Cadic: «La Vision 2030 offre l'occasion à la France d’élargir sa coopération avec l’Arabie saoudite»

Le sénateur Olivier Cadic préside le groupe d’amitié interparlementaire France-Golfe.
Le sénateur Olivier Cadic préside le groupe d’amitié interparlementaire France-Golfe.
Short Url
Publié le Mercredi 14 juillet 2021

Cadic: «La Vision 2030 offre l'occasion à la France d’élargir sa coopération avec l’Arabie saoudite»

  • ​​​​​​​«Le processus de modernisation entamé par l’Arabie saoudite lui permet de prendre un nouvel élan, ce qui nous nous rapproche encore plus»
  • «Nous partageons avec l’Arabie saoudite la même perception de la politique extérieure et des enjeux régionaux»

PARIS : Arab News en français s’est entretenu avec le sénateur Olivier Cadic, qui préside le groupe d’amitié interparlementaire France-Golfe.

Comment décrire les relations actuelles entre la France et l'Arabie saoudite?

Ce sont des relations basées sur des intérêts stratégiques convergents pour préserver la sécurité dans la région et mener un combat commun contre le terrorisme. Je suis allé deux fois en Arabie saoudite, dans le cadre de mon mandat: la première fois, je me suis rendu à Djeddah en 2015, puis y suis retourné en avril 2019, cette fois à Riyad. Ces deux visites m’ont permis de  constater le degré d’amitié et de coopération qui lie nos deux pays.

Les contacts et les échanges que j’ai eu au cours de ces visites, notamment avec le prince Khaled al-Saoud, président du groupe d’amitié au Majlis al-Choura, ont permis d’aborder des questions géopolitiques. Nous partageons la même perception de la politique extérieure et des enjeux régionaux.

Les deux pays se dirigent-ils vers renforcement des relations?

Je crois que la période est favorable, oui. J’ai noté, et je l’ai dit au nouvel ambassadeur d’Arabie, que nous avons reçu au Sénat récemment, l’envie de réfléchir encore davantage ensemble à la façon de mieux coopérer. Par ailleurs, la «Vision 2030» mise en place par l’Arabie saoudite, nous offre de nombreuses occasions d’élargir nos domaines de coopération.

Il y a cette envie d’avancer, qui est forte, et d’ailleurs j’ai pu observer une vraie différence entre mes deux visites sur place en 2015 et 2019. En l’espace de quatre ans, j’ai pu constater un profond changement, une modernisation qui est le résultat de la détermination du prince héritier Mohamad Ben Salmane à sortir du «tout pétrole», et qui est en train de transformer le pays.

C’est un processus très intéressant qui permet d’ouvrir davantage le pays au tourisme religieux, aux loisirs, qui lui permet de se moderniser et de prendre un nouvel élan, ce qui nous nous rapproche encore plus. Pour vous donner un exemple, j’ai visité la fondation Misk, dont l’objectif est de sensibiliser les jeunes Saoudiens aux activités d’entreprenariat, et la féminisation en cours m’a particulièrement marqué. J’ai été vraiment frappé par cette évolution et par mes rencontres dans le cadre de la fondation avec des jeunes Saoudiennes brillantes.

Avec des relations culturelles qui semblent être au beau fixe, notamment avec le rôle joué par  la France dans le développement du site archéologique d’AlUla, quelle impulsion peut être donnée aux relations commerciales bilatérales?

Je dirais que la consolidation de ces relations est nécessaire. Durant ma visite à Riyad, j’avais demandé à visiter le chantier du métro de la ville qui est considéré comme le plus grand chantier mondial en matière de transports publics. Au cours de cette visite, je me suis rendu compte de l’importance donnée à la France, avec l’attribution de la construction des premières lignes de métro à la RATP. J’attends de pouvoir me rendre à l’inauguration de ce projet impressionnant, mais aussi symbolique.

L’Arabie développe en ce moment une stratégie de transports en commun modernes, ce qui montre bien qu’elle se projette dans un monde qui ne dépend pas exclusivement du pétrole, et dans lequel la France peut jouer un rôle important. La «Vision 2030» permet d’offrir de vastes champs de coopération, dans de nombreux secteurs: l’eau, l’environnement et les villes connectées, sans oublier l’énergie, la santé et l’agriculture. Dans tous ces secteurs stratégiques, la France possède un savoir-faire reconnu. Il faut aussi bien sûr que la France se réveille économiquement, parce qu’elle a toujours vécu avec un marché intérieur qui était suffisant pour ses entreprises.

