Africa by IncubMe: un futur pôle africain de l’innovation?

 «Les projets choisis seront pris en charge à 100% par les équipes d’IncubMe, notamment via des moyens matériels, logistiques et humains», poursuit Adel Amalou. (Fournie)
«Les projets choisis seront pris en charge à 100% par les équipes d’IncubMe, notamment via des moyens matériels, logistiques et humains», poursuit Adel Amalou. (Fournie)
Short Url
Publié le Mardi 06 juillet 2021

Africa by IncubMe: un futur pôle africain de l’innovation?

  • «L’idée de lancer ce programme était essentiellement focalisée sur le soutien de l’entrepreneuriat des jeunes et sur le fait de participer au développement de l’écosystème entrepreneurial en Algérie»
  • «Ce processus d’accompagnement sur une durée de six mois permet au candidat sélectionné de passer toutes les étapes, de l’idée à la création de l’entreprise»

PARIS: Pour pallier le manque d’incubateurs en Algérie, sept cofondateurs multidisciplinaires issus du monde de l’entrepreneuriat ont lancé IncubMe, le premier incubateur privé algérien, en 2018. Les fondateurs, essentiellement issus de la diaspora algérienne, sont des créateurs de start-up à l’étranger ou des manageurs algériens d’entreprises internationales.

Sollicité par Arab News en français, Adel Amalou, l’un des cofondateurs d’IncubMe, nous explique que «l’idée de lancer ce programme était essentiellement focalisée sur le soutien de l’entrepreneuriat des jeunes et sur le fait de participer au développement de l’écosystème entrepreneurial en Algérie». Fort de son succès, l’incubateur, soutenu par le gouvernement algérien et le ministère chargé des Start-up, lance, le 28 janvier 2021, Africa by IncubMe, un programme unique en son genre destiné au continent africain.

Prévu par les membres fondateurs pour le début de 2020, Africa by IncubMe a été retardé en raison de la pandémie de Covid-19. «Nous nous sommes positionnés dès le départ sur la création d’un incubateur panafricain», explique Adel Amalou. «Le marché algérien est très important, mais les start-up ne peuvent atteindre une croissance continue si elles se limitent au marché local, car tout marché arrive à saturation. Pour poursuivre sa croissance, toute entreprise se doit de conquérir des marchés à l’international», indique-t-il.

photo
L’incubateur algérien souhaite se positionner sur le marché continental avec le programme Africa by IncubMe. (Fournie)

Marché continental

L’incubateur algérien souhaite se positionner sur le marché continental avec le programme Africa by IncubMe. «Il existe des challenges régionaux, d’une durée limitée à trois à quatre jours. Elles rassemblent des start-up de différents pays, qui s’affrontent pour gagner des prix. Mais notre programme d’incubation, qui s’étend sur six mois, permet aux porteurs de projets de travailler sur l’ensemble du processus de développement de l’entreprise», ajoute Adel Amalou.

Ce dernier précise qu’Africa by IncubMe se décline selon deux formules: la première propose des programmes libres exprimés par les candidats. La seconde, Up innovation, présente des projets qui répondent à des problématiques exprimées par les grands groupes partenaires, auxquelles les candidats proposent des solutions intelligentes et innovantes. 

«Nous avons commencé par lancer sur notre plate-forme des appels à candidatures qui concernent des projets à l’échelle nationale et ont fait l’objet d’une sélection finale par un jury composé d’experts de haut niveau d’IncubMe», révèle Adel Amalou. «Sur 1 200 candidatures reçues d’Algérie et d’autres pays d’Afrique, 400 projets élaborés autour de différents domaines – les objets connectés, la santé, les hydrocarbures, la santé, la fintech ou l’agritech – ont été présentés lors de la première étape.» Le cofondateur d’IncubMe précise que la sélection finale, effectuée en concertation avec les partenaires du programme, a permis à vingt-deux start-up d’intégrer le programme Africa by IncubMe.

