Covid-19: les cas explosent dans l'Hexagone, l'hôpital craint l'onde de choc

Une femme recevant une dose du vaccin Pfizer contre le coronavirus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021. Photo AFP
Une femme recevant une dose du vaccin Pfizer contre le coronavirus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021. Photo AFP
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Covid-19: les cas explosent dans l'Hexagone, l'hôpital craint l'onde de choc

  • Plus de 20 000 cas quotidiens, dix fois plus qu'il y a un mois: les contaminations au Covid-19 explosent en France à cause du variant Delta. Reste à savoir dans quelles proportions cela se répercutera sur l'hôpital et les réanimations
  • Jugé 60% plus transmissible que le variant Alpha, son prédécesseur, le variant Delta cause actuellement une explosion des cas, à tel point que le gouvernement parle désormais de quatrième vague

PARIS : Plus de 20 000 cas quotidiens, dix fois plus qu'il y a un mois: les contaminations au Covid-19 explosent en France à cause du variant Delta. Reste à savoir dans quelles proportions cela se répercutera sur l'hôpital et les réanimations.

"L'impact sur le système de soins est la vraie question, la seule question", a assuré le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement, Jean-François Delfraissy, jeudi au Sénat lors de l'examen de la loi sur l'extension du pass sanitaire.

Jugé 60% plus transmissible que le variant Alpha, son prédécesseur, le variant Delta cause actuellement une explosion des cas, à tel point que le gouvernement parle désormais de quatrième vague. Sur les sept derniers jours, on a enregistré en moyenne près de 12 000 nouveaux cas quotidiens (dont 21 000 mercredi), contre moins de 2 000 fin juin. "Nous avons une augmentation de la circulation du virus de l'ordre de 150% sur une semaine: nous n'avons jamais connu cela" depuis le début de la pandémie, s'est alarmé mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Pour l'instant, les chiffres d'hospitalisation pour Covid sont toujours en baisse (moins de 7 000, dont moins de 900 en services de réanimation). C'est logique, puisqu'il y a un délai entre la détection d'un cas et l'éventuelle hospitalisation du patient. Mais cela pourrait changer bientôt, craignent les autorités.

«Courbe de montée»

"La baisse s'est ralentie, et dans cinq régions --notamment celles du sud--, on voit qu'il commence à y avoir une augmentation du nombre de patients en réa", a souligné M. Véran jeudi devant les sénateurs. "On a fini la courbe de descente et on est dans la courbe de montée (...) Est-ce que ça ira loin et fort, je ne sais pas vous répondre", a-t-il poursuivi.

Sur les sept derniers jours, 1 550 malades du Covid ont été hospitalisés, dont près de 300 dans les services de réa (contre respectivement 750 et 150 deux semaines auparavant). Or, c'est pour éviter que l'hôpital et les réas soient débordés que des mesures de restriction avaient été imposées lors des autres vagues, à commencer par le confinement historique de mars 2020.

Un facteur a changé la donne: la vaccination. Elle réduit le risque d'infection, même avec le variant Delta, et, plus encore, celui de faire une forme grave de la maladie. Les vaccins garantissent donc qu'un certain nombre de contaminations ne se transformeront pas en hospitalisations. Mais Delta est si contagieux que cela pourrait ne pas suffire, soulignent les scientifiques.

"Imaginons qu'il y ait cinq fois moins d'hospitalisations (parmi les contaminés par rapport aux variants précédents, ndlr): rien n'exclut qu'avec ce variant très contagieux, nous ayons cinq fois plus de contaminations qu'avec les virus précédents. Auquel cas, nous pourrions avoir une vague équivalente", a redouté Olivier Véran.

Les autorités craignent une répétition du scénario de l'été 2020: des contaminations qui commencent par les jeunes (ce qui est en train de se produire) puis se propagent aux plus âgés et fragiles, avec à la clé une hausse des hospitalisations, en particulier chez les non-vaccinés.

Craintes pour fin août

La France surveille donc ce qui se passe dans les pays où Delta a quelques semaines d'avance. "En Angleterre, on voit une augmentation du nombre d'hospitalisations, qui ne sont pas pour l'instant des hospitalisations en réanimation parce que les vaccins protègent contre la survenue de formes graves", a indiqué le Pr Delfraissy. 

