Rassemblements à Beyrouth pour le 1er anniversaire de l'explosion au port

Un marteau, symbolisant la justice, est visible devant les silos à grains endommagés du port de Beyrouth le 4 août 2021, alors que le Liban marque un an depuis qu'une explosion cataclysmique a ravagé la capitale Beyrouth. JOSEPH EID / AFP
Un marteau, symbolisant la justice, est visible devant les silos à grains endommagés du port de Beyrouth le 4 août 2021, alors que le Liban marque un an depuis qu'une explosion cataclysmique a ravagé la capitale Beyrouth. JOSEPH EID / AFP
Short Url
Publié le Mercredi 04 août 2021

Rassemblements à Beyrouth pour le 1er anniversaire de l'explosion au port

  • Dans la douleur et la colère, les Libanais ont commencé à affluer mercredi dans le centre de Beyrouth pour marquer le 1er anniversaire de l'explosion dévastatrice et meurtrière au port
  • Pour réclamer justice, les familles des victimes et des militants organisent marches, veillées aux chandelles et cérémonies religieuses, face au port ou près du Parlement, à proximité

BEYROUTH: Dans la douleur et la colère, les Libanais ont commencé à affluer mercredi dans le centre de Beyrouth pour marquer le 1er anniversaire de l'explosion dévastatrice et meurtrière au port, et fustiger l'impunité de la classe politique dans cette tragédie. 

"Faillites individuelles", "faute historique et morale". En ouvrant une nouvelle conférence internationale d'aide aux Libanais, le président français Emmanuel est revenu à la charge contre les dirigeants libanais accusés de bloquer la formation d'un gouvernement et l'enquête sur le drame. Il a aussi promis 100 millions d'euros d'aide directe à la population.

Le 4 août 2020, peu après 18H00 locales, la capitale libanaise bascule dans l'horreur: des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium, stockées depuis des années dans un entrepôt délabré et "sans mesure de précaution" de l'aveu même du gouvernement, explosent.

Choc, stupeur, dévastation, douleur et colère. 214 morts, plus de 6.500 blessés et des quartiers entiers détruits. 

La catastrophe de trop dans un pays englué dans la pire crise socio-économique de son histoire et dirigé par une classe politique qui le laisse couler.

Pour réclamer justice, les familles des victimes et des militants organisent marches, veillées aux chandelles et cérémonies religieuses, face au port ou près du Parlement, à proximité.

Drapeau national à la main, des Libanais ont afflué par petits groupes vers le centre-ville ou près du port, l'armée et la police déployant des barrages pour fermer à la circulation les grandes avenues du secteur, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Dans la caserne des pompiers dans le quartier  Karantina près du port, des membres des familles des victimes étaient assis, certaines femmes tout de noir vêtues, brandissant des portraits de proches morts. D'autres tenaient des fleurs blanches à la main.

Nation traumatisée

Dès lundi, des familles des victimes ont menacé de "briser les os" de quiconque s'opposerait à leur colère dans la rue.

Parmi ces victimes, des pompiers, des employés du port, des automobilistes ou des habitants se trouvant chez eux, quand les vitres ont volé en éclat et le mobilier a valsé.

Jeffry Chartouni, 32 ans, qui travaille aux silos à grain du port, a perdu sept collègues.

Il ne comprend pas comment, des années durant, ils n'ont jamais été avertis du danger. "J'aurais pu, avec un coup de fil, dire aux jeunes de fuir (...) Les responsables sécuritaires, les ministres, le gouvernement, les douanes, évidemment ils savaient. Ils doivent tous rendre des comptes."

Malgré l'ampleur du drame qui a choqué le monde entier, l'enquête locale n'a présenté aucun résultat concret et aucun coupable n'a été jugé, même si des ex-ministres sont dans le viseur de la justice.

Et pour cause? La classe dirigeante. Elle est accusée de tout faire pour torpiller l'enquête et éviter des inculpations, en arguant d'une prétendue immunité.

Même si, un an plus tard, des blessures ont cicatrisé, des quartiers ont été reconstruits, grâce à des ONG et des volontaires -l'Etat ayant rien ou si peu fait-, la nation reste traumatisée.

