L’incidence du conflit israélo-palestinien sur la modération de contenu en ligne

La montée en puissance des hostilités a été accompagnée d’une répression numérique contre les Palestiniens et leurs partisans sur les réseaux sociaux. (Middle East Eye)
La montée en puissance des hostilités a été accompagnée d’une répression numérique contre les Palestiniens et leurs partisans sur les réseaux sociaux. (Middle East Eye)
Short Url
Publié le Mercredi 14 juillet 2021

L’incidence du conflit israélo-palestinien sur la modération de contenu en ligne

  • Tout au long du mois de mai, le Centre arabe pour l’avancement des réseaux sociaux (7amleh) a documenté plus de 700 violations des droits numériques des Palestiniens
  • La suppression de contenu palestinien a augmenté à la fin de 2016 et ne fait que croître depuis

LONDRES: Au début du mois de mai, le monde a été témoin d’une recrudescence de la violence commise par l’armée israélienne contre les Palestiniens. Des milliers de publications, partagées sur les réseaux sociaux, ont fait le tour du monde.

Tout au long du mois, le Centre arabe pour l’avancement des réseaux sociaux (7amleh) a documenté plus de 700 violations des droits numériques des Palestiniens, dont 500 entre le 6 et le 19 mai.

L’armée, soutenue par le gouvernement israélien, a mené des attaques contre Gaza et les Palestiniens d’autres villes. Elle a également expulsé des Palestiniens de quartiers de Jérusalem, notamment Cheikh Jarrah et Silwan.

La montée en puissance des hostilités a été accompagnée d’une répression numérique contre les Palestiniens et leurs partisans sur les réseaux sociaux. Facebook, Instagram et Twitter ont été accusés de supprimer des publications montrant les agressions israéliennes dans le pays.

Les données de 7amleh montrent qu’Instagram est responsable de 50% des violations. La plate-forme a supprimé les publications et les stories publiques sur la Palestine, tout comme le contenu archivé, publié par le passé ou uniquement accessible à l’utilisateur individuel.

Nadim Nachif, directeur de 7amleh, a déclaré à Arab News: «À mesure que les attaques israéliennes contre Cheikh Jarrah – quartier de Jérusalem-Est –, la bande de Gaza et l’intégralité de la population palestinienne en Israël et dans les territoires occupés s’intensifiaient, les gens se sont tournés vers les réseaux sociaux pour documenter les violations des droits de l’homme.»

Il a également relevé une augmentation considérable de la censure du contenu propalestinien.

7amleh a également documenté des violations sur Facebook – maison-mère des réseaux sociaux Instagram et WhatsApp – qui a supprimé ou désactivé les comptes de plusieurs journalistes couvrant la violence à l’intérieur des territoires occupés.

Le rapport de 7amleh sur les violations des droits numériques a documenté 179 cas, y compris l’accès limité aux comptes (37%), la suppression de contenu (31%) et la désactivation de comptes (23%).

Les violations comprennent la dissimulation de mots spécifiques comme #Al_Aqsa, qui était en tête des hashtags les plus utilisés aux alentours du 7 mai.

Cependant, Facebook a déclaré à Arab News que les violations découlaient uniquement de raisons techniques et non politiques. «Plusieurs problèmes ont empêché les utilisateurs de partager des publications sur nos applications, y compris un bug technique qui a eu une incidence sur les stories à travers le monde, ainsi qu’une erreur qui a temporairement restreint l’accès au contenu vers lequel renvoie le hashtag #Al_Aqsa», explique un porte-parole de Facebook.

«Bien que les deux incidents aient rapidement été réglés, ils n’auraient pas dû se produire au départ. Nous tenons à nous excuser auprès de tous ceux qui se sont sentis incapables d’attirer l’attention sur des événements importants ou qui ont pensé qu’il s’agissait d’une répression délibérée. Nous n’avons jamais eu l’intention de le faire et ne chercherons jamais à faire taire quelconque communauté ou à passer sous silence une opinion donnée.»

Dans un webinaire intitulé «Occupation numérique: les répercussions de la modération médiatique en Palestine», Mona Chtaya, la responsable locale du plaidoyer, a affirmé que Facebook et d’autres réseaux sociaux ne s’adaptaient pas au contexte palestinien.

Selon Chtaya, de nombreuses publications comportant le mot «Hamas» avaient été supprimées, même si elles étaient adressées contre l’organisation.

