Au Pakistan, l’administration ébranlée après la démission d’un assistant du Premier ministre

Le Dr Ishrat Hussain prononce une allocution lors d'une cérémonie à l'Institut d'études stratégiques d'Islamabad, le 26 décembre 2019. (Photo avec la permission de l'Institut d'études stratégiques d'Islamabad)
Le Dr Ishrat Hussain prononce une allocution lors d'une cérémonie à l'Institut d'études stratégiques d'Islamabad, le 26 décembre 2019. (Photo avec la permission de l'Institut d'études stratégiques d'Islamabad)
Short Url
Publié le Samedi 07 août 2021

Au Pakistan, l’administration ébranlée après la démission d’un assistant du Premier ministre

  • J'ai accepté cette mission parce que je crois en la mission et la vision du Premier ministre
  • Tous les partis politiques qui ont dirigé le Pakistan ont été accusés de remanier et de transférer régulièrement des hauts fonctionnaires

LAHORE, ISLAMABAD : Les questions se multiplient sur l'avenir des réformes attendues de longue date de la fonction publique pakistanaise au ralenti et en sureffectif après la démission du Dr Ishrat Hussain, conseiller du Premier ministre Imran Khan sur les réformes institutionnelles et l'austérité, la semaine dernière.

Hussain a fait face à une tâche colossale lors de sa nomination en août 2018 : rationaliser la gouvernance et les fonctions de plus de 4 millions de fonctionnaires dans le pays, dont 1 million dans la capitale fédérale et 3 millions employés par les gouvernements provinciaux.

Au cours de ses trois années au pouvoir, le banquier chevronné, qui était auparavant doyen de l'Institut d'administration des affaires, économiste en chef de la Banque mondiale et gouverneur de la Banque d'État du Pakistan, a supprimé des dizaines de milliers de postes et réduit le nombre des entités gouvernementales de 441 à 324 dans ce qu'il a dit va réduire les «coûts fixes et variables du gouvernement».

Il a également allégé la bureaucratie centrale, en particulier la fonction publique non spécialisée, de 71 000 postes.

La semaine dernière, Hussain a soudainement démissionné.

«Je tiens à confirmer que j'ai remis ma démission en tant que conseiller du Premier ministre et lui ai demandé de me relever de mes fonctions à compter du 1er septembre 2021», a-t-il déclaré dans un communiqué aux médias.

«J'ai accepté cette mission parce que je crois en la mission et la vision du Premier ministre, c'est-à-dire l'amélioration de la structure de gouvernance de ce pays dans le but de créer une économie efficace et équitable, libérée des griffes de la capture des élites et d'aider les pauvres à sortir des pièges de la pauvreté», a souligné Hussain.

Il n'a pas divulgué les raisons de sa démission et, malgré les demandes répétées d'Arab News, il a refusé de faire plus de commentaires sur le sujet. Sa lettre de démission indique qu'il a rejoint le gouvernement, à condition que qu'il servirait pendant trois ans et prendra sa retraite une fois qu'il atteint 80 ans, ce qu'il a fait le 17 juin.

«Un système très imparfait»

La bureaucratie pakistanaise est lourde, avec la majeure partie, 90 % des employés, servant aux grades 1 à 16 en tant que personnel de base, a signalé Hussain à Arab News dans une interview le mois dernier. Seulement 10 % sont dans les grades 16-22, ce qui comprend des fonctionnaires spécialisés tels que des médecins, des ingénieurs et des comptables.

«Nous avons trop de personnel de soutien, payés plus que leurs homologues du secteur privé », a indiqué Hussain. «Plus de 85 % de la masse salariale leur revenait, tandis que seulement 15 % allait aux fonctionnaires supérieurs».

Les postes inutiles ou superflus supprimés, l'argent économisé pourrait servir à augmenter les salaires des fonctionnaires supérieurs.

La deuxième tâche principale de Hussain était la qualité des fonctionnaires, pour laquelle il a conçu un système d'évaluation, dans lequel les fonctionnaires seront notés chaque année par un conseil indépendant et se verront attribuer des augmentations et des avantages en fonction de leurs performances.

