À cause de l'inflation galopante, le Big Mac au Liban est le moins cher du monde

Pour les personnes payées en livres libanaises, le Big Mac est un luxe qu'elles ne peuvent plus se permettre. (Reuters).
Pour les personnes payées en livres libanaises, le Big Mac est un luxe qu'elles ne peuvent plus se permettre. (Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 27 juillet 2021

À cause de l'inflation galopante, le Big Mac au Liban est le moins cher du monde

  • La monnaie libanaise a perdu plus de 70% de sa valeur par rapport au dollar américain, selon l'Economist Intelligence Unit
  • Le fossé se creuse entre les personnes payées en livres libanaises et celles qui sont payées en dollars

RIYAD: Si vous cherchez le Big Mac le moins cher du monde, vous le trouverez au Liban. En effet, la monnaie libanaise a perdu plus de 70% de sa valeur par rapport au dollar, selon l'Economist Intelligence Unit.

Un Big Mac à 29 904 livres libanaises (LBP) n'est pas particulièrement bon marché pour les personnes qui sont payées en monnaie locale. En revanche, si on calcule son prix en fonction du taux de change de 17 800 LBP pour 1 dollar, il ne coûtera pas plus d’1,68 dollar (1 dollar = 0,85 euro) aux touristes et aux gens qui ont la chance d'être payés en dollars.

Selon Bassel al-Khatib, un analyste économique libanais, la dépréciation de la livre libanaise exacerbe et accélère l'inflation qui se manifeste quotidiennement sur le prix des produits de base tels que le riz, le sucre et la farine.

La plupart des Libanais sont payés en monnaie locale et le salaire minimum correspond à 675 000 LBP par mois. Cette somme correspondait autrefois à près de 450 dollars au taux de change officiel et elle équivaut aujourd'hui à 30 dollars sur le marché noir, selon l'Observatoire de la crise de l'université américaine de Beyrouth (AUB).

Selon l'Observatoire, le prix des denrées alimentaires a grimpé de 700% au cours des deux dernières années, dont 50% pour les seules dernières semaines.

Jour après jour, la plupart des Libanais font face à une pauvreté toujours plus accrue. Certains sont contraints de vendre leur bijoux, leurs voitures et même leurs meubles pour survivre; d'autres comptent sur les dollars que leur envoient leurs proches qui vivent à l'étranger ou attendent l'aide des organisations humanitaires, explique M Al-Khatib à Arab News.

Cette situation transparaît dans les médias sociaux, submergés de demandes de dons de lait destinés aux nouveau-nés et de médicaments épuisés sur les marchés ou vendus à des prix exorbitants. On constate également de très nombreuses demandes de nourriture pour les personnes nécessiteuses.

Dans le même temps, d'autres publient les notes onéreuses qu'ils paient aux restaurants. C’est le cas d'un Libanais qui a dépensé 5 millions de LBP pour un repas et a posté la facture sur Facebook.

«250 dollars, cela représente des cacahuètes pour ceux qui viennent de l'étranger», écrit sous la publication en question Rania, une utilisatrice de Facebook. «C'est abordable pour quelqu'un qui possède des dollars et ce dîner n’est pas du tout onéreux par rapport à ce qu'on paye à l'étranger», ajoute-t-elle.

Selon M. Al-Khatib, les personnes payées en dollars mènent une vie décente en ne dépensant que 300 dollars de leur salaire, alors que, auparavant, ils en avaient besoin de 3 000 pour mener la même vie.

«La politique hétéroclite qui consiste à subventionner certains produits n'est guère utile dans la mesure où tous les produits subventionnés sont passés en contrebande en dehors du pays», signale M. Al-Khatib.

La piètre gestion du pays, dépourvue de stratégie ou de vision économique qui permettrait de sauver le Liban de cette crise qui empire, nous a conduits à l’impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. L'avenir ne pourra être prometteur tant que des solutions radicales ne sont pas mises en place dans le pays, conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite condamne la visite du président israélien en Cisjordanie

La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
Short Url
  • L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien
  • Le président israélien a visité la mosquée Ibrahimi pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants

RIYAD: L’Arabie saoudite dénonce la visite du président israélien à la mosquée Ibrahimi en Cisjordanie, et qualifie cet acte de violation flagrante de l’intégrité du lieu saint.

L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien et de ses responsables envers les sanctuaires islamiques, selon un communiqué publié par le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le président israélien, Isaac Herzog, a visité le site dimanche pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants.

Le président affirme qu’il a visité le tombeau des patriarches, connu par les musulmans sous le nom de «mosquée Ibrahimi», à Hébron, pour célébrer le passé juif de la ville antique et promouvoir les relations interconfessionnelles. Cependant, sa visite de la ville, qui comprend une petite communauté de colons juifs ultranationalistes et où les conditions de vie sont difficiles pour les Palestiniens, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche.

