Le sport arabe au microscope: pourquoi si peu de médailles olympiques?

Le médaillé d’argent saoudien Tarek Hamedi affronte le Canadien Daniel Gaysinsky, dans l'épreuve éliminatoire de kumite +75 kg hommes de la compétition de karaté, lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, au Nippon Budokan, au Japon, le 7 août 2021. (Photo, AFP)
Le médaillé d’argent saoudien Tarek Hamedi affronte le Canadien Daniel Gaysinsky, dans l'épreuve éliminatoire de kumite +75 kg hommes de la compétition de karaté, lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, au Nippon Budokan, au Japon, le 7 août 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 10 août 2021

Le sport arabe au microscope: pourquoi si peu de médailles olympiques?

  • Aux Jeux de Tokyo 2020, 14 marches des podiums olympiques ont été occupées par des sportifs arabes (13 pour le Moyen-Orient et une pour le Maroc)
  • Faut-il mener des analyses comparatives pour favoriser des sports à plus faible niveau de représentation? Ou proposer au reste du monde des sports vernaculaires du Moyen-Orient et du Maghreb?

Tokyo 2020 est terminé, et toutes les têtes réfléchissent maintenant aux enseignements à tirer de ces Jeux contrariés par la Covid-19.  Certains se congratulent, comme le président du Comité International olympique (CIO), Thomas Bach, pour qui Tokyo 2020 fut un «grand succès», avec des athlètes qui ont littéralement donné «une âme» aux Jeux. Ou comme Brian McCloskey, le responsable du groupe indépendant d’experts santé missionnés par le CIO, qui considère que «Tokyo 2020 a prouvé que la pandémie n’empêchait pas l’organisation d’événements de masse sûrs et sécurisés».

D’autres acteurs oscillent entre un optimisme relatif et une critique exagérée: certains Japonais estiment avoir fait les frais de ces Jeux, et des athlètes (notamment Athleten Deutschland, l’équipe allemande) ont considéré que les restrictions de circulation et de célébration avaient transformé ces Jeux en «prison». Pour les équipes nationales et les ministères des Sports, c’est l’heure des comptes, et tous ont les yeux fixés sur le tableau des médailles. Les grands acteurs du Moyen-Orient ne sont pas en reste. Si plusieurs d’entre eux sont particulièrement impliqués dans le financement du sport – comme propriétaires ou comme sponsors – certains se demandent si le monde arabe est justement représenté sur les podiums. Une question complexe car elle recouvre différentes réalités et dynamiques.

Tout d’abord, force est de constater que s’il y a eu longtemps une réelle sous-représentation, cette période est maintenant en passe de se terminer. Le monde arabe progresse plus vite que d’autres régions (le sous-continent indien, par exemple), et ces Jeux à Tokyo ont confirmé la présence de plus en plus régulière de représentants arabes sur les marches des podiums.

Depuis 1984 et la médaille d’or remarquée de la Marocaine Nawal el Moutawakel, la percée des athlètes du Maghreb et du Moyen Orient est réelle: ce sont plus de 15 athlètes, hommes et femmes, qui ont remporté 16 médailles olympiques à Rio 2016, en progression depuis les 12 de Londres 2012.

Pour Tokyo 2020, ce sont 14 marches des podiums olympiques qui ont été occupées par des  sportifs arabes (13 pour le Moyen-Orient et une pour le Maroc). On peut regretter que le Saoudien Tareg Ali Hamedi ait manqué la médaille d’or, et qu’il doive se contenter de celle d’argent, disqualifié pour avoir assommé son adversaire en finale de karaté (+75kg), mais il faut signaler les belles performances des Qataris (2 médailles d’or et  une de bronze) et des  Égyptiens (une médaille d’or, une en argent et quatre en bronze).

Les dirigeants du monde sportif du Machreq et du Maghreb attendent maintenant avec une impatience légitime les jeux Paralympiques, car depuis 1972, les performances de leurs athlètes sont remarquées. Plusieurs pays arabes, comme l'Irak, l'Égypte et l'Algérie, ont  en effet remporté plus de médailles paralympiques qu’olympiques, et détiennent de beaux records du monde. La dynamique de fond est donc réellement présente.

Derrière ces considérations olympiques ou paralympiques, on a longtemps expliqué le prétendu «retard sportif arabe» par le fait que le développement du sport ait eu lieu d’abord dans d’autres régions, dans des conditions différentes, culturelles et économiques, géographiques et climatiques. La prédominance occidentale aurait clairement favorisé le développement des sports «occidentaux», au détriment de ceux d’autres zones géographiques et culturelles (les arts martiaux en Asie, la lutte en Iran, la participation des femmes…).