«Le système actuel est complètement subjectif et très imparfait», a-t-il affirmé.

«Nous avons un tout nouveau système de performance. Ceux qui perfectionnent obtiendront deux fois l'augmentation, tandis que ceux en dessous de la moyenne n'obtiendront aucune augmentation. Ce système a été approuvé par le Conseil des ministres. Nous travaillons actuellement sur une base pilote dans certains ministères».

Mohammad Hamza Shafqaat, le commissaire adjoint d'Islamabad, la capitale pakistanaise, a déclaré que la politique de Hussain avait fait une différence.

«Les instituts de formation sont devenus importants et indépendants comme ceux de l'armée», a-t-il déclaré à Arab News. «Ceux qui dirigent ces instituts n'ont pas de programme politique et ne sont pas des nominations politiques».

 

 

Non-ingérence politique possible ?

Tous les partis politiques qui ont dirigé le Pakistan ont été accusés de remanier et de transférer régulièrement des hauts fonctionnaires, de faire venir les hommes et les femmes qu'ils aiment et de renvoyer ceux qu'ils n'aiment pas.

Dans son manifeste électoral de 2018, le parti au pouvoir au Pakistan Tehreek-e-Insaf a promis un système basé sur le mérite dans la fonction publique, où le «bon fonctionnaire» serait affecté au «bon poste sans aucune considération politique». Mais l'ingérence politique dans toute bureaucratie est inévitable, a soutenu le Dr Umair Javed, professeur à l'Université des sciences de gestion de Lahore, qui faisait partie du groupe de travail sur la fonction publique créé par le Premier ministre Khan.

«La bureaucratie ne peut pas exister en tant qu'organe irresponsable, et les politiciens sont la dernière étape de la responsabilité. Donc, suggérer qu'ils seront complètement à l'abri de toute ingérence politique n'est pas du tout possible», a expliqué Javed à Arab News.

«Si vous me demandez personnellement, la tâche de la réforme de la fonction publique ne devrait pas incomber à une commission mais au parlement. Le parlement devrait en délibérer. Vous pouvez faire appel à un groupe de travail d'expertise pour vous aider. Mais l'organe compétent pour cela reste toujours le parlement».

Alors que certaines propositions avancées par Hussain ont trouvé un public, d'autres se sont heurtées à la résistance du gouvernement qui l'a nommé, notamment en réformant la bureaucratie provinciale.

«Les ministres en chef des provinces ont exigé que le groupe de travail fédéral que je dirigeais ne devrait pas s'ingérer dans les affaires provinciales», a déclaré Hussain. «J'ai dit très bien, vous effectuez vos propres réformes».

Mais pour Javed, la réforme de la bureaucratie provinciale devrait être la priorité absolue. «S'il y a un avenir pour la réforme de la fonction publique, alors c'est dans les provinces, et cela devrait être l'objectif », a-t-il maintenu. «Plus vous fortifiez la bureaucratie provinciale, plus elle aidera l'homme ordinaire».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Italie: quatre ans après, début sous haute tension du procès du pont effondré de Gênes

Les images choc de l'effondrement du pont de Gênes, qui a tué 43 personnes, ont fait le tour du monde. (AFP)
Les images choc de l'effondrement du pont de Gênes, qui a tué 43 personnes, ont fait le tour du monde. (AFP)
Short Url
  • Le 14 août 2018, sous une pluie battante, le pont autoroutier Morandi, un axe essentiel pour les trajets locaux et le trafic entre l'Italie et la France, s'écroule
  • La société Autostrade per l'Italia (Aspi) est accusée de ne pas avoir entretenu l'ouvrage d'art pour faire des économies sur le dos de la sécurité

GENES: Les images choc de l'effondrement du pont de Gênes, qui a tué 43 personnes, ont fait le tour du monde. Quatre ans plus tard, un méga-procès impliquant 59 prévenus s'ouvre jeudi dans cette ville portuaire italienne pour en déterminer les responsabilités.

Le 14 août 2018, sous une pluie battante, le pont autoroutier Morandi, un axe essentiel pour les trajets locaux et le trafic entre l'Italie et la France, s'écroule, précipitant dans le vide des dizaines de véhicules et leurs passagers.

