«Masam», le projet saoudien de déminage qui sauve la vie des Yéménites

Le projet saoudien de déminage des explosifs souterrains (Masam) à travers tout le pays va permettre aux personnes déplacées de rentrer chez elles, selon le directeur du projet (Photo, fournie par Masam)..
Le projet saoudien de déminage des explosifs souterrains (Masam) à travers tout le pays va permettre aux personnes déplacées de rentrer chez elles, selon le directeur du projet (Photo, fournie par Masam)..
Short Url
Publié le Vendredi 04 septembre 2020

«Masam», le projet saoudien de déminage qui sauve la vie des Yéménites

  • Les Houthis ciblent les civils en plantant des mines en forme de pierres et en jouets pour enfants dans les villages, les terres agricoles, les écoles, sur les routes et dans les parcs
  • La plupart des mines terrestres récupérées par les équipes de Masam sont fabriquées localement, tandis que d'autres proviennent d'Iran

AL-MUKALLA: Le projet saoudien de déminage (Masam) à travers tout le pays « va permettre aux personnes déplacées de rentrer chez elles », selon le directeur du projet Oussama Al-Gosaibi qui a déclaré que les Houthis, soutenus par l'Iran, avaient planté des dizaines de milliers de mines au Yémen depuis la prise de contrôle de Sanaa à la fin de 2014.

Il a ajouté que les ingénieurs de déminage du projet travaillaient aussi dur que possible pour nettoyer le terrain avant que les civils ne soient touchés. « Il s'agit en fait d'une course contre la montre. », a déclaré Al-Gosaibi à Arab News.

Masam, qui a été créé mi-2018 par le Centre d'aide humanitaire et de secours Roi Salman (KS Relief), vise à débarrasser le Yémen des mines et des engins explosifs. Il forme des ingénieurs de déminage locaux et leur fournit des machines à la pointe de la technologie, en aidant également les victimes des mines anti-personnel.

En juin, KS Relief avait  prolongé d'un an le contrat de Masam pour un coût de 30 millions de dollars.

Al-Gosaibi a affirmé que le projet comptait 32 équipes de déminage. Ils ont traité plus de 180000 mines terrestres, antipersonnel et antichars ainsi que d'autres engins explosifs depuis 2018. Leur action a couvert une superficie de plus de 13 millions de mètres carrés dans les provinces de Marib, Jawf, Shabwa, Taiz, Lahj, Dhale, Hodeidah et Saada.

Par rapport à d'autres pays comme le Liban, où Al-Gosaibi et ses équipes ont également travaillé, une mission de déminage au Yémen est plus dangereuse et ardue. Cela a coûté à Masam la vie de 21 ingénieurs.

« La milice houthie a massivement et sans discrimination installé des mines dans tous les zones », a-t-il déclaré. « Nous récupérons des mines dans des zones purement civiles. Nous les retirons des écoles, des maisons, des fermes, des routes, des terrains de jeux pour enfants et des pâturages. »

Les chiffres recueillis par Masam et le projet de données sur les lieux et les événements des conflits armés, basé aux États-Unis, montrent que les Houthis ont planté environ un million de mines terrestres dans les zones contestées et même dans les zones sous leur contrôle.

« Même si nous tenons à sécuriser et à nettoyer le plus grand nombre de zones minées, les milices posent toujours des mines dans les zones sous leur contrôle. »

Des groupes locaux et internationaux de défense des droits de l'homme affirment que des centaines de civils yéménites ont été tués au cours des cinq dernières années.

Masam a déclaré que les dernières victimes des mines terrestres houthistes étaient deux personnes qui ont été tuées lundi dans la province centrale d'Al-Bayda.

Les médias locaux ont récemment rapporté que des familles entières avaient été tuées à Jawf lorsque des véhicules roulaient sur des mines terrestres posées par des Houthis.

« Les victimes des mines terrestres se comptent par milliers, principalement des enfants et des femmes, et cette effusion de sang ne s'arrêtera que lorsque le Yémen sera entièrement protégé des mines terrestres. Cela reste notre objectif principal », a déclaré Al-Gosaibi.

