Incendie sur la Côte d'Azur: des pompiers "concentrés" avant la levée du vent

Des incendies de forêt font rage dans le département du Var, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans le sud-est de la France, le 17 août 2021. (Valéry Hache/AFP)
Des incendies de forêt font rage dans le département du Var, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans le sud-est de la France, le 17 août 2021. (Valéry Hache/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 20 août 2021

Incendie sur la Côte d'Azur: des pompiers "concentrés" avant la levée du vent

  • Sur place, plus de mille personnels étaient toujours mobilisés, et les moyens aériens s'apprêtent à reprendre leur ballet de largages
  • Deux corps calcinés ont été retrouvés dans une propriété de Grimaud, dans un hameau d'une vallée encaissée

LE LUC, France : Les pompiers étaient "très concentrés" vendredi matin dans l'arrière-pays varois, attelés à noyer les lisières de feu avant une reprise du vent attendue dans la journée, au cinquième jour de lutte contre le plus gros incendie de l'année en France.

"La nuit a été calme, sans vent, avec des températures fraîches, et une montée de l'humidité favorable à la lutte", a commenté auprès de l'AFP au petit matin le commandant Florent Dossetti, des pompiers du Var.

L'incendie, qui a fait deux morts dans la région de Saint-Tropez, "n'a pas progressé en surface", s'est félicité M. Dossetti, qui dit rester "hyper vigilant" toutefois à d'éventuelles reprises de feu vendredi, à la faveur de vents changeants attendus dans la journée.

Sur place, plus de mille personnels étaient toujours mobilisés, et les moyens aériens s'apprêtent à reprendre leur ballet de largages.

Le feu a parcouru depuis lundi 8.100 hectares et brûlé 7.100 hectares de forêt.

Jeudi, la gendarmerie du Var a publié un appel, dans le cadre de l'enquête judiciaire en cours, pour recueillir "le témoignage de personnes ayant des informations à communiquer sur les circonstances du départ du feu".

"Il s'agit d'être sûr qu'on n'est pas passé à côté de quelqu'un qui aurait vu quelque chose", a indiqué à l'AFP le procureur de Draguignan, Patrice Camberou.

Deux corps calcinés ont été retrouvés dans une propriété de Grimaud, dans un hameau d'une vallée encaissée.

Cet incendie, en plein coeur de l'été, dans un département très touristique, a nécessité l'évacuation de quelque 10.000 personnes, qui pour certains ont passé plusieurs nuits dans un centre d'hébergement. Toutes les mairies interrogées par l'AFP vendredi avaient fermé leur centre d'hébergement, les touristes ou les résidents en étant partis.

Le bilan de l'incendie est également très lourd pour les producteurs de rosé de Provence, très prisé aux Etats-Unis et en Europe, certains viticulteurs ayant vu leur matériel ou hangars réduits en cendres, et pour la faune sauvage, la plaine des Maures étant un havre de biodiversité. 

Plusieurs pays du pourtour méditerranéen, d'Israël au Maroc, en passant par l'Algérie ou l'Espagne, ont été touchés par de graves incendies cet été.


Covid-19: un «stress test» pour l'Etat de droit en Europe

La crise, analysent les auteurs du rapport parlementaire français, a plutôt joué comme un «stress test» conduisant «certains Etats à remettre en cause temporairement les droits fondamentaux». (Photo, AFP)
La crise, analysent les auteurs du rapport parlementaire français, a plutôt joué comme un «stress test» conduisant «certains Etats à remettre en cause temporairement les droits fondamentaux». (Photo, AFP)
Short Url
  • A l'heure où Varsovie et Budapest sont déjà en conflit avec l'UE sur l'indépendance de la justice, un rapport parlementaire vise à analyser les risques engendrés par la pandémie pour la cohésion européenne
  • Le constat est mitigé: pas d'effondrement durable des droits mais des mesures en ordre dispersé et une menace qui demeure

PARIS : L’épidémie de Covid-19 est un "stress test" pour l’Etat de droit dans l’UE, qui a fait preuve de "résilience" mais doit renforcer ses outils pour éviter de se fracturer sur d'autres crises, estime un rapport parlementaire publié mercredi.

A l'heure où Varsovie et Budapest sont déjà en conflit avec l'Union sur l'indépendance de la justice et les droits fondamentaux, ce rapport vise à analyser les risques engendrés par la pandémie pour la cohésion européenne.

