En Thaïlande, les moines en première ligne face à la flambée de coronavirus

Dans la province de Pathum Thani, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Bangkok, le moine Supornchaithammo, aide, lui, à transporter les corps au crématorium de son temple. (Photo, AFP)
Dans la province de Pathum Thani, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Bangkok, le moine Supornchaithammo, aide, lui, à transporter les corps au crématorium de son temple. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 01 août 2021

En Thaïlande, les moines en première ligne face à la flambée de coronavirus

  • Le déploiement des vaccins progresse très lentement dans le royaume. Moins de 6% des 70 millions de Thaïlandais sont entièrement vaccinés
  • Des files d'attente interminables pour se faire tester ou inoculer, ont suscité de vives critiques sur la gestion de la crise par les autorités

BANGKOK: Distribuer de l'oxygène, effectuer des prélèvements nasaux, transporter les corps des victimes: en Thaïlande, les moines sont en première ligne pour tenter d'endiguer la vague de coronavirus sans précédent dans le royaume où la campagne vaccinale se déploie lentement.


Mahapromphong enfile par dessus sa robe orange une combinaison de protection, une double paire de gants et quitte le temple Suthi Wararam au cœur de Bangkok. 


Il gagne un quartier pauvre de la capitale thaïlandaise où les cas de Covid-19 ont explosé ces derniers jours, sort son kit de test antigénique, enfonce un écouvillon dans le nez d'une habitante et attend le résultat. Négatif. 


"Beaucoup de Thaïlandais sont délaissés par le système de santé publique, alors on a monté une équipe de volontaires pour aller à la rencontre des communautés les plus défavorisées", explique à l'AFP le moine de 33 ans.


Son temple est devenu un centre d'isolement pour les personnes atteintes du virus et il s'est formé auprès des soignants déployés dans l'édifice.


Les quelque 200 000 moines du royaume, majoritairement bouddhiste, sont très respectés dans le pays et les dons (fournitures médicales, bouteilles d'oxygène, nourriture, couvertures...) affluent.


"La population a toujours compté sur nous, c'est notre devoir" de lui venir en aide, relève Mahapromphong après avoir mesuré le niveau d'oxygène d'un malade.


Dans la province de Pathum Thani, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Bangkok, le moine Supornchaithammo, aide, lui, à transporter les corps au crématorium de son temple.


"Quand j'ai été ordonné, je n'avais pas en tête que je ferai quelque chose comme ça (...), mais je suis fier d'être ici, de pouvoir aider", affirme-t-il.

Crématorium surchargé 
La tâche est difficile et, certains jours, le nombre de victimes est trop important par rapport à la capacité du crématorium.


La Thaïlande est confrontée à la plus forte flambée épidémique depuis le début de la crise l'année dernière (près de 600 000 cas et près de 5 000 morts recensés, essentiellement depuis fin avril) et le système de santé est sous pression.


Le pays a lancé une nouvelle campagne de vaccination des moines: entre 3 et 4 000 doivent être inoculés ce dimanche.


Mais le déploiement des vaccins progresse très lentement dans le royaume. Moins de 6% des 70 millions de Thaïlandais sont entièrement vaccinés.


Et, dans certains endroits de la capitale, des files d'attente interminables pour se faire tester ou inoculer, ont suscité de vives critiques sur la gestion de la crise par les autorités.


Ces dernières ont publié vendredi un décret d'urgence interdisant la diffusion de "faux messages" critiques pouvant porter atteinte à la sécurité, une mesure condamnée par plusieurs médias.


Washington annonce débloquer encore 1,1 milliard de dollars d'aide militaire pour l'Ukraine

Le High Mobility Artillery Rocket Systems (HIMARS) est photographié lors de l'exercice militaire «Namejs 2022» lundi à Skede, en Lettonie. (Photo, AFP)
Le High Mobility Artillery Rocket Systems (HIMARS) est photographié lors de l'exercice militaire «Namejs 2022» lundi à Skede, en Lettonie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette nouvelle aide «démontre l'engagement des Etats-Unis à continuer à soutenir l'Ukraine à long terme», souligne le communiqué
  • Cette nouvelle tranche porte l'aide militaire américaine à l'Ukraine à 16,2 milliards de dollars depuis le début de l'invasion russe du pays le 24 février et 16,9 milliards depuis l'arrivée du président Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021

WASHINTON: Le Pentagone a annoncé mercredi une nouvelle tranche d'aide militaire de 1,1 milliard de dollars à l'Ukraine, sous la forme de commandes d'armement à l'industrie de défense américaine. 