La plupart des mines terrestres récupérées par les équipes de Masam sont fabriquées localement, tandis que d'autres proviennent d'Iran.

Al-Gosaibi a accusé les Houthis de cibler des civils en plantant des mines terrestres déguisées en pierres et en jouets pour enfants dans les villages, les terres agricoles, les écoles, les routes et les parcs.

Cependant, des milliers de Yéménites qui ont fui les combats dans leurs villages d’origine ont pu rentrer chez eux grâce aux efforts du projet. « En sécurisant ces zones, nous avons aidé des milliers de personnes déplacées à retourner en toute sécurité dans leurs maisons, leurs fermes et leurs écoles », a déclaré Al-Gosaibi.

Les responsables du déminage yéménites ont salué le rôle de Masam en aidant le pays à se débarrasser des mines terrestres et en fournissant aux équipes locales de déminage du savoir et du matériel adéquat.

« Masam est un grand projet survenu au bon moment », a déclaré le major général Ameen Saleh Al-Aqeli, directeur du Yémen Executive Mine Action Center (YEMAC), à Arab News. « Il a réalisé un excellent travail en un temps record. Le nombre de victimes de mines terrestres aurait été beaucoup plus élevé si Masam n'était pas venu au Yémen. Il a sauvé la vie d’un grand nombre Yéménites.

Le YEMAC a reçu le soutien du gouvernement saoudien et d'autres donateurs internationaux qui l'ont aidé à se tenir debout pendant la guerre.

Al-Aqeli a attribué le nombre élevé de victimes civiles à l’amplitude des mines terrestres posées par les Houthis et au manque de sensibilisation de la population, car de nombreux Yéménites déplacés étaient rentrés à la hâte dans les zones libérées avant que les équipes de déminage ne terminent leurs missions.

« En raison de la pauvreté et de la faim, de nombreuses personnes ne tiennent pas compte de nos mises en garde contre le retour dans leurs maisons. Alors ils causent un désastre pour eux-mêmes et pour les autres quand ils reviennent » a conclu Al-Aqeli.

 

 


Le nouveau gouvernement libanais augmente le prix des carburants et signe un accord d'audit

La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
Short Url
  • L'audit est une condition essentielle pour que le Liban obtienne de l'aide étrangère
  • Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat

BEYROUTH: Le nouveau gouvernement libanais a augmenté vendredi le prix des carburants, réduisant ainsi une subvention que le Premier ministre, Najib Mikati, a qualifié d’inabordable alors qu'il élabore des plans pour faire face à un effondrement financier dévastateur.

Le gouvernement a également signé un nouveau contrat avec le cabinet-conseil en restructuration Alvarez & Marsal (A&M) pour effectuer un audit juricomptable de la Banque centrale, une étape souhaitée par les donateurs qui veulent voir Beyrouth adopter des réformes pour débloquer l'aide dont elle a grandement besoin.

Le gouvernement Mikati, qui a pris ses fonctions il y a une semaine, a promis des mesures pour faire face à la crise, notamment des pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) et un début de réformes.

Le porte-parole du FMI, Gerry Rice, a déclaré jeudi qu'il y avait eu des appels de courtoisie avec des membres du nouveau gouvernement et que le Fonds était prêt à s'engager dans la période à venir. Les pourparlers entre le gouvernement précédent et le FMI l'année dernière avaient échoué.

La Banque mondiale affirme que l'effondrement économique du Liban est l'un des pires jamais enregistrés.

La monnaie a perdu plus de 90% de sa valeur depuis 2019, plongeant plus des trois quarts de la population dans la pauvreté. Le système bancaire est paralysé, et une grave pénurie des devises a entraîné des carences dans les importations vitales, notamment de carburants.

Le Liban a réduit le prix des carburants en fournissant des dollars à des taux de change subventionnés bien inférieurs au prix de la livre sur le marché parallèle, dans le but déclaré de protéger les personnes touchées par l'effondrement.