«Les projets choisis seront pris en charge à 100% par les équipes d’IncubMe, notamment via des moyens matériels, logistiques et humains», poursuit Adel Amalou. «Les idées des candidats retenus doivent correspondre aux besoins des entreprises partenaires du programme, car la commercialisation des produits et des services proposés sont assurés par les partenaires qui leur ouvrent leurs marchés», souligne-t-il.

Enfin, les fondateurs de l’entreprise précisent que l’incubation se déroulera en Algérie, avec une prise en charge intégrale de l’incubateur en matière de billetterie, d’hébergement, de coaching et de tutorat. Elle durera six mois.  

«Nos équipes revoient les projets afin d’étudier les failles et les erreurs de parcours comme les fonctionnalités, les aspects juridiques, les techniques et les technologies à retenir», nous explique le cofondateur. «Nous établissons par la suite les stratégies commerciale et de communication, puis nous organisons des séances de coworking et des master class. Ces étapes importantes permettront aux candidats de présenter les projets aux investisseurs potentiels», ajoute-t-il.

Répondant à une question sur la valeur ajoutée de ce programme, Adel Amalou affirme que l’efficacité de l’accompagnement des porteurs de projets consiste dans le fait que chaque candidat dispose d’un coach qui lui est totalement dédié. «Ce processus d’accompagnement sur une durée de six mois permet au candidat sélectionné de passer toutes les étapes, de l’idée à la création de l’entreprise. Nous sommes très satisfaits de la qualité et des résultats de nos candidats, qui arrivent à conclure de bons contrats avec des groupes algériens et des multinationales», se réjouit-il.

photo
Africa by IncubMe se décline selon deux formules: proposer des programmes libres exprimés par les candidats et présenter des projets qui répondent à des problématiques exprimées par les grands groupes partenaires. (Fournie)

 

Pôle africain de l’innovation

Africa by IncubMe, le programme d’incubation panafricain des start-up, permettra-t-il de faire de l’Algérie un véritable pôle africain de l’innovation? Selon de nombreux spécialistes, le continent africain, qui connaît une véritable dynamique dans les secteurs technologiques innovants, dispose d’un énorme potentiel de développement dans l’économie numérique. «Les Africains sont très connectés et très brillants pour accélérer le développement du continent. Nous nous engageons à fédérer les énergies, à jumeler les idées et les compétences de tous les pays dans un lieu commun afin de développer l’écosystème de nos start-up», confie Adel Amalou à Arab News en français

IncubMe travaille avec de nombreux pays comme la Tunisie, le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Togo. «Ce travail unique sera suivi par une équipe technique qui filmera toutes les étapes d’accompagnement des projets sélectionnés sur une période de six mois. Il fera l’objet d’un programme qui sera diffusé à la télévision algérienne et dans d’autres pays d’Afrique», précise Adel Amalou. «L’objectif de cette opération est de donner de l’espoir à la jeunesse africaine, notamment à celle qui rêve d’immigration, de pouvoir croire en son potentiel pour construire des projets dans son pays d’origine», ajoute-t-il.

 

photo
Pour répondre aux attentes de la diaspora algérienne à l’étranger, l’incubateur algérien est désormais présent en France et au Canada à travers IncubMe France au sein de l’université Jean Moulin Lyon 3 et du Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal (CEIM). (Fournie)

«Demande pressante»

Pour répondre aux attentes de la diaspora algérienne à l’étranger, l’incubateur algérien est désormais présent en France et au Canada à travers IncubMe France au sein de l’université Jean Moulin Lyon 3 et du Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal (CEIM). «Nous recevions beaucoup de demandes de la part de notre diaspora, notamment de ceux qui ont poursuivi leurs études en post-graduation dans les universités françaises et canadiennes et qui avaient l’envie d’entreprendre, mais qui se sont trouvés devant un dilemme: concilier cette envie d’entreprendre en Algérie sans perdre ce qu’ils avaient construit dans leurs pays d’accueil. Pour répondre à cette demande pressante, IncubMe s’est implanté en France et au Canada», explique Adel Amalou.