Cette nouvelle aide, destinée à renforcer la défense du pays à moyen et long terme, comprend notamment 18 systèmes d'artillerie de précision Himars, 150 véhicules blindés "Humvees", 150 véhicules tactiques tracteurs d'armement, des radars et des systèmes de défense anti-drones, a précisé le ministère de la Défense américain dans un communiqué. 

Il ne s'agit pas d'armement destiné aux forces ukrainiennes qui combattent actuellement contre les forces russes dans l'est et le sud du pays, mais d'équipements qui ne seront pas livrés à Kiev avant plusieurs mois. 

Cette nouvelle aide "démontre l'engagement des Etats-Unis à continuer à soutenir l'Ukraine à long terme", souligne le communiqué. 

Elle "représente un investissement pluriannuel en capacités indispensables au renforcement durable des forces armées ukrainiennes, au moment où elles défendent la souveraineté et le territoire de l'Ukraine face à l'agression russe", a ajouté le Pentagone. 

Cette nouvelle tranche porte l'aide militaire américaine à l'Ukraine à 16,2 milliards de dollars depuis le début de l'invasion russe du pays le 24 février et 16,9 milliards depuis l'arrivée du président Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021. 


Sanctions: Bruxelles propose aux 27 de plafonner le prix du pétrole russe

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 septembre 2022. (Photo, AFP)
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tient une conférence de presse au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous n'acceptons pas les référendums fictifs et toute forme d'annexion en Ukraine. Et nous sommes déterminés à faire payer le Kremlin pour cette nouvelle escalade», a expliqué Ursula von der Leyen
  • La Commission a également proposé de nouvelles interdictions d'importations de produits russes pour 7 milliards d'euros et d'étendre la liste des produits qui ne peuvent plus être exportés vers ce pays

BRUXELLES: La Commission européenne a proposé mercredi aux Etats membres de l'UE de plafonner le prix du pétrole russe et d'ajouter de nouvelles restrictions aux échanges commerciaux avec Moscou, a annoncé sa présidente Ursula von der Leyen. 

"Nous n'acceptons pas les référendums fictifs et toute forme d'annexion en Ukraine. Et nous sommes déterminés à faire payer le Kremlin pour cette nouvelle escalade", a expliqué la présidente de l'exécutif européen au cours d'un point de presse avec le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. 

Les nouvelles mesures doivent encore être approuvées à l'unanimité par les Vingt-Sept pour être adoptées. 

L'UE a déjà convenu d'interdire l'achat de pétrole russe et son acheminement par voie maritime à partir du 5 décembre, a rappelé Mme von der Leyen. 

"Mais nous savons que certains pays en développement ont encore besoin de certains approvisionnements en pétrole russe, à bas prix. C'est pourquoi le G7 a accepté le principe de l'introduction d'un plafonnement du prix du pétrole russe pour les pays tiers", a-t-elle ajouté. 

"Ce plafonnement du prix du pétrole contribuera à réduire les revenus de la Russie d'une part, et à maintenir la stabilité du marché mondial de l'énergie d'autre part", a-t-elle insisté. 

La Commission a également proposé de nouvelles interdictions d'importations de produits russes pour 7 milliards d'euros et d'étendre la liste des produits qui ne peuvent plus être exportés vers ce pays. 

"L'objectif est de priver le complexe militaro-industriel du Kremlin de technologies clés. Il s'agit par exemple de composants aéronautiques supplémentaires ou de composants électroniques et de substances chimiques spécifiques", a précisé Mme von der Leyen. 

Les Etats membres sont également appelés à "interdire à leurs ressortissants de siéger dans les instances de direction des entreprises publiques russes". "La Russie ne devrait pas bénéficier des connaissances et de l'expertise européennes", a affirmé la présidente de la Commission. 

Josep Borrell a pour par sa part détaillé une proposition pour élargir la liste noire des personnes interdites d'entrée dans l'UE et dont les avoirs sont gelés. Y seraient ajoutés les dirigeants pro-russes des régions de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijjia impliqués dans l'organisation des référendums d'annexion, ainsi que des responsables militaires et des acteurs de l'économie "qui ne seront pas nécessairement russes mais qui participent au contournement des sanctions européennes", a-t-il expliqué. 

