Les avancées de la pluie artificielle très prometteuses pour la région arabe assoiffée

Un employé de l'aéroport fait signe à un Beechcraft à deux hélices qui se prépare à décoller pour une mission d'ensemencement des nuages ​​à l'aéroport al-Aïn, aux Émirats arabes unis, le 23 avril 2015. (AFP)
Un employé de l'aéroport fait signe à un Beechcraft à deux hélices qui se prépare à décoller pour une mission d'ensemencement des nuages ​​à l'aéroport al-Aïn, aux Émirats arabes unis, le 23 avril 2015. (AFP)
Un grand défi après la pluie consiste à empêcher son évaporation ou son déversement dans l’océan. (Photo fournis)
Un grand défi après la pluie consiste à empêcher son évaporation ou son déversement dans l’océan. (Photo fournis)
Les Émirats arabes unis, qui ont souffert de rares pluies abondantes en 2006, sont normalement arides pendant la majeure partie de l'année, et le changement climatique exerce une pression réelle sur le pays et ses voisins en termes d'approvisionnement en eau dans le futur. (Photo, AFP)
Les Émirats arabes unis, qui ont souffert de rares pluies abondantes en 2006, sont normalement arides pendant la majeure partie de l'année, et le changement climatique exerce une pression réelle sur le pays et ses voisins en termes d'approvisionnement en eau dans le futur. (Photo, AFP)
Un grand défi après la pluie consiste à empêcher son évaporation ou son déversement dans l’océan. (Photo fournis)
Un grand défi après la pluie consiste à empêcher son évaporation ou son déversement dans l’océan. (Photo fournis)
Un pilote et un responsable des Émirats arabes unis du Centre national de météorologie et de sismologie inspectent un avion Beechcraft, à l'aéroport d'Al- Aïn, avant une autre sortie d'ensemencement des nuages. (AFP/photo d'archives)
Un pilote et un responsable des Émirats arabes unis du Centre national de météorologie et de sismologie inspectent un avion Beechcraft, à l'aéroport d'Al- Aïn, avant une autre sortie d'ensemencement des nuages. (AFP/photo d'archives)
La technologie d'ensemencement des nuages ​​a été essayée pour la première fois dans les années 1940 ,et a été largement utilisée dans les années 1970. (Photo Shutterstock)
La technologie d'ensemencement des nuages ​​a été essayée pour la première fois dans les années 1940 ,et a été largement utilisée dans les années 1970. (Photo Shutterstock)
Short Url
Publié le Lundi 09 août 2021

Les avancées de la pluie artificielle très prometteuses pour la région arabe assoiffée

  • L'ensemencement des nuages ​​pourrait jouer un rôle majeur dans l'amélioration de l'approvisionnement en eau durable de la région pour les années à venir
  • Selon l'ONU, c'est la région du monde la plus pauvre en eau, avec dix-sept pays classés en dessous du seuil de pauvreté hydrique

DUBAÏ : Les applications de la technologie des drones sont bien plus nombreuses que la plupart des gens ne se l'imaginent, et manipuler la météo en fait partie. Aux Émirats arabes unis, les scientifiques comptent déployer des véhicules aériens sans pilote pour pénétrer les nuages ​​et générer des précipitations à l'aide de charges électriques, un processus qui s'appuie sur le succès du processus «d'ensemencement des nuages».

Comme dans d'autres pays du Golfe, les fléaux de la chaleur et l'aridité accablent les Émirats arabes unis . D’ailleurs, seulement 1,2 mm de précipitations sont tombés au cours des trois premiers mois de 2021 dans ce pays qui connaît souvent des températures estivales de 50° C. 

Les chercheurs s’activent donc à trouver des solutions innovantes pour les problèmes interdépendants de températures extrêmes, de vagues de chaleur, de pénurie d'eau et de mauvaise qualité de l'air.

Les résultats de leurs travaux profiteraient aux Émirats arabes unis, mais aussi à d'autres pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale dont l’environnement est pauvre en eau.

«C’est une initiative très importante et intéressante pour les Émirats arabes unis, non seulement en tant qu'expérience scientifique et en termes de recherche, mais aussi pour faire du pays un centre international des sciences de l'ensemencement des nuages», affirme le Dr Mohamed Chamroukh, un ingénieur civil qui a participé aux études de faisabilité sur cette technologie dans le Royaume en 2007-2008, à Arab News. «Une telle initiative est urgemment requise dans notre région.

L'un des pays les plus secs de la planète, les Émirats arabes unis ne possèdent que peu de ressources en eau douce. Par conséquent, son économie dépend fortement des importations et du dessalement, le processus d'élimination du sel de l'eau de mer, pour irriguer les cultures, et répondre aux demandes de sa population croissante.