Le constat est mitigé: pas d'effondrement durable des droits mais des mesures en ordre dispersé et une menace qui demeure.

Confinements, frontières fermées... "aucun Etat membre n'a eu une réaction idéale, respectant à la fois l'objectif d'efficacité dans la lutte contre l'épidémie et le respect absolu des critères de l'Etat de droit", relèvent ses auteurs, la députée LREM Coralie Dubost et son collègue LR Philippe Benassaya.

Pour autant, la crise sanitaire "n'a pas créé de situations inédites en ce qui concerne le respect de l'Etat de droit", et l'Europe a connu une "résilience globale" dans ce domaine face à la pandémie.

La crise, analysent les auteurs du rapport, a plutôt joué comme un "stress test" (épreuve de résistance) conduisant "certains Etats à remettre en cause temporairement les droits fondamentaux".

Mais "les Etats pour lesquels un risque (d'affaiblissement de l'Etat de droit ndlr) était déjà identifié avant la crise sanitaire suscitent des inquiétudes renforcées", ajoutent-ils.

Une référence à la Pologne et la Hongrie, soupçonnées de profiter de la crise du Covid pour renforcer des évolutions déjà problématiques au regard de l'UE.

«Bombe à fragmentation»

Pour Sabine Thillaye, présidente de la commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale, d'autres crises comme celle du Covid pourraient servir de "prétexte" pour affaiblir l'Etat de droit et constituer une "bombe à fragmentation" pour l'UE.

Déjà, une grande diversité caractérise les réponses des 27 membres de l'Union, souligne le rapport parlementaire.

Ainsi, il cite le Democracy Reporting International Report selon lequel 15 pays membres -dont la France, l'Allemagne, la Grèce ou la Belgique- ont pris des "mesures hautement restrictives" -fermeture des frontières, couvre-feu, fermeture des écoles et services non-essentiels etc.

Dans huit autres pays, des "mesures restrictives significatives" (Italie, Espagne notamment) ont été instaurées, et quatre ont connu des "mesures modérément restrictives" (Portugal, Suède...). Aucun membre de l'UE ne s'est contenté de "mesures peu restrictives".

Les deux députés rappellent que dès novembre 2020 le Parlement européen s'est inquiété du recours de "manière disproportionné" de certains pays à des mesures répressives pour faire respecter par exemple le confinement ou les quarantaines.

Ils relèvent aussi des déséquilibres "problématiques" au profit du pouvoir exécutif dans les réponses à la crise, avec une "capacité de contrôle parlementaire réduite".

Le rapport souligne également "l'exercice plus compliqué de l'activité des médias et des journalistes": accès limité aux conférences de presse, réponses "inadéquates ou inexistantes" des pouvoirs publics aux questions de la presse, entre autres.

Il suggère pour faire face aux risques de dérive que le rapport annuel de la Commission européenne sur l'Etat de droit dans l'UE contienne bien des "recommandations précises" assorties d'un "suivi".

La conditionnalité du versement des fonds européens aux Etats violant ces grands principes devrait également être renforcée.

Il recommande aussi l'élaboration par la Commission européenne d'une "boîte à outils" explicitant les lignes rouges à ne pas franchir en matière de rôle des parlements nationaux, séparation des pouvoirs ou encore liberté de la presse.

Autre suggestion: une "coopération renforcée" entre les parlements nationaux de l'UE afin de mettre en commun les "bonnes pratiques de contrôle de l'exécutif" par temps de crise, et s'assurer que toute mesure d'urgence garde un caractère "limité".


La majorité des Français craignent «l'extinction» à cause des migrants musulmans

La théorie du «Grand Remplacement» est populaire dans les cercles nationalistes blancs d'extrême droite (Photo, AFP /Archives)
La théorie du «Grand Remplacement» est populaire dans les cercles nationalistes blancs d'extrême droite (Photo, AFP /Archives)
Short Url
  • 60% des participants au sondage disent qu'un tel scénario se déroulera «certainement» ou «probablement» dans leur pays
  • La théorie islamophobe et antisémite du «Grand remplacement» est populaire parmi les mouvements d'extrême droite

LONDRES: Près des deux tiers des Français pensent que les populations chrétiennes européennes blanches sont «menacées d'extinction» en raison de l'immigration en provenance des pays musulmans et africains, selon un nouveau sondage.

60% des Français qui ont répondu au sondage mené par Harris Interactive ont déclaré qu'un tel scénario se déroulerait «certainement» ou «probablement» dans leur pays, a rapporté le Daily Mail.