Nous étions peu portés vers l’international, mais nous sommes conscients que c’est très important pour notre économie et de gros efforts sont faits pour développer l’internationalisation. Je pense donc qu’aujourd’hui nous avons de belles perspectives devant nous.

Qu’en est-il du volet politique? Pensez-vous que sous Joe Biden, les États- Unis favorisent le renforcement de la concertation politique entre la France et l’Arabie saoudite?

La vision de l'ancien président américain sortant Donald Trump était assez facile à comprendre. C’était une vision d’assez court terme pour essayer d’obtenir en permanence des résultats immédiats. Il entraînait ses partenaires principaux dans des décisions qui n’étaient pas nécessairement dans le «timing» des pays du Moyen-Orient, qui savent donner du temps au temps, pour faire émerger des décisions. Je pense donc que le changement qui a eu lieu aux États- Unis rend les choses plus faciles pour ces pays, surtout que de meilleures relations sont des relations gagnant-gagnant. Je crois que ces pays seront dorénavant mieux écoutés. En tout cas, il s’agit de ma perception personnelle. Je suppose que certains pays, dont l’Arabie saoudite, se sentent moins sous pression, ce qui facilite également leur communication sur le plan international.


Turquie: le feu aux portes d'une centrale thermique

L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. (Photo, AFP)
L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le feu avait d'abord pu être maîtrisé mercredi grâce à deux avions bombardiers d'eau envoyés par l'Espagne et à des hélicoptères
  • Les réservoirs d'hydrogène utilisés pour refroidir la centrale, qui fonctionne au fuel et au charbon, avaient été vidés et emplis d'eau par précaution

MILAS: Le feu a atteint mercredi une centrale thermique qui a dû être évacuée dans le sud de la Turquie, alors que les incendies sans précédent auxquels fait face le pays depuis plus d'une semaine mettent à l'épreuve le pouvoir du président Erdogan.

Une équipe de l'AFP a pu voir des pompiers, la police et des habitants fuir la centrale thermique située près de la ville de Milas, tandis que les flammes s'approchaient.

Les autorités locales avaient auparavant indiqué que les réservoirs d'hydrogène utilisés pour refroidir la centrale, qui fonctionne au fuel et au charbon, avaient été vidés et emplis d'eau par précaution.

Des images mises en ligne par le maire de Milas, Muhammet Tokat, montraient un feu violent aux portes de la centrale.

"La centrale est en cours d'évacuation totale", a tweeté M. Tokat.

Le feu avait d'abord pu être maîtrisé mercredi grâce à deux avions bombardiers d'eau envoyés par l'Espagne et à des hélicoptères, qui avaient déversé de l'eau sur les sommets boisés et zones résidentielles proches. Mais les flammes sont reparties dans l'après-midi.

"On vous supplie et vous avertit depuis des jours. L'incendie a encerclé la centrale", avait tweeté dans la journée le maire de Milas, demandant "qu'un avion bombardier d'eau soit envoyé ici de manière urgente".

Erdogan

Critiqué sur sa gestion de ces incendies, qui ont déjà fait huit morts, le président Recep Tayyip Erdogan, qui donnait une interview à la télévision dans la soirée, a admis que la centrale "risquait d'être détruite par le feu".

Plus de 180 feux ont ravagé des forêts et des terres agricoles, ainsi que des zones habitées sur les côtes méditerranéennes de la Turquie depuis mercredi dernier.

Les incendies ont aussi gravement touché les sites touristiques qui avaient récemment pu reprendre leurs activités après des mois de restrictions liées à la pandémie de la Covid-19.

Selon le service de surveillance par satellite de l'Union européenne, la "puissance radiative" des incendies en Turquie a atteint une intensité "sans précédent" depuis 2003.

L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. 

Le Haut Conseil turc de l'audiovisuel (RTUK en turc) a de son côté mis en garde les chaînes de télévision contre la diffusion d'informations sur les incendies qui pourraient "provoquer la peur et l'inquiétude" au sein de la population.