En réalité, les Émirats arabes unis détiennent près 14% de l'eau dessalée dans le monde, juste derrière l'Arabie saoudite, qui a également recours à la technologie d'ensemencement des nuages ​​comme moyen potentiel de remédier à sa pénurie d'eau douce.

Riyad a justement approuvé l'année dernière le programme, afin d’augmenter le débit de précipitations dans le royaume de près de 20 %. Aux Émirats arabes unis, ce travail a commencé plus tôt, en 2017, lorsque le gouvernement a investi 15 millions de dollars dans neuf projets d'amélioration de la pluie.

Grâce à la technologie expérimentale des drones, les scientifiques peuvent créer des averses artificielles en livrant des décharges électriques aux cumulus, ce qui les force à s'agglutiner et ainsi produire des précipitations.

img 1
Un pilote et un responsable des Émirats arabes unis du Centre national de météorologie et de sismologie inspectent un avion Beechcraft, à l'aéroport d'Al- Aïn, avant une autre sortie d'ensemencement des nuages. (AFP/photo d'archives)

Les petits planeurs télécommandés, équipés d'une charge utile d'instruments d'émission de charges électriques et de capteurs personnalisés, volent à basse altitude pour fournir une charge électrique aux molécules d'air.

Les nuages ​​portent naturellement des charges positives et négatives, mais en modifiant l'équilibre de ces charges, ces décharges permettent aux gouttelettes d'eau de devenir des gouttes de pluie plus grosses et tomber du ciel.

Certes, une fois la pluie tombée, le prochain défi consiste à empêcher son évaporation ou son déversement dans l’océan. C’est pour cette raison que les Émirats arabes unis ont construit environ 130 barrages et digues, munis d'une capacité de stockage d'environ 120 millions de mètres cubes.

Il existe plusieurs méthodes de déclenchement des précipitations envisagées par les scientifiques, dont notamment la pulvérisation de composés salins, d'iodure d'argent et de neige carbonique dans l'atmosphère.

Si la technique du drone s'avère efficace à long terme, l'ensemencement des nuages ​​pourrait jouer un rôle majeur dans l'amélioration de l'approvisionnement en eau durable de la région au sens large pour les années à venir. Les projets qui concernent l’amélioration de la pluie pourraient contribuer à atténuer les conditions de sécheresse plus efficacement et sans les retombées environnementales et budgétaires associées aux méthodes qui impliquent le lancer de sel.

«Les Émirats Arabes Unis ont une météo et un climat similaires à ceux des autres pays du Golfe, et cette expérience de premier plan leur est très utile», a déclaré Chamroukh.

 

LES CHIFFRES

. 50 pays comptent établir des programmes d'amélioration de la pluie.

. 20 % Augmentation ciblée des précipitations en Arabie saoudite grâce à l'ensemencement des nuages.

. 18 % de la production mondiale d'eau de mer dessalée revient au Royaume.

. 80 à 85 % de la demande en eau de l'Arabie saoudite est actuellement satisfaite par des sources d'eau souterraine.

 

La surface de la Terre est constituée à 71%, mais la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) ne détient qu’une infime partie de cette ressource vitale. Selon l'ONU, c'est la région du monde la plus pauvre en eau, avec dix-sept pays classés en dessous du seuil de pauvreté hydrique.

Une situation que complique une croissance démographique rapide, la médiocrité des infrastructures, et la surexploitation de ressources déjà limitées. L'agriculture à elle seule représente environ 80% de l'utilisation de l'eau dans la région MENA, selon la Banque mondiale.

Cette surexploitation signifie que les réserves naturelles d'eau souterraine de la région ne se reconstituent pas assez rapidement pour suivre le rythme de la demande. Le dessalement de l'eau de mer et les grands projets de barrages, solutions jusque-là privilégiées, viennent avec leur lot d’inconvénients environnementaux.

Les pénuries pourraient avoir des conséquences humanitaires considérables. Les sécheresses détruisent les moyens de subsistance, déplacent les populations des zones rurales vers les zones urbaines, et peuvent entraîner la prolifération des instabilités sociales et politiques.

img 2
La technologie d'ensemencement des nuages ​​a été essayée pour la première fois dans les années 1940 ,et a été largement utilisée dans les années 1970. (Photo Shutterstock)

Près d’un 1,1 milliard de personnes ne disposent pas d’un accès fiable à l'eau, et 2,7 milliards souffrent de pénuries pendant au moins un mois de l'année. 

D'ici 2025, on estime que les deux tiers de la population mondiale pourraient être confrontés à des pénuries d'eau.

Les prévisions indiquent que les approvisionnements en eau diminueront considérablement d'ici 2030, et que le rationnement pourrait devenir la nouvelle norme, à moins que des solutions durables ne soient mises en œuvre.

