Allemagne: échauffourées à Berlin lors de manifestations anti-restrictions

La police de Berlin a déployé plus de 2 000 agents en tenue antiémeute dans toute la ville, en prévision de la manifestation interdite. (Photo, AFP)
La police de Berlin a déployé plus de 2 000 agents en tenue antiémeute dans toute la ville, en prévision de la manifestation interdite. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 02 août 2021

Allemagne: échauffourées à Berlin lors de manifestations anti-restrictions

  • Un porte-parole de la police a indiqué que 5 000 personnes avaient pris part à la manifestation et que plus de 600 avaient été arrêtées
  • La manifestation était organisée par le mouvement «Querdenker» (Libres penseurs)

BERLIN: Des milliers de personnes hostiles aux restrictions décidées pour lutter contre la Covid-19 ont bravé dimanche l'interdiction de manifester et se sont rassemblées illégalement dans les rues de Berlin, provoquant des échauffourées avec la police. 

La police a déclaré que certains manifestants avaient "harcelé et attaqué" des agents dans le quartier de Charlottenburg, dans l'ouest de la capitale allemande, et avaient ignoré les barrages dans la ville. 

"Ils ont essayé de forcer le dispositif policier. Cela a conduit à l'utilisation de gaz irritants, de matraques et à des violences physiques", a tweeté la police de Berlin, précisant que plusieurs personnes ont été arrêtées.

Un porte-parole de la police a indiqué que 5 000 personnes avaient pris part à la manifestation et que plus de 600 avaient été arrêtées. 

La manifestation était organisée par le mouvement "Querdenker" (Libres penseurs), qui s'est imposé comme la principale voix critique contre les restrictions sanitaires imposées en Allemagne. 

La justice avait interdit plusieurs de ces manifestations prévues ce week-end, notamment celle de dimanche qui devait rassembler quelque 22 500 personnes. 

Le tribunal a estimé qu'il ne pouvait autoriser la tenue de ces rassemblements de crainte que les participants n'enfreignent les règles relatives au port du masque et à la distanciation sociale, alors que le nombre d'infections en Allemagne repart à la hausse. 

La police de Berlin a déployé plus de 2 000 agents en tenue antiémeute dans toute la ville, en prévision de la manifestation interdite. 

Selon la police, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche, en particulier dans le quartier de Charlottenburg et dans le centre de Berlin.

La police a menacé d'utiliser des canons à eau pour disperser des groupes qui se dirigeaient vers la Porte de Brandebourg dans l'après-midi, avant que les manifestants ne quittent les lieux.   

Certains manifestants brandissaient des pancartes proclamant "Liberté" ou "Non à la dictature du Corona", et très peu de masques étaient visibles dans la foule. 

Le mouvement des Querdenker fédère des membres de l'extrême gauche, des adeptes des théories du complot, des détracteurs de la vaccination ainsi que des partisans de l'extrême droite.

Leurs manifestations attirent des milliers, parfois des dizaines de milliers de personnes. Plusieurs de ces rassemblements ont dégénéré en violences.

Les services du renseignement intérieur allemand ont annoncé en avril qu'ils plaçaient des membres des Querdenker sous surveillance, les soupçonnant d'avoir des liens avec l'extrémisme de droite.


Climat : l'inaction pourrait conduire à une perte drastique de PIB, avertit la BCE

Le siège de la Banque centrale européenne à Francfort en Allemagne. (Photo, AFP)
Le siège de la Banque centrale européenne à Francfort en Allemagne. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'institution veut sensibiliser le secteur privé sur le sujet en affirmant que la transition vers une économie plus verte reste «une opportunité en or» pour ne pas subir les méfaits futurs du climat
  • Ces adaptations vont représenter à court terme un surcoût mais permettront à long terme de gagner en efficacité et de mieux supporter les aléas dus au réchauffement climatique

FRANCFORT : L'inaction des gouvernements et des entreprises dans le domaine climatique pourrait provoquer une perte drastique de produit intérieur brut sur le long terme dans la zone euro, sous le coup des dégâts liés au réchauffement, a mis en garde mercredi la Banque centrale européenne.


A partir de 2030, l'absence de mesures ordonnées pour décarbonner l'économie pourrait affecter le PIB de l'UE jusqu'à lui faire perdre plus de 10% d'ici 2100, en comparaison d'un scénario où les gouvernements mettraient rapidement en place des politiques actives de transition écologiques, selon les résultats d'un test de résistance climatique menée par la BCE.


Ce manque à gagner serait encore significatif mais atténué dans un scénario intermédiaire dit de transition "désordonnée" vers une économie décarbonée, où le retard dans l'action politique est rattrapé de manière abrupte et où les coûts de la transition pour les entreprises sont majorés.


