L'emploi se redresse aux Etats-Unis, les inégalités raciales demeurent

GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/ARCHIVES - JUSTIN SULLIVAN
GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/ARCHIVES - JUSTIN SULLIVAN
Short Url
Publié le Mercredi 04 août 2021

L'emploi se redresse aux Etats-Unis, les inégalités raciales demeurent

  • Des millions d'Américains qui s'étaient retrouvés au chômage avec la pandémie ont désormais repris le travail, mais les travailleurs noirs et hispaniques peinent eux à se faire embaucher de nouveau, une inégalité qui ronge le pays depuis des décennies
  • Ces disparités sont alimentées par une discrimination de longue date en matière d'emploi, pointent les experts, mais aussi par des perturbations spécifiques, liées au Covid

WASHINGTON : Des millions d'Américains qui s'étaient retrouvés au chômage avec la pandémie ont désormais repris le travail, mais les travailleurs noirs et hispaniques peinent eux à se faire embaucher de nouveau, une inégalité qui ronge les Etats-Unis depuis des décennies.

Ces disparités sont alimentées par une discrimination de longue date en matière d'emploi, pointent les experts, mais aussi par des perturbations spécifiques, liées au Covid, empêchant certains chômeurs de trouver un emploi auquel ils peuvent se rendre, ou dans lequel ils peuvent se sentir en sécurité.

Ces questions de "disparités économiques sous-jacentes" ne sont "pas réellement abordées", déplore Kate Bahn, directrice de la politique du marché du travail pour l'ONG Washington Center for Equitable Growth.

Après être monté en flèche à 14,7% en avril 2020 à cause des mesures de confinement destinées à empêcher la propagation du virus, le taux de chômage américain est redescendu, jusqu'à 5,9% en juin.

Mais si ce chiffre est de 5,2% seulement pour les travailleurs blancs, il grimpe à 7,4% pour les travailleurs hispaniques et à 9,2% pour les travailleurs noirs.

Un fossé racial et ethnique que la première économie du monde connaissait déjà bien avant que la pandémie ne frappe, lorsque le chômage était au plus bas en 50 ans. 

Le président Joe Biden a promis de s'atteler à ce problème, arguant que les deux plans d'investissements massifs qu'il espère faire passer au Congrès peuvent assurer une reprise économique durable et plus inclusive.

C'est aussi l'objectif de la Banque centrale américaine (Fed), lorsqu'elle indique vouloir laisser les taux directeurs proches de zéro pendant un moment afin de favoriser l'emploi parmi les minorités, ce qui avait pris près d'une décennie après la crise financière mondiale de 2008.

«Gâteau plus gros»

"Tout le monde fait mieux lorsque le gâteau est plus gros, et le gâteau grossit en étant offensifs sur ces sujets", a expliqué à l'AFP William Spriggs, chef économiste de la fédération syndicale AFL-CIO. Le taux de chômage de juillet sera publié vendredi, et pourrait avoir encore reculé, à 5,6%, avec près d'un million d'emplois créés.

"Il y a une inégalité permanente entre les personnes noires et blanches quant à la réembauche", a commenté William Spriggs. La part de femmes noires à chercher du travail est ainsi plus élevée que celle des femmes blanches. Parallèlement, partout dans le pays, des entreprises peinent à trouver des candidats pour certains postes.

"Ces employeurs se plaignent tous, +on ne peut pas trouver de travailleurs, on ne peut pas trouver de travailleurs+. Les femmes noires sont plus disponibles et pourtant ils ne les embauchent pas", a-t-il déploré, "c'est de la discrimination". Pour cet économiste, "tant qu'on ne prendra pas au sérieux la discrimination à l'embauche et au travail, on ne pourra simplement pas avancer".