Le sport se «globalise», les contraintes culturelles qui pesaient sur la participation féminine aux compétitions internationales ont été assouplies. Avec des effets rapides: en Arabie saoudite, par exemple, depuis la médaille de bronze de Dalma Rushdi Malhas aux jeux de la Jeunesse de Singapour en 2010 (hippisme), les athlètes saoudiennes progressent chaque année en qualité et en quantité. S’il fallait compter une à deux générations pour développer un écosystème de sport de haut niveau, les dynamiques changent aujourd’hui plus rapidement.  La popularité du sport, sa réalité financière, les politiques gouvernementales sont aujourd’hui les clés du développement des compétences et performances sportives, car elles soutiennent la disponibilité des équipements, la mobilité des meilleurs des entraîneurs et surtout les changements culturels.

Pour les dirigeants arabes, la question essentielle concerne maintenant les types de sport et de compétition dans lesquels leurs pays doivent s’engager.  Les Émirats arabes unis ont  organisé des Special Olympics, et même des compétitions Ultimate Fight Championship («Fight Island»), mais dans quelle mesure cela a-t-il soutenu le développement de compétences locales?

Faut-il privilégier des sports plus renommés (Formule 1, football, basketball, tennis, certaines disciplines d’athlétisme…), et être en compétition avec des nations historiquement fortes? Il y a alors un fort intérêt lié à la visibilité de ces sports et à leur médiatisation, mais cette stratégie coûte cher en termes de temps et d’investissements. Faut-il mener des analyses comparatives pour se positionner a contrario dans des sports à plus faible niveau de représentation (haltérophilie, tir…)? Proposer au reste du monde des sports vernaculaires du Moyen-Orient et du Maghreb (fauconnerie, courses de chameau ou lutte à huile)?

Ou alors suivre les initiatives de la Fédération de Russie, la Chine, la Suisse… et radicalement s’engager dans de nouveaux espaces de compétitions (e-sports, drones…), tout en inventant de nouveaux sports (cyborgs)... Une chose est sûre, les experts prédisent un ralentissement de la croissance du sport partout dans le monde (croissance passant de 8 à 3%), mais au Moyen-Orient, le secteur reste dynamique (croissance progressant de 8,6% à 8,7%), et continuera d’attirer acteurs et investisseurs… favorisant ainsi le développement du cercle vertueux de cet écosystème sportif.

  

Philippe Blanchard a été Directeur au Comité international olympique, puis en charge du dossier technique de Dubai Expo 2020. Passionné par les mégaévénements, les enjeux de société et la technologie, il dirige maintenant Futurous, les Jeux de l’innovation, des sports et esports du Futur.

 

 


Trafic interrompu à l'aéroport d'Istanbul en raison de la neige

L'aéroport international Sabiha Gokcen lors d'une forte chute de neige à Istanbul, le 16 février 2021. (Photo, AFP)
L'aéroport international Sabiha Gokcen lors d'une forte chute de neige à Istanbul, le 16 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige
  • Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards

ISTANBUL: L'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige, ont annoncé les autorités du transport aérien. 

Selon un message de la direction générale des aéroports civils sur Twitter, les opérations ont été provisoirement interrompues « en raison de conditions exceptionnelles » qui réduisent la visibilité sur les pistes et devraient reprendre à 18H00, heure locale (15H00 GMT), après évaluation de la situation. 

Cependant, plusieurs pistes devraient rester fermées jusqu'à 22H00 (19H00 GMT), a prévenu de son côté la Direction de l'Aviation civile, au risque de provoquer au minimum des retards. 

Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards. 

La neige a commencé à tomber ce week-end sur la majeure partie de la Turquie, redoublant d'intensité dans la nuit de samedi à dimanche. 

Lundi, le gouvernorat (préfecture) d'Istanbul a mis en garde la population contre de nouvelles chutes de neige attendues en soirée, l'invitant à renoncer à prendre la route.   

Un millier d'avions se croisent chaque jour à l'aéroport « Istanbul Havilimani », situé sur la rive européenne à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville, près de la Mer Noire. 

Istanbul Havalimani a été inauguré en 2019 en remplacement de l'aéroport Ata Türk, devenu trop exigu.  