"Sans politiques de transition vers une économie plus verte, les risques physiques augmenteront avec le temps" et "de manière "non linéaire", en raison de la "nature irréversible du changement climatique", affirme Luis de Guindos, vice-président de la BCE, dans un communiqué. 


L'institution veut sensibiliser le secteur privé sur le sujet en affirmant que la transition vers une économie plus verte reste "une opportunité en or" pour ne pas subir les méfaits futurs du climat.


Ces adaptations vont représenter à court terme un surcoût pour les acteurs économiques, notamment dans les secteurs polluants de l'énergie, mais ces dépenses permettront à long terme de gagner en efficacité et de mieux supporter les aléas dus au réchauffement climatique, estime la BCE. 


L'exercice mené sur 2,3 millions d'entreprises et 1.600 banques de la zone euro révèle également qu'en cas d'inaction politique, les portefeuilles de crédit avec une forte exposition au risque climatique ont 30% de chances supplémentaires de faire défaut en 2050 par rapport à 2020.


Ce test de résistance climatique à l'échelle de l'économie précède un prochain exercice qui sera mené courant 2022 sur les banques de la zone euro, que l'institut supervise directement. 

Spécial
Changement climatique : Boris Johnson exhorte les pays riches à agir
Par Christopher Hamill-Stewart -
L'Égypte est «l'un des pays les plus touchés par le changement climatique»
Par Mohammad Abou Zaid -

L'OMS fixe des critères plus contraignants sur la qualité de l'air

Le logo de l’Organisation mondiale de la santé, sur la porte d’entrée du siège de l’organisation à Genève. (Photo, AFP)
Le logo de l’Organisation mondiale de la santé, sur la porte d’entrée du siège de l’organisation à Genève. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il n'y a rien de plus essentiel à la vie que l'air. Et pourtant, à cause de la pollution atmosphérique, le simple fait de respirer provoque 7 millions de décès par an»
  • Avec le changement climatique, la pollution de l'air est, selon l'OMS l'une des principales menaces environnementales pour la santé

GENEVE : Asthme, infections pulmonaires, AVC... La pollution de l'air fait 7 millions de morts prématurées par an, poussant l'OMS à établir des limites plus contraignantes pour les principaux polluants de l'air, dont les particules en suspension.


C'est la première fois que l'OMS met à jour ses lignes directrices mondiales sur la qualité de l'air depuis 2005. 


Depuis, de nouvelles données ont montré "à quel point la pollution atmosphérique affecte toutes les parties du corps - du cerveau au bébé en pleine croissance dans le ventre de sa mère, et ce à des concentrations encore plus faibles que celles observées précédemment", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.


"Il n'y a rien de plus essentiel à la vie que l'air. Et pourtant, à cause de la pollution atmosphérique, le simple fait de respirer provoque 7 millions de décès par an", principalement dus à des maladies non transmissibles, a-t-il ajouté.


C'est pourquoi, l'OMS a abaissé la quasi-totalité de ses seuils de référence - juridiquement non contraignants - qui portent principalement sur les polluants dits classiques: les particules en suspension, l'ozone, le dioxyde d'azote, le dioxyde de soufre et le monoxyde de carbone.

Une des principales menaces environnementales

"La pollution de l'air est une menace pour la santé dans tous les pays, mais elle frappe surtout les population des pays à revenu faible ou intermédiaire", a souligné le Dr Tedros, alors que les pays défavorisés sont confrontés à des niveaux croissants de pollution atmosphérique, dopée par une urbanisation à grande échelle et un développement économique qui repose surtout sur l'utilisation de combustibles fossiles.


Pour le Dr Hans Henri Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, "l'air pur devrait être un droit humain fondamental et une condition nécessaire à la santé et à la productivité des sociétés". 


Avec le changement climatique, la pollution de l'air est, selon l'OMS l'une des principales menaces environnementales pour la santé.


A quelques semaines du sommet décisif de la COP26 à Glasgow, Maria Neira, directrice du Département de l'environnement, des changements climatiques et de la santé de l'OMS, a souligné le lien entre la lutte contre le changement climatique et la pollution de l'air.


"L'OMS prépare un très grand rapport qui sera présenté à la COP26 soulignant l'importance d'agir davantage pour atténuer les causes du changement climatique car cela aura d'énormes effets sur la santé en réduisant les niveaux de pollution de l'air", a-t-elle dit aux journalistes.


Chez l'enfant, la pollution atmosphérique pourrait entraver le développement des poumons, provoquer des infections respiratoires et aggraver l'asthme. Chez l'adulte, les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux sont les causes les plus courantes de décès prématurés attribuables à la pollution de l'air extérieur.

