Dans un parc de Kaboul, les déplacés afghans racontent l'enfer de l'offensive talibane

Selon le gouvernement afghan, 60 000 familles ont été déplacées par les combats ces deux derniers mois, et 17 000 ont été enregistrées à Kaboul. (AFP)
Selon le gouvernement afghan, 60 000 familles ont été déplacées par les combats ces deux derniers mois, et 17 000 ont été enregistrées à Kaboul. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 12 août 2021

Dans un parc de Kaboul, les déplacés afghans racontent l'enfer de l'offensive talibane

  • Un homme tente de vendre des moustiquaires aux déplacés - environ 3 dollars la pièce. Mais personne n'a d'argent
  • «Quand il y a deux filles dans une famille, ils en prennent une pour la marier, quand il y a deux garçons, ils en prennent un pour le faire combattre»

KABOUL: Des milliers d'Afghans ont fui les villes capturées par les talibans dans le nord du pays, et certains racontent des histoires terribles: adolescentes enlevées par les talibans pour être mariées de force, décapitation, et meurtres de civils.


Dans un parc du centre de Kaboul, des centaines de déplacés internes ont remplacé les flâneurs et dorment à même le sol, traumatisés.


Friba, 36 ans, se souvient des chiens qui rôdaient autour des cadavres près de la prison de Kunduz, grande ville du nord, qu'elle a fuie avec ses six enfants dimanche, quand les talibans en ont pris le contrôle.


Depuis vendredi, les insurgés se sont emparés de neuf des 34 capitales provinciales, poussant des dizaines de milliers de personnes à fuir.


Marwa, 25 ans, vient de Taloqan, autre capitale provinciale prise dimanche. En pleurs, elle raconte que les insurgés ont enlevé la veille sa cousine de 16 ans pour la marier à un combattant.


"Quand il y a deux filles dans une famille, ils en prennent une pour la marier, quand il y a deux garçons, ils en prennent un pour le faire combattre", ajoute la jeune veuve, un cathéter sale planté dans la main à cause d'une blessure à la jambe. 


"Je suis tellement triste, je pense souvent à m'immoler par le feu."


Les talibans mènent aujourd'hui une offensive tous azimuts, lancée en mai à la faveur de l'entame du retrait final des forces étrangères, qui doit s'achever à la fin du mois.

«Juste un coiffeur»

Selon le gouvernement afghan, 60 000 familles ont été déplacées par les combats ces deux derniers mois, et 17 000 ont été enregistrées à Kaboul. 


L'Afghanistan compte déjà plus de 5 millions de déplacés internes, dont au moins 359 000 qui ont fui en 2021, a indiqué l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) mardi.


Dans les localités qu'ils ont conquises, les insurgés ont été accusés d'avoir commis des crimes de guerre et plusieurs organisations internationales, dont l'ONU, ont appelé à des enquêtes. 


"Il y a trois jours, les talibans ont tué un coiffeur, car ils pensaient qu'il travaillait pour le gouvernement. Mais c'était juste un coiffeur", raconte Mirwais Khan Amiri, 22 ans, arrivé au parc samedi depuis Kunduz. "Ils tuaient tous ceux qui ont travaillé avec le gouvernement, même ceux qui avaient démissionné il y a 5 ans". 


Dans un autre camp au nord de Kaboul, les histoires sordides ne manquent pas non plus.


"Les talibans ont attrapé un de mes fils par la tête, comme s'il était un mouton, ils l'ont décapité avec un couteau, et ont jeté sa tête. Je ne sais pas si son corps a été mangé par les chiens ou enterré", raconte Abdulmanan, un déplacé de Kunduz.

«Bientôt à Kaboul»
Et aux traumatismes s'ajoute maintenant le manque de tout. Dans le parc, il n'y a pas même dix tentes pour abriter les déplacés, qu'ils réservent aux enfants.


La plupart des gens n'ont rien pour s'abriter, si ce n'est quelques châles accrochés aux arbres.