Selon lui, le Royaume-Uni devrait atteindre "1.500 hospitalisations par jour à partir du milieu de la semaine prochaine". Toutefois, les Britanniques (et en particulier les plus âgés) sont plus vaccinés que les Français: plus des deux tiers de la population adulte le sont complètement au Royaume-Uni, contre moins de la moitié en France.

D'où le tour de vis annoncé le 12 juillet par Emmanuel Macron, avec l'extension du pass sanitaire. Par ailleurs, "en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, pour l'instant, la charge de soins n'augmente pas beaucoup, même si elle augmente", selon M. Véran.

En tenant compte de tous ces paramètres, le Pr Delfraissy appréhende "une situation complexe, très complexe" dans les hôpitaux français pour la deuxième quinzaine du mois d'août. Un timing estival qui serait doublement problématique, a prévenu le ministre: "C'est le mois le plus difficile pour organiser les hôpitaux, ce qui rajoute de la complexité à la complexité".


France: Macron veut ouvrir le «chantier de la réparation» des Harkis

Pour le président Macron, il faut aujourd'hui aller «au-delà de ce que la République a déjà fait» et faire un «nouveau pas» en «direction des porteurs de la mémoire harki». (Photo, AFP)
Pour le président Macron, il faut aujourd'hui aller «au-delà de ce que la République a déjà fait» et faire un «nouveau pas» en «direction des porteurs de la mémoire harki». (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'histoire des Harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français; c'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre»
  • Macron accueillera lundi lors d'une «réception» à l'Elysée les «porteurs de cette mémoire si particulière» et s'«adressera aux Harkis»

PARIS: Le président français Emmanuel Macron souhaite lundi "franchir un nouveau pas" dans la "reconnaissance du manquement qui a été fait aux Harkis" par l'Etat français et ouvrir le "chantier de la réparation", a-t-on appris vendredi auprès de la présidence française. 

"Le président considère que le travail accompli depuis 60 ans est important mais qu'il faut franchir un nouveau pas dans la reconnaissance au manquement qui a été fait aux Harkis mais aussi au manquement de la République française à ses propres valeurs", a précisé cette source. 

"L'histoire des Harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français; c'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre", a martelé cette source.

A quelques jours du 25 septembre - journée d'hommage national aux Harkis instaurée en 2001 - M. Macron accueillera lundi lors d'une "réception" à l'Elysée les "porteurs de cette mémoire si particulière" et s'"adressera aux Harkis". 

Quelque 300 personnes, issues notamment d'associations de Harkis, de la "mémoire", "d'anciens combattants", ont été conviées. 

Le président doit à cette occasion prononcer un discours et décorer un représentant harki blessé au combat, un officier français qui a organisé le rapatriement "de plusieurs centaines de Harkis en désobéissant aux ordres" et une fille de Harki "militante de l'égalité des chances et de la diversité".  

"Les Harkis" sont ces anciens combattants - jusqu'à 200 000 hommes - recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962) qui opposa des nationalistes algériens à la France. 

À l'issue de cette guerre, les Harkis sont abandonnés par la France et nombre d'entre eux sont victimes de massacres de représailles en Algérie. 

Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux, accompagnés parfois de femmes et d'enfants, sont transférés en France par l'armée et transiteront entre 1962 et 1965 pour la majorité dans des "camps de transit et de reclassement", aux conditions de vie indignes et durablement traumatisantes.

"Depuis cette période, la République (française) a fait des pas: il y a eu diverses procédures d'indemnisation installées au fil du temps" et le 25 septembre 2016, le président François Hollande a reconnu la "responsabilité" de la République "dans l'abandon des Harkis", rappelle cette source.

Mais pour le président Macron, il faut aujourd'hui aller "au-delà de ce que la République a déjà fait" et faire un "nouveau pas" en "direction des porteurs de la mémoire harki". 


