Neom a pour objectif de devenir la ville la plus compétitive du monde

La mégalopole, dont le coût s’élève à 500 milliards de dollars (soit environ 423 milliards d’euros) transformera plus de 26 500 km² dans la région de Tabouk, au nord-ouest du Royaume. (Photo fournie)
La mégalopole, dont le coût s’élève à 500 milliards de dollars (soit environ 423 milliards d’euros) transformera plus de 26 500 km² dans la région de Tabouk, au nord-ouest du Royaume. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 19 juillet 2021

Neom a pour objectif de devenir la ville la plus compétitive du monde

  • Le mégaprojet aurait besoin 30 gigawatts ou 30 000 mégawatts de capacité installée d’ici à la fin de la décennie
  • La mégalopole, dont le coût s’élève à 500 milliards de dollars (soit environ 423 milliards d’euros), s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de diversification de l’économie saoudienne

RIYAD: La ville de Neom en Arabie saoudite a pour objectif de devenir la zone franche la plus compétitive au monde, a déclaré son PDG, Nadhmi al-Nasr.

«Neom se veut un modèle. Cette région sera une zone franche semi-indépendante,  aura ses propres lois, ses propres règlements, et sa propre autorité en tant que semi-gouvernement», a-t-il souligné lors d’une conférence en ligne organisée par Nikkei, le groupe de médias japonais. «Notre objectif est d’en faire la zone franche la plus compétitive du monde», a-t-il ajouté. 

L’événement, organisé en partenariat avec le ministère saoudien de l’Investissement (Misa) et le Smart City Institute, a mis en évidence le caractère attrayant du mégaprojet pour les investisseurs. Ce projet a été initialement révélé en octobre 2017 lorsque le prince héritier, Mohammed ben Salmane, l’a présenté au monde lors de la conférence Future Investment Initiative à Riyad.

La mégalopole, dont le coût s’élève à 500 milliards de dollars (soit environ 423 milliards d’euros),  s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de diversification de l’économie saoudienne, et vise à transformer plus de 26 500 km² dans la région de Tabouk, au nord-ouest du Royaume.

Peter Terium, directeur général du secteur énergie, eau et carburant chez Neom, a révélé les différentes sources d’énergie renouvelables développées dans le cadre du projet et les défis à relever.

«Nous allons construire une terre d’avenir, et l’avenir est à la durabilité», a affirmé M. Terium.

«Juste pour vous donner une idée de la taille de ce dont nous parlons, nous estimons qu’en 2030, la société aura besoin de 30 gigawatts ou 30 000 mégawatts de capacité installée pour soutenir sa consommation d’énergie. C’est beaucoup, comparable à la taille d’un pays comme le Portugal ou l’Autriche», a-t-il assuré. 

M. Terium a expliqué que le projet prévoyait un degré élevé d’électrification, «qu’il s’agisse de mobilité électrique, de drones électriques, ou de l’utilisation de l’électricité comme forme d’énergie sans carbone». Afin de transformer un désert de la taille de la Belgique en une mégalopole alimentée par des énergies renouvelables, «certaines avancées technologiques seraient nécessaires pour atteindre les niveaux de consommation d’électricité, comme l’utilisation de micro-réseaux, a-t-il affirmé.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La livre Sterling au plus bas face au dollar, craintes de récession

Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT
  • Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng

HONG KONG: La livre Sterling a atteint lundi un plancher record face au dollar, les annonces budgétaires de Londres inquiétant les investisseurs sur la santé des finances publiques britanniques, dans un pays peut-être déjà en récession.

Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT, selon des données de Bloomberg, des analystes avertissant qu'elle pourrait même atteindre la parité avec le billet vert.

Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, mêlant aides massives aux factures énergétiques et baisses d'impôts tous azimuts, dont le coût vertigineux n'a pas été pleinement dévoilé.

L'ensemble devrait contraindre le Royaume-Uni à emprunter 72 milliards de livres supplémentaires sur les marchés, ce qui inquiète les opérateurs.

Lundi, la tendance était toujours à la baisse, le ministre affirmant que des mesures supplémentaires étaient attendues. Ce qui a précipité les marchés londoniens dans le gouffre, l'indice FTSE perdant autour de 2%.


Budget Sécu: déficit prévu en forte baisse en 2023, à 6,8 milliards d'euros

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Short Url
  • Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires
  • L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023

PARIS : Le déficit de la Sécu va nettement se réduire en 2023, à 6,8 milliards d'euros contre 17,8 milliards attendus cette année, selon l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale, publié par l'Agence de presse médicale et consulté dimanche par l'AFP.

Ces chiffres, qui couvrent un périmètre plus large que le régime général des caisses de Sécu, confirment néanmoins le spectaculaire redressement des comptes depuis le record abyssal de 2020 (près de 39 milliards).

Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires.

L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023.

Un résultat toutefois largement dû à la fonte de la facture du Covid, qui passerait de plus de 11 milliards à seulement 1 milliard l'an prochain, bien que cette provision "risque de se révéler très insuffisante", selon l'avis du Haut conseil des finances publiques, cité dans le document.

Au-delà de cette échéance, le déficit de la branche maladie continuerait de se réduire à un rythme beaucoup plus modéré, pour s'établir à 2,6 milliards en 2026.

A l'inverse, la branche vieillesse devrait vite replonger: proche de l'équilibre cette année (-1,7 milliard), elle devrait creuser ses pertes jusqu'à 13,6 milliards en 2026.

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années.

L'avant-projet de loi ne comprend cependant aucune mesure de réforme des retraites, alors que l'exécutif songe à introduire une hausse de l'âge légal ou de la durée de cotisation par un amendement lors des débats au Parlement au mois d'octobre.

Par ailleurs, les branches famille et accidents du travail devraient rester excédentaires au moins jusqu’en 2026, tandis que la branche autonomie, déficitaire en 2023, repasserait ensuite dans le vert.


L’Arabie saoudite favorise l’économie basée sur l’intelligence artificielle

La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
Short Url
  • La technologie apportera une contribution de plusieurs milliards au produit intérieur brut
  • De plus, cela pourrait dynamiser l’économie au moyen d’emplois, d’investissements et de possibilités pour le Royaume

RIYAD: L’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle (SDAIA) vise à mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’intelligence artificielle et à faire de l’Arabie saoudite l’un des meilleurs pays en matière de technologie, déclare le directeur adjoint de l’agence.

Mishari al-Mishari, le directeur adjoint de la SDAIA, déclare à Arab News, en marge du Sommet mondial sur l’intelligence artificielle à Riyad, que la SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA.

«La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national des données et de l’intelligence artificielle en vue de mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’IA», dit-il.

La conférence, organisée par la SDAIA, a accueilli jusqu’à 30 000 participants et des représentants de plus de 90 pays, ajoute-t-il.

«Lors de ce sommet, nous ne nous sommes pas limités aux dialogues et à la discussion; nous avons également mis l’accent sur l’expérience», insiste-t-il.