L'avenir électrique de Bugatti confié au prodige croate Rimac

La dernière création de Bugatti, la Divo, a été présentée au public en 2019 et devrait être construite à 40 exemplaires au prix unitaire qui avoisine les $3 millions. (Photo, AFP)
La dernière création de Bugatti, la Divo, a été présentée au public en 2019 et devrait être construite à 40 exemplaires au prix unitaire qui avoisine les $3 millions. (Photo, AFP)
La dernière création de Bugatti, la Divo, a été présentée au public en 2019 et devrait être construite à 40 exemplaires au prix unitaire qui avoisine les $3 millions. (Photo, Matti Blume, https://commons.wikimedia.org)
La dernière création de Bugatti, la Divo, a été présentée au public en 2019 et devrait être construite à 40 exemplaires au prix unitaire qui avoisine les $3 millions. (Photo, Matti Blume, https://commons.wikimedia.org)
Short Url
Publié le Mardi 06 juillet 2021

L'avenir électrique de Bugatti confié au prodige croate Rimac

  • Mettant fin à plusieurs mois de spéculations, l'«Elon Musk des Balkans» et Porsche ont annoncé leur alliance au sein d'une coentreprise
  • La marque alsacienne fondée en 1909 par le constructeur italien Ettore Bugatti avait été rachetée par Volkswagen en 1998

BERLIN : Bugatti, fabricant automobile centenaire, va passer sous le contrôle du jeune constructeur croate de "supercars" Rimac, chargé d'inventer à la mythique marque de bolides un avenir électrique avec le soutien et l'expérience de Porsche.

c
Mate Rimac, âgé de 33 ans et surnommé par la presse l'"Elon Musk des Balkans", devenus en quelques années l'un des leaders mondiaux des "supercars" électriques. (Photo, AFP)

Mettant fin à plusieurs mois de spéculations, Rimac et Porsche (filiale de Volkswagen) ont annoncé lundi leur alliance au sein d'une coentreprise, détenue à 55% par le constructeur croate.

La société baptisée Bugatti-Rimac sera basée à Zagreb et dirigée par Mate Rimac, âgé de 33 ans et surnommé par la presse l'"Elon Musk des Balkans". L'entité, dont Porsche sera actionnaire à 45%, devrait voir le jour au 4ème trimestre 2021. Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé.

Il s'agit d'une reconnaissance éclatante du travail accompli par l'entrepreneur croate et son équipe, devenus en quelques années l'un des leaders mondiaux des "supercars" électriques.

ch
Le moteur de la Bugatti Chiron, un énorme W16 de quelque 1600 ch. A terme, même les "supercars" devront abandonner leurs grosses cylindrées pour se mettre aux moteurs électriques. (Photo, AFP)

Mate Rimac a fondé son entreprise en 2009 et emploie aujourd'hui plus de 1000 personnes. Rimac Automibili a installé son usine à Sveta Nedelja, près de Zagreb, et fait le pari d'attirer les constructeurs en Croatie plutôt que de délocaliser sa production.

En mettant la main sur le fabricant Bugatti, détenu par le géant Volkswagen, le constructeur croate va combiner "la forte expertise de Bugatti (...) avec la grande force d'innovation de Rimac dans le domaine prometteur de la mobilité électrique", assure un communiqué commun.

b
La Bugatti Chiron est tellement puissante qu'elle pourrait rivaliser avec des bolides de Formule 1. (Photo, AFP)

"Rimac Automobili a connu une croissance très rapide et l'entreprise commune lui permet de franchir un nouveau cap", s'est réjoui M. Rimac, cité dans le communiqué.

Ce parfait germanophone qui a passé une partie de sa jeunesse en Allemagne, où ses parents avaient fui le conflit déchirant l'ex-Yougoslavie, a fondé sa startup "dans son garage" il y a douze ans, a-t-il rappelé lors d'une conférence de presse en ligne lundi.

"Si on m'avait dit de quoi nous serions en train de parler aujourd'hui, je ne l'aurais pas cru", a-t-il ajouté, assis aux côtés du PDG de Porsche Oliver Blume.

