Un magazine littéraire italo-arabe vise à «donner un nouvel élan aux relations culturelles entre les deux rives de la Méditerranée» 

Arabesque, supervisé par la romancière et traductrice algérienne Amel Bouchareb, cherche à révéler la variété et la richesse de la littérature arabe et maghrébine. (@AmalBoucharebAB)
Arabesque, supervisé par la romancière et traductrice algérienne Amel Bouchareb, cherche à révéler la variété et la richesse de la littérature arabe et maghrébine. (@AmalBoucharebAB)
Short Url
Publié le Mercredi 28 juillet 2021

Un magazine littéraire italo-arabe vise à «donner un nouvel élan aux relations culturelles entre les deux rives de la Méditerranée» 

  • Amel Bouchareb, écrivaine algérienne basée à Turin, sera rédactrice en chef du magazine Arabesque
  • Publié par la maison d’édition italienne Puntoacapo, la revue entend se tenir à l’écart des discours politiques et des approches idéologiques

ROME: Un nouveau magazine visant à faire découvrir aux lecteurs italiens la littérature arabe et à combler le fossé culturel et littéraire entre l’Italie et le Maghreb a été lancé.

Supervisé par la romancière et traductrice algérienne Amel Bouchareb, Arabesque cherche également à révéler la variété et la richesse de la littérature arabe et celle du Maghreb, région d’Afrique du Nord qui a des liens historiques avec l’Italie et d’où sont originaires de nombreux migrants dans le pays.

Le premier numéro du magazine une publication semestrielle s’ouvre sur un dossier intitulé «L’amour dans la culture arabe». À travers des lectures de poèmes arabes traduits en italien, il détaille la manière dont la culture arabe perçoit l’amour dans la littérature et les arts, et étudie le concept littéraire de l’amour dans la région.

Mme Bouchareb, rédactrice en chef du magazine, habite à Turin, en Italie, depuis 2014.

Elle a reçu de nombreux prix et récompenses pour ses nouvelles et ses romans, et a supervisé les traductions en arabe de plusieurs auteurs italiens célèbres, dont Nicolas Machiavel (auteur du Prince, un monument de la littérature de la Renaissance) et l’écrivain et réalisateur Pier Paolo Pasolini.

Publié par la maison d’édition italienne Puntoacapo, Arabesque entend également se tenir à l’écart des discours politiques et des approches idéologiques, et mettre en avant le côté esthétique de la littérature auprès des lecteurs italiens. 

Mme Bouchareb estime que la lecture est un «acte révolutionnaire qui peut changer la vie d’une personne et la libérer des contradictions qui l’emprisonnent».

Les livres répondent aux questions qui nous traversent l’esprit, qui nous marquent et surtout qui façonnent notre personnalité, dit-elle, avant d’ajouter: «Nous sommes le produit de tout ce que nous lisons dans notre vie.»

Dans son premier éditorial, elle affirme que depuis qu’elle s'est installée en Italie, elle estime qu’il est «plus que nécessaire de revitaliser les relations culturelles entre les deux rives de la Méditerranée».

Elle a ajouté que les cultures arabe et italienne «ont beaucoup en commun», et «regrette» que si peu d’œuvres littéraires maghrébines soient traduites en italien.

«Il est triste de constater que la traduction de la littérature italienne dans le monde arabe se limite à des choix commerciaux», a-t-elle observé. 

«Dans Arabesque, nous avons réussi à impliquer les meilleurs traducteurs et chercheurs, et nous espérons que cela donnera lieu à d’autres initiatives. J’espère voir en Italie de nombreux autres magazines et séries consacrés à la culture arabe», poursuit Mme Bouchareb.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’académie Aysh vise à combler le manque de compétences des amateurs de cuisine

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Short Url
  • La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en 2020 et les étudiants de la première promotion de l’académie culinaire saoudienne ont obtenu leurs diplômes cette année
  • Aysh était l’une des premières académies de ce genre à ouvrir ses portes en Arabie saoudite, introduisant la boulangerie dans la vie de tous les jours

DJEDDAH: La nourriture est un élément important de toute culture, et l’Arabie saoudite cherche à créer un système d’éducation qui permettra d’acquérir les connaissances nécessaires pour exceller dans l’art culinaire.

Cette année, la première cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Académie culinaire saoudienne a eu lieu.

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire, créant ainsi une source de revenus pour de nombreuses personnes. 

Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte à Arab News qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire.

Elle a suivi des ateliers et des cours de boulangerie et de pâtisserie dans le monde entier. Après avoir accumulé suffisamment de connaissances, elle a décidé de les diffuser à Djeddah.

«Mon rêve (…) était  de rendre cette voie facile pour les gens de ma communauté et pour moi, ainsi que de les autonomiser en leur fournissant un ensemble de compétences et de connaissances», indique Mme Suhail.

L’académie a pour objectifs principaux de devenir une plaque tournante pour toutes les personnes intéressées par cet aspect de la cuisine en Arabie saoudite, de créer des recettes qui serviront de référence en boulangerie et en pâtisserie, et de définir un cadre pour les futures entreprises.