Avec les générateurs placés au sol, l'ensemencement des nuages ​​est peut-être un moyen d'aider à reconstituer les réserves en baisse. L'année dernière, les Émirats arabes unis ont mené plus de 200 opérations, dirigées par leur Centre national de météorologie et de sismologie (NCMS).

Une équipe de pilotes et de techniciens de la salle d'opérations dédiée du NCMS a analysé les données sur la base de leur observation de 150 cumulus pour identifier ceux considérés comme «ensemençables».

Ces nuages ​​détachés en forme de chou-fleur sont généralement visibles par beau temps, et entourent souvent des zones montagneuses telles que les montagnes d'Al-Hajar à l'est des Émirats arabes unis, qui détournent l'air chaud provenant du golfe d'Oman. Ils ont tendance à se développer par convection, et à rester à des hauteurs de base de mille kilomètres, avec une largeur allant jusqu'à un kilomètre.

img 3
Les Émirats arabes unis, qui ont souffert de rares pluies abondantes en 2006, sont normalement arides pendant la majeure partie de l'année, et le changement climatique exerce une pression réelle sur le pays et ses voisins en termes d'approvisionnement en eau dans le futur. (Photo, AFP)

«Sur la base de l'expérience acquise par les EAU, ils savent et comprennent mieux comment utiliser leur système de surveillance de chaque goutte d'eau qui tombe», explique Dr Khalil Ammar, scientifique principal en hydrogéologie et gestion des ressources en eau au Centre international de biosaline Agriculture à Dubaï (ICBA). «Ils savent sur quel type de nuage utiliser chaque technologie, pour éviter tout risque d'inondations ou de dommages au sol».

L'ensemencement des nuages ​​est une science en évolution rapide sur laquelle les Émirats arabes unis sont bien placés pour exploiter. Être capable de prédire la répartition et l'intensité des précipitations dans le Golfe et dans la région MENA au sens large pourrait s'avérer essentiel dans les années à venir, car le changement climatique rend les périodes de sécheresse plus fréquentes.

«Il est très important de continuer à enquêter et à utiliser des technologies de pointe pour améliorer les précipitations et augmenter les chances de les voir revenir», affirme Ammar.

Toutefois, les scientifiques doivent être prudents quant aux effets secondaires possibles sur l'environnement, ainsi qu’aux autres risques collatéraux, tel que la pollution et les inondations soudaines.

«Les EAU évitent certains types de nuages ​​qui contiennent d'énormes quantités d'eau», a déclaré Ammar. «Nous devons travailler davantage afin de montrer les résultats de ce programme et des implications et ses avantages. Chaque goutte d'eau que vous pouvez apporter, elle comporte en fin de compte une grande valeur, car elle s'ajoute au système d'approvisionnement en eau du pays et de la région.

Pour Chamroukh, un long chemin reste à parcourir, à la fois dans le développement de la technologie et dans la compréhension scientifique des meilleurs procédés. «Aujourd'hui, il existe de nombreuses techniques d'ensemencement des nuages», a-t-il déclaré.

Ammar et lui aimeraient tous deux voir davantage d'investissements dans les technologies de production de pluie, et beaucoup plus de coopération régionale pour faire face aux dangers communs posés par le changement climatique et les pénuries d'eau.

«L'ensemencement des nuages ​​est une nécessité, pas un choix", insiste Ammar. «Les scientifiques devraient continuer à développer de nouvelles idées et innovations du monde entier et les amener ici, si elles sont abordables et techniquement réalisables à grande échelle».

«Peut-être qu'un programme conjoint pourrait desservir l’ensemble du CCG, car il servirait à améliorer leurs performances, au lieu de travailler séparément».

«Toute cette pluie est précieuse», dit-il. « Les pays ne peuvent pas survivre sans cette ressource inestimable».

 

___________________

 

• Twitter : @CalineMalek



 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Pourquoi l’Irak ne peut subvenir aux besoins de ses jeunes en matière d’emploi

Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole
  • La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs

DUBAÏ: Lorsque des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans les rues de Bagdad et des villes du sud et du centre de l’Irak fin 2019, une revendication fondamentale a résonné plus fort que toutes les autres: les possibilités d’emploi. 

Le pays, qui venait tout juste de sortir de décennies de tyrannie, de blocus, de guerres et d’insurrections, n’a que très peu apporté à la génération de jeunes Irakiens ayant atteint l’âge adulte dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein en 2003. 

Deux ans après ces manifestations, qui se sont essoufflées avec l’apparition de la pandémie de Covid-19 au début de l’année 2020, et face à la répression infligée par les puissantes milices irakiennes, les jeunes Irakiens affirment que rien n’a changé. 