Accro des vitesses et du bricolage, c'est lors d'une course automobile qu'il avait décidé de transformer en voiture électrique sa vieille BMW, dont le moteur à essence venait de lâcher. Il lui avait installé des pièces détachées achetées sur Internet, puis d'autres inventées et fabriquées.

Tout comme Bugatti, Rimac vend aujourd'hui à des prix mirobolants des "supercars" sportives pouvant atteindre plus de 400 km/h. Mais le constructeur croate dispose d'une longueur d'avance en matière d'innovation électrique. En plus de développer et de construire ses propres véhicules, Rimac propose des systèmes automobiles électriques aux grandes marques du secteur.

Il a présenté début juin une supercar à batterie électrique, la Rimac Nevera, dotée d'une puissance de 1914 chevaux, capable d'une vitesse de pointe de 412 km/h, ce qui la rend plus rapide que les voitures de Formule 1.

Mate Rimac n'a pas précisé quand seraient lancés les premiers concepts de Bugatti à batterie, parlant d'un horizon "à moyen terme".

La Bugatti Chiron, référence qui compte parmi les automobiles les plus chères et rapides au monde, et la Rimac Nevera seront les deux premiers modèles produits par la future entreprise.

En juillet 2018, Porsche avait fait son entrée au capital du constructeur croate avec une participation minoritaire de 10%, passée à 15% puis à 24% en mars dernier.

"Je vois Porsche comme un grand frère, là pour nous aider et nous soutenir", a expliqué M. Rimac à la presse.

"Bugatti apporte à l'entreprise commune une marque riche en traditions, des produits emblématiques, une clientèle fidèle et un réseau mondial de concessionnaires", a expliqué Oliver Blume, patron de Porsche qui sera membre du conseil de surveillance de la nouvelle entité.

Volkswagen avait racheté Bugatti en 1998. La marque fondée en 1909 par le constructeur italien Ettore Bugatti dispose toujours de son usine historique située à Molsheim, en Alsace, fief du constructeur depuis l'origine.

La nouvelle entreprise va permettre de "garantir les emplois" du site de Molsheim, a assuré M. Blume.

Bugatti-Rimac comptera environ 430 employés lors de sa création, quelque 300 au siège de la société à Zagreb et 130 sur le site alsacien.


Chine: net ralentissement de la croissance au 3e trimestre à 4,9%

Cette photo aérienne prise le 11 octobre 2021 montre des conteneurs empilés dans le port de Lianyungang, dans la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine. (Photo, AFP)
Cette photo aérienne prise le 11 octobre 2021 montre des conteneurs empilés dans le port de Lianyungang, dans la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine. (Photo, AFP)
Short Url
  • D'un trimestre à l'autre, la croissance du géant asiatique progresse de 0,2% seulement, un rythme bien inférieur à celui de la période avril-juin (1,3%)
  • Officiellement, le gouvernement chinois vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année

PEKIN : La Chine a annoncé lundi un net tassement de sa croissance économique au troisième trimestre (+4,9% sur un an), du fait notamment de la crise de l'immobilier et des pénuries d'électricité qui pèsent sur les chaînes d'approvisionnement.

Au deuxième trimestre 2021, le produit intérieur brut (PIB) du pays avait enregistré une hausse de 7,9% sur un an, après un rebond sur la période janvier-mars (18,3%).

Ce ralentissement était largement anticipé. Un groupe d'analystes sondés par l'AFP tablait toutefois sur une décélération moins prononcée (5%).

D'un trimestre à l'autre, la croissance du géant asiatique progresse de 0,2% seulement, un rythme bien inférieur à celui de la période avril-juin (1,3%).

"Les incertitudes liées à la conjoncture mondiale s'accentuent, tandis que la reprise intérieure reste instable et inégale", a relevé le Bureau national des statistiques (BNS).

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB de la Chine est toujours scruté de près compte tenu du poids du pays dans l'économie mondiale.