Une fillette de 2 ans, l'air très malade, est couchée par terre près de son grand-père. "Elle a attrapé froid dans la nuit", raconte Mohammad Khan, 70 ans. 


Un soldat de passage donne discrètement au vieil homme un billet.


Aucune organisation humanitaire n'est là.


Les déplacés ont eux-mêmes commencé à lister leurs noms et numéros, espérant que des responsables viennent les réclamer pour les aider.


Un homme tente de vendre des moustiquaires aux déplacés - environ 3 dollars la pièce. Mais personne n'a d'argent.


Bibi Ma, veuve, est seule avec sa fille et ses onze petits enfants. "Je n'ai pas d'argent pour m'occuper d'eux. Ils demandent à voir leur père...", déplore-t-elle. Mais leur père est mort il y a quatre jours, quand une roquette a atterri à la porte de leur maison à Kunduz. 


"On ne nous a même pas donné un centime pour l'instant" déplore Azizullah, lui aussi de Kunduz, qui a perdu "sept ou huit voisins" et dénonce "la manière brutale de combattre" des talibans.


"Ils entraient dans les maisons de force et tuaient ceux qui tentaient de les arrêter", se souvient-il. "S'ils continuent comme ça, sans faire attention à personne, ils seront bientôt à Kaboul... Alors où pourrons-nous nous fuir ?"


Meghan Markle à Uvalde pour saluer la mémoire des victimes de la tuerie au Texas

La duchesse de 40 ans, en jeans, t-shirt et casquette, s'est recueillie devant un mémorial de fortune sur lequel elle a déposé des fleurs. (Photo, AFP)
La duchesse de 40 ans, en jeans, t-shirt et casquette, s'est recueillie devant un mémorial de fortune sur lequel elle a déposé des fleurs. (Photo, AFP)
Short Url
  • La duchesse de 40 ans, en jeans, t-shirt et casquette, s'est recueillie devant un mémorial de fortune sur lequel elle a déposé des fleurs
  • Megan et son mari Harry se sont éloignés de la vie royale de la couronne britannique il y a deux ans et vivent désormais en Californie avec leurs deux enfants

UVALDE: Meghan Markle, l'épouse du prince britannique Harry, s'est rendue jeudi à Uvalde pour saluer la mémoire des victimes de la tuerie de mardi dans une école de cette ville du Texas. 

La duchesse de 40 ans, en jeans, t-shirt et casquette, s'est recueillie devant un mémorial de fortune sur lequel elle a déposé des fleurs.  

Elle a ensuite marché autour de cet espace, situé près de l'école, où sont disposées des croix blanches sur lesquelles sont écrits les noms des victimes du massacre, où 19 enfants et deux adultes ont été tués. 

Megan et son mari Harry se sont éloignés de la vie royale de la couronne britannique il y a deux ans et vivent désormais en Californie avec leurs deux enfants. 


Après la tuerie à Uvalde, la colère et les questions sur le rôle de la police

Un policier se tient près d'un mémorial de fortune pour les victimes de la fusillade à l'école primaire Robb à Uvalde, Texas, le 26 mai 2022. (Photo, AFP)
Un policier se tient près d'un mémorial de fortune pour les victimes de la fusillade à l'école primaire Robb à Uvalde, Texas, le 26 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • « Il y avait au moins 40 agents armés jusqu'aux dents mais ils n'ont rien fait jusqu'à ce qu'il soit trop tard »  a déclaré le père de l'une des victimes
  • Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux et obtenue par Storyful, on peut voir des parents frustrés, exhorter la police à entrer dans l'établissement au moment du drame

UVALDE : Le déroulé exact de la tuerie d'Uvalde au Texas, et le rôle des forces de l'ordre dans le drame, étaient au centre des questions jeudi, avec des témoignages de parents qui chargent durement la police, l'accusant d'avoir fait preuve mardi de passivité.