«En réalité, c’est même pire qu’avant», déclare Rachid Mansour, un coiffeur de l’ouest de Bagdad, à Arab News. «Mes cousins et moi ne pouvons nous permettre de rester ici. Nous travaillons tous à temps partiel. Tout comme le reste du pays, nous avons du mal à joindre les deux bouts», poursuit-il. 

Avec peu d’indicateurs de performance qui suggèrent le contraire, l’économie vacillante de l’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole. 

Même si le pays s’est ouvert à l'ensemble de la région et au monde, après avoir assoupli les restrictions de visas pour les visiteurs, il n’existe pas beaucoup de possibilités d’investissement au-delà du secteur pétrolier dans les nombreuses autres industries et entreprises longtemps défendues par ses dirigeants. 

Les appels à diversifier l’économie du pays sont restés sans réponse, tandis que les autorités continuent de faire la sourde oreille quant aux demandes de rationalisation du secteur public pléthorique. Les efforts d’efficacité sont ouvertement raillés par les citoyens, tout comme les obstacles que les investisseurs doivent franchir pour créer des entreprises privées. 

Près de deux décennies après que l’invasion menée par les États-Unis a renversé le régime baasiste, l’Irak continue d’avoir l’un des plus grands effectifs au sein du secteur public par habitant au monde. Sur le papier, le pays emploie quelque 7 millions de personnes sur une population estimée à 39,3 millions. 

La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs. Aucun n’a osé agir contre un district d’électeurs qui pourrait faire basculer le résultat d’une élection, ou contre un système qui a longtemps été au cœur de la manière dont le pays est dirigé. 

1
Un Irakien fume la chicha sous une peinture murale féministe qui porte le slogan arabe: «Ainsi sont nos femmes.» (Photo, AFP) 

«L’Irak se retrouve dans un cercle vicieux», confie à Arab News Ahmed Tabaqchali, stratège du fonds AFC pour l’Irak et chercheur principal à l’Institut de recherche sur les politiques Iris Mideast. «D’autres pays, à l’image de l’Arabie saoudite, prennent des initiatives comme le projet Vision 2030. C’est une bonne façon de mettre fin à la dépendance au pétrole. Mais en Irak, c’est différent. Il n’existe pas de gouvernement central puissant, mais plutôt de multiples sources de pouvoir.» 

«Les revenus pétroliers jouent un rôle primordial. Ils permettent de payer les retraites et les salaires du secteur public et ils offrent une sécurité sociale. C’est un défi d’en sortir. Il existe un accord tacite entre le gouvernement et le peuple. Les gens s’attendent à recevoir des services en échange de leur acceptation du gouvernement au pouvoir et un emploi dans le secteur public constitue l’un de ces services.» 

«Aucun parti ne veut se lancer seul dans les réformes car cela affaiblirait son pouvoir. L’Irak a besoin d’une classe politique engagée dans des plans à long terme, parce que c’est la seule façon de s’en sortir. Le secteur privé a besoin de temps pour se développer.» 


Début de l’entraînement naval entre l’Arabie saoudite et l’Égypte

Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Short Url
  • Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays»
  • Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées

LE CAIRE: Un entraînement conjoint entre les marines saoudienne et égyptienne a commencé et durera plusieurs jours. 

Les exercices Morgan-17 comprennent «de nombreux séminaires et conférences de formation, et la mise en œuvre de plusieurs activités pratiques, telles que des exercices de tir tactique par les forces spéciales des marines des deux parties avec diverses armes légères, des exercices de tir d’artillerie sol-sol sur une cible, des exercices de tir sol-air sur une cible aérienne, et l’exécution de formations de navigation», précise le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel Hafez. 

Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays, à unifier leurs concepts opérationnels dans les méthodes d’exécution des tâches navales contre diverses menaces, et à former les équipages aux tâches de diverses guerres navales et à celles des forces spéciales. Cela permet d’accroître l’efficacité au combat des marines des deux pays», ajoute-t-il. 

Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le cabinet des ministres saoudien se réunit en personne pour la première fois en deux ans

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans. (SPA)
Short Url
  • Le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis
  • Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume

RIYAD: Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans, en raison de la pandémie de coronavirus. 

Au cours de la réunion, le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). 

Le Cabinet a souligné l’urgence pour la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l'Organisation des nations unies (ONU), d'agir contre la milice houthie en mettant fin à ses agressions contre la paix et la sécurité mondiales. 

Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume, de ses entretiens avec le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ainsi que des accords conclus dans divers domaines. 

Un protocole d'accord entre le Royaume et le Koweït pour une coopération visant à encourager les investissements directs a également été approuvé lors de la réunion. 

Un projet de mémorandum de coopération entre le Royaume et la Malaisie sur la reconnaissance mutuelle des certificats halal pour les produits locaux a également été discuté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com