Une famille sur trois a des enfants montrant encore des signes de "détresse psychologique", selon l'Unicef. Chez les adultes, c'est une personne sur deux.

"Toutes nos blessures ont été ravivées", a confié Mirvat Bakkour, en pleurs, lors d'un rassemblement mardi soir dans le quartier de Gemmayzé près du port.

"Je me souviens de la frayeur ressentie au moment de l'explosion, la peur pour ma fille."

L'illusion de vivre perdue

En un an, l'enquête n'a pas déterminé officiellement les causes de la déflagration. L'explosion s'est produite après un incendie dans le hangar, qui selon des sources de sécurité a été provoqué par des travaux de soudure.

Pour Amnesty International, les autorités ont "entravé de façon éhontée la quête de vérité".

Le pape François a dit prier pour le Liban. "Nombreux sont ceux qui ont perdu aussi l'illusion de vivre", selon lui.

Le pays attend toujours un nouveau gouvernement censé enclencher des réformes réclamées par la communauté internationale en échange d'aides tant nécessaires, après la démission de celui de Hassan Diab quelques jours après l'explosion.

Mais quasiment inchangée depuis la guerre civile (1975-1990), la classe politique est accusée de négligence, de corruption et d'être complètement déconnectée de la réalité.

Même la menace de sanctions européennes ne semble en mesure de la tirer de sa léthargie.

Entretemps le pays s'enfonce: aggravation de la pauvreté, chute libre de la monnaie locale, restrictions bancaires inédites, hyperinflation, carburant et médicaments introuvables. Même l'électricité est devenue un luxe.

Et comme si cette situation tragique ne suffisait pas, des roquettes ont été tirées du Liban vers Israël, deux pays voisins techniquement en état de guerre, entraînant des représailles en territoire libanais. Pas de victime. 


Un groupe de miliciens houthis arrêté pour complot contre des responsables militaires du gouvernement

Un combattant houthi brandit un fusil d’assaut Kalachnikov. (Photo, AFP)
Un combattant houthi brandit un fusil d’assaut Kalachnikov. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les premières enquêtes révèlent que les personnes arrêtées auraient été «dirigées par la milice houthie soutenue par l’Iran»
  • Une cache d’explosifs et des cartes de sites de bombes en possession des membres des Houthis ont été saisies

LONDRES : La police de la province yéménite de Marib a arrêté un groupe de miliciens houthis qui prévoyaient de bombarder des lieux publics dans le but d’assassiner des responsables militaires du gouvernement, a rapporté jeudi l’agence de presse officielle Saba.

Le commandant des Forces spéciales à Marib, le brigadier général Saleem al-Sayyaghi, a déclaré qu’une cache d’explosifs et des cartes de sites de bombes en possession des membres des Houthis ont été saisies.

Selon lui, les premières enquêtes révèlent que les personnes arrêtées auraient été «dirigées par la milice houthie soutenue par l’Iran» et avaient pour mission de bombarder les foules civiles et les chefs militaires.

Le brigadier général a également affirmé que cette tentative intervient après que la milice a échoué à s’emparer de Marib sur le champ de bataille bien qu’elle ait envoyé des combattants vers les positions de l’armée au cours des derniers mois.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Des élections municipales prévues en Cisjordanie et à Gaza en décembre

Le Hamas et le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'affrontements sanglants. (Photo, AFP)
Le Hamas et le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'affrontements sanglants. (Photo, AFP)
Short Url
  • Conformément au calendrier électoral qui prévoit des élections locales tous les quatre ans, le dernier scrutin municipal a eu lieu en 2017 en Cisjordanie
  • «Nous avons fixé le calendrier électoral, mais nous ne savons pas si le Hamas permettra l'organisation de municipales à Gaza», a indiqué Farid Taamallah, porte-parole de la commission électorale

 RAMALLAH: La commission électorale palestinienne a annoncé la tenue de municipales en décembre en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, sous réserve que le Hamas au pouvoir dans cette enclave y permette la tenue du scrutin.

Conformément au calendrier électoral qui prévoit des élections locales tous les quatre ans, le dernier scrutin municipal a eu lieu en 2017 en Cisjordanie. Le Hamas islamiste en avait alors empêché la tenue à Gaza, micro-territoire de deux millions d'habitants sous blocus israélien depuis plus de 15 ans.

