Liban: grève des pharmacies pour dénoncer les pénuries de médicaments

 Tout le long de la côte entre Jounieh et Byblos, zone densément urbanisée au nord de Beyrouth, les pharmacies étaient fermées. (AFP)
Tout le long de la côte entre Jounieh et Byblos, zone densément urbanisée au nord de Beyrouth, les pharmacies étaient fermées. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 09 juillet 2021

Liban: grève des pharmacies pour dénoncer les pénuries de médicaments

  • Dans les pharmacies, il est pratiquement impossible de trouver de simples analgésiques, de la formule pour bébé, mais aussi des traitements pour maladies chroniques
  • Une association de pharmaciens avait annoncé jeudi une grève générale dans tout le Liban

BEYROUTH: Les pharmacies au Liban ont lancé vendredi une grève très suivie à travers le pays, dénonçant les pénuries de médicaments auxquelles elles sont confrontées depuis plusieurs semaines sur fond de crise monétaire dans un pays en plein effondrement économique.

A court de devises étrangères, le Liban cherche à revoir son système de subventions qui permettait de juguler le prix des importations, le pays traversant selon la Banque mondiale une des pires crises économiques au monde depuis 1850.

Les importations de médicaments sont quasiment à l'arrêt depuis plus d'un mois, en raison de l'absence de nouvelles lignes de crédit autorisées par la Banque du Liban (BDL) et des impayés aux fournisseurs étrangers. Dans les pharmacies, il est pratiquement impossible de trouver de simples analgésiques, de la formule pour bébé, mais aussi des traitements pour maladies chroniques.

Une association de pharmaciens avait annoncé jeudi une grève générale dans tout le Liban. "Près de 80% des pharmacies ont respecté la grève à Beyrouth et dans les grandes villes", a précisé vendredi un responsable de l'association, Ali Safa.

"Dans les villages et les campagnes, c'est 50%", a-t-il ajouté, rappelant que le syndicat des pharmaciens était contre l'initiative.

Tout le long de la côte entre Jounieh et Byblos, zone densément urbanisée au nord de Beyrouth, les pharmacies étaient fermées, a constaté un photographe de l'AFP. Tout comme un grand nombre d'établissements à Beyrouth et dans sa banlieue.

Depuis des mois, les internautes recherchent des médicaments sur les réseaux sociaux. Les voyageurs arrivent de l'étranger avec dans leurs valises des médicaments demandés par la famille et les amis.

Dimanche, le syndicat des importateurs de médicaments a tiré la sonnette d'alarme sur des ruptures de stock touchant des "centaines" de produits.


Liban: La justice ordonne la saisie des biens de deux députés accusés dans l'explosion du port

Ali Hassan Khalil près du parlement de Beyrouth (Photo, AFP).
Ali Hassan Khalil près du parlement de Beyrouth (Photo, AFP).
Short Url
  • A la suite du drame du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le barreau avait lancé des poursuites contre l'Etat au nom de près de 1400 familles de victimes
  • Les politiciens mis en cause ont déposé une vingtaine de plaintes au total contre le juge Tareq Bitar pour entraver l'enquête

BEYROUTH: La justice a ordonné mercredi la saisie temporaire des biens de deux députés accusés dans l'affaire de l'explosion meurtrière qui a détruit le port de Beyrouth il y a deux ans.

"La juge Najah Itani a émis un ordre de saisie temporaire d'une valeur de 100 milliards de livres libanaises sur les biens des députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaiter", a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

La décision de justice a été émise dans le cadre d'une plainte déposée par le barreau de Beyrouth auprès du tribunal civil de première instance de la capitale pour interroger les deux députés Ali Hassan Khalil (ancien ministre des Finances) et Ghazi Zeaiter (ancien ministre des Travaux publics et des Transports", pour avoir "usé de leurs droits (...) de manière arbitraire en déposant des plaintes destinées à entraver l'enquête", a-t-on ajouté de même source.

Le barreau réclame une compensation d'une valeur de 100 milliards de livres.

A la suite du drame du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le barreau avait lancé des poursuites contre l'Etat au nom de près de 1.400 familles de victimes de l'explosion, qui a détruit le port et plusieurs quartiers de la capitale, faisant plus de 200 morts et 6.500 blessés.

Les députés Khalil et Zeaiter sont membres du parti Amal du président du Parlement, Nabih Berri.

Les politiciens mis en cause ont déposé une vingtaine de plaintes au total contre le juge Tareq Bitar pour entraver l'enquête, le forçant à suspendre ses investigations à plusieurs reprises. L'enquête est suspendue depuis fin décembre.

Les responsables politiques de tous bords refusent d'être interrogés par le juge, que le puissant Hezbollah accuse de politiser l'enquête, même si les autorités ont imputé le drame, qui a détruit des quartiers entiers de Beyrouth, au stockage sans mesures de précaution d'énormes quantités de nitrate d'ammonium.