Cette tragédie a jeté une lumière crue sur le piètre état des infrastructures de transport en Italie et le rôle trouble de la société Autostrade per l'Italia (Aspi), accusée de ne pas avoir entretenu l'ouvrage d'art pour faire des économies sur le dos de la sécurité.

"Le pont Morandi était une bombe à retardement. Vous pouviez entendre le tic-tac, mais vous ne saviez pas quand elle allait exploser", a déclaré en février Walter Cotugno, l'un des procureurs.

Pour lui, il ne fait aucun doute que les dirigeants d'Autostrade et de la société d'ingénierie Spea, chargée de la maintenance, "étaient conscients du risque d'effondrement", mais qu'ils ont rechigné à financer des travaux afin de "préserver les dividendes" des actionnaires.

Le constat de l'enquête des magistrats est accablant: "Entre l'inauguration (du pont) en 1967 et l'effondrement --donc 51 ans plus tard--, il n'a pas été procédé aux interventions de maintenance minimales pour renforcer les haubans du pilier numéro 9", qui s'est affaissé le jour du drame.

La plupart des mis en cause convoqués par le tribunal de Gênes sont des cadres et des techniciens des deux sociétés, dont le directeur général d'Autostrade de l'époque Giovanni Castellucci, parti avec une indemnité de 13 millions d'euros, ainsi que l'ancien patron de Spea Antonino Galata et des fonctionnaires du ministère des Infrastructures.

Témoin encombrant 

Ils sont poursuivis notamment pour homicide involontaire, atteinte à la sécurité des transports et faux en écriture publique. La durée du procès est estimée à deux ou trois ans.

Pour Giovanni Paolo Accinni, l'un des avocats de M. Castellucci, l'acte d'accusation "tombera comme une feuille d'automne" si le procès est "équitable" et "protège non seulement les victimes, mais aussi les innocents".

Mais l'accusation pourra compter sur un témoin de taille: Roberto Tomasi, successeur de M. Castellucci et cadre d'Autostrade depuis 2015, qui affiche sa volonté de tourner la page et qui pourrait s'avérer encombrant pour son prédécesseur.

Autostrade appartenait au moment du drame au groupe Atlantia, contrôlé par la richissime famille Benetton, qui a fini par céder sa part en mai à l'Etat, poussé vers la sortie sous la pression de la classe politique et la vindicte populaire.

Si leurs anciens dirigeants se retrouvent sur le banc des accusés, les sociétés Autostrade et Spea échappent en revanche au procès grâce à un accord à l'amiable conclu avec le parquet, prévoyant le paiement de 29 millions d'euros à l'Etat.

Pour Raffaele Caruso, avocat du Comité des proches des victimes du pont Morandi, ce pacte "constitue une première reconnaissance de responsabilité" de la part des deux sociétés.

«La vie n'a pas de prix»

"C'est l'un des procès les plus importants de l'histoire récente de l'Italie, en termes de nombre de mis en cause, d'ampleur de la tragédie et au regard de la blessure infligée à toute une ville", a-t-il déclaré à l'AFP.

Seules deux familles de victimes ont refusé d'accepter les indemnisations proposées par Autostrade, qui a déboursé plus de 60 millions d'euros à ce titre.

Egle Possetti, présidente du Comité des proches des victimes, a décliné l'offre pour ne pas perdre la possibilité de se constituer partie civile et de peser sur le procès.

"Je suis sûre que beaucoup, pas tous, savaient que le pont allait s'écrouler un jour, et certains ont fait semblant de ne pas le voir", confie-t-elle, amère, à l'AFP.

L'autre refus est venu de Roberto Battiloro, qui a perdu son fils Giovanni, un jeune vidéaste de 29 ans, dans le drame, et qui s'est vu proposer un million d'euros: "La vie de mon fils n'a pas de prix, je veux un vrai procès".