M. Erdogan, dans son interview à la télévision, a accusé l'opposition de tenter de tirer un bénéfice politique de la situation, alors que des pays voisins comme la Grèce sont aussi touchés par les incendies.

"Les feux de forêt sont une menace internationale tout comme la pandémie de Covid-19", s'est-il défendu.

"Comme partout dans le monde, il y a eu une forte augmentation des feux de forêt dans notre pays. Il ne devrait pas y avoir de place pour la politique dans cette question", a-t-il ajouté.

Une guerre

Lors des premiers jours des incendies, des chroniqueurs sur les médias pro-gouvernementaux avaient accusé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux, d'en être responsable.

Mais les autorités citent désormais la vague de chaleur extrême qui continue de frapper le sud de la Turquie.

Selon des experts, le changement climatique dans des pays comme la Turquie augmente la fréquence et l'intensité des incendies de forêt. 

Le ministre turc de l'Agriculture, Bekir Pakdemirli, a déclaré que les températures dans la ville égéenne de Marmaris avaient atteint un record historique de 45,5 degrés cette semaine.

"Nous menons une guerre", a déclaré le ministre aux journalistes. "Nous devons garder notre moral et notre motivation. J'exhorte tout le monde à être patient", a-t-il ajouté.


L’attaque iranienne du pétrolier, une «grave erreur»

Mercer Street, le pétrolier exploité par Israël qui a subi une attaque, au large du port de Fujairah aux Émirats arabes unis, le 3 août 2021. (Photo, Reuters)
Mercer Street, le pétrolier exploité par Israël qui a subi une attaque, au large du port de Fujairah aux Émirats arabes unis, le 3 août 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Le général Nick Carter dénonce le «comportement imprudent» de Téhéran et exhorte l'Occident à «rétablir la (politique) de dissuasion»
  • La réaction à l'agression iranienne doit être cinétique, pas seulement dans le domaine de la cybersécurité, déclare un analyste à Arab News

LONDRES : L'Iran a commis une «grave erreur» quand il a attaqué un pétrolier commercial la semaine dernière et tué un vétéran de l'armée britannique, a déclaré mercredi le chef d'état-major et le plus haut soldat du Royaume-Uni.

«Ce que nous devons faire, essentiellement, c'est dénoncer l'Iran pour son comportement très imprudent», a signalé le général Sir Nick Carter à la BBC.

«Nous devons rétablir la (politique) de dissuasion car ce sont ce genre de comportements qui conduisent à l'escalade, et ceci pourrait très facilement conduire à des erreurs de calcul. Ce serait très catastrophique pour tous les peuples du Golfe ainsi que la communauté internationale», dit-il.

L'attaque du pétrolier Mercer Street, battant pavillon libérien, a fait deux victimes, un Britannique et un Roumain. Le Britannique a été identifié comme étant Adrian Underwood, né aux Fidji, un père marié qui travaillait comme entrepreneur en sécurité lorsque le pétrolier a été touché dans les eaux omanaises. Le Royaume-Uni et la Roumanie ont imputé l’attaque de drones à l'Iran.

Téhéran est accusé d'avoir organisé des attaques maritimes depuis 2019, contre des pétroliers liés à la fois à l'Arabie saoudite et à Israël, ses principaux rivaux. Les bateaux pris pour cibles ont été endomagés par des mines ou ont subi des attentats.

En outre, les enquêteurs ont déterminé que les drones et les missiles qui ont frappé un important champ pétrolifère saoudien ont été fabriqués en Iran, qui a intensifié ses attaques maritimes ces derniers mois. Il est aussi accusé d’avoir frappé des navires liés à Israël.

«Le général Carter a souligné que l'Iran a commis une «grave erreur» en menant l'attaque qui a tué Underwood puisque Téhéran a «internationalisé» la réaction. Il a évidemment raison de dire que la dissuasion doit être rétablie, car sans elle, l'Iran poursuivra son escalade», a déclaré Kyle Orton, un chercheur géopolitique indépendant, à Arab News.

«La question est maintenant de savoir quelle forme prendra cette réponse. Jusqu'à présent, la discussion au sein du gouvernement britannique semble porter sur des options secrètes et dans le domaine de la cybersécurité, dont aucune n'est adéquate », a-t-il ajouté.

