Afghanistan: le président Ghani à Mazar-i-Sharif pour remobiliser les opposants aux talibans

Le président afghan, Ashraf Ghani, à Kaboul le 4 août 2021. Archives AFP
Le président afghan, Ashraf Ghani, à Kaboul le 4 août 2021. Archives AFP
Short Url
Publié le Mercredi 11 août 2021

Afghanistan: le président Ghani à Mazar-i-Sharif pour remobiliser les opposants aux talibans

  • Les talibans ont conquis dans la nuit Faizabad, capitale de la province du Badakhshan, dans laquelle ils n'avaient jamais pu pénétrer lors de leur ascension vers le pouvoir dans les années 1990
  • Ils contrôlent désormais neuf des 34 capitales provinciales de l'Afghanistan, toutes tombées comme des dominos, dont sept situées dans le nord au pays, une région qui leur avait pourtant toujours résisté

KABOUL, AFGHANISTAN : Le président afghan, Ashraf Ghani, est arrivé mercredi à Mazar-i-Sharif, la grande ville du nord de l'Afghanistan assiégée par les talibans, pour tenter de coordonner la riposte face aux insurgés qui contrôlent désormais plus d'un quart des capitales provinciales du pays.


Les talibans ont conquis dans la nuit Faizabad, capitale de la province du Badakhshan, dans laquelle ils n'avaient jamais pu pénétrer lors de leur ascension vers le pouvoir dans les années 1990.


Ils contrôlent désormais neuf des 34 capitales provinciales de l'Afghanistan, toutes tombées comme des dominos, dont sept situées dans le nord au pays, une région qui leur avait pourtant toujours résisté.


Les forces de sécurité "ont quitté Faizabad et se sont retirées (dans des districts proches). Les talibans ont maintenant pris la ville. Les deux camps ont subi de fortes pertes", a déclaré à l'AFP Zabihullah Attiq, député du Badakhshan.


Mardi, les talibans avaient saisi Farah, dans l'ouest, et Pul-e-Khumri, dans le nord, à 200 km de Kaboul. Depuis vendredi, ils ont enchaîné les prises: Zaranj (sud-ouest), Sheberghan (nord), fief du célèbre chef de guerre Abdul Rachid Dostom, et surtout Kunduz, la grande ville du nord-est, ainsi que trois autres capitales septentrionales, Taloqan, Sar-e-Pul et Aibak.


La situation devenant critique dans le nord du pays, où les forces de sécurité paraissent complètement démoralisées, le président Ghani s'est rendu mercredi à Mazar-i-Sharif, vers laquelle les talibans tournent désormais toute leur attention.

Le président Ghani arrive à Mazar-i-Sharif pour remobiliser les opposants aux talibans. Reuters


Il devait y "vérifier la situation sécuritaire générale dans la zone nord" et "rencontrer des responsables sécuritaires, des dirigeants jihadistes, des notables et d'autres personnalités influentes", a indiqué le palais présidentiel dans un communiqué.

«Les Afghans doivent se battre»

M. Ghani devait ainsi vraisemblablement s'entretenir avec Mohammad Atta Noor, l'ex-gouverneur de la province de Balkh, dont Mazar-i-Sharif est la capitale, homme fort depuis longtemps du nord, qui a promis de résister "jusqu'à la dernière goutte de sang", ainsi qu'avec Abdul Rachid Dostom, son ancien vice-président.


Des images publiées dans la nuit sur les réseaux sociaux montraient le maréchal Dostom, puissant dirigeant d'ethnie ouzbèke, embarquer dans un avion pour Mazar-i-Sharif avec un large contingent d'hommes armés.


Les talibans, qui convergent de plusieurs directions vers Mazar-i-Sharif, ont attaqué mardi des quartiers à la périphérie immédiate de la ville, mais ont été repoussés, selon un journaliste de l'AFP sur place.