Désormais quasi débarrassée du Covid-19, la Chine voit sa reprise menacée par la forte hausse du coût des matières premières, en particulier du charbon, dont le pays est très dépendant pour alimenter ses centrales électriques.

Résultat: les centrales tournent au ralenti, malgré une forte demande, et l'électricité est rationnée, ce qui a fait bondir les coûts de production pour les entreprises.

Autre point d'inquiétude pour les économistes: les déboires d'Evergrande et une éventuelle faillite de ce géant de l'immobilier.

Ce secteur, qui est traditionnellement l'une des locomotives de l'économie chinoise, a joué un rôle clé pour la reprise post-pandémie. 

Officiellement, le gouvernement chinois vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année.

Le Fonds monétaire international (FMI) table quant à lui sur une hausse de 8% du PIB de la seconde économie mondiale.


Facebook prévoit de créer 10 000 emplois en Europe pour construire le «métavers»

L'annonce de Facebook survient dans un contexte tendu pour l'entreprise californienne, qui a besoin de redorer son blason alors qu'elle est régulièrement accusée d'ignorer les impacts sociaux négatifs de ses activités. (Photo, AFP)
L'annonce de Facebook survient dans un contexte tendu pour l'entreprise californienne, qui a besoin de redorer son blason alors qu'elle est régulièrement accusée d'ignorer les impacts sociaux négatifs de ses activités. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le «métavers», contraction de méta-univers, est une sorte de doublure numérique du monde physique, accessible via internet
  • Grâce notamment à la réalité virtuelle et augmentée, il devrait permettre de démultiplier les interactions humaines, en les libérant des contraintes physiques, via internet

PARIS : Facebook prévoit d'embaucher 10 000 personnes d'ici à cinq ans dans l'Union européenne pour travailler sur le "métavers", le monde parallèle numérique qui est le graal de Mark Zuckerberg, le fondateur et patron du géant américain des réseaux sociaux.

"Cet investissement est un vote de confiance dans la force de l'industrie technologique européenne et le potentiel des talents technologiques européens" ont indiqué dans un article de blog le Britannique Nick Clegg et l'Espagnol Javier Olivan, deux des plus hauts responsables du groupe qui compte aujourd'hui plus de 63 000 salariés.

Aucun détail précis n'est donné sur les pays où seront localisés les futurs emplois, ni sur le type d'emploi concernés.

"Le besoin d'ingénieurs hautement spécialisés est l'une des priorités les plus urgentes de Facebook", se contentent-ils de souligner.

Le "métavers", contraction de méta-univers ("metaverse" en anglais), est une sorte de doublure numérique du monde physique, accessible via internet. 

Grâce notamment à la réalité virtuelle et augmentée, il devrait permettre de démultiplier les interactions humaines, en les libérant des contraintes physiques, via internet.

Il pourrait par exemple offrir la possibilité de danser dans une boîte de nuit avec des personnes situées à des milliers de kilomètres, mais aussi d'acheter ou de vendre des biens ou services numériques, dont beaucoup restent encore à inventer.

"La qualité essentielle du métavers sera la présence - le sentiment de vraiment être là avec les gens", expliquait Mark Zuckerberg en juillet sur son profil Facebook.

Il ne s'agit pas simplement de créer "une nouvelle expérience formidable", mais aussi "une vague économique qui pourrait créer des opportunités pour les gens dans le monde entier", avait-il également expliqué dans une interview vidéo lors du salon Vivatech en juin. 

L'annonce de Facebook survient dans un contexte tendu pour l'entreprise californienne, qui a besoin de redorer son blason alors qu'elle est régulièrement accusée d'ignorer les impacts sociaux négatifs de ses activités.

La dernière salve est venue début octobre de la lanceuse d'alerte Frances Haugen, une ancienne employée de Facebook, qui accuse le groupe américain de pousser les adolescents à utiliser toujours plus ses plateformes, au risque de provoquer une addiction.

Dans leur message, Nick Clegg et Javier Olivan rendent un hommage appuyé au rôle joué par l'Europe dans la régulation contre les excès d'internet.