"Il y avait au moins 40 agents armés jusqu'aux dents mais ils n'ont rien fait jusqu'à ce qu'il soit trop tard", a déclaré à ABC Jacinto Cazares, père de Jacklyn Cazares, 10 ans, tuée dans le massacre dans l'école primaire Robb de la ville texane.

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux et obtenue par Storyful, on peut voir des parents frustrés, exhorter la police à entrer dans l'établissement au moment du drame. Les images montrent également un agent de police repousser sans ménagement l'une des personnes à l'extérieur de l'établissement.

L'un des parents s'écrie alors: "Vous savez que ce sont juste des enfants hein? (...) Des enfants de 6 ans, ils ne savent pas se défendre face à un tireur."

«Désespérés»

Daniel Myers, un pasteur de 72 ans, était arrivé avec sa femme Matilda à l'extérieur de l'école environ 30 minutes après l'entrée du tireur dans l'école.

Il a décrit à l'AFP comment les policiers ont attendu en l'absence d'une unité spécialisée pour donner l'assaut, et comment les parents assistant à la scène étaient "désespérés".

"Ils étaient prêts à rentrer (dans l'établissement). L'un des proches a dit: +J'ai été militaire, donnez-moi juste un pistolet, je vais y aller. Je ne vais pas hésiter. Je vais y aller+."

Les forces de l'ordre avaient indiqué mercredi avoir tenté d'empêcher Salvador Ramos, le tireur âgé de 18 ans, d'entrer dans l'école.

Mais, après un échange de coups de feu, il est parvenu à se barricader dans une salle de classe. C'est là qu'il a tué 19 enfants, mais aussi deux enseignantes.

Le directeur du département de la sécurité publique du Texas Steven McCraw a déclaré à CNN que Salvador Ramos est resté à l'intérieur de l'école pendant environ 40 minutes avant que la police ne réussisse à l'abattre.

Le chef de la police aux frontières Raul Ortiz, dont des agents étaient sur place, a lui assuré que ces derniers "n'ont pas hésité".

"Ils ont élaboré un plan. Ils sont entrés dans la salle de classe et ils ont résolu cela aussi rapidement qu'ils pouvaient", a-t-il déclaré également à CNN.

Inhumations

Outre les 21 tués, 17 personnes ont été blessées dont trois policiers.

En l'absence de médecin légiste, Eulalio Diaz, un responsable local, a été chargé d'identifier les corps jusque tard dans la nuit, a-t-il raconté au quotidien El Paso Times.

"Certains des enfants étaient dans un sale état", a relaté l'élu.

Les parents dans l'attente de nouvelles de leurs enfants ont fourni des échantillons ADN pour accélérer le processus d'identification.

Eulalio Diaz s'attend à ce que les corps puissent être inhumés dans les prochaines 48 heures, le temps de réaliser les autopsies.

"Cela va être dur quand je vais devoir rédiger 21 certificats de décès", a-t-il dit.

La tragédie a assommé de douleur Uvalde, ville de 16.000 habitants à mi-chemin entre San Antonio et la frontière mexicaine, et à majorité hispanique.

Lors d'une conférence de presse mardi, le gouverneur du Texas Greg Abbott a révélé que le meurtrier avait tiré sur sa grand-mère de 66 ans en plein visage avant de se rendre à l'école primaire Robb, équipé d'un fusil semi-automatique AR-15, arme funestement connue pour avoir été utilisée dans d'autres massacres aux Etats-Unis comme celui dans un lycée de Parkland en Floride qui avait fait 18 morts.

En chemin, Salvador Ramos a eu un accident de voiture, et c'est là que les forces de l'ordre ont tenté de l'arrêter, en vain.

Entraînements

L'une des institutrices de l'école, présente dans l'établissement au moment du drame, a raconté à ABC que ses élèves regardaient un film de Disney pour célébrer la fin prochaine de l'année scolaire, quand des coups de feu ont retenti.