La perte de Mazar-i-Sharif serait catastrophique pour le gouvernement, qui n'aurait plus aucun contrôle sur toute la moitié nord du pays. Cela permettrait aussi aux talibans de reporter leurs efforts sur d'autres régions et peut-être même sur la capitale Kaboul.

Les talibans ont lancé leur offensive en mai, au début du retrait final des troupes américaines et étrangères, mais leur avancée s'est accélérée ces derniers jours avec la prise de plusieurs centres urbains.


Le départ des forces internationales doit être achevé d'ici le 31 août, vingt ans après leur intervention dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.


"Je ne regrette pas ma décision" de quitter l'Afghanistan, a assuré mardi le président américain, Joe Biden. Les Afghans "doivent avoir la volonté de se battre" et "doivent se battre pour eux-mêmes, pour leur nation".

Washington agacé

Washington cache de moins en moins son agacement face à la faiblesse de l'armée de Kaboul, que les Américains forment, financent et équipent depuis des années.


Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a ainsi souligné que les forces gouvernementales étaient "très supérieures en nombre" aux talibans, et qu'elles avaient "le potentiel d'infliger des pertes plus importantes". "Cette idée que l'avancée des talibans ne peut pas être arrêtée", "ce n'est pas la réalité du terrain", a-t-il estimé.


Alors que les combats font aussi rage dans le sud, autour de Kandahar et dans Lashkar Gah, Doha a accueilli mardi une réunion internationale avec des représentants du Qatar, des États-Unis, de Chine, du Royaume-Uni, de l'Ouzbékistan, du Pakistan, des Nations unies et de l'Union européenne. 


Les échanges se prolongeaient mercredi, l'émissaire américain, Zalmay Khalilzad, devant exhorter les talibans "à cesser leur offensive militaire et à négocier un accord politique".


Le processus de paix entre le gouvernement afghan et les talibans s'est ouvert en septembre dernier au Qatar, dans le cadre de l'accord conclu en février 2020 entre les insurgés et Washington prévoyant le départ total des troupes étrangères d'Afghanistan. Mais les discussions sont au point mort.


Les violences ont poussé des dizaines de milliers de civils à fuir leur foyer dans tout le pays, les talibans étant accusés de nombreuses atrocités dans les endroits passés sous leur coupe.


Abdulmanan, un déplacé de Kunduz, a confié avoir vu les talibans décapiter un de ses fils, sans savoir "si son corps a été mangé par les chiens ou enterré".


Quelque 359.000 personnes ont été déplacées en Afghanistan à cause des combats depuis le début de l'année, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).


Un amiral allemand sommé de s'expliquer après des propos controversés sur la Russie

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s'entretient avec des journalistes alors qu'elle rend visite aux forces armées allemandes à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 9 janvier 2022.(AFP)
La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s'entretient avec des journalistes alors qu'elle rend visite aux forces armées allemandes à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 9 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • La ministre de la Défense Christine Lambrecht a organisé dans la matinée une vidéoconférence avec le chef d'Etat-Major Eberhard Zorn pour définir comment traiter cette affaire
  • Les déclarations du chef de la Marine interviennent en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine

BERLIN : Le chef de la Marine allemande Kay-Achim Schönbach va devoir s'expliquer après avoir entre autres qualifié d'"ineptie" les intentions prêtées par les alliés de l'Otan à la Russie d'envahir l'Ukraine, a-t-on appris samedi auprès du ministère de la Défense.

Ce que Vladimir Poutine veut, "c'est être respecté", a déclaré le vice-amiral Schönbach selon une vidéo circulant sur internet, filmée lors d'une réunion d'un groupe de réflexion qui s'est tenue vendredi à New Delhi.

"Il est facile de lui accorder le respect qu'il veut, et qu'il mérite aussi probablement", ajoute-t-il. L'idée que la Russie veuille envahir une partie de l'Ukraine serait selon lui "une ineptie".

Ces déclarations "ne correspondent en rien à la position du ministère de la Défense allemand", a mis au point un de ses porte-parole, contacté par l'AFP.

