Les Palestiniens saluent la décision de Ben & Jerry’s; les allégations d’antisémitisme sont rejetées

Cette photo montre une israélienne qui travaille à l’usine de Ben & Jerry’s dans la zone industrielle de Be’er Tuvia, en Israël, le 20 juillet 2021. (AP)
Cette photo montre une israélienne qui travaille à l’usine de Ben & Jerry’s dans la zone industrielle de Be’er Tuvia, en Israël, le 20 juillet 2021. (AP)
Short Url
Publié le Mercredi 21 juillet 2021

Les Palestiniens saluent la décision de Ben & Jerry’s; les allégations d’antisémitisme sont rejetées

  • Pour le ministre palestinien des Affaires étrangères, la décision est «morale» et «légale», rapporte un communiqué publié par l’agence de presse palestinienne Wafa
  • La décision de Ben & Jerry’s intervient après l’annulation d’un match de football amical entre Barcelone et le club Beitar Jérusalem, l’équipe espagnole ayant refusé de jouer à Jérusalem

JÉRUSALEM: Les Palestiniens et leurs partisans ont salué la décision du fabricant américain de glaces Ben & Jerry’s, qui a suspendu la vente de ses produits dans les territoires palestiniens occupés.

«Nous pensons qu’il n’est pas compatible avec nos valeurs que les glaces Ben & Jerry’s soient vendues dans les territoires palestiniens occupés. Nous comprenons parfaitement les inquiétudes dont nos clients et nos partenaires de confiance nous ont fait part», a annoncé lundi dernier la marque américaine, qui a toutefois l’intention de rester en Israël. 

Le journal israélien Haaretz a ainsi titré son article: «Ben & Jerry’s arrête la vente de ses produits dans les colonies». Pour le ministre palestinien des Affaires étrangères, la décision est «morale» et «légale», rapporte un communiqué publié par l’agence de presse palestinienne Wafa.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, a quant à lui fermement condamné la décision de Ben & Jerry’s, qui représente selon lui, comme il l’écrit sur Twitter, «une capitulation honteuse devant l’antisémitisme, devant le mouvement BDS [Boycott, désinvestissement et sanctions, campagne qui appelle au boycott des produits israéliens], devant tout ce qui est mauvais dans le discours anti-israélien et antijuif». Il ajoute: «Nous ne pouvons passer cet acte sous silence.»

Jeremy Ben-Ami, président de J Street – groupe de pression en faveur de la résolution du conflit israélo-palestinien, situé à Washington –, a pour sa part rejeté les accusations d’antisémitisme. «Quand une grande entreprise de glaces fondée par deux entrepreneurs juifs décide de ne plus commercialiser ses produits dans les territoires palestiniens occupés, on ne peut pas parler d’antisémitisme», précise-t-il.

Ali Abunimah, cofondateur de The Electronic Intifada, une publication en ligne de Chicago qui couvre le conflit israélo-palestinien, a répondu aux propos de Lapid: «La glace est antisémite. Ce régime d’apartheid odieux et criminel ne s’est pas contenté de tuer des dizaines d’enfants à Gaza au mois de mai, il veut maintenant déclarer la guerre à @benandjerrys. @yairlapid donnera-t-il l’ordre d’ouvrir le feu sur le siège du fabricant de glaces, tout comme “Israël” a bombardé l’AP?» Abunimah fait là allusion aux frappes aériennes israéliennes du mois de mai dernier, qui ont détruit un immeuble de Gaza abritant les locaux de l’Associated Press.

Lapid a également condamné le mouvement BDS, même s’il n’existe pas de lien direct clair entre cette campagne de boycott et la décision du fabricant de glaces.  Sur Twitter, il note que plus de trente États américains «ont adopté des lois anti-BDS au cours des dernières années», ajoutant: «J’ai l’intention de demander à chacun d’entre eux de les appliquer contre Ben & Jerry’s. L’entreprise ne peut traiter Israël de la sorte. Cet acte ne restera pas sans conséquences.»

Le mouvement BDS a salué la décision de Ben & Jerry’s, qui est une filiale du géant britannique des biens de consommation Unilever. Il déclare qu’elle est le fruit des efforts déployés par ses militants depuis des années. «Après des années de mobilisation de #BDS, l’entreprise @benandjerrys a annoncé qu’elle ne vendrait plus ses produits dans les colonies israéliennes illégales sur les territoires palestiniens volés», écrit BDS sur Twitter.

Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie à la Knesset, a publié une photo sur laquelle on le voit en train de savourer une glace Ben & Jerry’s en Israël.  Aida Touma-Suleiman, sa collègue à la Knesset, affirme quant à elle: «Cette décision est juste et conforme à la morale. Les territoires palestiniens occupés ne font pas partie d’Israël. Arrêter les ventes permet d’exercer une certaine pression pour mettre fin à l’occupation. J’espère que Ben & Jerry’s ne sera pas la dernière entreprise à prendre une telle décision.»

Certes, la tempête politique qui résulte de cette décision est tout à fait sérieuse. Pour autant, certains ont choisi l’humour pour évoquer la situation. Ainsi Nayla Farouki, ancienne productrice du programme éducatif pour enfants Sesame Street, écrit-elle: «Les autorités israéliennes ne restent résolument pas de glace face à la décision de #BenAndJerrys. C’est si léger et si amusant. J’ai l’intention de m’en délecter en dégustant un “méga chocolat noir” produit localement. #BDS.»

Mohammed el-Kurd, un influenceur originaire de Cheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem-Est, n’a pas non plus résisté au plaisir de jouer sur les mots: «Je suis très heureux de constater que rien ne fait fondre la colère des hommes politiques et de leurs acolytes», lance-t-il. La décision de Ben & Jerry’s intervient après l’annulation d’un match de football amical entre Barcelone et le club Beitar Jérusalem, l’équipe espagnole ayant refusé de jouer à Jérusalem.

Les Palestiniens affirment que les fans inconditionnels du Beitar sont connus pour scander des slogans racistes appelant à la mort des Arabes. Il s’agit d’ailleurs de la seule grande équipe de football israélienne qui n’a jamais aligné de joueur arabe.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


De hauts responsables limogés au sein d’une entreprise qui propose ses services aux pèlerins du Hajj

Le ministère du Hajj et de l’Omra affirme que cette décision est due à l’inaptitude de cette société à fournir des services adéquats aux pèlerins. (AFP)
Le ministère du Hajj et de l’Omra affirme que cette décision est due à l’inaptitude de cette société à fournir des services adéquats aux pèlerins. (AFP)
Short Url
  • Selon le ministère, la décision aurait été prise en coordination avec le conseil d’administration de l’entreprise et se baserait sur les observations de ses équipes sur le terrain
  • Le ministère réitère qu’il surveille de près tous les services fournis par toutes les agences et entreprises opérant pendant la saison du Hajj pour garantir leur qualité

RIYAD: Le directeur général et un haut responsable au sein de l’une des sociétés qui proposent ses services aux pèlerins du Hajj cette année ont été limogés, annonce le ministère saoudien en charge du Hajj.

Le ministère du Hajj et de l’Omra affirme que cette décision est liée à l’incapacité de la société à fournir des services adéquats aux pèlerins, rapporte jeudi l’agence de presse saoudienne.

Selon le ministère, cette mesure aurait été prise en coordination avec le conseil d’administration de l’entreprise et se baserait sur les observations de ses équipes sur le terrain.

Le communiqué indique également que les deux responsables devraient «faire l’objet d’une enquête».

Le Hajj, un pilier clé de l’islam, commence ce jeudi. Un million de pèlerins en provenance du monde entier devraient y participer.

Le ministère réitère qu’il surveille de près tous les services fournis par l’ensemble des agences et des entreprises qui opèrent pendant la saison du Hajj afin de garantir leur qualité.

Il ajoute qu’il «recense également toutes les violations et y remédie immédiatement» dans le cadre de ses efforts pour garantir la sécurité et le confort des pèlerins.

Le ministère souligne par ailleurs qu’il ne tolérera aucune lacune affectant le service aux pèlerins.

Les équipes sur le terrain et le service d’inspection du ministère effectuent des tournées permanentes pour évaluer la qualité des prestations fournies aux pèlerins. Ils traitent toutes les violations sans exception dans le but de renforcer la qualité des services proposés aux pèlerins et de maintenir la sécurité de ces derniers», souligne-t-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Pétrole: Le Kurdistan d'Irak dénonce les «pressions injustes» de Bagdad

Une plate-forme de forage sur un site de creusement de puits de pétrole près du village de Taq Taq en Irak (Photo, AFP).
Une plate-forme de forage sur un site de creusement de puits de pétrole près du village de Taq Taq en Irak (Photo, AFP).
Short Url
  • Un tribunal de commerce a invalidé ces contrats conclus entre le Kurdistan et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne
  • En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central

ERBIL: Le Kurdistan d'Irak a dénoncé mercredi les "pressions injustes" exercées par le gouvernement central de Bagdad, quelques jours après une décision de justice invalidant des contrats pétroliers passés par la région autonome avec des compagnies étrangères.