"Nous avons fixé le calendrier électoral, mais nous ne savons pas si le Hamas permettra l'organisation de municipales à Gaza", a indiqué vendredi Farid Taamallah, porte-parole de la commission électorale, un organe indépendant basé à Ramallah, en Cisjordanie. "Nous attendons que le gouvernement palestinien coordonne avec (les autorités de) Gaza et nous informe de ce qui sera décidé", a-t-il ajouté. 

Le Hamas et le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'affrontements sanglants.

Les municipales, scrutin à un tour, se tiendront d'abord dans 387 localités de Cisjordanie et de Gaza, le 11 décembre, puis dans 90 autres localités à une date ultérieure qui n'a pas encore été fixée, selon M. Taamallah.

Onze des localités se trouvent dans la bande de Gaza, a précisé le porte-parole de la commission.

Les camps de réfugiés palestiniens en Cisjordanie et à Gaza ne sont pas concernés par les municipales car gérés par l'Unrwa, agence onusienne.

En avril, le mouvement islamiste armé avait dénoncé la décision du président Abbas d'annuler les législatives et la présidentielle prévues en mai et en juillet, et qui devaient être les premières du genre depuis 15 ans.

Le président Abbas, dont le mandat devait s'achever en 2009, avait argué que la tenue du scrutin n'était pas "garantie" à Jérusalem-Est, portion palestinienne de la Ville sainte annexée par Israël. 


Jawaher al-Mheiri aux jeunes arabes : «Soyez courageux, poursuivez vos rêves, saisissez toutes les opportunités»

Jawaher al-Mehairi parle six langues, possède une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est douée pour l'optimisation statistique. (Photo fourni)
Jawaher al-Mehairi parle six langues, possède une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est douée pour l'optimisation statistique. (Photo fourni)
Des Saoudiennes participent à une course cycliste pour célébrer la Journée mondiale de l'obésité à l'université Princesse Noura de Riyad. (AFP/Fichier Photo)
Des Saoudiennes participent à une course cycliste pour célébrer la Journée mondiale de l'obésité à l'université Princesse Noura de Riyad. (AFP/Fichier Photo)
La Koweïtienne Rawah Al-Saeid participe au saut en hauteur lors du premier tournoi d'athlétisme féminin du Koweït en 2020. (AFP/Fichier Photo)
La Koweïtienne Rawah Al-Saeid participe au saut en hauteur lors du premier tournoi d'athlétisme féminin du Koweït en 2020. (AFP/Fichier Photo)
Short Url
  • Jawaher al-Mheiri incarne l'esprit d'une génération du Moyen-Orient qui semble prête à façonner son propre destin
  • Elle a gagné une place dans la catégorie «impact» de la liste «30 Under 30» de Forbes Middle East de cette année

DUBAΪ: L'exemple donné par la jeune femme émiratie Jawaher al-Mheiri est une véritable inspiration, même s'il est peut-être un peu intimidant. Elle parle six langues, a une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est experte en optimisation statistique, le tout à l'âge de 28 ans.

Ce mois-ci, elle a écarté la concurrence de 300 autres candidats pour obtenir une place dans la catégorie «impact» de la liste des «30 Under 30» de cette année publiée par Forbes Middle East, qui reconnaît les réalisations des jeunes de la région et leur potentiel pour contribuer à façonner l'avenir.

Son inclusion met en évidence le fait qu'elle est un exemple exceptionnel des jeunes Arabes talentueux, dont beaucoup sont des femmes, qui changent le visage de leur région et innovent en prenant de plus en plus en main leur propre destin.

Elle suit les traces d'autres femmes arabes pionnières telles que Razan Khalifa al-Mubarak, 42 ans, directrice générale de l'Agence pour l'environnement d'Abu Dhabi et du Fonds pour la conservation des espèces Mohammed ben Zayed.

Plus tôt ce mois-ci, Mme Al-Mubarak a été élue présidente de l'Union internationale pour la conservation de la nature, l'un des organismes de conservation les plus importants et les plus connus au monde. Elle n'est que la deuxième femme à diriger l'institution en soixante-treize ans d'histoire, et la première femme arabe.