Le vice-amiral va devoir "prendre position", en clair s'expliquer "auprès du chef d'Etat-Major des armées", le plus haut gradé dans la hiérarchie de la Bundeswehr, ajoute-t-il.

Les déclarations du chef de la Marine interviennent en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. 

D'intenses efforts diplomatiques sont actuellement déployés de part et d'autre pour éviter que la situation ne dégénère, alors que des dizaines de milliers de soldats russes sont toujours massés à la frontière ukrainienne. 

Après avoir dans un premier temps posté un tweet précisant que ses propos n'engageaient que lui, M. Schönbach a présenté ses plates excuses.

Il a ainsi qualifié ses déclarations "d'irréfléchies". "Il n'y a pas à ergoter: c'était clairement une faute", a-t-il écrit.

Selon des informations de Der Spiegel, les propos de ce militaire à la carrière jusqu'ici irréprochable ont fortement irrité jusque dans les plus hauts étages du gouvernement allemand, dirigé par le chancelier social-démocrate Olaf Scholz. 

La ministre de la Défense Christine Lambrecht a organisé dans la matinée une vidéoconférence avec le chef d'Etat-Major Eberhard Zorn pour définir comment traiter cette affaire, selon le magazine.


Mine de Turow: Prague réclame des compensations à la Pologne

Dans cette photo d'archive prise le 28 juin 2021, la centrale électrique au charbon polonaise de Turow est vue depuis une colline près du village de Vitkov en République tchèque le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 28 juin 2021, la centrale électrique au charbon polonaise de Turow est vue depuis une colline près du village de Vitkov en République tchèque le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Prague se plaint des conséquences pour l'environnement (bruit, poussières, appauvrissement des réserves souterraines en eau) de l'exploitation de cette mine de lignite en service depuis 1904.
  • La mine est située dans le Sud-Ouest de la Pologne, à la frontière de la République tchèque et de l'Allemagne qui s'en plaint également.

PRAGUE : La République tchèque réclame 50 millions d'euros de compensations dans le cadre d'un projet d'accord bilatéral révisé avec la Pologne à propos de la mine géante de Turow, a déclaré samedi la ministre tchèque de l'Environnement Anna Hubackova.

Prague se plaint des conséquences pour l'environnement (bruit, poussières, appauvrissement des réserves souterraines en eau) de l'exploitation de cette mine de lignite en service depuis 1904.

La mine est située dans le Sud-Ouest de la Pologne, à la frontière de la République tchèque et de l'Allemagne qui s'en plaint également. Malgré les protestations de ces deux pays, le gouvernement polonais a reconduit pour six ans en 2020 l'autorisation d'exploitation de Turow. 

Saisie par la République tchèque, la Cour européenne de justice a ordonné en mai 2021, dans une décision rendue en référé (en urgence), la cessation "immédiate" de l'exploitation de cette mine en raison d'effets nocifs pour l'environnement. 

Cette décision a été suivie le 20 septembre par la condamnation de Varsovie à une astreinte de 500.000 euros par jour jusqu'à l'arrêt de la mine. Mais Varsovie a refusé de payer, fustigeant une "sanction illégale" et jugeant Turow indispensable à la sécurité énergétique du pays.

Mme Hubackova, qui a pris ses fonctions en décembre, a rencontré son homologue polonaise Anna Moskwa mardi à Varsovie et "un projet d'accord révisé avec la Pologne sur Turow est prêt", a-t-elle tweeté.

Mme Hubackova a expliqué à l'agence d'informations tchèque CTK que Prague insistait sur une compensation de 50 millions d'euros alors que la Pologne entendait payer 40 millions d'euros.

Mme Hubackova a ajouté que le gouvernement tchèque allait discuter mercredi du projet d'accord révisé et que des pourparlers avec la Pologne reprendraient "idéalement d'ici fin janvier".