Transports et écoles

Les difficultés liées à la pandémie persistent, et elles empêchent certains travailleurs d'accepter des emplois, voire même d'en chercher, observe Walter Simmons, président d'Employ Prince George's, une organisation à but non-lucratif installée dans une banlieue principalement noire et hispanique de la capitale fédérale Washington. Ainsi, les transports en commun n'ont pas encore repris leurs horaires et fréquences habituelles, une contrainte pour certains demandeurs d'emploi, tandis que les crèches et garderies ouvertes ont été réduites, ce qui pose problème lorsque les parents doivent travailler.

Et lorsque plusieurs générations vivent sous le même toit, la crainte est grande de contracter le virus au travail et de contaminer ses proches, à plus forte raison avec la flambée du variant Delta, très contagieux, ajoute Walter Simmons. "Ce sont trois domaines pour lesquels personne n'a vraiment de réponse. Ils disent juste +revenez au travail+", a-t-il déploré lors d'une interview à l'AFP.

Les allocations chômage, plus généreuses et versées pour toutes les personnes sans emploi jusqu'au 6 septembre, permettent encore à ces travailleurs de survivre. Mais la moitié des Etats du pays les a d'ores et déjà réduites ou supprimées.  Walter Simmons s'inquiète pour la suite, craignant que "ceux qui luttaient déjà avant la pandémie" se trouvent encore plus en difficulté.


Etats-Unis: un train déraille et fait au moins 2 morts

Une ambulance est garée sur les lieux du déraillement d'un train Amtrak le 25 septembre 2021, dans le centre-nord du Montana. (Photo, AP)
Une ambulance est garée sur les lieux du déraillement d'un train Amtrak le 25 septembre 2021, dans le centre-nord du Montana. (Photo, AP)
Short Url
  • Des images vidéo publiées sur les réseaux sociaux et diffusées par les médias locaux montraient des personnes attendant près des voies, des bagages éparpillés à côté d'elles, regardant des wagons dont au moins un renversé sur le côté
  • Le coordinateur des Services de catastrophe et d'urgence du Montana a dit au New York Times qu'au moins deux personnes avaient été trouvé la mort

Plusieurs personnes ont été blessées dans le déraillement d'un train samedi dans l'Etat américain du Montana, a annoncé la compagnie ferroviaire Amtrak.

"Amtrak travaille avec les autorités locales pour transporter les passagers blessés et évacuer en toute sécurité tous les autres passagers", a déclaré l'opérateur dans un communiqué, ajoutant qu'environ 147 passagers et 13 membres d'équipage étaient à bord.

Les médias locaux ont fait état de plusieurs décès dans l'accident.

Cinq des wagons du train ont déraillé vers 16H00 locales (22H00 GMT) près de Joplin, dans le nord du Montana, selon le communiqué.

Des images vidéo publiées sur les réseaux sociaux et diffusées par les médias locaux montraient des personnes attendant près des voies, des bagages éparpillés à côté d'elles, regardant des wagons dont au moins un renversé sur le côté.

Le coordinateur des Services de catastrophe et d'urgence du Montana a dit au New York Times qu'au moins deux personnes avaient été trouvé la mort et que "bien plus de 50 personnes avaient été blessées".


Retraite politique au goût amer pour Angela Merkel

Le leader de l'Union chrétienne-démocrate CDU et candidat à la chancelier Armin Laschet et la chancelière allemande Angela Merkel lors de leur rassemblement électoral à Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 septembre 2021, un jour avant les élections fédérales allemandes. (Photo, AFP)
Le leader de l'Union chrétienne-démocrate CDU et candidat à la chancelier Armin Laschet et la chancelière allemande Angela Merkel lors de leur rassemblement électoral à Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 septembre 2021, un jour avant les élections fédérales allemandes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition
  • Le parti pourrait éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder

BERLIN : Sortie ratée en vue pour Angela Merkel: selon toute probabilité son camp conservateur va enregistrer un score historiquement bas aux législatives de dimanche et se prépare à des lendemains difficiles.