Ses élèves ont alors mis en pratique leurs années d'entraînements pour une telle situation, en se rassemblant en silence sous leur table. Ces entraînements sont devenus la norme dans les écoles aux Etats-Unis, où les fusillades meurtrières se répètent inlassablement d'année en année.

"Ils savaient que ce n'était pas un exercice. Nous devions être silencieux, ou sinon nous allions l'alerter de notre présence", a détaillé l'institutrice qui a souhaité garder l'anonymat.

La mère du tireur, Adriana Reyes, a déclaré à la même chaîne que son fils n'était pas "un monstre", mais qu'il pouvait lui arriver d'"être agressif".

"J'avais un sentiment de malaise parfois", a-t-elle dit, se demandant ce qu'il avait derrière la tête.

«Pas d'explication»

Des centaines de personnes se sont rassemblées mercredi soir dans les tribunes d'une salle de spectacle pour pleurer les victimes du massacre.

"J'ai le cœur brisé", sanglotait Ryan Ramirez, qui a perdu sa fille Alithia, 10 ans, lors de la tuerie. A ses côtés, son épouse Jessica pleurait doucement, leur autre fille dans les bras.

Aux Etats-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer.

Le débat sur la régulation des armes à feu dans le pays tourne pratiquement à vide, étant donné l'absence d'espoir d'une adoption par le Congrès d'une loi nationale ambitieuse sur la question.

Le mouvement "March for our Lives", créé après la tuerie de Parkland, a appelé à un grand rassemblement le 11 juin à Washington pour appeler à un durcissement de la réglementation sur les armes.


Les Etats-Unis n'inviteront «absolument pas» le Venezuela au sommet des Amériques

Le Capitole des États-Unis le 16 mai 2022 à Washington, DC (Photo, AFP).
Le Capitole des États-Unis le 16 mai 2022 à Washington, DC (Photo, AFP).
Short Url
  • Washington ne reconnaît pas la réélection du président du Venezuela Nicolas Maduro en 2019, ni celle du président Daniel Ortega pour un quatrième mandat en novembre 2021 au Nicaragua
  • Les présidents du Mexique, de la Bolivie, du Guatemala, du Honduras, ainsi que plusieurs pays des Caraïbes, ont déclaré de leur côté qu'ils ne se rendraient pas au sommet si tous les pays de la région n'étaient pas conviés

WASHINGTON: Les Etats-Unis n'inviteront pas les représentants du Venezuela, dirigé par Nicolas Maduro, ni du Nicaragua au sommet des Amériques en juin à Los Angeles, a déclaré un responsable américain jeudi. 

"Absolument pas. Nous ne reconnaissons pas la légitimité de ce gouvernement", a expliqué Kevin O'Reilly, coordinateur du sommet, interrogé sur la participation du gouvernement de Nicolas Maduro lors d'une audition au Sénat. 

M. O'Reilly a aussi répondu par la négative à une possible participation du président nicaraguayen Daniel Ortega mais a été moins clair sur l'envoi d'une invitation au gouvernement cubain. 

Washington ne reconnaît pas la réélection du président du Venezuela Nicolas Maduro en 2019, ni celle du président Daniel Ortega pour un quatrième mandat en novembre 2021 au Nicaragua.

L'administration du démocrate Joe Biden avait indiqué que Cuba, le Nicaragua et le Venezuela ne devraient pas être présents car ils ne "respectent pas" les principes de la Charte démocratique interaméricaine en vigueur depuis 2001. 

Les présidents du Mexique, de la Bolivie, du Guatemala, du Honduras, ainsi que plusieurs pays des Caraïbes, ont déclaré de leur côté qu'ils ne se rendraient pas au sommet si tous les pays de la région n'étaient pas conviés. 

"Nous dialoguons avec le gouvernement mexicain et tous les gouvernements de la région au sujet de la structure et de l'organisation" de l'événement, a précisé Kevin O'Reilly.