«Certaines publications comprenant des mots qui n’ont rien à voir avec les attaques israéliennes ont également été supprimées, comme chahid (martyr) et muqawamah (résistance)», a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne la politique de Facebook dans ce contexte-là, le porte-parole a souligné que le réseau social n’autorisait pas la présence d’organisations dangereuses sur ses applications et que tout contenu «louant, soutenant ou représentant ces groupes» était supprimé.

Cependant, la plate-forme «permet aux utilisateurs de faire allusion à ces organisations, dans le cadre d’une discussion neutre ou pour dénoncer leurs actes, mais il faut que le contexte soit bien clair pour les évaluateurs de contenu».

Selon Nachif, la censure du contenu palestinien n’est pas très récente. 7amleh documente les violations des droits numériques des Palestiniens depuis sa création en 2013.

Palestine Legal, une organisation dont la mission est de protéger les droits civils et constitutionnels des personnes vivant aux États-Unis et s’exprimant en faveur de la liberté palestinienne, a documenté plus de 1 700 cas de censure de contenu palestinien aux États-Unis entre 2014 et 2020. 

Achraf Zeitoun, ancien responsable des politiques officielles pour le Moyen-Orient, la Turquie et l’Afrique chez Netflix et Facebook, a pris la parole lors du même webinaire sur l’occupation numérique: «La raison pour laquelle les utilisateurs font face à un volume important de censure et de suppression de contenu est la quantité considérable de publications en faveur de la cause palestinienne sur les réseaux sociaux.»

La suppression de contenu palestinien a augmenté à la fin de 2016 et ne fait que croître depuis. Elle est étroitement liée à l’augmentation du nombre de militants palestiniens sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram.

«Cela a alerté le gouvernement israélien. On assiste alors à une approche systématique qui vise à entrer en contact avec les entreprises technologiques, à comprendre leurs règles et à essayer de faire pression sur elles pour plaider en faveur de nouvelles restrictions qui conduiront à la censure des récits palestiniens.»

En 2017, YouTube, la plate-forme vidéo de Google, a supprimé des milliers de vidéos documentant les atrocités commises par le régime syrien contre les civils, sous prétexte qu’un système automatisé avait été conçu pour détecter le contenu extrémiste.

Cependant, certains groupes ont affirmé que les algorithmes interdisaient l’accès aux vidéos pour éviter qu’elles soient utilisées comme preuves au cas où des poursuites seraient engagées contre le régime syrien pour crimes de guerre.

Le porte-parole de Facebook a signalé que, lors du conflit récent, la plate-forme avait mobilisé une équipe entière formée de personnes parlant arabe et hébreu pour surveiller la situation et supprimer les contenus nuisibles.

Selon 7amleh, les efforts déployés par les réseaux sociaux pour limiter les potentielles violations des droits numériques des utilisateurs étaient importants mais n’ont cependant pas fait long feu.

«Les réseaux sociaux doivent être tout à fait transparents quant au processus de développement de leurs politiques de modération de contenu et rendre ces dernières accessibles aux utilisateurs dans les moindres détails», a ajouté Nachif. 

Il a conclu en appelant les réseaux sociaux à également faire preuve de transparence en ce qui concerne les demandes de suppression formulées par les gouvernements tout en continuant de se conformer aux principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme de l’ONU, qui «veillent à ce que les entreprises ne portent pas atteinte aux droits de l’homme et au droit international dans leur activité».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite, les USA et l'UE promettent une aide supplémentaire de $600 millions au Yémen

Un bureau de change fermé à Aden alors que les conditions économiques se détériorent. (Photo, AFP/Archives)
Un bureau de change fermé à Aden alors que les conditions économiques se détériorent. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • L'Arabie saoudite demeure le premier donateur d'aide humanitaire à son voisin déchiré par la guerre
  • Riyad et Sanaa appellent à pousser les Houthis vers une solution politique sous l’égide de l’ONU

NEW YORK : L'Arabie saoudite, les États-Unis, l'UE et d'autres pays ont annoncé mercredi des centaines de millions de dollars d'aide humanitaire et de développement supplémentaire pour le Yémen lors d'une réunion de haut niveau à l'ONU.

Abdellah ben Abdelaziz Al-Rabeeah, superviseur général du Centre d'aide humanitaire et de secours Roi Salmane, a annoncé que l'Arabie saoudite fournira $90 millions supplémentaires d'aide humanitaire au Yémen, déchiré par la guerre.

«Au cours des six dernières années, le Royaume d'Arabie saoudite a fourni plus de $18 milliards pour soutenir le Yémen », a-t-il révélé. «Cette année seulement, l'Arabie saoudite a soutenu le Yémen avec plus de $848 millions».