Dans les derniers sondages, la famille démocrate-chrétienne allemande, composée des partis CDU et CSU, n'était créditée que de 23% des suffrages au mieux.

Fournisseur de cinq des huit chanceliers depuis 1949, le centre-droit allemand avait jusqu'ici toujours récolté plus de 30% des suffrages. Un seuil aujourd'hui qui paraît hors de portée.

Pire même, il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition.

De quoi ternir la retraite politique annoncée après 16 ans de pouvoir d'Angela Merkel. 

"Débâcle historique attendue dans les urnes" pour la CDU, titre le magazine Der Spiegel, qui pointe d'abord du doigt le mauvais choix des conservateurs, qui ont désigné "le désastreux Armin Laschet" comme chef de file.

Il n'a jamais réussi à persuader l'opinion qu'il avait la carrure d'un chancelier et affiche une cote de popularité abyssale.

"La CDU ne ressemble plus au parti omnipotent qui tient d'une main de fer la chancellerie, mais plutôt à un groupe de discussions sans but, sans idées, ni solutions propres", lâche l'hebdomadaire.

Vide après Merkel

Dirigeant de la plus peuplée des régions allemandes, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), il n'avait remporté la primaire à droite qu'aux forceps face au Bavarois Markus Söder, nettement plus populaire.

Il a vu sa cote s'éroder après les inondations meurtrières de mi-juillet, lorsqu'il a été filmé hilare pendant un discours empreint de gravité du président allemand Frank-Walter Steinmeier.

"La façon d'agir de Laschet -lors des inondations mais pas seulement- ont entraîné une perte de confiance et de réputation de la CDU. Tout à coup, elle s'est retrouvée dans une position de challenger à laquelle elle n'était pas préparée et l'a remarquée après coup", explique à l'AFP le politologue Thorsten Faas de l'Université libre de Berlin.

Il pointe aussi du doigt la responsabilité d'Angela Merkel qui n'a pas fait émerger de nouvelles personnalités derrière elle, "laissant de fait un grand vide, d'abord à la tête du parti, maintenant probablement aussi à la chancellerie".

Mais la CDU a également dû se battre contre ses propres démons, éclaboussée par des scandales qui ont conduit à la démission de deux députés et au retrait annoncé d'un troisième.

Un premier a été accusé d'avoir touché des pots de vin de la part de l'Azerbaïdjan pour faire la promotion de ce pays riche en hydrocarbures dans un journal. Deux autres ont été soupçonnés de malversations autour de l'achat de masques médicaux au début de la pandémie.

«Séisme»

S'y ajoute une perte de repères idéologiques. Durant les années Merkel, et après l'ère Helmut Kohl, la droite allemande s'est déplacée au centre, notamment sur les questions d'immigration, de société, voire même sociales. 

Ses électeurs les plus conservateurs sont partis pour l'extrême droite ou le parti libéral FDP.

"Toutes les années de gouvernement ont en partie gommé la spécificité programmatique" du parti CDU, analyse le politologue Karl-Rudolf Korte de l'Université de Duisbourg.

"Il est difficile aujourd'hui, au-delà de la capacité à gérer les situations de crise qui se présentent, de savoir quelle est l'essence" du mouvement, estime-t-il, précisant que dans son domaine de prédilection, l'économie, il "a désormais du mal à se distinguer des sociaux-démocrates auprès des citoyens".

Si les conservateurs ne parviennent pas à rester au pouvoir, "ce sera synonyme de séisme interne au sein du parti", avertit le groupe de presse régional RND.

"Je ne pense pas que Laschet serait capable de tenir le coup si son camp termine loin derrière le SPD. Ses détracteurs viendront alors en force et diront: +nous avons besoin d'un nouveau départ maintenant+", affirme le politologue Oskar Niedermayer de l'Université libre de Berlin.

Le parti pourrait alors éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder. 