Toutes ces mesures complètent les six paquets de sanctions adoptées par l'UE depuis le début de la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine. 


Football: un acte raciste fait tache lors de la rencontre entre le Brésil et la Tunisie

Le match entre le Brésil et la Tunisie, a fini sur le score de 5-1 pour la Seleçao. Photo, AFP)
Le match entre le Brésil et la Tunisie, a fini sur le score de 5-1 pour la Seleçao. Photo, AFP)
Short Url
  • Le match a été brièvement interrompu en première période après l’usage de lasers des supporters tunisien visant les joueurs de la Seleçao
  • Une banane lancée par des supporters tunisiens au pied de Richarlison a déclenché le courroux de la sélection brésilienne et de la Fédération brésilienne de football qui ont dénoncé un geste raciste

PARIS: Mardi soir au Parc des Princes, tous les ingrédients semblaient réunis pour faire du match Brésil-Tunisie de préparation à la Coupe du monde, qui débutera le 17 novembre au Qatar, une fête du football. 

Mais avant même le coup d'envoi de la rencontre, les supporters tunisiens qui remplissaient les gradins du stade n’ont pas pu modérer leur fougue: l’hymne national brésilien avait à peine retenti que des sifflements ont fusé des gradins, comme pour réduire au silence le chant patriotique brésilien.

Et ce n’était là qu’un début. Tout au long de la rencontre, à chaque fois que les joueurs de la Seleçao touchaient le ballon, ils étaient conspués copieusement par les supporters tunisiens. Sur le carré vert, les Aigles de Carthage, poussés par leurs fans, ont montré de belles choses: même après un premier but des Brésiliens, ils ont pu égaliser. Mais ils n’ont pas su poursuivre sur leur lancée: dans la minute suivante, ils encaissé un second but.  

La suite de la rencontre s’est déroulée à sens unique: l'écart de niveau entre les deux sélections s’est révélé énorme. À la 29e minute, la star de la Seleçao a plié le match en inscrivant un troisième but sur penalty. Match plié d’avance donc, mais les débordements, eux, n’ont fait que s’amplifier.

 Le match a en effet été brièvement interrompu en première période à la suite de l’usage de lasers visant les joueurs et poussant le speaker du stade à appeler les supporters à cesser d’utiliser ces dispositifs.

Mais l'événement qui a provoqué le courroux de la sélection brésilienne et de la Fédération brésilienne de football, c’est le lancer d’une banane par des supporters tunisiens au pied de Richarlison, alors que ce dernier venait de marquer un but et le fêtait au point du corner avec ses coéquipiers. 

«J'ai vu la vidéo dans le vestiaire. C'est dommage», a déclaré Thiago Silva, défenseur de la Seleçao après le match. C'est difficile de voir des images comme ça. On voit encore ce genre de choses... Malheureusement, on ne peut pas changer la mentalité des gens. J’espère qu’ils seront conscients que ça ne peut plus arriver. C’est le passé, il faut changer. Je suis triste d’avoir vu ce geste. Ce n’est pas le foot.»

La Confédération brésilienne de football (CBF) n’a pas tardé à fermement réagir sur son compte Twitter: «Lamentablement, après une action, une banane a été lancée sur la pelouse en direction de Richarlison, auteur du deuxième but brésilien. La CBF réaffirme sa position dans la lutte contre le racisme et rejette toute forme de préjugés.»

Présent à Paris, le président de la CBF ne cachait pas sa colère dans des propos rapportés par le site Globo.com. «Une fois de plus, j’exprime publiquement mon rejet. Cette fois, j’ai pu le voir [le racisme] de mes yeux, a déclaré Ednaldo Rodrigues. Nous devons toujours nous rappeler que nous sommes tous égaux, peu importe notre couleur, notre race ou notre religion… J’insiste pour dire que les peines doivent être plus sévères.»

L’ironie de l’histoire – et ce qui rend encore plus grave ce geste des supporters tunisiens – c’est qu’avant le coup d’envoi de la rencontre, les joueurs brésiliens avaient posé avant le match avec une banderole contre le racisme: «Sans nos joueurs noirs, nous n’aurions pas d’étoile [de champions du monde] sur notre maillot.» Un message de soutien pour un des attaquants de la Seleçao, Vinicius Junior, visé par des chants racistes lors d’un match du Real Madrid sur le terrain de son voisin, l’Atlético. 

Le match, pas si amical que ça, a fini sur le score de 5-1 pour le Brésil.