L’académie propose des cours de boulangerie et de pâtisserie et des masterclasses plus courtes, axées sur différents domaines et techniques.

Les cours s’adressent aux personnes de différents niveaux et leur apprennent à cuisiner à partir de rien. Ils portent sur les pâtisseries sucrées et salées, le pain, les gâteaux, les viennoiseries, les croissants, et bien plus encore.

L'académie propose également des cours relatifs à la création d'entreprises alimentaires, à la photographie culinaire, à la présentation des plats et au marketing.

«Le nom de l’académie est inspiré du mot aysh, qui signifie pain en arabe. Aysh a également une autre signification en arabe: la vie», explique Mme Suhail.

Devenir l’une des premières académies de boulangerie et de pâtisserie certifiées du Royaume n’a pas été facile. «J’avais l’impression que nous devions marcher et ouvrir la voie à tous ceux qui étaient derrière nous. Ce n’était pas facile, mais je ne peux pas dire que ce n’était pas agréable non plus», confie Mme Suhail. «L’académie Aysh a vraiment été créée par les gens d’ici.»

«Quand une personne vient nous voir et nous avoue qu’elle est très heureuse que nous existions, elle nous dit aussi qu’elle cherchait quelque chose de ce genre depuis très longtemps.»

La fondatrice se réjouit par ailleurs de voir les étudiants recevoir leur diplôme, car le bonheur se lit sur leur visage.

«Parfois, certains étudiants pleurent et une fois la cérémonie terminée, ils vont se faire des câlins. Ce sont ces choses-là qui me donnent envie de continuer sur cette voie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Ronaldo rappelé à l'ordre par la police après avoir tapé de la main le téléphone d'un fan

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Short Url
  • Accusé d'agression et de «dommages criminels», le Portugais de 37 ans a été entendu par des officiers de police
  • Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux avait permis d'identifier Ronaldo, qui a été «rappelé à l'ordre» mercredi par la police du comté de Merseyside

LONDRES: Cristiano Ronaldo, dont l'avenir à Manchester United fait l'objet d'intenses débats, a promis mercredi sur Instagram de bientôt dire sa "vérité", tout en s'en prenant aux "médias qui ne racontent que des mensonges".

Dans une réponse à la publication d'un fan, le Portugais a écrit dans sa langue natale que les supporteurs connaîtront "la vérité quand je donnerai une interview dans quelques semaines".

Sans fournir de précisions, "CR7" indique que "les médias ne racontent que des mensonges". J’ai un cahier et sur 100 actualités à mon sujet (ces derniers mois), seules cinq étaient vraies. Imaginez comment c'est. Gardez ce conseil".

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie.

"Il a eu des problèmes familiaux", avait alors indiqué Bruno Fernandes, son coéquipier portugais.

Cette absence avaient été vue par de nombreux médias britanniques comme une expression de la volonté de la star de quitter Manchester, sixième de Premier League et non qualifié pour la prestigieuse Ligue des champions.

Le week-end dernier, l'ancien attaquant du Real Madrid a joué les 90 minutes de la déroute 4-0 de ManU à Brentford. Après deux journées, le club mancunien entraîné par Erik ten Hag occupe la dernière place du championnat d'Angleterre avant de recevoir Liverpool lundi prochain.

Le groupe de supporters "The 1958" a annoncé à cette occasion une marche de protestation devant Old Trafford contre la famille Glazer, propriétaire du club qui, selon un communiqué de ces fans, "affame et tue par cupidité la plus grande institution du football mondial. Montrons à la famille Glazer que cette fois, ça ne passera pas".

L'actuelle stratégie de recrutement de ManU qualifiée d'"horreur" par l'ancien joueur Gary Neville est pointée du doigt par les supporteurs.


Le premier prix littéraire de la rentrée pour Blandine Rinkel

Dessin de Blandine Rinkel. (Photo : Instagram)
Dessin de Blandine Rinkel. (Photo : Instagram)
Short Url
  • C'est le troisième roman d'une autrice de 31 ans, également musicienne, comédienne et danseuse
  • La narratrice y évoque la figure d'un père aimé, «imposant, moqueur et viril», mais «un homme que je ne connais pas» parce que ce policier se livre peu et se montre brutal

PARIS : Le premier prix littéraire attribué aux livres de la rentrée 2022, le prix Méduse, a été attribué mercredi à la journaliste Blandine Rinkel pour "Vers la violence" (éditions Fayard), a annoncé le jury mercredi.

C'est le troisième roman d'une autrice de 31 ans, également musicienne, comédienne et danseuse.

La narratrice y évoque la figure d'un père aimé, "imposant, moqueur et viril", mais "un homme que je ne connais pas" parce que ce policier se livre peu et se montre brutal.

Le prix Méduse était remis pour la première fois. Il est doté de 5 000 euros.

Les prix les plus importants de l'automne publient leur première sélection en septembre, pour être remis entre fin octobre et novembre.