«Du paradis à l'enfer», les apiculteurs d'Eubée ont tout perdu dans le feu

À la sortie du village de Voutas, la forêt luxuriante s'est volatilisée dans l'incendie qui a dévoré le nord de l'île grecque d’Eubée pendant neuf jours. ANGELOS TZORTZINIS / AFP
À la sortie du village de Voutas, la forêt luxuriante s'est volatilisée dans l'incendie qui a dévoré le nord de l'île grecque d’Eubée pendant neuf jours. ANGELOS TZORTZINIS / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 13 août 2021

«Du paradis à l'enfer», les apiculteurs d'Eubée ont tout perdu dans le feu

  • À la sortie du village de Voutas, la forêt luxuriante s'est volatilisée dans l'incendie qui a dévoré le nord de l'île grecque d’Eubée pendant neuf jours
  • Depuis les incendies d'une virulence exceptionnelle, l’ensemble des agriculteurs, éleveurs et producteurs redoutent les conséquences économiques et les risques d’inondations

VOUTAS, GRECE : "On a perdu nos ruches parce qu'on courait pour sauver nos villages". Casquette enfoncée sur le crâne, Adonis Vakos se lamente devant les forêts carbonisées de l'île grecque d'Eubée. "Regardez, il n'y a plus rien de vert autour de nous. Et une abeille sans vert, ça ne vit pas".

Sur le sol noirci, des cercles dessinés rappellent que des dizaines de ruches y étaient alignées au milieu des pins désormais disparus.

À la sortie du village de Voutas, la forêt luxuriante s'est volatilisée dans l'incendie qui a dévoré le nord de l'île grecque d’Eubée pendant neuf jours.

"Sur les 130 ruches que j’avais, il m'en reste 50", constate Adonis Vakos, 49 ans, dernier représentant d’une famille d’apiculteurs de père en fils.

"Je suis dans la culture du miel depuis que j’ai dix ans. On n’aura jamais le temps de revoir ça, on sera morts avant que ça repousse. Il va falloir 50 ans, si ça repousse un jour…", se désole-t-il face au relief carbonisé.

Des pins, des noyers, des figuiers arboraient les montagnes du nord d’Eubée. "Tout le monde travaillait avec la nature ici. C’est tout un mode de vie qu’on a perdu en même temps que la forêt", assure Babis, 53 ans.

"À chaque saison ses trésors", ajoute cet autre apiculteur qui vivait de ses ruches. "Qu’est-ce qu’on va trouver ici l’année prochaine ? C’est terminé. On est passé du paradis à l’enfer".

«Comment vont se nourrir les abeilles? avec du charbon?»

Sur un smartphone, les deux hommes font défiler des photos prises ces derniers mois dans la nature abondante.

"Des souvenirs pour la vie", lâche Adonis Vakos.

La peur du vide a remplacé la peur des flammes pour les apiculteurs de la région.

Depuis les incendies d'une virulence exceptionnelle, l’ensemble des agriculteurs, éleveurs et producteurs redoutent les conséquences économiques et les risques d’inondations.

"On va sans doute devoir migrer nous aussi, et mettre nos ruches dans d’autres régions", projette Adonis Vakos. "Regardez, il n’y a plus rien de vert autour de nous. Et une abeille sans vert, ça ne vit pas".

Pour son collègue Adonis Angelou, la décision est déjà prise. "J'emmène mes ruches dès demain dans le Pélion", une péninsule montagneuse au nord d'Eubée.

"J'ai loué un terrain à côté de Volos, ça engage de nouveaux frais mais je n'ai pas le choix", ajoute l'exploitant, qui a réussi à sauver ses 150 ruches en creusant à l'aide d’un tracteur un périmètre de sécurité face aux flammes.