40 ans du TGV en France: Macron célèbre le retour des grand projets

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à côté d'une réplique grandeur nature du prochain TGV à la gare de Lyon, le 17 septembre 2021 à Paris. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à côté d'une réplique grandeur nature du prochain TGV à la gare de Lyon, le 17 septembre 2021 à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le TGV a transporté 3 milliards de passagers depuis son lancement en 1981
  • « Nous allons la poursuivre en grand », a-t-il promis dans un discours prononcé devant la maquette de la motrice du futur TGV M, le « TGV du futur » que la SNCF doit mettre en service en 2024

PARIS : Le président Emmanuel Macron a annoncé vendredi le retour en France des grands projets pour les chemins de fer à l'occasion des 40 ans du Train à Grande Vitesse (TGV), "une grande aventure" qui doit se poursuivre avec de nouveaux investissements "massifs".

Le TGV qui a transporté 3 milliards de passagers depuis son lancement en 1981, "c'est l'histoire d'une passion française et d'un génie français", a lancé le président, lors de la fête d'anniversaire organisée gare de Lyon, à Paris.

"Nous allons la poursuivre en grand", a-t-il promis dans un discours prononcé devant la maquette de la motrice du futur TGV M, le "TGV du futur" que la SNCF doit mettre en service en 2024.

"Pendant tant d'années, on avait bâti de nouveaux projets, mais on n'entretenait plus le réseau", a rappelé M. Macron, qui avait annoncé une "pause" sur les nouveaux projets à son arrivée à l'Elysée en 2017.

La construction de 2 700 km de lignes à grande vitesse françaises avait en effet plombé les comptes de la Société nationale des chemins de fer (SNCF). 

Après la réforme ferroviaire de 2018 et le lancement d'un programme de rénovation des voies ferrées, on peut "commencer à réenvisager l'avenir", a relevé M. Macron. "Ce que nous voulons faire ensemble, c'est accélérer". "La décennie 2020 sera la nouvelle décennie du TGV".

Le chef de l'Etat a revendiqué "des choix d'investissements massifs" dans les infrastructures, avec le renouveau des petites lignes, une meilleure connexion des ports et la construction de liaisons nouvelles.

L'Etat s'est engagé à investir 6,5 milliards d'euros dans les liaisons Bordeaux-Toulouse (sud-ouest), Montpellier-Perpignan et Marseille-Nice (sud). Ces sommes correspondent à 40% de la facture envisagée, les collectivités locales et l'Europe devant apporter le reste.

Emmanuel Macron a aussi cité les lignes Paris-Normandie (ouest), Roissy-Picardie (nord) et Lyon-Turin (centre-est), qu'il reste à engager.

Le nouveau TGV --sa 8ème génération-- ne sera pas plus rapide que les dernières rames circulant sur le réseau français - 320 km/h - , mais la SNCF le veut plus confortable, plus modulable et plus écologique.

Lancé par le président Georges Pompidou et construit sous son successeur Valéry Giscard d'Estaing, le TGV a été inauguré le 22 septembre 1981 par François Mitterrand. Il était orange, ne roulait qu'à 260 km/h, et mettait 2 heures 40 entre Paris et Lyon (centre-est), contre 3 heures 40 pour les trains les plus rapides auparavant -- un trajet réduit à 2 heures dès 1983.


Pierre René, amoureux des glaciers pyrénéens et son monde perdu

La montagne, c'est un peu sa maison. Pierre René a passé son enfance à Fenouillet, un village des Pyrénées orientales au pied du massif. (AFP).
La montagne, c'est un peu sa maison. Pierre René a passé son enfance à Fenouillet, un village des Pyrénées orientales au pied du massif. (AFP).
Short Url
  • Ses études achevées, il revient s'établir dans les environs de Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne), non loin du glacier d'Ossoue, une langue de glace qui enlace le Vignemale, point culminant des Pyrénées françaises à près de 3.300 m
  • En 2001, convaincu que son travail est déterminant mais suscite peu d'intérêt auprès des institutions, il crée l'association Moraine "pour étudier les glaciers des Pyrénées françaises et coopérer avec les glaciologues espagnols"

CATHERVIELLE: Regard perçant et démarche féline, le glaciologue Pierre René parcourt inlassablement le massif pyrénéen au chevet des glaciers qu'il scrute et mesure, témoin de leur déclin accéléré sous les coups de butoir du changement climatique.