La mine assure la fourniture d'environ 7% de l'électricité en Pologne. Le groupe énergétique public polonais PGE, qui l'exploite, compte en extraire du charbon jusqu'en 2044 et veut l'étendre de 25 à 30 kilomètres carrés.

La Pologne dépend du charbon pour environ 80% de son électricité et compte quelque 80.000 emplois dans le secteur minier. Le pays s'est engagé à développer des sources d'énergie renouvelables et prévoit la fermeture progressive de ses mines d'ici 2049 pour répondre aux objectifs de l'Union européenne en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.


Un rival d'Angela Merkel élu nouveau président des conservateurs allemands

Le président désigné du Parti chrétien-démocrate (CDU), Friedrich Merz, assiste à un congrès du Parti chrétien-démocrate (CDU) au siège du parti à Berlin, en Allemagne, le 21 janvier 2022.(AFP)
Le président désigné du Parti chrétien-démocrate (CDU), Friedrich Merz, assiste à un congrès du Parti chrétien-démocrate (CDU) au siège du parti à Berlin, en Allemagne, le 21 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Sans avoir attaqué frontalement l'ex-chancelière, Friedrich Merz ne fait pas mystère de sa volonté de rompre avec les années Merkel
  • Après 16 ans à diriger l'Allemagne, la CDU a entamé une cure d'opposition pour les quatre prochaines années face au gouvernement formé par les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz avec les écologistes et le parti libéral

BERLIN : Les conservateurs allemands ont élu samedi à une large majorité Friedrich Merz, ancien rival d'Angela Merkel, comme nouveau président, avec la tâche de redresser un parti laminé depuis sa défaite aux législatives.

Les quelque 980 délégués de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), réunis en congrès par visioconférence en raison de la pandémie, ont voté à près de 95% en faveur du député de 66 ans, seul candidat et déjà désigné en décembre comme favori par les membres du parti.

Friedrich Merz, qui avait tenté sans succès d'accéder à ce poste à deux reprises ces dernières années, s'est déclaré "profondément ému" par ce plébiscite. 

Tenant d'un retour à une ligne conservatrice traditionnelle, après les années de centrisme d'Angela Merkel, il va devoir relancer une formation en crise profonde depuis son échec retentissant aux élections législatives du 26 septembre où elle a essuyé le plus faible score de son histoire.

Cette piètre performance avait poussé le dirigeant sortant et candidat malheureux à la chancellerie Armin Laschet à remettre son mandat en jeu.

Samedi, M. Merz a appelé le parti à resserrer les rangs. "Nous devons être une opposition forte. Nous voulons gagner les élections dans les Länder", a-t-il lancé en référence à plusieurs scrutins régionaux prévus cette année dans le pays.

Après 16 ans à diriger l'Allemagne, la CDU a entamé une cure d'opposition pour les quatre prochaines années face au gouvernement formé par les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz avec les écologistes et le parti libéral.

Le nouveau chef des conservateurs s'en est pris à M. Scholz, qu'il a accusé d'inaction aussi bien dans le débat sur la vaccination obligatoire contre le Covid-19 que dans la crise en Ukraine.

Sans avoir attaqué frontalement l'ex-chancelière, Friedrich Merz ne fait pas mystère de sa volonté de rompre avec les années Merkel. 

Leur rivalité remonte au début des années 2000, quand Angela Merkel, alors présidente de la CDU, l'avait écarté du poste stratégique de la présidence du groupe parlementaire.

En 2009, il s'était retiré complètement de la vie politique, et reconverti dans la finance. Avocat au sein d'un grand cabinet d'affaires à Düsseldorf, il avait alors accumulé les millions et les postes d'influence dans de grandes entreprises allemandes.

Propriétaire de deux avions --dont un qu'il pilote lui-même-- il a renoncé l'an dernier à ses fonctions au sein de Blackrock, l'un des plus gros gestionnaires d'actifs au monde, à la réputation sulfureuse.