Les critiques affirment que ce système a donné lieu à la contrebande et à la thésaurisation, contribuant à des pénuries qui ont paralysé la vie normale et engendré un marché noir où l'essence a été vendue à des prix prohibitifs.

Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat.

«C'est l'avant-dernière étape de la levée de la subvention», a déclaré Georges Braks, membre du syndicat des propriétaires de stations-service, qui s'attend à ce que cette subvention soit supprimée d'ici la fin du mois de septembre. 

Il a précisé que les nouveaux prix sont basés sur un taux de change d'environ 12 000 livres libanaises pour un dollar, contre un taux de 8 000 livres par dollar fixé par le gouvernement précédent le mois dernier. Le nouveau taux reste néanmoins inférieur au taux du marché parallèle, où les dollars étaient échangés vendredi à 14 600 livres libanaises.

La Banque centrale a déclaré le mois dernier qu'elle n’était plus en mesure de fournir des dollars pour les carburants à des taux fortement subventionnés.

Cette décision signifie que les importateurs s'approvisionneront toujours en dollars auprès de la Banque centrale plutôt que sur le marché et qu'une subvention sera ainsi toujours appliquée, a déclaré Mike Azar, conseiller financier principal basé à Beyrouth.

Alors qu’elle s'échangeait autour de 19 000 pour un dollar, la livre libanaise s’est renforcée ces derniers jours. En effet, l’entrée en fonction de Mikati a mis fin à une année de conflits politiques sur les sièges gouvernementaux qui a mené le pays à la dérive.

Le FMI a recommandé au Liban d'unifier les taux de change multiples, ainsi que d'entreprendre d’autres mesures, notamment l'audit de la Banque centrale.

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, ancien haut responsable de la Banque centrale, a signé le contrat avec A&M, qui, selon le ministère, présenterait un rapport initial douze semaines après le début des travaux par son équipe.

A&M s'est retiré de l'audit en novembre dernier, affirmant n’avoir pas reçu les informations requises. Le ministère des Finances a déclaré en avril que la Banque centrale avait accepté de remettre les documents requis.

Le Parlement a ensuite accepté en décembre de lever le secret bancaire pendant un an, au milieu de nombreuses tractations entre les responsables libanais, notamment le ministère des Finances et la Banque centrale, sur la possibilité de divulguer certaines informations.

Les pourparlers du Liban avec le FMI l'année dernière ont échoué en grande partie en raison d'un différend sur l'ampleur des pertes dans le système financier. Un plan élaboré par le gouvernement précédent indiquait que celles-ci s'élevaient à quelque 90 milliards de dollars, un chiffre approuvé par le FMI mais rejeté par les banques libanaises et la classe politique.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre israélien des AE se rendra au Bahreïn pour la première fois

Il y a un an, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à établir des relations officielles avec Israël et le troisième pays arabe à le faire après l’Égypte et la Jordanie. Bahreïn a signé le même jour, puis c’était au tour du Soudan et du Maroc de conclure les accords d’Abraham négociés par les États-Unis. (Photo, AFP)
Il y a un an, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à établir des relations officielles avec Israël et le troisième pays arabe à le faire après l’Égypte et la Jordanie. Bahreïn a signé le même jour, puis c’était au tour du Soudan et du Maroc de conclure les accords d’Abraham négociés par les États-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
  • Yair Lapid a annoncé cette visite lors d’une téléconférence avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et des responsables de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc
  • «Le club des accords d’Abraham est ouvert aux nouveaux membres», a lancé M. Lapid

JÉRUSALEM: Le ministre israélien des Affaires étrangères a indiqué vendredi qu’il se rendrait au Bahreïn à la fin du mois, ce qui constituerait la première visite d’un ministre israélien dans ce pays du Golfe à la suite d’un accord diplomatique conclu l’année dernière.

Yair Lapid a annoncé cette visite lors d’une téléconférence avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et des responsables de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc, qui ont conclu l’année dernière des accords de normalisation des relations avec Israël sous l’égide des États-Unis.