"Ils me sont apparus comme des êtres vivants grandioses". Le quadragénaire, accompagnateur en montagne au quotidien, se souvient comment il est littéralement tombé amoureux de ces mastodontes. C'était "lors d'une sortie sur le terrain dans le massif de la Vanoise" alors qu'il était étudiant en géologie à Chambéry dans les années 2000.


La montagne, c'est un peu sa maison. Pierre René a passé son enfance à Fenouillet, un village des Pyrénées orientales au pied du massif. Pyrénéiste dans l'âme, il fait "naturellement" son mémoire de fin d'étude sur ces glaciers parmi "les plus méridionaux d'Europe".

 

pyrennees
"Depuis 20 ans que je fais des relevés (sur ce glacier, ndlr) on a perdu 30 mètres d'épaisseur" dit Pierre René. (AFP). 


"Je me suis rendu compte que les données étaient anciennes. Elles avaient été recueillies par des glaciologues des Alpes dans les années 1975/85 et depuis ce travail était à l'abandon", explique-t-il.


"Je lisais qu'il restait 40 km2 de glacier dans le massif, alors qu'il ne subsistait plus que 5 km2 (2,3 km2 actuellement, Ndlr)", complète le montagnard depuis son salon dont les larges fenêtres offrent une vue plongeante sur la majestueuse vallée d'Oô.


Ses études achevées, il revient s'établir dans les environs de Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne), non loin du glacier d'Ossoue, une langue de glace qui enlace le Vignemale, point culminant des Pyrénées françaises à près de 3.300 m.


"Depuis 20 ans que je fais des relevés (sur ce glacier, ndlr) on a perdu 30 mètres d'épaisseur", dit-il. 


C'est aujourd'hui le seul "grand glacier" des Pyrénées côté français, les trois autres se trouvent en Espagne. 


En 2001, convaincu que son travail est déterminant mais suscite peu d'intérêt auprès des institutions, il crée l'association Moraine "pour étudier les glaciers des Pyrénées françaises et coopérer avec les glaciologues espagnols", qui eux se montraient alors plus soucieux de ce patrimoine naturel.

Témoin climatique 

"Le glacier c'est un peu l'ours blanc ou la banquise, on en a besoin pour voir ce qui se passe, pour prendre conscience du changement climatique", souligne le climatologue Jean-Michel Soubeyroux, de Météo-France, compagnon de Pierre René lors de ces campagnes sur la vingtaine de glaciers, majoritairement de petites tailles, disséminés entre l'Espagne et la France.


La disparition des glaciers pyrénéens va entrainer "le bouleversements des écosystèmes biologiques mais aussi humains", ajoute le scientifique. Leur étude est fondamentale et permettra d'anticiper ce qui va se passer "pour les glaciers des Alpes dans la seconde moitié du XXIe siècle", dit-il.

Pierre Rene
"Le glacier d'Ossoue, mes petits-enfants ne le verront jamais et avec mes enfants il faut que je fasse vite", regrette ce montagnard. (AFP).


En ce début du mois de septembre, Pierre René prépare avec une petite équipe de passionnés l'une de ses expéditions saisonnières sur le glacier d'Ossoue.


"Avec une foreuse, on installe des pieux de bois de 10/12 mètres. Ces balises nous permettront de mesurer la diminution de l'épaisseur durant l'été", indique le glaciologue.


Pas moins d'une quinzaine d'adhérents de l’association Moraine participe à cette sortie pour transporter le matériel de forage et les balises.


"Pierre, c'est un véritable passionné de montagne et un scientifique rigoureux, qui a un don pour mobiliser des partenaires, le Parc naturel national, les départements, les régions", dit l'un d'eux, Laurent Lespine, ingénieur forestier à l'ONF dans le civil. 


"Le glacier d'Ossoue, mes petits-enfants ne le verront jamais et avec mes enfants il faut que je fasse vite", regrette ce montagnard.


Si à l'horizon 2050 la vingtaine de glaciers pyrénéens aura disparu, Pierre René ose une prédiction entre ironie et optimisme : "Ils reviendront... mais dans quelques milliers d'années".