"Heureusement je les ai sauvées. Mais comment vont se nourrir les abeilles ici ? Avec du charbon ?".

eubee
Une image satellite mise à disposition par l'Union européenne, en utilisant l'imagerie Copernicus Sentinel-2, le 12 août, montre l'étendue de la destruction de la forêt par les incendies de forêt sur l'île d'Eubée dans une comparaison entre le 1er août et le 11 août 2021.
HANDOUT / EUROPEAN UNION / AFP

Jusqu'ici, le nord d’Eubée comptait parmi les régions grecques les plus prisées des apiculteurs. Son micro-climat, sa biodiversité, ses forêts de pins caressées par le meltem offraient des conditions idéales à la production d’un miel exceptionnel.

40% de la production de miel du pays

"A cette période et jusqu’à début novembre, des milliers d'apiculteurs de Kalamata (sud) jusqu'à l'Evros (nord) venaient dans le nord d’Eubée car la production est immense et le miel de qualité", assure Panagiotis Gianakaras, apiculteur originaire d’Istiaia.

Lui aussi a réussi à sauver ses 80 ruches. Les caisses en bois colorées abritant ses milliers d’abeilles reposent désormais à l’ombre des oliviers.

"40% de la production de miel du pays se fait ici", estime Stathis Albanis, président de la coopérative des apiculteurs d’Istiaia.

"On parle de forêts qui ont une importance aussi bien écologique qu’économique. De nombreux habitants dépendent d'elles", commente auprès de l’AFP Dimitris Karavellas, directeur général de WWF Grèce.

"La crise climatique est une dure réalité et nous montre que les forêts vont devenir de plus en plus vulnérables et de plus en plus précieuses pour ce qu’elles apportent", ajoute-t-il.

"La crise climatique n’est pas une excuse pour échouer mais doit être une alarme pour changer", assène Dimitris Karavellas.

Pour Alexandra Messare, directrice des programmes en Grèce pour Greenpeace, les autorités ont une responsabilité. "Le gouvernement, tout comme le précédent, n’ont pas investi pour défendre la biodiversité et les personnes qui en dépendent", accuse-t-elle.


Les procureurs américains s'opposent à la publication des raisons de la perquisition chez Trump

Le sceau du FBI, devant le siège de l'organisation à Washington, le 15 août 2022 (Photo, AFP).
Le sceau du FBI, devant le siège de l'organisation à Washington, le 15 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Á la demande des procureurs cette fois-ci, un juge avait rendu publics le mandat autorisant la perquisition
  • «Trump s'est dit victime d'une attaque contre un opposant politique comme on n'en a jamais vu dans notre pays»

WASHINGTON: Le ministère américain de la Justice s'est opposé lundi à la publication d'un document judiciaire censé donner les raisons qui ont poussé les enquêteurs fédéraux à mener une perquisition inédite chez l'ancien président Donald Trump la semaine dernière.

L'opération de la police fédérale dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride - une première pour un ex-président - a provoqué une tempête politique, M. Trump et ses partisans dénonçant une "chasse aux sorcières".

Plusieurs organisations, dont des médias, avaient demandé à un juge de publier un document judiciaire dans lequel les enquêteurs expliquent habituellement pourquoi la perquisition était nécessaire.

Le ministère de la Justice a assuré lundi qu'une telle publication "nuirait de manière irréparable à l'enquête pénale en cours", selon un document judiciaire.

Vendredi, à la demande des procureurs cette fois-ci, un juge avait rendu publics le mandat autorisant la perquisition et une liste des documents saisis.

Mais, à l'inverse des premiers, le document dont la publication était cette fois demandée contient "des informations très sensibles sur des témoins", des techniques utilisées par la police et des faits "extrêmement importants sur l'enquête", a estimé le ministère.

Sa publication pourrait révéler la stratégie des enquêteurs et "compromettre (la réussite) de prochaines étapes de l'investigation", a-t-il ajouté.

Selon les documents révélés vendredi, la justice soupçonne le républicain d'avoir violé une loi américaine sur l'espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentiels. La liste des objets saisis mentionne de nombreux documents classés "top secret".