A l'occasion du deuxième anniversaire de la tragédie, les proches des victimes ont réclamé une enquête internationale sur les causes de l'explosion, qualifiée de l'une des plus importantes non nucléaires jamais enregistrées dans le monde.

Les causes sont toujours inconnues tout comme l'identité des responsables, dans un pays où règne très souvent l'impunité.


Syrie: Damas annonce la mort d'un chef de l'EI dans le sud du pays

Un véhicule militaire appartenant aux troupes de la coalition russe et syrienne à Deraa (Photo, AFP).
Un véhicule militaire appartenant aux troupes de la coalition russe et syrienne à Deraa (Photo, AFP).
Short Url
  • Al-Iraki était le chef militaire de l'organisation extrémiste dans le sud de la Syrie
  • Le chef jihadiste se cachait dans la région depuis 2018 et il avait participé à des assassinats et au chaos qui a secoué le sud de la Syrie

DAMAS: Un chef du groupe jihadiste Etat islamique s'est fait exploser après avoir été encerclé par les forces gouvernementales syriennes dans le sud du pays, a rapporté mercredi un média officiel, citant une source de sécurité.

Selon l'agence officielle Sana, "les forces de sécurité ont mené une opération spéciale" qui a conduit à "la mort du terroriste Abou Salem al-Iraki" dans l'ouest de la région de Deraa. Ce dernier "a déclenché sa ceinture d'explosifs après avoir été encerclé et blessé par des coups de feu".

Al-Iraki était le chef militaire de l'organisation extrémiste dans le sud de la Syrie, selon la source sécuritaire.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre a confirmé la mort d'Al-Iraki mardi.

Selon l'Observatoire, le chef jihadiste se cachait dans la région depuis 2018 et il avait participé à des assassinats et au chaos qui a secoué le sud de la Syrie.

La province de Deraa est contrôlée en grande partie par le régime depuis 2018. Des groupes rebelles contrôlent toujours quelques secteurs dans le cadre d'un accord de trêve parrainé par la Russie, allié du régime de Bachar al-Assad.

La présence de l'EI dans cette province était limitée à une petite poche, par le biais d'une faction extrémiste qui lui avait prêté allégeance, avant d'être battue et repoussée.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie, l'EI a vu son "califat" autoproclamé s'effondrer sous le coup d'offensives successives. Il a été défait en 2017 en Irak et en 2019 en Syrie.

Mais le groupe extrémiste sunnite responsable de multiples exactions continue de mener des attaques à travers des cellules dormantes dans ces deux pays.

La guerre complexe en Syrie, où interviennent différents protagonistes, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.


Palestiniens expulsés d’un bus : la compagnie de transport présente ses excuses

Un bus Tnufa Transportation Solutions (Capture d'écran/Facebook).
Un bus Tnufa Transportation Solutions (Capture d'écran/Facebook).
Short Url
  • Trois passagers juifs ont refusé de voyager avec des Arabes
  • Selon la compagnie, le conducteur a été influencé par une «manipulation raciste»

LONDRES: Une compagnie israélienne de transport public a présenté des excuses après un incident raciste au cours duquel 50 travailleurs palestiniens ont été expulsés d'un bus à la suite de plaintes de passagers juifs.

L'incident de Tel-Aviv a suscité la controverse à la suite d’informations selon lesquelles trois passagers juifs sont montés à bord dans une banlieue ultra-orthodoxe de la ville, et ont refusé de partager le bus avec des Arabes.

La compagnie de transport, Tnufa, a déclaré qu'un des passagers juifs avait trompé le chauffeur en lui faisant croire qu'il était un fonctionnaire du ministère des Transports, et l'avait menacé.

Les Israéliens et les Palestiniens utilisent le bus pour se rendre en Cisjordanie, a rapporté la BBC, ajoutant que la loi israélienne interdit la ségrégation dans les services.

Tnufa a déclaré que le chauffeur était inexpérimenté et qu'il avait été influencé par une «manipulation raciste». La compagnie a ajouté que l'un des passagers juifs avait faussement affirmé que le ministère des Transports avait ordonné que les Arabes soient interdits sur cet itinéraire.

«Le nouveau chauffeur a affirmé qu'il s'était disputé avec l'imposteur, mais que ce dernier lui avait dit qu'il pourrait perdre son emploi ou recevoir une forte amende s'il ne suivait pas ses instructions immédiatement», a déclaré Tnufa.

«La compagnie présente ses excuses aux passagers pour cet incident malheureux», a déclaré dans un communiqué le PDG de Tnufa, Mikhael Kopilovsky, ajoutant qu’un «grand nombre de nos chauffeurs et travailleurs dans la compagnie sont Arabes».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com