«Le programme Africa by IncubeMe, établi sur une période de trois ans, concernera dans un premier temps l’Afrique et ciblera, dans un second temps, le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen», déclare-t-il à Arab News en français, tout en précisant que l’Algérie a tous les atouts pour incarner un pôle d’innovation, de l’entrepreneuriat et de développement des start-up pour les jeunes en Afrique.


Arabie saoudite: La technologie révolutionne le diagnostic et le traitement du cancer du sein

L'Arabie saoudite a formé le plus grand ruban rose avec la participation de 10 000 femmes. (Photo, AN).
L'Arabie saoudite a formé le plus grand ruban rose avec la participation de 10 000 femmes. (Photo, AN).
Short Url
  • Les diagnostics de cancer du sein ont été multipliés par cinq en dix-sept ans en raison de l'amélioration du dépistage
  • Les progrès réalisés en matière de détection grâce à l'intelligence artificielle pourraient contribuer à améliorer encore les soins contre le cancer

DJEDDAH: Selon des experts de la santé, les progrès technologiques en matière de détection précoce et de traitement du cancer du sein améliorent radicalement les chances de survie, de guérison et de qualité de vie des femmes en Arabie saoudite.

Le cancer du sein est l'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les systèmes de santé dans le monde. Des études ont montré qu'une fille née aujourd'hui a une chance sur huit de développer un cancer du sein au cours de sa vie.


Rapprochement Turquie-Israël, un nouvel ambassadeur nommé

Dans les prochains mois, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, devrait également rendre la pareille à son homologue israélien, Isaac Herzog, qui s'est rendu en mars à Ankara (Photo, AFP).
Dans les prochains mois, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, devrait également rendre la pareille à son homologue israélien, Isaac Herzog, qui s'est rendu en mars à Ankara (Photo, AFP).
Short Url
  • Ankara nomme un nouvel ambassadeur, quatre ans après l'expulsion du précédent
  • L'ambassadeur connaît la région et a de l'expérience, selon un analyste

ANKARA: La Turquie a nommé un nouvel ambassadeur en Israël, les deux pays s'apprêtant à mettre fin à quatre années de vide diplomatique.

Sakir Ozkan Torunlar a été nommé pour occuper le rôle laissé vacant après l’expulsion des ambassadeurs respectifs des deux puissances en 2018. La mort de 60 Palestiniens tués par les forces israéliennes lors de manifestations près de Gaza avait provoqué la rupture entre Ankara et l’Etat hébreux.

Sa nomination intervient quelques semaines de son homologue israélien en Turquie. Le président Recep Tayyip Erdogan devrait également, dans les mois à venir, se rendre en Israël.

Contrairement aux attentes, Torunlar n’a pas bénéficié d’une nomination politique. C’est un diplomate de carrière expérimenté qui fut consul général à Jérusalem puis ambassadeur en Palestine entre 2010 et 2014. Il a été décoré de l'ordre de l'étoile de Jérusalem par le président palestinien, Mahmoud Abbas.

Selin Nasi, chercheuse non-résidente du programme Turquie d'Eliamep, a indiqué que le choix d'Ankara était vu d’un bon œil par Israël, qui devrait approuver la nomination de Torunlar.

«Auparavant, le ministère des Affaires étrangères prévoyait de nommer Ufuk Ulutas, directeur de la politique étrangère de la Fondation Seta, un organisme pro-gouvernemental turc», a-t-elle signalé, ajoutant que ce dernier était considéré en Israël comme une «personnalité controversée» à cause de ses «opinions anti-israéliennes» et de son manque d'expérience diplomatique.

«Compte tenu des élections parlementaires à venir en novembre, la partie israélienne a, d'une certaine manière, essayé de consolider le processus en nommant son ambassadeur à l'avance, empêchant ainsi toute interférence possible de la politique intérieure», a déclaré Nasi à Arab News.

«La Turquie a également entamé sa saison électorale. Le gouvernement essaye de trouver un équilibre entre les préoccupations intérieures et son engagement à rétablir les liens avec Israël», a-t-elle ajouté.

