Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, menace l'Iran d'une action militaire

Les commentaires de Benny Gantz interviennent alors qu'Israël fait pression sur divers pays pour qu'ils interviennent auprès des Nations unies, à la suite de l'attaque de la semaine dernière contre le pétrolier Mercer Street, qui a fait deux morts. (Reuters/Fichier Photos)
Les commentaires de Benny Gantz interviennent alors qu'Israël fait pression sur divers pays pour qu'ils interviennent auprès des Nations unies, à la suite de l'attaque de la semaine dernière contre le pétrolier Mercer Street, qui a fait deux morts. (Reuters/Fichier Photos)
Short Url
Publié le Vendredi 06 août 2021

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, menace l'Iran d'une action militaire

  • Washington et Londres ont attribué la responsabilité de l’attaque à Téhéran, mais aucun pays n'a fourni de preuves ou de renseignements pour étayer ces affirmations
  • Gantz a répondu à la question de savoir si Israël était prêt à attaquer l'Iran par un «oui» catégorique

TEL AVIV: Le ministre israélien de la Défense a averti jeudi que son pays était prêt à frapper l'Iran, adressant ses menaces contre la République islamique après une frappe de drone meurtrière sur un pétrolier en mer, que son pays a imputée à Téhéran.

Les commentaires de Benny Gantz ont lieu alors qu’Israël fait pression sur divers pays pour qu’ils interviennent auprès des Nations unies, à la suite de l’attaque la semaine dernière contre le pétrolier Mercer Street, qui a fait deux morts. Le pétrolier touché au large d'Oman est géré par une société appartenant à un milliardaire israélien.

Washington et Londres ont attribué la responsabilité de l’attaque à Téhéran, mais aucun pays n'a fourni de preuves ou de renseignements pour étayer ces affirmations. L'Iran qui, avec ses alliés des milices régionales, a lancé des attaques de drones similaires, a nié toute implication dans cet incident.

S'adressant au site d'informations Ynet, Gantz a répondu à la question de savoir si Israël était prêt à attaquer l'Iran par un «oui» catégorique.

«Nous sommes à un point où il nous faut mener des actions militaires contre l'Iran», a-t-il déclaré. «Le monde doit maintenant prendre des mesures contre l'Iran.»

L'Iran n'a pas immédiatement répondu aux commentaires de Gantz. Cependant, dans une lettre adressée mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU, son chargé d'affaires à New York a décrit Israël comme «la principale source d'instabilité et d'insécurité au Moyen-Orient et au-delà, depuis plus de sept décennies».

«Ce régime a un long passé sombre dans l'attaque de la navigation commerciale et des navires civils», a écrit Zahra Ershadi. «En moins de deux ans, ce régime a attaqué plus de dix navires commerciaux transportant du pétrole et du matériel humanitaire à destination de la Syrie.»

Les commentaires d'Ershadi font référence à une guerre fantôme sur les voies navigables du Moyen-Orient depuis 2019, au cours de laquelle des navires iraniens et occidentaux ont subi des attaques.

L'attaque de la semaine dernière a causé la mort du capitaine roumain du navire, ainsi que d'un membre d'équipage britannique qui travaillait pour Ambrey, une entreprise de sécurité maritime. Dans un communiqué jeudi, Ambrey a identifié la victime comme étant Adrian Underwood, un ancien soldat de l'armée britannique qui a travaillé comme officier dans la compagnie de sécurité maritime en 2020, avant de devenir chef d'équipe.

«Nous sommes toujours en contact avec la famille d'Adrian pour lui offrir notre soutien en cette période triste et difficile», a déclaré John Thompson, directeur général d'Ambrey.

Les attaques ont commencé un an après que le président alors en fonction, Donald Trump, s'est retiré unilatéralement de l'accord nucléaire iranien avec les puissances mondiales, selon lequel l'Iran devait limiter son enrichissement d'uranium en échange de la levée des sanctions économiques. Le président Joe Biden a déclaré qu'il était prêt à renouer avec l'accord, mais les pourparlers sur le sauvetage dudit accord sont au point mort à Vienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Centre du Burkina: au moins une dizaine de civils tués dans deux attaques

Des soldats de l'armée française patrouillent dans le village de Gorom Gorom à bord de véhicules blindés de transport de troupes lors de l'opération Barkhane dans le nord du Burkina Faso (Photo, AFP).
Des soldats de l'armée française patrouillent dans le village de Gorom Gorom à bord de véhicules blindés de transport de troupes lors de l'opération Barkhane dans le nord du Burkina Faso (Photo, AFP).
Short Url
  • La semaine dernière, le Burkina Faso a connu une série d'attaques dans plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays
  • Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique

OUAGADOUGOU: Au moins une dizaine de civils ont été tués jeudi lors de deux attaques de djihadistes présumés dans le centre-ouest du Burkina Faso, à environ 140 km de Ouagadougou, a appris vendredi l'AFP de sources sécuritaire et locale.