Le Royaume-Uni va accorder 10 500 visas post-Brexit face aux pénuries de main-d'oeuvre

Des usines, des restaurants, des supermarchés sont affectés par le manque de chauffeurs routiers depuis des semaines, voire des mois. (Photo, AFP)
Des usines, des restaurants, des supermarchés sont affectés par le manque de chauffeurs routiers depuis des semaines, voire des mois. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette décision de rouvrir les vannes de l'immigration professionnelle va à l'encontre de la ligne défendue par le Premier ministre Boris Johnson
  • Pendant des mois, le gouvernement a essayé d'éviter d'en arriver là, malgré les avertissements de nombreux secteurs économiques et le manque estimé de 100 000 chauffeurs routiers

LONDRES : Le Royaume-Uni va accorder jusqu'à 10 500 visas de travail provisoires en réponse à des pénuries de main-d'oeuvre, un virage inattendu en matière d'immigration après le Brexit, pris samedi par le gouvernement.

Ces permis de trois mois, d'octobre à décembre, doivent pallier un manque criant de chauffeurs routiers mais aussi de personnel dans des secteurs clés de l'économie britannique, comme les élevages de volailles.

Ces derniers jours et malgré des appels du gouvernement à ne pas paniquer, les stations-service ont été prises d'assaut en raison de ruptures de stocks qui touchent aussi les rayons de produits agroalimentaires.

Pour l'instant, le gouvernement n'a pas donné suite aux appels l'exhortant à déployer des soldats pour aider à la distribution du carburant.

Cette décision de rouvrir les vannes de l'immigration professionnelle va à l'encontre de la ligne défendue par le Premier ministre Boris Johnson, dont le gouvernement ne cesse d'insister pour que le Royaume-Uni ne dépende plus de la main-d'oeuvre étrangère.

Pendant des mois, le gouvernement a essayé d'éviter d'en arriver là, malgré les avertissements de nombreux secteurs économiques et le manque estimé de 100 000 chauffeurs routiers.

Outre ces visas de travail, d'autres mesures exceptionnelles doivent permettre d'assurer l'approvisionnement avant les fêtes de Noël, a mis en avant le secrétaire aux Transports, Grant Shapps.

Les examinateurs du ministère de la Défense seront mobilisés pour faire passer des milliers de permis poids-lourds dans les semaines qui viennent.

«Insuffisant»

Le ministère de l'Education et ses agences partenaires vont débloquer des millions de livres sterling pour former 4 000 camionneurs en mettant sur pied des camps de formation afin d'accélérer le rythme.

M. Shapps a aussi appelé les employeurs à jouer le jeu "en continuant d'améliorer les conditions de travail et les salaires pour retenir de nouveaux chauffeurs".

Sous pression, le gouvernement va battre le rappel de tous les détenteurs du permis poids-lourds: un million de lettres doivent partir pour demander à ceux qui ne conduisent pas de retourner au travail.

Toutefois, la présidente de la Chambre de commerce britannique Ruby McGregor-Smith a estimé que le nombre de visas était "insuffisant" et "pas assez pour régler un problème d'une telle ampleur".

"Cette annonce équivaut à vouloir éteindre un feu de camp avec un verre d'eau", a-t-elle déclaré.

Boris Johnson faisait face à une pression croissante. La crise du Covid-19 et les conséquences du Brexit ont accentué les pénuries, qui se conjuguent à une envolée des prix de l'énergie.

Des usines, des restaurants, des supermarchés sont affectés par le manque de chauffeurs routiers depuis des semaines, voire des mois.

Le groupe de produits surgelés Iceland et la compagnie de vente au détail Tesco ont mis en garde contre des pénuries à l'approche de Noël.

La chaîne de restauration rapide McDonald's s'est trouvée en rupture de milkshakes et de boissons le mois dernier. Son concurrent KFC a été contraint de retirer des articles de son menu, tandis que la chaîne Nando's a fermé provisoirement des douzaines de restaurants faute de poulets.