Les responsables ont salué les accords dits d’Abraham, qui ont conduit à l’ouverture d’ambassades, au lancement de vols directs et à de nombreux accords visant à stimuler les liens économiques. Ils espèrent que les nouvelles relations seront approfondies et que d’autres pays suivront cet exemple.

«Le club des accords d’Abraham est ouvert aux nouveaux membres», a lancé M. Lapid, avant d’annoncer qu’il envisageait de se rendre au Bahreïn vers la fin du mois. Il s’est déjà rendu aux Émirats arabes unis en juin et au Maroc en août.

L’administration Biden, quant à elle, a salué les accords négociés par l’administration de l’ancien président Donald Trump et s’est engagée à se baser sur eux.

Pour les Palestiniens, cependant, ces accords constituent une trahison de leur cause nationale, car ils ont contribué à éroder un consensus arabe de longue date selon lequel la reconnaissance d’Israël devrait dépendre des progrès vers la création d’un État palestinien.

M. Blinken, qui a organisé la vidéoconférence, a déclaré: «Nous devons tous nous appuyer sur ces relations et sur la normalisation croissante pour apporter des améliorations tangibles à la vie des Palestiniens et pour progresser vers l’objectif de longue date consistant à instaurer une paix négociée entre Israéliens et Palestiniens.»

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a qualifié les accords d’«événement historique qui mérite d’être commémoré», mais a affirmé que la réactivation du processus de paix avec les Palestiniens était «fondamentale».

Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif ben Rashid Alzayani, estime qu’il faut s’employer à mettre en évidence les avantages de la coopération.

«Nous devons démontrer ce qu’une paix, une interdépendance et une prospérité régionales authentiques peuvent signifier dans la pratique pour la vie quotidienne de tous les peuples du Moyen-Orient», a-t-il déclaré.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministère saoudien de la Défense organise son premier forum de communication stratégique

Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Short Url
  • L’événement s’inscrit dans le cadre du projet du ministère visant à développer ses moyens de communication internes et externes, afin de répondre aux exigences des pratiques médiatiques modernes
  • «Avec les progrès rapides de la technologie, il est indispensable que toutes les organisations, et pas seulement le ministère de la Défense, pensent à la communication avec le public», a souligné le ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécu

RIYAD: Jeudi, le ministère saoudien de la Défense a organisé son premier forum de communication stratégique  à Riyad. L’objectif était d’impliquer le personnel de communication du ministère du Royaume dans son modèle opérationnel ciblé, afin de réaliser les objectifs de son programme de transformation.

L’événement, qui a été organisé sous le patronage de Khaled al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, s’inscrivait également dans le cadre du projet du ministère visant à développer ses moyens de communication internes et externes, afin de répondre aux exigences pratiques médiatiques modernes.

Le forum a proposé de nombreux ateliers, présentés par l’Institut Prince Ahmed ben Salmane des médias appliqué. Ils ont porté sur la création de contenu créatif, la production de vidéos pour les réseaux sociaux et la gestion d’événements. Parmi les participants figuraient des responsables et des spécialistes de la communication des forces armées saoudiennes, des forces conjointes, et des membres du département des services de santé de l’armée.

Lors du forum, M. Al-Biyari a affirmé que le ministère considérait la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance. «Ajouter une valeur stratégique à la communication élève nos pratiques médiatiques à un niveau plus avancé en termes diffusion des messages clés», a-t-il expliqué. «Avec les progrès rapides de la technologie, il est indispensable que toutes les organisations, et pas seulement le ministère de la Défense, pensent à la communication avec le public.»

Ahmed Ali Assiri, vice-ministre des Affaires stratégiques et intervenant principal lors de l’événement, a déclaré qu’il était impératif que tous les employés reçoivent des informations actualisées, précises et régulières, afin de garantir la qualité et l’efficacité des opérations.

Il a ajouté que la communication stratégique était essentielle pour envoyer des bons messages sur le travail du ministère. Enfin, Abdelrahmane al-Sultan, directeur général de la communication stratégique et des médias du ministère, a présenté son département, sa structure organisationnelle et la stratégie adoptée pour son modèle opérationnel.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com