Le conseil de Jawaher al-Mheiri aux jeunes Arabes est de croire en eux-mêmes et en leurs capacités, d'avoir le courage de poursuivre leurs rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à eux. (AFP/Fichier Photo)
Le conseil de Jawaher al-Mheiri aux jeunes Arabes est de croire en eux-mêmes et en leurs capacités, d'avoir le courage de poursuivre leurs rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à eux. (AFP/Fichier Photo)

Mme Al-Mheiri a des ambitions similaires pour changer les choses dans le monde, et un message pour toutes les jeunes femmes de la région: ayez le courage de poursuivre vos rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à vous.

Son parcours a commencé à l'âge de 18 ans alors qu'elle consacre ses journées à l'obtention d'une licence en gestion de l'aviation à l'Emirates Aviation University de Dubaï, et ses soirées à un emploi à temps partiel dans la finance à Al Ansari Exchange.

«Mon travail était différent de ma spécialité mais c'était la seule option disponible», déclare Jawaher al-Mheiri à Arab News. «C'était toutefois un bon domaine et je voulais continuer à être indépendante étant donné que mes études étaient coûteuses.»

«Je savais que mes parents feraient de leur mieux et couvriraient mes dépenses, mais je ne voulais pas devenir un fardeau supplémentaire pour eux – j'ai huit frères et sœurs et ils devaient s'occuper de leur éducation.»

Elle ne gagnait que 4 000 dirhams (1 100 dollars: 1 dollar = 0,85 euro) par mois, mais était heureuse d’avoir un salaire à l'âge de 18 ans. Son ambition et sa motivation la distinguaient de beaucoup de ses pairs, façonnant sa personnalité, sa réflexion et son comportement.

«Je suis devenue plus mature», souligne-t-elle. «Je voulais continuer à apprendre et je savais que si je commençais ma carrière à un jeune âge, cela porterait certainement ses fruits plus tard.»

Salwa de Shorouq Basha (R) en compétition avec Shorouq Salem d'al-Qadeseyya, lors de la 3e ligue féminine de futsal, au Koweït Sports Club à Koweït. (AFP/Fichier Photo)
Salwa de Shorouq Basha (R) en compétition avec Shorouq Salem d'al-Qadeseyya, lors de la 3e ligue féminine de futsal, au Koweït Sports Club à Koweït. (AFP/Fichier Photo)

Après avoir décroché son diplôme à l'âge de 21 ans, elle rejoint le centre d'ingénierie d'Emirates Airline en tant que spécialiste du développement commercial, où elle acquiert une précieuse expérience. Ses tâches quotidiennes comprennent le développement et l'interprétation de scénarios pour soutenir les installations de maintenance, appuyer la direction et aider à façonner les politiques stratégiques.

«J'étais très attachée aux méthodes statistiques appliquées, très différentes de la théorie apprise à l'université», dit-elle. «J'ai travaillé avec des méthodes d'optimisation pour interpréter des scénarios et j'ai vraiment aimé ça.»

Mme Al-Mheiri continue d’acquérir de l'expérience et d’apprendre et, trois ans plus tard, son intérêt professionnel se tourne vers les affaires internationales et la diplomatie. Un an plus tôt, alors qu'elle travaillait toujours à temps plein pour Emirates, elle avait été nommée au Conseil de la jeunesse de Dubaï et, dans le cadre de ses fonctions, elle représentait les jeunes du pays devant ses dirigeants et lors d'événements internationaux.

«J'ai senti que c'était quelque chose qui me plaisait et que je voulais en faire une carrière», déclare-t-elle.

Dans les mois qui suivent, elle représente les Émirats arabes unis (EAU) lors d'événements à l'étranger à plusieurs reprises, notamment à l'Assemblée de la jeunesse des nations unies à New York et à l'Assemblée de la jeunesse asiatique du Forum urbain de Malaisie.

L'expérience qu'elle gagne lors de tels rassemblements lui donne la confiance nécessaire pour poursuivre une carrière dans la diplomatie.

En 2017, Jawaher al-Mheiri postule avec succès pour un poste de diplomate junior au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des EAU, et s’inscrit à un diplôme d'études supérieures à l'Académie diplomatique des Émirats à Abu Dhabi.