La dernière promesse de don signifie que l'Arabie saoudite est à nouveau le plus grand donateur d'aide au Yémen. Mais «les dons en argent à eux seuls n'atténueront certainement pas la crise au Yémen , a averti Al-Rabeeah.

«À moins que nous ne travaillions ensemble pour mettre fin au conflit et réduire les obstacles à l'acheminement de l'aide, la situation continuera de s'aggraver», a-t-il ajouté.

«L'agressivité en cours par les milices houthies contre l'ONU et les ONG internationales ne fait qu'ajouter plus de misère au peuple yéménite».

Al-Rabeeah a exprimé le souhait du Royaume que la communauté internationale soutienne son plan politique «pour mettre fin au conflit et apporter une paix durable à tous les Yéménites».

Les États-Unis ont promis $290 millions supplémentaires de dons pour 2021, tandis que l'UE a annoncé qu'elle ferait un don supplémentaire de €119 millions d'euros ($139,65 millions), ce qui, selon la commissaire aux partenariats internationaux du bloc, Jutta Urpilainen, est un «engagement conjoint d'aide humanitaire et de développement».

Elle a ajouté que «dans l'immédiat, notre soutien aidera les familles à accéder à la nourriture et aux produits de base» et qu’«à long terme, l'UE vise à aider le Yémen à combler l'écart entre la crise et la reprise économique». À cet égard, a-t-elle assuré, «investir dans les jeunes et les femmes jouera un rôle essentiel».

Le Canada, le Qatar, la Suède et le Brésil ont promis ensemble des dons supplémentaires d'une valeur de plus de $120 millions, dont plusieurs millions seront versés à des organismes des Nations Unies tels que le Programme alimentaire mondial afin de soutenir leurs opérations au Yémen.

Au total, environ $600 millions consacrés à l'aide humanitaire supplémentaire ont été annoncés lors de la réunion des Nations Unies.

Cet argent sera utilisé pour garantir que la sécurité alimentaire, l'assainissement, les soins de santé et l'éducation continuent d'être fournis au plus grand nombre de Yéménites possible.

Alors que l'aide fournie par la communauté internationale allégera plusieurs difficultés auxquelles sont confrontées les 29 millions d'habitants du pays, les leaders mondiaux ont clairement indiqué à maintes reprises qu'une solution politique au conflit est le seul moyen, pour mettre effectivement fin à la crise humanitaire au Yémen.

Le Yémen est le pays le plus pauvre du Moyen-Orient et il a été plongé dans la guerre civile lorsque les Houthis soutenus par l'Iran ont renversé le gouvernement reconnu par l'ONU en 2015. Depuis lors, la famine et les conflits ont causé la mort de dizaines de milliers de civils.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères et des expatriés, Ahmed Awad ben Moubarak, a averti mercredi que «malgré les généreuses contributions de la communauté internationale, notamment le plan de réponse humanitaire dirigé par l'ONU, la crise humanitaire que connaît le Yémen reste la plus grande et la plus urgente au monde».

Ben Moubarak a blâmé les Houthis pour la crise humanitaire au Yémen, citant leur assaut contre la ville de Marib comme exemple de la façon dont ils perpétuent les souffrances des Yéménites, dans ce cas en empêchant l'approvisionnement en combustible domestique à travers le pays.

«Marib est la principale source de gaz domestique au Yémen… Les attaques brutales et continues des milices houthies contre Marib ne font qu’aggraver les souffrances humaines», a souligné ben Moubarak.

Il a averti qu'une poursuite de tel offensive sur Marib pourrait forcer des milliers de Yéménites déplacés à l'intérieur du pays qui avaient cherché refuge dans la ville à s’exiler à l'étranger.

«Tous les efforts humanitaires fournis par les différentes agences de l'ONU ne mettront pas fin aux souffrances des Yéménites à moins que cette guerre ne s'arrête à jamais», a-t-il soutenu.

«Je voudrais donc, appeler la communauté internationale à faire davantage d'efforts pour que les milices houthies et leurs partisans abandonnent l'option de la guerre et s'engagent dans un processus de paix dirigé par l'ONU».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Téhéran prêt à reprendre les discussions à une date proche, affirme Bruxelles

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian. (Photo, AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a eu un entretien avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian à New York
  • Mardi à l’ONU, les Occidentaux ont fait pression sur le président Raïssi pour une reprise au plus vite des négociations sur le nucléaire

BRUXELLES : L'Iran est prêt à reprendre à "une date proche" les négociations sur le nucléaire suspendues depuis juin, a annoncé mercredi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell après un entretien à New York avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian.