Ukraine: Moscou prête à appuyer sur les divisions des opinions européennes

Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, «une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie», estime Recorded Future. (AFP)
Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, «une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie», estime Recorded Future. (AFP)
Short Url
  • De très nombreux observateurs estiment que le temps joue en faveur des Russes, entre autres parce qu'il usera le soutien occidental à l'Ukraine contre l'invasion russe lancée le 24 février
  • Recorded Future croit que les tentatives directes pour saper et diviser la coalition occidentale en créant ou exacerbant les divisions visent avant tout la France, l'Allemagne, la Pologne et la Turquie

PARIS: L'appareil d'influence informationnelle russe est en ordre de marche pour exploiter les divisions à venir au sein des opinions publiques européennes sur le soutien à l'Ukraine, selon une étude d'un cabinet américain publiée jeudi.

Plus la guerre va durer, "plus il est probable que cela entraîne naturellement une érosion du soutien à la coalition occidentale, provoquée par la lassitude de la guerre et le peu d'enthousiasme pour subir des effets économiques de long terme", estime le cabinet américain spécialisé dans le renseignement, Recorded Future.

Et "il est presque certain que les opérations informationnelles russes vont encore plus tenter d'exploiter cette opportunité pour retourner l'opinion internationale en leur faveur", selon cette étude.

De très nombreux observateurs estiment que le temps joue en faveur des Russes, entre autres parce qu'il usera le soutien occidental à l'Ukraine contre l'invasion russe lancée le 24 février. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a d'ailleurs récemment insisté sur l'urgence de mettre fin au conflit avant l'hiver.

Recorded Future affirme que la Russie est en train de mener une série d'opérations d'influence pour travailler sur les opinions publiques internationales sous plusieurs angles, ciblant particulièrement certains pays.

"En se basant sur les observations des réseaux d'influence russe, Recorded Future croit que les tentatives directes pour saper et diviser la coalition occidentale en créant ou exacerbant les divisions visent avant tout la France, l'Allemagne, la Pologne et la Turquie", selon le rapport.

Ces opérations sont lancées par une multitude de vecteurs: des médias d'Etat russe comme RT, des sites suspectés d'être des couvertures des services, comme Southfront, ou des relais de désinformation et de propagande déjà connus, comme la chaîne Telegram de la ferme à troll Cyber Front Z, selon le cabinet.

En prenant plusieurs exemples, il a défini cinq grands narratifs incitant à la division: accentuer le mécontentement vis-à-vis des dirigeants, noircir l'image des réfugiés ukrainiens, exploiter les craintes économiques sur l'énergie et la nourriture, faire de l'Ukraine une racine du nazisme et du fascisme, et décrédibiliser les médias occidentaux.

La Russie a par le passé été accusée à plusieurs reprises par gouvernements et observateurs d'exploiter les réseaux sociaux à fin de perturber ou parasiter les sociétés occidentales, comme lors des élections américaines de 2016 par exemple.

Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, "une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie", estime Recorded Future.


Inspirés par l'Ukraine, des civils taïwanais se forment à la guérilla urbaine

Cette photo prise le 18 juin 2022 montre une taïwanaise visant une réplique d'arme de poing dans le cadre d'un atelier d'armes à feu dans le district de Linko, à New Taipei City. (AFP)
Cette photo prise le 18 juin 2022 montre une taïwanaise visant une réplique d'arme de poing dans le cadre d'un atelier d'armes à feu dans le district de Linko, à New Taipei City. (AFP)
Short Url
  • Pour Yeh, la question n'est pas de savoir s'ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand
  • Il cite l'exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, «Taïwan est le prochain»

NOUVEAU TAIPAI: En tenue de camouflage, fusil d'assaut à la main, le "Prof" Yeh risque un regard depuis derrière un véhicule. Il observe les environs et attend le signal d'avancer.

Dans la vraie vie, Yeh, 47 ans, travaille dans le marketing. Son arme est une réplique. Mais le temps d'un weekend, il s'est enrôlé dans un cours de guérilla urbaine pour se préparer à une invasion chinoise de Taïwan, une perspective très réelle selon lui.

"La guerre Russie-Ukraine, c'est la grande raison pour laquelle je suis venu à cet atelier", explique "Prof" - son "nom de guerre" pendant l'entraînement - pendant une pause entre deux séances.