90% de la population concernée

De nouvelles données, indique l'OMS, montrent que la pollution de l'air extérieur peut aussi être à l'origine du diabète et de maladies neurodégénératives.


En termes de charge de morbidité, la pollution atmosphérique est donc comparable selon l'OMS à d'autres facteurs de risques importants pour la santé, tels que la mauvaise alimentation et le tabagisme.


Malgré tout, en 2019, plus de 90% de la population mondiale vivait dans des régions où les concentrations dépassaient les seuils de référence fixés par l'OMS en 2005 concernant l'exposition prolongée aux particules fines PM2,5 (diamètre est inférieur à 2,5 micromètres). L'OMS a d'ailleurs réduit de moitié leur seuil de référence.


En 2019, c'est dans la région de l'Asie du Sud-Est et dans la région de la Méditerranée orientale que les concentrations annuelles de PM2,5 pondérées en fonction du nombre d'habitants étaient les plus élevées.


Ces particules peuvent pénétrer profondément dans les poumons (tout comme les PM10), mais aussi dans la circulation sanguine. Les particules fines proviennent essentiellement de la combustion de carburant dans différents secteurs, notamment les transports, l'énergie et l'industrie et l'agriculture.


La Lituanie met en garde contre l'usage de téléphones chinois

Un rapport estime que les téléphones Xiaomi sont capables de détecter et de censurer des phrases tels que «vive l'indépendance de Taïwan» ou «Tibet libre». (Photo, AFP)
Un rapport estime que les téléphones Xiaomi sont capables de détecter et de censurer des phrases tels que «vive l'indépendance de Taïwan» ou «Tibet libre». (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère de la Défense s'inquiéte notamment de possibles failles de sécurité et de fuites de données
  • Les relations entre la Lituanie, membre de l'Union européenne, et la Chine sont notoirement tendues depuis plusieurs semaines

VILNIUS : Le ministère lituanien de la Défense a mis en garde mercredi les institutions publiques et les consommateurs du pays contre l'usage de téléphones chinois, s'inquiétant notamment de possibles failles de sécurité et de fuites de données.


"Les risques dont nous parlons sont réels", a déclaré à l'AFP le vice-ministre de la Défense Margiris Abukevicius.


Ces propos surviennent après que le Centre national de cybersécurité a détecté des risques sur certains modèles de téléphones des constructeurs chinois Huawei et Xiaomi.


Le vice-ministre lituanien de la Défense relève qu'environ 200 institutions publiques des États baltes utilisent des appareils de fabrication chinoise et il estime que le secteur public dans son ensemble "ne devrait pas faire usage" d'équipements chinois.


"C'est la meilleure mesure pour réduire les risques", a insisté le vice-ministre.


Un rapport du Centre national de cybersécurité estime notamment que les téléphones Xiaomi sont capables de détecter et de censurer des phrases tels que "vive l'indépendance de Taïwan" ou "Tibet libre".


Cité par la BBC, un porte-parole de Xiaomi a affirmé que les appareils du constructeurs "ne censuraient pas les communications vers ou en provenance de ses utilisateurs".


En ce qui concerne Huawei, le rapport affirme que les appareils de la marque constituent une menace car ils redirigent automatiquement les utilisateurs vers des boutiques d'applications tierces susceptibles d'héberger des programmes infectés par des virus.


Des critiques que Huawei a lui aussi rejetées, affirmant par la voix d'un porte-parole que les questions de cybersécurité et de confidentialité constituent pour lui "une priorité absolue".


"Huawei effectue des contrôles de sécurité réguliers pour s'assurer que l'utilisateur ne télécharge que les applications sécurisées", a-t-il ajouté.


Huawei a lancé au début de l'été son système d'exploitation maison pour ses smartphones, HarmonyOs, après avoir été privé de licence Android, propriété de Google, à la suite des sanctions américaines.


Les États-Unis, qui accusent le groupe de télécoms de pouvoir espionner pour le compte de Pékin, lui ont aussi interdit l'accès au marché américain.


Les relations entre la Lituanie, membre de l'Union européenne, et la Chine sont notoirement tendues depuis plusieurs semaines, notamment après que le premier a quitté en mai le forum "17+1" qui réunit Pékin et des pays d'Europe centrale et orientale, y voyant un facteur de division des Européens.


Mi-août, la Chine a de son côté rappelé son ambassadeur en Lituanie après le feu vert du pays balte à l'ouverture d'une représentation de Taïwan, que Pékin considère comme une de ses provinces.


Pékin a également ordonné à Vilnius de rappeler son ambassadrice en poste en Chine.