Les familles enterrent leurs proches après l’explosion meurtrière de Bagdad

Des personnes en deuil prient dans une mosquée avant d’enterrer les victimes d’un attentat à la bombe commis lundi dans un marché bondé de Bagdad, à la veille de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha. (AP)
Des personnes en deuil prient dans une mosquée avant d’enterrer les victimes d’un attentat à la bombe commis lundi dans un marché bondé de Bagdad, à la veille de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha. (AP)
Des irakiens assistant aux funérailles d'une famille irakienne tuée lors de l'attentat revendiquée par l'Etat Islamique à Sadr city dans la capitale Bagdad qui a fait au moins 36 morts la veille de l'Aid el Adha, le 20 juillet 2021. Photo AFP
Des irakiens assistant aux funérailles d'une famille irakienne tuée lors de l'attentat revendiquée par l'Etat Islamique à Sadr city dans la capitale Bagdad qui a fait au moins 36 morts la veille de l'Aid el Adha, le 20 juillet 2021. Photo AFP
Short Url
Publié le Mercredi 21 juillet 2021

Les familles enterrent leurs proches après l’explosion meurtrière de Bagdad

  • L'Etat islamique a affirmé avoir envoyé un kamikaze au marché populaire de Sadr City
  • L’attentat meurtrier a fait au moins 30 morts et 50 blessés

BAGDAD: Mardi, des familles ont enterré leurs proches tués dans un attentat à la bombe meurtrier, qui a fait au moins 30 morts dans un marché très fréquenté de la capitale irakienne. Les cercueils ont été portés par des proches et placés dans des minibus qui les ont transportés pour être enterrés. Les funérailles des victimes de l’explosion de lundi ont eu lieu dans un marché bondé de Sadr City, une banlieue de Bagdad.

L’armée irakienne a déclaré qu’elle avait terminé son enquête sur l’attentat, causé par un kamikaze qui a fait sauter son gilet explosif au milieu d’un marché populaire. Les responsables de la sécurité irakienne avaient initialement parlé d’un engin piégé à la base de cette attaque. 

L’armée a précisé dans un communiqué que l’attentat a fait au moins 50 blessés. C’est la troisième fois que des militants prennent Sadr City pour cible cette année. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque, et a affirmé dans un communiqué publié en ligne qu’elle avait été perpétrée par Abu Hamza al-Iraqi.

L’attentat s’est produit un jour avant la fête de l’Aïd al-Adha, alors que de nombreux habitants étaient partis acheter des cadeaux (des vêtements neufs sont généralement offerts à l’occasion de cette fête).

Hussein al-Lami a enterré ses neveux Mortada et Amir Sahi, âgés de 12 ans, tués au cours de l’attaque. «Le malheur était immense, surtout pour les parents et les proches des deux martyrs», dit-il. «Aujourd’hui, les Irakiens passent l’Aïd dans la douleur, après avoir souffert de cet acte terroriste. Maintenant, la misère règne dans chaque maison irakienne.»

En juin, 15 personnes avait déjà été blessées, lorsqu’une bombe placée sous un kiosque dans un autre marché de Sadr City a explosé. En avril, au moins quatre personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée dans cette même ville. La déflagration avait été provoquée par un engin explosif fixé sur une voiture garée sur le marché.

Les grands attentats à la bombe, autrefois presque quotidiens à Bagdad, ont diminué ces dernières années, depuis que l'Etat islamique a été vaincu militairement en 2017.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.