Sa construction avait suscité de nombreuses polémiques, notamment sur les atteintes portées à l’environnement - il est en pleine campagne - et le choix de sa situation, près de la Mer noire, où un épais brouillard sévit fréquemment en hiver. 

En 2021, Istanbul Havalimani a accueilli 37 millions de passagers, selon le ministère turc des Transports, ce qui en avait fait le premier aéroport d'Europe, connecté notamment à l'Asie centrale, au Moyen-Orient et à l'Afrique. 

C'est la première fois que le trafic y est suspendu depuis son ouverture, ont souligné les responsables de l'aviation civile. 

La neige est également tombée lundi sur une grande partie de la Grèce, jusque sur l'île méridionale de Crète et plusieurs îles de la mer Egée, à l'ouest de la Turquie, sans y affecter le trafic aérien. 

Selon Costas Lagouvardos, directeur de recherche à l'Observatoire national d'Athènes, la capitale grecque n'a pas connu de telles conditions météorologiques depuis 1968. 

Les chutes de neige devraient se poursuivre mardi, d'après les services météorologiques. 


Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique

L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
Short Url
  • «Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du Futur à suivre ma voie», a-t-il déclaré
  • Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth

BEYROUTH: L'ancien Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique libanaise, évoquant notamment « l'influence iranienne » sur le pays, le »désordre sur la scène internationale » et les « divisions internes ». 

Le quinquagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père, l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth.  

Cette annonce intervient après une série de revers financiers et politiques au cours des dernières années, tandis que le Liban est frappé par la pire crise socio-économique de son histoire. 

« Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du Futur à suivre ma voie », a-t-il déclaré, appelant le principal parti sunnite dont il préside, à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues en mai. 

« Il n'existe aucune opportunité positive au Liban (en raison) de l'influence iranienne sur le pays, du désordre sur la scène internationale, des divisions internes, du confessionalisme et du délitement de l'État », a dit M. Hariri. 

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est armé et financé par l'Iran chiite, grand rival régional de l'Arabie saoudite sunnite et représente la seule faction libanaise à avoir gardé ses armes après la guerre civile (1975-1990). 

Au Liban abonné aux crises politiques à répétition, M. Hariri a déjà dirigé trois gouvernements. Depuis son accession au pouvoir pour la première fois en 2009, il s'est peu à peu forgé une réputation d'homme de compromis. 

Il a présenté sa troisième démission environ deux semaines après le début des manifestations populaires contre la classe politique le 17 octobre 2019.  

Malgré sa nomination le 22 octobre 2020 pour former le gouvernement, il n'a pas pu aller au bout de sa mission du fait du ressentiment populaire et des divisions politiques. 

Lors des dernières élections de 2018, qui ont consolidé l'influence du Hezbollah, le nombre de sièges du bloc parlementaire de M. Hariri a diminué d'environ un tiers, et certains ont lié la baisse de sa popularité aux concessions politiques qu'il a faites, qui, selon lui, visaient à préserver la paix civile. 


L’Arabie saoudite condamne les attaques par missiles menées par la milice houthie contre Abu Dhabi et Jazan

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Short Url
  • Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils
  • De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères a condamné les attaques «répétées» de la milice houthie contre des civils et des infrastructures vitales au sud du Royaume et à Abu Dhabi.

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis lancés contre le pays, mais qui n’ont cependant pas fait de victimes, rapporte l’agence de presse officielle WAM.

Un F-16 a détruit un lanceur de missiles balistiques dans la province d’Al-Jawf, au Yémen, immédiatement après l'attaque.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils.

Il souligne également la nécessité pour la communauté internationale d’agir immédiatement pour contrer les attaques répétées des Houthis.

Par ailleurs, le Royaume appelle le Conseil de sécurité des nations unies à mettre fin au comportement agressif de la milice.

En Arabie saoudite, deux habitants ont été légèrement blessés après que les Houthis ont tiré un missile balistique dimanche sur la zone industrielle d’Ahad al-Masarihah, à Jazan, peu de temps avant l’attaque contre Abu Dhabi.

Le royaume de Bahreïn a dénoncé ces attaques menées par les Houthis contre des civils.

De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice.

Le ministère turc des Affaires étrangères a, quant à lui, déclaré que les attaques contre les deux pays constituent une violation flagrante du droit international.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a en outre indiqué que la poursuite des attaques des Houthis reflète le rejet par la milice de tous les efforts de paix au Yémen.

 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com