Sur les côtes anglaises, les cabines de plage s'arrachent pendant la pandémie

Short Url
Publié le Samedi 24 juillet 2021

Sur les côtes anglaises, les cabines de plage s'arrachent pendant la pandémie

  • Depuis plus d'un siècle les cabines de plage s'alignent sur des kilomètres à Walton-On-The Naze, s'élevant parfois sur trois rangées en escaliers
  • Une cabine moyenne à Frinton-on-Sea, ville considérée comme plus haut de gamme que Walton-on-the-Naze, se vend désormais entre 50.000 et 60.000 livres (57.800-70.000 euros)

WALTON-ON-THE-NAZE, Royaume-Uni : Avec leurs couleurs vives, les cabines de plages égayent les cartes postales du littoral britannique depuis bien longtemps. Mais depuis la pandémie, la demande pour ces petits abris explose alors que les Anglais multiplient les séjours locaux à la mer.

Dans sa mini-maison jaune et blanche, Melanie Whitehead contemple la mer du Nord, une tasse de thé bien chaud à la main. Cette ex-urbaniste n'utilise pas sa cabane dans son but historique -se mettre en maillot de bain à l'abri des regards- mais plutôt pour profiter du cadre tout en étant confortablement installée.

"Je déteste vraiment nager et aller dans l'eau", explique la retraitée, qui raconte avoir apprécié pouvoir s'évader dans sa cabine pendant la pandémie, quand son mari et sa fille étaient constamment à la maison.

Son abri, elle l'a acheté en 2008 pour environ 6.000 livres (6.900 euros au taux actuel) à Walton-on-the-Naze, station balnéaire au public populaire de l'est de l'Angleterre où depuis plus d'un siècle les cabines de plage s'alignent sur des kilomètres, s'élevant parfois sur trois rangées en escaliers.

Une affaire en or, par rapport aux prix qui se pratiquent désormais. Dans la région, certaines de ces maisonnettes se sont récemment arrachées à plus de 80.000 livres (92.500 euros), explique à l'AFP Barry Hayes, de l'agence immobilière Boyden. Soit environ un tiers du prix moyen pour une maison au Royaume-Uni (255.000 livres).

C'est loin d'être un record: une cabine de plage dans le Dorset, sur la Manche, s'est vendue ce mois-ci 330.000 livres (380.000 euros).

Instagrammables

Malgré ces prix astronomiques, les cabines sont souvent rudimentaires: la plupart n'ont ni eau ni électricité, et il est interdit d'y passer la nuit.

Celle de Melanie est un peu plus équipée: une bouteille de gaz alimente une plaque de cuisson et un four, qu'elle utilise pour faire des scones, ces petits gâteaux britanniques accompagnant souvent le thé. "C'est parfait", explique-t-elle lovée dans son canapé avec un édredon en patchwork et des couvertures colorées qu'elle a elle-même crochetées.

Parmi les nombreuses cabanes louées à la journée, certaines offrent des installations bien plus confortables, voire des prestations faisant fureur auprès d'un nouveau public sur les réseaux sociaux, comme des bars à cocktails ou des baby-foot.

La plupart des locataires journaliers sont des jeunes femmes de 20 à 30 ans accompagnées de leur famille, explique Sarah Stimson, qui dirige une entreprise de location appelée Walton-on-the-Naze Beach Huts, et 70% des réservations se font via Instagram.

Elle s'est lancée dans ce business il y a trois ans avec son mari. La pandémie lui a permis de réaliser sa meilleure année, affirme-t-elle. Elle affiche complet jusqu'en septembre pour les sept cabanes dont ils sont désormais propriétaires et les trois autres qu'ils gèrent.

"Je pense que le Covid a incité les gens à rechercher certaines choses à faire au Royaume-Uni", qui a imposé de strictes restrictions aux frontières, explique Mme Stimson, "Cela nous a rendus un peu plus visibles".

Prix doublés

A deux pas des énormes vagues qui s'écrasent sur l'esplanade de Walton-on-the-Naze, les habitants lisent le journal, font une sieste ou discutent, A côté de cabines nommées "Paradise Found" et "Serenity", un groupe de femmes célèbre au prosecco 60 ans d'amitié.

Sarah Stimson profite elle de sa cabine personnelle, une petite baraque d'un vert vif, nommée Queenie d'après son arrière-grand-mère: "C'est un peu comme une maison de poupée pour adultes".

Malgré des affaires florissantes, la famille Stimson n'a pas l'intention d'acheter d'autres maisonnettes de plage pour le moment, car les prix ont doublé cette année.

Une cabine moyenne à Frinton-on-Sea, ville considérée comme plus haut de gamme que Walton-on-the-Naze, se vend désormais entre 50.000 et 60.000 livres (57.800-70.000 euros) "L'année dernière, nous les vendions pour environ 30.000 livres", affirme Barry Hayes, pour qui le Covid-19 a "changé la donne".