Saisi par le ministère du Pétrole de Bagdad, un tribunal de commerce a invalidé lundi ces contrats conclus entre la région autonome du Kurdistan (nord) et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne.

Cette décision illustre le bras de fer opposant le Kurdistan d'Irak à Bagdad sur la gestion des hydrocarbures.

En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central, donnant à ce dernier le droit de revoir tous les contrats pétroliers, voire de les annuler.

Depuis, Bagdad bataille pour faire appliquer cet arrêt, au grand dam du Kurdistan qui veut préserver l'autonomie de son secteur énergétique.

Selon un communiqué publié mercredi, le gouvernement kurde "a passé en revue toutes les procédures constitutionnelles et juridiques (dont dispose) le Kurdistan face aux pressions injustes et inconstitutionnelles exercées par le ministère du Pétrole" à Bagdad.

"Le tribunal du commerce a invalidé les contrats qui n'étaient pas conformes à la décision de la Cour suprême fédérale", a indiqué à l'AFP un haut responsable du secteur des hydrocarbures dans la capitale irakienne sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, le gouvernement a intenté des actions en justice contre sept entreprises opérant au Kurdistan, mais aussi contre l'actuel ministre des Ressources naturelles de la région autonome et de son prédécesseur.

Dans ce contexte tendu, les géants Schlumberger, Baker Hughes et Halliburton se sont engagés à ne pas s'impliquer dans de nouveaux projets au Kurdistan, a annoncé le ministère du Pétrole à Bagdad.

D'après le ministère, ces entreprises oeuvrent aussi à "liquider et clôturer" les appels d'offres et contrats en cours.

De son côté, tout en réclamant une solution négociée, le Kurdistan a intenté deux actions en justice, dont une visant le ministre du Pétrole.

L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. Les relations entre Bagdad et le Kurdistan sont en dents de scie, l'épineux dossier des hydrocarbures refaisant épisodiquement surface.

En juin, l'Irak a exporté plus de 101 millions de barils, soit plus de 11,5 milliards de dollars de revenus, selon des chiffres préliminaires du gouvernement.

Le Kurdistan irakien produit plus de 400.000 barils par jour.


Hajj 2022: Un million de musulmans entament les premiers rituels

Des pèlerins musulmans prient autour de la Kaaba à la Grande Mosquée lors du pèlerinage annuel du Hajj (Photo, AFP).
Des pèlerins musulmans prient autour de la Kaaba à la Grande Mosquée lors du pèlerinage annuel du Hajj (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Royaume a lancé une opération massive pour protéger la santé et assurer la sureté des pèlerins
  • Un million de musulmans entièrement vaccinés, dont 850 000 de l’étranger, sont autorisés à participer au Hajj de cette année

LA MECQUE: Un million de pèlerins ont entamé le voyage spirituel de leur vie avec le début des premiers rituels du Hajj annuel.

Des centaines de milliers de fidèles ont circulé autour du site le plus sacré de l’Islam, la Kaaba, à la Grande Mosquée de La Mecque. Beaucoup utilisaient des parapluies pour se protéger du soleil, la température atteignant 42 degrés Celsius.

Jeudi, les pèlerins se rendront dans un vaste village de tentes à Mina, à près de 5 kilomètres de la Grande Mosquée, avant le rite principal au mont Arafat, où le prophète Mohammed a prononcé son dernier sermon.

Les autorités saoudiennes ont mis en place une opération massive pour garantir la santé et la sécurité des pèlerins. Le ministère saoudien de la Santé a préparé 23 hôpitaux et 147 centres de santé à La Mecque et à Médine, la seconde ville sainte de l’Islam, pour accueillir les pèlerins.

Quatre hôpitaux et 26 centres de santé sont également prêts à traiter les arrivants à Mina. Plus de 1 000 lits sont disponibles pour les patients nécessitant des soins intensifs et plus de 200 lits spécialement destinés aux patients victimes d’insolation. En outre, 25 000 soignants ont été déployés.

«Tout se passe bien jusqu’à présent. Je me suis beaucoup déplacée et j’ai vu que les règles étaient respectées», a déclaré Faten Abdel Moneim, 65 ans, mère de quatre enfants, originaire d’Égypte.

Naim Mohsen, 42 ans, également originaire d’Égypte, a indiqué qu’«être ici est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée. J’ai hâte de continuer le voyage. Mon seul problème est le température. Il fait tout simplement trop chaud.»