Donald Trump, pressenti pour se relancer dans la course à la Maison Blanche pour 2024, a assuré que ces documents avaient été déclassifiés.

Lundi, en indiquant avoir vu ses passeports saisis lors de la perquisition, le républicain s'est dit victime d'une "attaque contre un opposant politique comme on n'en a jamais vu dans notre pays".


Ukraine: Une «catastrophe» à Zaporojjia menacerait l'Europe entière, avertit Zelensky

Des militaires ukrainiens dans la région de Donetsk (Photo, AFP).
Des militaires ukrainiens dans la région de Donetsk (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis fin juillet, plusieurs frappes, dont les deux parties s'accusent mutuellement, ont visé le site
  • La centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, avait été prise début mars par les troupes russes

KIEV: Une "catastrophe" à la centrale nucléaire de Zaporojjia, sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine, menacerait l'Europe toute entière, a averti lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"A l'abri de la station, les occupants bombardent les villes et communautés des environs", a accusé M. Zelensky dans son adresse de lundi soir.

"Tout incident radioactif à la centrale nucléaire de Zaporojjia peut porter un coup aux pays de l'Union européenne, à la Turquie, à la Géorgie, et à des pays de régions plus éloignées. Tout dépend de la direction et de la force du vent", a poursuivi le président ukrainien.

"Si les actions de la Russie conduisent à une catastrophe, les conséquences pourraient frapper ceux qui restent silencieux pour l'instant", a-t-il averti.


Cameroun: Un militaire et un policier tués par des séparatistes anglophones

Le conflit avait éclaté en octobre 2016 (Photo, AFP).
Le conflit avait éclaté en octobre 2016 (Photo, AFP).
Short Url
  • Une partie de la population anglophone s'estime ostracisée par les francophones
  • Le conflit a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016 et forcé plus d'un million de personnes à se déplacer

YAOUNDÉ, Cameroun: Trois personnes, dont un militaire et un policier, ont été tuées dimanche par des rebelles dans l'ouest du Cameroun, tout près d'une région où une guerre meurtrière oppose des groupes armés séparatistes anglophones aux forces de l'ordre, a indiqué lundi à l'AFP le gouverneur de la région.

Un groupe de rebelles a attaqué, dimanche matin, un avant-poste de l'armée à Kengwo, un village situé dans la région de l'Ouest et limitrophe de celle du Nord-Ouest, peuplée principalement par la minorité anglophone d'un pays majoritairement francophone, a expliqué Augustine Awa Fonka, gouverneur de la région de l'Ouest.

"Il y a eu trois morts. Un policier, un militaire et un conducteur de moto. Les assaillants ont emporté des armes. A ma connaissance, il n'y a pas eu de victime de leur côté", a précisé M. Fonka.

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont le théâtre depuis cinq ans d'un conflit meurtrier entre des groupes armés réclamant l'indépendance d'un État qu'ils appellent l'"Ambazonie" et des forces de sécurités massivement déployées par le pouvoir du président Paul Biya, 89 ans, qui dirige le Cameroun d'une main de fer depuis près de 40 ans.

Une partie de la population anglophone s'estime ostracisée par les francophones. Le conflit a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016 et forcé plus d'un million de personnes à se déplacer, selon le centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

Les rebelles - comme les militaires et les policiers - sont régulièrement accusés par les ONG internationales et l'ONU de commettre exactions et crimes contre les civils.

En juin, cinq militaires avaient été tués par des rebelles anglophones dans l'attaque d'un poste de gendarmerie à Njitapon, dans l'ouest du pays.

Le conflit anglophone avait éclaté en octobre 2016 après des manifestations pacifiques d'une partie de la minorité anglophone, qui s'estimait marginalisée et réclamaient plus d'autonomie ou l'indépendance, et violemment réprimées par les forces de l’ordre.