"Le ministre iranien des Affaires étrangères a assuré de sa volonté de reprendre les négociations à une date proche", a indiqué M. Borrell dans un communiqué publié par ses services à Bruxelles.

Le chef de la diplomatie de l'UE précise avoir insisté auprès de son interlocuteur sur la nécessité pour l'Iran de "coopérer pleinement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour résoudre les questions en suspens". Il a par ailleurs "réitéré son inquiétude quant à la trajectoire générale du programme nucléaire iranien".

Les Occidentaux ont fait pression mardi à l'ONU sur le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi pour une reprise au plus vite des négociations sur le nucléaire iranien. Mais ils n'ont pas obtenu d'engagement précis.

Des discussions sont menées depuis avril à Vienne entre l'Iran et les cinq puissances encore parties à l'accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie).

Ces pourparlers visent à réintégrer les États-Unis dans l'accord, dénoncé en mai 2018 par l'ex-président américain Donald Trump, et à ramener l'Iran au respect intégral de ses engagements internationaux concernant son programme nucléaire. Ils ont été suspendus en juin après les élections en Iran.

Téhéran a depuis démis de ses fonctions Abbas Araghchi, qui représentait l'Iran depuis 2013. Il a été remplacé par Ali Baghéri, un proche du nouveau président ultra-conservateur Ebrahim Raïssi.

L'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 offrait à Téhéran un allègement des sanctions occidentales et onusiennes en échange de son engagement à ne jamais se doter de l'arme atomique et d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU.

Mais après le retrait unilatéral des Américains, l'Iran a progressivement abandonné la plupart de ses engagements.


Le Hamas refuse de participer aux municipales palestiniennes sans les autres scrutins

Des partisans du mouvement Hamas brandissent des banderoles alors qu'ils participent à un rassemblement contre la décision du président Abbas de reporter les élections législatives et présidentielle qui étaient prévues respectivement les 22 mai et 31 juillet, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (Photo, AFP)
Des partisans du mouvement Hamas brandissent des banderoles alors qu'ils participent à un rassemblement contre la décision du président Abbas de reporter les élections législatives et présidentielle qui étaient prévues respectivement les 22 mai et 31 juillet, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'annonce par l'Autorité palestinienne de la tenue d'élections municipales tient du mépris à l'égard de la situation générale, et nous n'y participerons pas»
  • En avril, le mouvement islamiste avait vivement dénoncé la décision du président Abbas d'annuler les législatives et la présidentielle, qui devaient être les premières du genre depuis 15 ans

GAZA : Le mouvement islamiste armé Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé mercredi son refus de participer aux municipales palestiniennes de décembre si le président Mahmoud Abbas ne convoquait pas aussi des élections législatives et présidentielle.


La commission électorale palestinienne a annoncé le weekend dernier la tenue de municipales en décembre en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, sous réserve que le Hamas permette la tenue du scrutin dans l'enclave. 


Or mercredi, dans sa première réaction à cette annonce, le Hamas a conditionné sa participation aux municipales à la tenue des législatives et de la présidentielle qui étaient prévues respectivement en mai et en juillet mais avaient été annulées par le président palestinien Mahmoud Abbas.


"L'annonce par l'Autorité (palestinienne) de la tenue d'élections municipales tient du mépris à l'égard de la situation générale, et nous n'y participerons pas", a déclaré le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, lors d'une conférence de presse à Gaza.


"La bonne solution est de tenir des élections générales --pour le Conseil national (OLP), le Parlement, la présidence, les mairies et les syndicats-- simultanément ou selon un calendrier convenu entre les parties", a ajouté ce cadre du Hamas. "Si tel est le projet, nous sommes prêts à y participer", a-t-il affirmé.


En avril, le mouvement islamiste armé avait vivement dénoncé la décision du président Abbas d'annuler les législatives et la présidentielle, qui devaient être les premières du genre depuis 15 ans.


Pour justifier sa décision, M. Abbas, dont le mandat devait s'achever en 2009, avait argué que la tenue du scrutin n'était pas "garantie" à Jérusalem-Est, portion palestinienne de la Ville sainte annexée par Israël.


Selon des analystes, le Hamas, mouvement considéré comme terroriste par les Etats-Unis et l'Union européenne, cherche à forcer sa reconnaissance internationale en participant à des élections, notamment celles à la direction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), regroupement de factions palestiniennes reconnues par la communauté internationale mais dont le Hamas ne fait pas partie.