Selon les experts, Ankara et Tel-Aviv souhaitent approfondir leur coopération dans les domaines du tourisme, de l'énergie, de l'agriculture, des technologies de l'eau, du commerce et de la défense.

Nasi a révélé que la coopération en matière de défense s'était arrêtée après l'incident du Mavi Marmara en 2010, lorsque des commandos israéliens ont pris d'assaut un navire d'aide turc se dirigeant vers Gaza dans le cadre d'une «flottille de la liberté». Neuf membres d'équipage ont péri dans cette attaque.

«L'accostage de la frégate turque Kemalreis au port de Haïfa en marge d'un exercice militaire de   l'Otan, pour la première fois depuis le Mavi Marmara, indique un possible dégel dans ce domaine aussi. Il faudra du temps pour réparer la confiance brisée», a-t-elle ajouté.

L'opposition des deux pays au régime iranien devrait également rapprocher la Turquie et Israël, a-t-elle précisé.

«Plus important encore, en tant que deux acteurs militairement forts dans la région, ces deux pays ont le pouvoir de modifier les équilibres sur le terrain lorsqu'ils coopèrent.»

Toutefois, Nasi a prévenu que les liens de la Turquie avec le Hamas seraient étroitement surveillés par Israël et que la politique intérieure «pourrait encore interférer dans le processus de normalisation».

Selon un sondage d'opinion annuel réalisé par l'Institut Mitvim, un groupe de réflexion israélien sur la politique étrangère, 72% des personnes interrogées souhaitent un renforcement des relations avec la Turquie. Ce chiffre est en hausse de 12 points de pourcentage par rapport au sondage de l'année dernière.

Gallia Lindenstrauss, chargée de recherche à l'Institut d'études de sécurité nationale en Israël, a spécifié que le choix de diplomates de carrière par les deux parties était un bon début pour de meilleures relations, car une diplomatie prudente et habile était nécessaire.

«Il y a quelques défis à relever: Les élections en Israël, les tensions croissantes en Cisjordanie, les élections en Turquie.»

Cependant, elle a affirmé que la décision prise au début de l'année de discuter d'une mise à jour de l'accord de libre-échange de 1996 était «une bonne occasion de voir où développer les relations commerciales déjà florissantes entre les pays».

La reprise par la Turquie de relations diplomatiques complètes avec Israël pourrait également améliorer l'image d'Ankara à Washington, qui a été ternie par ses ventes d'armes à la Russie et ses querelles au sein de l'Otan.

Le rapprochement devrait également stimuler l'industrie touristique turque, a expliqué Lindenstrauss. «Les touristes israéliens affluent à nouveau en Turquie et nous verrons bientôt le retour des compagnies aériennes israéliennes en Turquie», a-t-elle soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La 100e porte de la Grande Mosquée portera le nom du roi Abdallah ben Abdelaziz

La 100e de la Grande Mosquée de La Mecque (sur la photo ci-dessus) portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite (Capture d’écran).
La 100e de la Grande Mosquée de La Mecque (sur la photo ci-dessus) portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite (Capture d’écran).
Short Url
  • Les rois saoudiens ont toujours veillé au bon entretien des deux Saintes Mosquées
  • La Grande Mosquée de La Mecque compte 210 portes

DJEDDAH: La 100e porte de la Grande Mosquée de La Mecque portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite, a annoncé mercredi la Présidence générale des deux Saintes Mosquées.

Le chef de la Présidence, le cheikh Abdulrahman al-Sudais, a déclaré que cette désignation s’inscrivait dans le cadre des efforts déployés par le Royaume afin d’élargir les deux Saintes Mosquées et de fournir un service de qualité permettant aux pèlerins d’accomplir leurs rituels en toute simplicité.

Il a ensuite rappelé que les rois saoudiens avaient toujours veillé au bon entretien des deux Saintes Mosquées.

La Grande Mosquée de La Mecque compte 210 portes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com