Jeudi en fin de journée, "un groupe d'individus armés et à bord de motos ont fait irruption à Doh, un village de la commune de Dassa et ouvert le feu sur des habitants. Six d'entre eux sont morts sur le coup et deux autres ont été blessés", a indiqué à l'AFP un habitant.

"Au même moment, un autre groupe d'hommes armés a attaqué une autre localité de la commune, Bachoukorêpoun, située à quelques kilomètres, faisant également six morts", a poursuivi le même habitant.

Une source sécuritaire anonyme jointe par l'AFP, a confirmé les deux attaques évoquant de son côté un "bilan provisoire" d'une "dizaine de victimes".

"Des opérations (de ratissage) sont en cours pour ramener la quiétude et rassurer les populations" qui avaient commencer à quitter la zone, a indiqué la même source.

Selon plusieurs habitants de la commune de Dassa, des incursions de membres de groupes djihadistes présumés sont fréquentes depuis quelques mois, à la suite d'une vaste opération anti-djihadiste lancée par les forces de défense et de sécurité dans la province voisine du Nayala.

Celle-ci contraint les djihadistes présumés à se replier dans la province du Sanguie où se trouve Dassa.

La semaine dernière, le Burkina Faso a connu une série d'attaques dans plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays faisant une trentaine de morts, dont une quinzaine de Volontaires de la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils de l'armée.

Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique qui se multiplient. Elles ont fait des milliers de morts et au moins deux millions de déplacés.

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre - le deuxième en huit mois - s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".

Le Burkina Faso était aidé depuis plusieurs années dans sa lutte contre les djihadistes par des forces spéciales françaises, mais les autorités de la transition leur ont demandé cette semaine de plier bagage d'ici un mois.

Cette décision est motivée par "la volonté des autorités de la transition et de l'ensemble des Burkinabè, d'être les acteurs premiers de la reconquête de notre territoire", a justifié lundi le porte-parole du gouvernement, Jean-Emmanuel Ouédraogo.


Qatargate: la justice belge renonce à faire extrader deux suspectes depuis l'Italie

Laurent Kennes, avocat de l'ancien membre du Parlement européen Pier Antonio Panzeri, parle à la presse avant une audience au Palais de Justice de Bruxelles, Belgique, le 17 janvier 2023 (Photo, AFP).
Laurent Kennes, avocat de l'ancien membre du Parlement européen Pier Antonio Panzeri, parle à la presse avant une audience au Palais de Justice de Bruxelles, Belgique, le 17 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Parallèlement à la série d'interpellations à Bruxelles, toutes deux ont été arrêtées en décembre en Italie dans le cadre des  investigations
  • Ce scandale a éclaté le 9 décembre avec une demi-douzaine d'interpellations à Bruxelles

BRUXELLES: La Belgique a signifié à l'Italie qu'elle renonçait à la procédure du mandat d'arrêt européen pour se voir remettre deux suspectes italiennes dans l'enquête sur le scandale du Qatargate, a annoncé vendredi à l'AFP une source proche du dossier.

Il s'agit de Maria Dolores Colleoni et Silvia Panzeri, respectivement épouse et fille de l'ancien eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri, 67 ans, qui s'est engagé à collaborer avec la justice dans cette enquête au terme d'un accord conclu le 17 janvier avec le parquet fédéral belge.

Parallèlement à la série d'interpellations à Bruxelles, toutes deux ont été arrêtées en décembre en Italie dans le cadre des  investigations sur un système présumé de corruption au sein du Parlement européen impliquant le Qatar et le Maroc.

Elles ont d'abord contesté devant les tribunaux italiens leur extradition, mais sont désormais prêtes à être entendues en Belgique, selon cette même source.

"Il a été signifié aux autorités italiennes que le mandat d'arrêt européen n'était plus nécessaire, dans la mesure où elles se sont engagées à se rendre en Belgique si la justice belge souhaite les entendre", a déclaré cette source.

Cette semaine, le juge d'instruction belge chargé de l'enquête, Michel Claise, s'est rendu en Italie accompagné d'un magistrat du parquet fédéral.

La mission visait à "régler un certain nombre de détails sur ce qu'attend la justice belge et ce que peut offrir la justice italienne", avait indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole du parquet fédéral.

Selon la source proche du dossier, la levée du mandat d'arrêt signifiant la fin de leur assignation à résidence en Italie doit être validée par une décision de la justice italienne.