«Si la réaction au meurtre d’un citoyen britannique ne se manifeste activement, alors elle échouera. Les Iraniens, qui sont assez sensibles aux limites qu'ils peuvent repousser, concluront que le coût des attaques meurtrières contre nous est tolérable».

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a signalé que son pays «travaillait à mobiliser le monde» en riposte à la frappe du pétrolier, mais il a averti l'Iran que «nous savons aussi comment agir seuls».

 «Les Iraniens doivent comprendre qu'il est impossible de s'asseoir paisiblement à Téhéran et de là enflammer tout le Moyen-Orient. Tout cela est fini», ajoute-t-il.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a appelé à une «réponse collective» à l'assaut, jugé par le Premier ministre britannique Boris Johnson comme une «attaque scandaleuse contre la navigation commerciale».

Ce lundi, la Grande-Bretagne a convoqué l'ambassadeur iranien Mohsen Baharvand au ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth pour exiger que les navires soient autorisés à naviguer librement dans les eaux de la région. Le même jour, le régime iranien a annoncé que sa réaction sera rapide à toute menace qui vise sa sécurité.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Turquie critique le projet américain d'accueillir des Afghans dans des pays tiers

Le département d'État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. (Photo, AFP)
Le département d'État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le département d'État a annoncé lundi un nouveau programme d'admission des réfugiés aux États-Unis pour les Afghans
  • Mais la Turquie, qui héberge déjà plus de quatre millions de réfugiés, la plupart venus de la Syrie en guerre, a affirmé ne jamais avoir été consultée

ISTANBUL: Ankara a critiqué le projet américain de recourir à des pays tiers tels que la Turquie pour relocaliser des milliers d'Afghans dont les liens avec les États-Unis leur font courir le risque de représailles des talibans.

Le département d'État a annoncé lundi un nouveau programme d'admission des réfugiés aux États-Unis pour les Afghans, moins d'un mois avant la date butoir, le 31 août, pour le retrait total des forces américaines d'Afghanistan.

Ce programme concerne les interprètes qui ont travaillé avec les forces américaines, les Afghans impliqués dans des projets financés par les États-Unis et le personnel afghan employé par des ONG ou organisations médiatiques basées aux États-Unis.

En outre, il implique une installation des Afghans dans des pays tiers de la région pour environ un an, le temps que le processus administratif arrive à son terme.

Mais la Turquie, qui héberge déjà plus de quatre millions de réfugiés, la plupart venus de la Syrie en guerre, a affirmé ne jamais avoir été consultée. Elle craint un nouvel afflux de réfugiés d'Afghanistan avec la fin imminente du retrait des troupes américaines.

"Il est inacceptable de chercher une solution au problème dans notre pays sans le consentement de notre pays", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué tard mardi soir.

Le département d'État a cité la Turquie, mais aussi le Pakistan, comme des lieux possibles de relocalisation pour les Afghans. Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a toutefois assuré jeudi que Washington n'avait "dirigé personne vers un pays spécifique".

"Nous regrettons que nos déclarations aient soulevé des inquiétudes", a-t-il ajouté, exprimant la "gratitude" des États-Unis envers la Turquie pour son accueil de millions de réfugiés.

Le ministère turc des Affaires étrangères a également estimé que le projet américain entraînerait "une grosse crise migratoire dans notre région".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué que des responsables turcs menaient des discussions de haut rang avec leurs homologues afghans sur ce dossier.

Ce dossier devrait aussi être abordé lors de discussions entre Ankara et Bruxelles concernant la révision d'un accord noué en 2016 en vertu duquel la Turquie recevait une aide pour l'accueil de migrants voulant se rendre en Union européenne.

Interrogé sur le nombre d'Afghans arrivés en Turquie, un haut responsable du département d'État a indiqué lundi: "Je n'ai pas les chiffres sur la Turquie. Je dirais que nous n'avons pas vu de flux importants mais nous avons vu un certain nombre de personnes" s'y rendre.

Le ministère turc des Affaires étrangères a indiqué que si les États-Unis voulaient prendre en charge des Afghans, ils pouvaient le faire via "des vols directs".