Quand le président russe Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes d'envahir l'Ukraine en février, il a réveillé les craintes les plus noires chez de nombreux Taïwanais.

L'île démocratique vit sous la menace permanente de la Chine communiste, qui la considère comme une partie de son territoire et s'est jurée de la reprendre un jour.

Mais pour Yeh, la guerre en Ukraine est aussi une source d'inspiration. La résistance acharnée des forces ukrainiennes lui a donné l'espoir qu'en employant les bonnes tactiques, Taïwan aura une chance de se défendre contre son puissant voisin.

Il n'est pas le seul. Depuis février, le nombre de participants à la formation au combat de rue a quadruplé, selon les organisateurs. Les Taïwanais se bousculent également dans les cours de maniement d'armes à feu et de premiers secours.

A Taïwan, les inquiétudes concernant la Chine couvaient déjà bien longtemps avant l'invasion de l'Ukraine. Selon Max Chiang, le patron de l'entreprise qui organise les formations, les Taïwanais ont développé "un sens aigu de la crise" depuis 2020, quand les avions militaires chinois ont commencé à multiplier les incursions dans la zone d'identification de défense aérienne de l'île.

Environ 380 de ces sorties aériennes menaçantes ont été signalées cette année-là. Le nombre a plus que doublé en 2021, et est en passe de faire de même cette année, selon une base de données de l'AFP.

Supériorité écrasante 

La supériorité militaire de Pékin face à Taipei est écrasante. Selon le ministère américain de la Défense, l'Armée populaire de libération compte plus d'un million d'hommes, contre 88.000 pour l'armée taïwanaise, 6.300 chars contre 800, et 1.600 avions de chasse contre 400.

Mais l'Ukraine a fourni un modèle très concret de comment réduire les effets de cette disparité. Elle a notamment démontré à quel point le combat pour le contrôle des villes pouvait s'avérer difficile et coûteux pour l'assaillant. Or la plupart des 23 millions de Taïwanais habitent dans des zones urbaines.

Courant en colonne à travers le parking, s'abritant derrière des bâtiments et des véhicules pour simuler l'attaque de positions ennemies, Yeh et ses quinze coéquipiers tentent de mettre en pratique certaines des leçons apprises dans les villes ukrainiennes dévastées.

"La meilleure défense, c'est l'attaque", affirme Yeh alors que non loin de là, ses instructeurs vêtus de gilets fluo prennent des notes. "Ou pour dire les choses crûment: anéantir l'ennemi et freiner toutes ses avancées".

Dans un entrepôt à côté du parking, Ruth Lam, 34 ans, tient entre ses mains un pistolet pour la première fois de sa vie. Cette employée d'un fabriquant d'ampoules pour automobiles raconte que la plupart de ses clients européens lui affirmaient qu'il n'y aurait jamais de guerre en Ukraine.

"Mais c'est arrivé", dit-elle.

«Penser au parapluie avant l'averse»

Elle espère qu'apprendre le maniement des armes lui permettra de se protéger, elle et sa famille, en cas de guerre. Elle prévoit d'approfondir son apprentissage en compagnie de ses amis. "C'est avant l'averse qu'il faut penser à son parapluie", poursuit-elle. "Nous ne savons pas quand les choses vont se produire".

Selon un sondage réalisé en mai, 61,4% des personnes interrogées se déclarent prêtes à prendre les armes en cas d'invasion de l'île.

"La volonté du peuple ukrainien de lutter contre l'agresseur a renforcé la détermination des Taïwanais de protéger leur patrie", explique à l'AFP Chen Kuan-ting, qui dirige le groupe de réflexion NextGen Foundation.

Lin Ping-yu, un ancien parachutiste, qui participe au cours de guérilla urbaine "pour rafraîchir ses connaissances en matière de combat", est du même avis.

"Ce n'est que quand les citoyens d'un pays ont la forte volonté et la détermination de défendre leur terre qu'ils peuvent convaincre la communauté internationale de les aider", affirme cet homme de 38 ans.

Pour Yeh, la question n'est pas de savoir s'ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand.

Il cite l'exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, "Taïwan est le prochain".