Comme les changements incessants de règles sur les voyages à l'étranger rendent difficile la planification des vacances, "cette incertitude maintiendra l'intérêt à un haut niveau pour le moment", prédit l'agent immobilier.

Quelle que soit l'évolution du marché, Melanie Whitehead n'a pas l'intention de bouger, elle qui affirme pouvoir "s'installer confortablement ici, regarder la vue et oublier le monde".


Le festival de musique ULTRA d’Abu Dhabi lance sa première édition

(fournie)
(fournie)
Short Url
  • ULTRA Worldwide est une référence lorsqu’il s’agit d’offrir l’expérience de festival ultime, alliant des talents de premier plan, une technologie de pointe et des productions à grande échelle
  • Etihad Park est devenu l’une des destinations de loisirs et de divertissement à la croissance la plus rapide au monde

LONDRES : Le festival international de musique, ULTRA Worldwide, a annoncé les premiers headliners qui joueront lors de l’inauguration les 4 et 5 mars à Etihad Park.

«Afrojack, artiste multi-primé et ayant de nombreux disques de platine est familier avec le headlining des principales scènes ULTRA à travers le monde. Il sera au rendez-vous afin de livrer un set à indice d’octane élevé» ont déclaré les organisateurs.

«Responsable de certains des plus grands titres au monde, Calvin Harris, nominé aux Grammy Awards, fera revivre le beat à l’île de Yas pour l’un de ses plus gros sets (et) le patron de Dharma Worldwide, KSHMR, entrainera la foule dans une frénésie avec son croisement de cultures sonics.»

Le co-fondateur du label Gud Vibrations, NGHTMRE, apparaitra sur la scène principale avec son mélange signature de musique électronique. Quand au producteur Skrillex qui a remporté 8 Grammy Awards – plus que tout autre artiste de musique électronique – il apportera son ambiance sonore au festival.

ULTRA Abu Dhabi accueillera également le concept techno et house underground RESISTANCE, présentant le fondateur de Drumcode et le titan de musique électronique suédoise Adam Beyer.

«La productrice et directrice du label EXHALE, Amélie Lens, reviendra au Moyen-Orient pour livrer un mélange fascinant de musique électronique, tandis que les légendes britanniques Sasha_John Digweed apporteront des décennies d’expertise sur les pistes de danse» ont-ils ajouté.

Situé sur l’île de Yas, Etihad Park est le plus grand site en plein air de la région. Il est également devenu l’une des destinations de loisirs et de divertissement à la croissance la plus rapide au monde.

«ULTRA Worldwide est une référence lorsqu’il s’agit d’offrir l’expérience de festival ultime, alliant des talents de premier plan, une technologie de pointe et des productions à grande échelle» indique le communiqué, ajoutant «Il n’est pas surprenant que le début de ce festival au Moyen-Orient soit l’un des évènements les plus attendus au Émirats arabes unis cette année, ULTRA étant une marque de festival de musique la plus international, proposant des évènements sur les six continents.»

Le festival de trois jours offrira une carte d’accès générale premium permettant le passage à travers des portes d’entrée dédiées, aux toilettes, vers des stands de nourriture et de boisson, ainsi qu’un salon privé. Il proposera également des cartes VVIP.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


3,7 millions de dollars pour un maillot de LeBron James aux enchères à New York

LeBron James # 6 des Los Angeles Lakers à Crypto.com Arena le 25 janvier 2023 à Los Angeles, Californie. (AFP)
LeBron James # 6 des Los Angeles Lakers à Crypto.com Arena le 25 janvier 2023 à Los Angeles, Californie. (AFP)
Short Url
  • Le prix n'en fait pas le maillot de sport le plus cher de l'histoire aux enchères
  • La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar

NEW YORK: Un maillot de LeBron James porté lors d'une finale de NBA où il enchaîna les prouesses avec les Miami Heat en 2013, a été vendu pour 3,7 millions de dollars aux enchères vendredi chez Sotheby's à New York, un record pour un maillot du joueur.

Le prix n'en fait pas le maillot de sport le plus cher de l'histoire aux enchères, des records battus en 2022 par celui, de couleur bleue, que portait le capitaine de l'Argentine Diego Maradona lors de la Coupe du monde de football en 1986 (9,3 millions de dollars) puis par un maillot du N. 23 des Chicago Bulls, Michael Jordan, qui l'avait revêtu lors de son dernier titre victorieux en NBA en 1998 (10,1 millions de dollars).

Avec 37 points et 12 rebonds, LeBron James avait été décisif au soir du 20 juin 2013, lors du septième et dernier match de finale de NBA, permettant aux Miami Heat de s'imposer sur les San Antonio Spurs, pour un deuxième titre d'affilée.