"Les décideurs européens ouvrent la voie en aidant à intégrer les valeurs européennes telles que la liberté d'expression, la vie privée, la transparence et les droits des individus dans le fonctionnement quotidien d'internet", soulignent-ils.

L'Europe "a un rôle important à jouer dans l'élaboration des nouvelles règles d'internet", soulignent-ils.

«Aucune entreprise ne possédera le métavers»

Ils répètent par ailleurs que Facebook ne cherche pas avec le "métavers" à construire un nouvel univers fermé, à l'image de son réseau social.

"Aucune entreprise ne possédera ni n'exploitera le métavers", affirment-ils. 

"Comme Internet, sa caractéristique principale sera son ouverture et son interopérabilité. Pour lui donner vie, la collaboration et la coopération seront nécessaires entre les entreprises, les développeurs, les créateurs et les décideurs politiques", estiment-ils.

Facebook est déjà l'un des leader mondiaux de la réalité virtuelle avec son casque Oculus, issu de l'entreprise du même nom rachetée en 2014 pour 2 milliards de dollars. 

En septembre, Facebook a annoncé qu'il avait nommé au poste de directeur technologique Andrew Bosworth, dirigeant de Facebook Reality Labs et à ce titre un de ses spécialistes du "métavers".

Le géant américain n'est pas le seul à parier sur ce monde virtuel. 

Epic Games, l'entreprise derrière Fortnite, a indiqué qu'une partie du milliard de dollars levés cette année auprès d'investisseurs institutionnels, dont Sony, serait consacrée au "métavers".

Sur Decentraland, une plateforme en ligne considérée comme l'un des précurseurs du "métavers", il est désormais possible de décrocher un job de croupier dans un casino virtuel.


Ineos va investir plus de 2 milliards d'euros dans la production d'hydrogène vert

Le milliardaire Jim Ratcliffe, propriétaire du groupe Ineos, à Londres en 2014. (Photo, AFP)
Le milliardaire Jim Ratcliffe, propriétaire du groupe Ineos, à Londres en 2014. (Photo, AFP)
Short Url
  • La première unité construite sera une usine d'électrolyseurs de 20 MW pour produire de l'hydrogène propre par électrolyse de l'eau, alimenté par une électricité zéro carbone, en Norvège
  • En Allemagne, Ineos prévoit de construire un électrolyseur de 100 MW pour produire de l'hydrogène vert sur son site de Cologne

LONDRES : Le groupe britannique Ineos du milliardaire Jim Ratcliffe a annoncé lundi investir plus de 2 milliards d'euros dans la production d'hydrogène vert, une énergie propre clé pour décarboner le secteur industriel.


"Il s'agira du plus gros investissement jamais réalisé en Europe dans des projets d'électrolyse visant à produire de l'hydrogène vert", a annoncé dans un communiqué Ineos, précisant que sa filiale Inovyn est déjà le plus grand opérateur européen d'électrolyse.


Dans le cadre de cet investissement, des usines seront construites en Norvège, en Allemagne et en Belgique au cours des 10 prochaines années. Des investissements sont également prévus au Royaume-Uni et en France.


La première unité construite sera une usine d'électrolyseurs de 20 MW pour produire de l'hydrogène propre par électrolyse de l'eau, alimenté par une électricité zéro carbone, en Norvège.


En Allemagne, Ineos prévoit de construire un électrolyseur de 100 MW pour produire de l'hydrogène vert sur son site de Cologne. 


"L'Europe réclame davantage d'investissements dans l'hydrogène vert et l'annonce d'Ineos aujourd'hui montre notre détermination à jouer un rôle de premier plan dans ce nouveau carburant important", a déclaré M. Ratcliffe dans un communiqué.


L'hydrogène dit "vert" est produit par électrolyse de l'eau en utilisant de l'électricité d'origine renouvelable (éolienne, solaire ou hydroélectrique).


Il est vu comme l'un des meilleurs atouts pour décarboner les industries lourdes qui participent au réchauffement climatique, car il brûle beaucoup plus proprement que les carburants fossiles et ne libère que de la vapeur d'eau.