, la roupie.

Les discussions entre représentants du fonds et responsables pakistanais doivent s'ouvrir  à Doha au Qatar, et se prolongeront la semaine prochaine, a précisé le ministère pakistanais des Finances.

Le principal point de friction porte sur le montant des subventions pakistanaises au secteur de l'énergie, essence et électricité, sur lequel le ministre des Finances Miftah Ismail dit vouloir que les deux parties trouvent un compromis.

"Le gouvernement va tenter de convaincre le FMI que pour des raisons de stabilité politique, il est important de garder au moins certaines de ces subventions", a jugé l'économiste Shahrukh Wani. 

"Le FMI dira probablement, et avec raison, qu'elles ne sont pas soutenables et qu'elles devraient être supprimées pour alléger le déficit budgétaire et commercial", a-t-il ajouté.

Une aide du FMI de six milliards de dollars, signée par l'ancien Premier ministre Imran Khan en 2019 n'a jamais été totalement mise en œuvre, le gouvernement d'Islamabad ayant renoncé à sa promesse de réduire certaines de ces subventions et d'augmenter les recettes fiscales.

Islamabad a reçu jusqu'à présent la moitié de ce programme d'aide, le reste étant normalement dû plus tard cette année.

Les responsables pakistanais souhaitent une prolongation de ce programme jusqu'en juin 2023, ainsi que le versement d'une prochaine tranche d'un montant d'un milliard de dollars.


Sony avance de dix ans son objectif de neutralité carbone, à 2040

Sur cette photo prise le 9 mai 2022, le logo Sony est affiché au siège de la société à Tokyo. (AFP).
Sur cette photo prise le 9 mai 2022, le logo Sony est affiché au siège de la société à Tokyo. (AFP).
Short Url
  • Le groupe, qui voulait jusque-là parvenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050, a expliqué dans un communiqué vouloir «accélérer la réduction de son impact sur l'environnement»
  • Sony dit vouloir dans un premier temps viser la neutralité carbone d'ici 2030 pour les émissions directement liées à son activité et celles dues à l'énergie qu'elles consomment

TOKYO : Le géant japonais Sony a annoncé mercredi avoir avancé de dix ans ses objectifs environnementaux, visant désormais la neutralité carbone pour l'ensemble de ses opérations à l'horizon 2040, et l'utilisation de 100% d'électricité d'origine renouvelable d'ici 2030.

Le groupe, qui voulait jusque-là parvenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050, a expliqué dans un communiqué vouloir "accélérer la réduction de son impact sur l'environnement" alors que les risques liés au changement climatique "deviennent plus évidents et graves" dans le monde.

Pilier des industries du jeu vidéo, de la musique et du cinéma, fabricant aussi de produits électroménagers et de composants électroniques, Sony dit vouloir dans un premier temps viser la neutralité carbone d'ici 2030 pour les émissions directement liées à son activité et celles dues à l'énergie qu'elles consomment ("scope 1" et "scope 2").

Il veut ensuite parvenir à la neutralité carbone avant 2040 y compris pour les émissions en lien avec le cycle de vie des produits fabriqués et les chaînes logistiques ("scope 3").

En ce qui concerne l'utilisation d'énergies renouvelables pour ses activités, afin d'atteindre les 100% à l'horizon 2030, Sony vise désormais 35% d'énergies renouvelables d'ici 2025, contre 15% jusqu'à présent.

Il compte pour atteindre cet objectif réduire progressivement l'impact environnemental de ses propres installations via des économies d'énergie et l'installation d'équipements de production d'énergie solaire, et encourager ses partenaires commerciaux à faire de même.

Ces engagements sont "un signal positif montrant que (Sony) prend au sérieux la lutte contre le changement climatique", selon Eri Watanabe, une responsable pour le Japon de l'ONG environnementale 350.org, qui se dit cependant plus sceptique sur les moyens d'y parvenir.

Le groupe dit vouloir contribuer à l'extraction et à la fixation de carbone, notamment par des moyens technologiques (en investissant dans des start-up dans ce domaine). Mais l'efficacité de "l'extraction technologique n'est pas prouvée et il n'est pas certain qu'elle puisse contribuer à la décarbonisation", note Mme Watanabe, interrogée par l'AFP.

"Sony peut être un vrai meneur en matière de climat" et influencer d'autres entreprises japonaises pour qu'elles relèvent leurs objectifs environnementaux, convient-elle, à condition "qu'il ne s'appuie pas trop sur des technologies à l'efficacité non prouvée" pour réduire ses émissions.

Début 2021, plus de 90 grandes entreprises privées japonaises, dont Sony, avaient exhorté le gouvernement nippon à doubler son objectif 2030 en matière d'énergies renouvelables par rapport à sa cible actuelle, jugée trop peu ambitieuse.

Le Japon s'est fixé en 2020 un objectif de neutralité carbone à horizon 2050 avant de porter sa cible 2030 de réduction d'émissions de CO2 à 46% par rapport à leurs niveaux de 2013, contre un objectif précédent de 26% à même échéance.

L'an dernier, le Japon a aussi relevé à 36-38% la part d'énergies renouvelables qu'il vise dans sa production d'électricité d'ici 2030, contre un précédent objectif de 22-24%.