La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar (38.387 points). L'acheteur est "un collectionneur privé", a indiqué Sotheby's, sans autre détail.

Le marché des objets de collection de sport a le vent en poupe depuis quelques années. Cette nouvelle vente montre que la demande "n'a jamais été aussi forte", s'est félicité Brahm Wachter, qui dirige le département streetwear et objets de collections modernes chez Sotheby's.

Lors de la même séance vendredi à New York, une robe de bal aubergine qui fut portée par la princesse Diana, et créée par le designer Victor Edelstein, a été vendue 604.800 dollars, "après des tours d'enchères féroces", a indiqué Sotheby's sur twitter.

Estimée entre 80.000 et 120.000 dollars par Sotheby's, la robe était "notamment connue pour avoir fait partie d'une vente aux enchères de 80 robes" de la collection personnelle de la princesse pour des oeuvres caritatives en 1997, a expliqué la société.

Achetée à l'époque pour 24.150 dollars, "elle était restée dans les mêmes mains privées depuis", précise Sotheby's, sans donner d'information sur le nouvel acquéreur.

Le 18 janvier, la vedette américaine de la téléréalité et des réseaux sociaux Kim Kardashian avait acheté le crucifix d'Attalah, célèbre pendentif porté par la princesse Diana, lors d'enchères à Londres.


Haine en ligne: le chef de l'ONU fustige «la complicité» des réseaux sociaux

Des visiteurs marchent entre les stèles du Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, également connu sous le nom de Mémorial de l'Holocauste, à Berlin, en Allemagne, le 27 janvier 2023, lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. (Photo : Stefanie Loos / AFP)
Des visiteurs marchent entre les stèles du Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, également connu sous le nom de Mémorial de l'Holocauste, à Berlin, en Allemagne, le 27 janvier 2023, lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. (Photo : Stefanie Loos / AFP)
Short Url
  • «Par le recours à des algorithmes qui attisent la haine pour garder les utilisateurs rivés à leurs écrans, les plateformes de réseaux sociaux se rendent complices. Idem pour les annonceurs qui subventionnent ce modèle », a dénoncé le secrétaire général de
  • Antonio Guterres s’exprimait lors d'une cérémonie à l'Assemblée générale de l'ONU, à l'occasion de la journée de commémoration de l'Holocauste

NATIONS UNIES, Etats-Unis :  Le secrétaire général de l'ONU a fustigé vendredi, à l'occasion de la journée de commémoration de l'Holocauste, les «décharges toxiques» de haine en ligne, accusant les réseaux sociaux de «complicité».

«Aujourd'hui, ce n'est pas seulement l'extrémisme violent que nous affrontons; c'est aussi, de plus en plus, le terrorisme. La menace est mondiale et elle s'accroît. L'un des principaux accélérateurs de cette croissance: le monde numérique», a déclaré Antonio Guterres lors d'une cérémonie à l'Assemblée générale de l'ONU.

«De nombreux pans d'internet deviennent des décharges toxiques où se déversent la haine et les mensonges pernicieux. Ce sont des catalyseurs qui, ayant le profit pour moteur, banalisent l'extrémisme», a-t-il poursuivi.

«Par le recours à des algorithmes qui attisent la haine pour garder les utilisateurs rivés à leurs écrans, les plateformes de réseaux sociaux se rendent complices. Idem pour les annonceurs qui subventionnent ce modèle économique», a dénoncé le secrétaire général.

Alors «aujourd'hui, je lance un appel urgent à toutes celles et ceux qui exercent une influence sur l'écosystème de l'information –- les autorités de contrôle, les décideurs, les entreprises technologiques, les médias, la société civile et les pouvoirs publics. Faites cesser la haine. Installez des garde-fous. Et faites-les respecter», a-t-il déclaré.

«Nous ne pouvons pas ouvrir de nouveaux exutoires aux vieilles haines et laisser l'impunité régner sur les plateformes numériques. Ensemble, nous devons opposer les faits aux mensonges, l'éducation à l'ignorance, la mobilisation à l'indifférence.»

Décrivant la montée du national-socialisme dans les années 1930, il s'est alarmé qu'«aujourd'hui, des échos de ce chant des sirènes de la haine reviennent résonner à nos oreilles», dans un contexte de crise économique exacerbant les «mécontentements», de «désinformation galopante» et de «propagation de théories du complot paranoïaques».

Il a notamment dénoncé les «tentatives de réécrire l'Histoire, de nier l'Holocauste et de réhabiliter ceux qui y ont collaboré».

«D'une enquête à l'autre, le même constat s'impose: l'antisémitisme atteint des sommets. Et ce qui est vrai pour l'antisémitisme l'est aussi pour les autres formes de haine. Le racisme. Le sectarisme antimusulman. La xénophobie. L'homophobie. La misogynie.»