Mais l'avocat italien des deux femmes, Angelo De Riso, les a présentées comme déjà libres.

"Elles sont évidemment contentes parce qu'elles sont désormais libres", a dit l'avocat cité par l'agence de presse italienne AGI.

Ce scandale a éclaté le 9 décembre avec une demi-douzaine d'interpellations à Bruxelles, et la saisie d'un total d'1,5 million d'euros en espèces dans des sacs ou des valises.

Actuellement quatre personnes sont encore incarcérées en Belgique dont l'eurodéputée grecque Eva Kaili --déchue de son mandat de vice-présidente du Parlement-- et Pier Antonio Panzeri.

Ce dernier, qui fut eurodéputé socialiste de 2004 à 2019 avant se reconvertir en dirigeant d'ONG, s'est engagé en échange d'une peine de prison réduite à informer les enquêteurs sur tout le système de corruption auquel il admet avoir participé, y compris en livrant les identités de ses complices.

Parmi les motivations dans sa décision de devenir un "repenti" --un statut permis par la loi belge--, M. Panzeri souhaitait obtenir la "bienveillance" de la justice belge à l'égard des membres de sa famille, selon son avocat belge.

"Il s'inquiétait énormément pour sa femme et sa fille et espère désormais une certaine bienveillance. C'est humain et légitime", avait fait valoir lundi Me Laurent Kennes dans un entretien avec l'AFP.


L'Italienne Giorgia Meloni en Libye pour les dossiers énergie et migration

Le Premier ministre libyen basé à Tripoli, Abdulhamid Dbeibah, reçoit son homologue italien Giorgia Meloni, dans la capitale Tripoli, le 28 janvier 2023. (AFP)
Le Premier ministre libyen basé à Tripoli, Abdulhamid Dbeibah, reçoit son homologue italien Giorgia Meloni, dans la capitale Tripoli, le 28 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • C'est la première visite d'un chef de gouvernement ou d'Etat européen depuis la venue de son prédécesseur Mario Draghi en avril 2021 en Libye
  • L'Italie, ancienne puissance coloniale, est pour la Libye un partenaire commercial de premier plan, notamment dans le domaine des hydrocarbures

TRIPOLI: La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni est arrivée samedi à Tripoli, son deuxième déplacement cette semaine sur la rive sud de la Méditerranée, pour évoquer les questions énergétiques mais également la question épineuse des flux migratoires.

C'est la première visite d'un chef de gouvernement ou d'Etat européen depuis la venue de son prédécesseur Mario Draghi en avril 2021 en Libye.

A son arrivée, Mme Meloni a été reçue par Abdelhamid Dbeibah, chef du gouvernement d'unité nationale, l'exécutif basé à Tripoli (ouest) et reconnu par l'ONU, selon des images télévisées fournies par le gouvernement libyen.

Les deux dirigeants ont écouté les hymnes nationaux interprétés par une fanfare avant de s'enfermer dans un salon d'un luxueux hôtel de Tripoli pour des entretiens à huis clos.

L'Italie, ancienne puissance coloniale, est pour la Libye un partenaire commercial de premier plan, notamment dans le domaine des hydrocarbures, avec une importante présence du géant italien Eni dans le pays doté des plus abondantes réserves de pétrole d'Afrique.

D'ailleurs, le patron de l'Eni, Claudio Descalzi, accompagne Mme Meloni qui assistera à la signature d'un accord entre le géant italien et la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) pour le développement de deux champs gaziers offshore au large de la Libye.

L'Eni va investir 8 milliards de dollars sur ces sites, qui sont "susceptibles de produire 850 millions de mètres cubes de gaz" par jour, a déclaré cette semaine le patron de la NOC, Farhat Bengdara, à la chaîne de télévision al-Masar.

Outre le volet économique, la migration est au centre des entretiens entre les deux chefs de gouvernement, l'Italie étant directement concernée par l'arrivée massive de migrants clandestins partant des côtes libyennes.

Le chaos qui a suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 a fait de la Libye une voie privilégiée pour des dizaines de milliers de migrants, originaires d'Afrique sub-saharienne, de pays arabes et d'Asie du Sud, cherchant à rejoindre l'Europe.

Le gouvernement d'extrême droite de Giorgia Meloni est arrivé au pouvoir en octobre en promettant de stopper l'immigration clandestine en Italie, alors que plus de 105.000 migrants y sont arrivés par la voie maritime en 2022, selon le ministère italien de l'Intérieur.

La Méditerranée centrale est la route migratoire la plus dangereuse du monde, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). L'agence onusienne estime qu'en 2022, 1.377 migrants y sont morts ou portés disparus.