(Avec Reuters)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les responsables d'attaques chimiques doivent rendre des comptes, déclare le chef de l'ONU

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Au début de la conférence consacrée à un Moyen-Orient dénucléarisé, le Secrétaire général Antonio Guterres a également appelé toutes les parties à œuvrer pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien
  • L'expansion des zones dénucléarisées existantes dans le monde conduirait à des normes de désarmement et de non-prolifération plus solides, a-t-il ajouté

NEW YORK : Les auteurs d'attaques à l'arme chimique doivent être identifiés et tenus responsables de leurs actes, a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Ses commentaires interviennent lors de l'ouverture de la deuxième session de la Conférence sur la création au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive.

Actuellement, 60% des États membres des Nations unies sont couverts par cinq zones exemptes d'armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le Pacifique Sud, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Asie centrale. M. Guterres a déclaré que l'élargissement de ces zones conduirait à des normes plus solides en matière de désarmement et de non-prolifération.

« Cela est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où les préoccupations concernant les programmes nucléaires persistent et où les conflits et les guerres civiles font de nombreuses victimes civiles et causent de grandes souffrances, sapant la stabilité et perturbant le développement social et économique », a déclaré le chef des Nations unies, appelant une nouvelle fois tous les acteurs de la région à faire preuve de retenue et à éviter l'escalade des conflits.

La deuxième session de la conférence annuelle, qui a été retardée d'un an en raison de la pandémie de COVID-19, a été présidée par Mansour al-Otaibi, le représentant permanent du Koweït à l’ONU, qui a été choisi pour hériter de la présidence de la Jordanie après la première session de 2019.

Conformément à une décision de l'Assemblée générale, l'objectif de la conférence est « d'élaborer un traité juridiquement contraignant » pour établir une zone au Moyen-Orient exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive, sur la base « d'arrangements librement conclus par les États de la région ».

António Guterres a félicité le Koweït pour avoir « engagé activement les participants pendant la période intersessionnelle afin de tirer les leçons des autres zones exemptes d'armes nucléaires et de continuer à faire avancer le processus ».

Il a déclaré que la conférence représentait une chance de produire des résultats tangibles pour le Moyen-Orient et de rétablir le dialogue sur la mise en œuvre « complète et efficace » du Plan d'action global conjoint, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien.

Il a exhorté « toutes les parties » à œuvrer pour sauver l'accord, signé en 2015 par les puissances mondiales et l'Iran, en vertu duquel Téhéran s'est engagé à mettre fin à ses efforts pour développer une arme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales.

L'ancien président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018. Un sixième cycle de négociations visant à relancer le Plan d'action global conjoint a débuté lundi à Vienne.

« Votre forte volonté politique, ainsi que le soutien de la communauté internationale, peuvent transformer la vision d'un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive en une réalité », a déclaré Antonio Guterres aux participants.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arabnews.com


La coalition arabe cible des experts iraniens des Gardiens de la révolution à Sanaa

Short Url
  • La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés
  • La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran

RIYAD : La coalition arabe a frappé des experts iraniens appartenant aux Gardiens de la révolution dans la capitale du Yémen, a rapporté l'agence de presse saoudienne (SPA).

La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés.

L'opération est conforme au droit humanitaire international et à ses règles coutumières, a-t-elle déclaré.

La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran.

Les attaques précédentes ont visé des entrepôts de drones et des experts appartenant au Hezbollah libanais et aux Gardiens de la révolution iraniens.

Les Houthis ciblent à plusieurs reprises le Royaume avec des drones chargés de bombes, généralement sans causer beaucoup de dégâts en raison des défenses aériennes saoudiennes.

Les tentatives des Houthis de cibler des civils ont été qualifiées de crimes de guerre par le Royaume.

La coalition arabe a soutenu le gouvernement yéménite internationalement reconnu qui a repris le contrôle total du pays après que les Houthis se soient emparés de la capitale, Sanaa, en 2014.

L'Arabie saoudite a précédemment déclaré qu'une solution politique était le seul moyen d'instaurer une paix permanente au Yémen. Lancée en mars, l’« Initiative de Riyad » a justement cet objectif. Le plan prévoit un cessez-le-feu à l'échelle nationale ainsi que des négociations de paix. Toutefois, les dirigeants houthis ont rejeté ce plan.

La guerre, qui dure maintenant depuis sept ans, a coûté la vie à des milliers de Yéménites et en a contraint beaucoup d'autres à dépendre de l'aide humanitaire.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com