Le sondage a été conçu pour tester l'opinion publique sur la théorie du «Grand Remplacement», une idée conspirationniste selon laquelle la civilisation chrétienne est intentionnellement remplacée par des capitalistes mondiaux, ou pour certains partisans de la théorie, par des Juifs, en utilisant l'immigration musulmane en provenance d'Afrique.

La théorie, détestée par beaucoup pour ses thèmes islamophobes, racistes et antisémites, est populaire dans les cercles nationalistes blancs d'extrême droite.

Les participants au sondage étaient équilibrés en termes d'âge et de sexe, mais divisés par leur affiliation politique. Les partis anti-immigration de droite, dont le plus important est le Front national de Marine Le Pen, ont une influence considérable sur les électeurs en France, et le sondage illustre les sentiments profonds de ces électeurs envers les immigrés musulmans.

Plus de 90% des partisans du parti de Marine Le Pen ont affirmé qu'ils pensaient que le remplacement était un scénario probable, tandis que seulement 30% des Verts de gauche partageaient le même avis.

Plus de la moitié, soit 52% des partisans du parti du centre-droit «La République En Marche» du président sortant Emmanuel Macron, ont également déclaré qu'ils pensaient que la théorie était un scénario probable.

La question de l'immigration et de l'intégration des musulmans est devenue un sujet sensible en France ces dernières années.

Le parti de Le Pen en question est confronté à un défi de la part d’un candidat populiste de droite, Eric Zemmour, une personnalité de la télévision qui a déjà été condamnée pour discours de haine et rhétorique antimusulmane.

Zemmour a signalé que Paris était «colonisé» par des migrants musulmans ayant des familles nombreuses, qui, selon lui, constitueront la majorité de la population d'ici le milieu du siècle.

Bien que les statisticiens aient largement discrédité cette idée, elle semble prévaloir auprès du public français.

Zemmour a déclaré que les musulmans français doivent «choisir entre l'islam et la France» – une déclaration qui lui a valu l'une de ses condamnations pour discours de haine – à la suite d'une série d'attentats terroristes et d'autres incidents similaires qui ont enflammé les relations entre les populations musulmanes et non-musulmanes du pays.

D’après une étude réalisée en 2017 par Pew Research, 8,8% des Français sont musulmans, soit la proportion la plus élevée d'Europe du Nord et de l'Ouest.

Zemmour n'a pas encore officiellement annoncé qu'il se présentera à la présidence en avril 2022, et le système électoral français stipule que soit lui, soit Le Pen, mais pas les deux, se présenteront finalement contre le parti de Macron.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Aux côtés d'Orban en Hongrie, Marine Le Pen fustige l'UE et la «submersion migratoire»

Marine Le Pen et Viktor Orban à Budapest, 26 octobre 2021. (Photo, AFP)
Marine Le Pen et Viktor Orban à Budapest, 26 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • La candidate du RN à Budapest un mois après la visite d'Eric Zemmour, son rival potentiel mais non encore déclaré à la présidentielle, et de sa nièce Marion Maréchal
  • Le Pen a vivement critiqué la «brutalité idéologique» de l'UE, refusant tout principe de primauté du droit européen en référence au récent bras de fer polonais

BUDAPEST : Contre "l'asservissement" de l'UE et la "submersion migratoire", Marine Le Pen a fait bloc mardi à Budapest avec le dirigeant ultraconservateur hongrois Viktor Orban, à l'occasion de leur premier tête-à-tête.


C'était pour la candidate du Rassemblement national (RN) un rendez-vous très attendu, un mois après la visite du polémiste Eric Zemmour, son rival potentiel mais non encore déclaré à la présidentielle française de 2022, et de sa nièce Marion Maréchal.


Escorte policière, tapis rouge, déjeuner en petit comité et conférence de presse "officielle": Mme Le Pen s'est dite "honorée" de l'accueil que M. Orban lui a réservée au monastère des Carmélites, aujourd'hui bureau du Premier ministre, surplombant le Danube. 


M. Zemmour n'avait eu, lui, droit qu'à un entretien privé.


Menacée d'être écartée dès le premier tour de la présidentielle d'avril 2022 selon certains sondages récents, Marine Le Pen a cherché à asseoir sa stature en s'affichant aux côtés du Premier ministre hongrois, défenseur des valeurs "illibérales" en Europe.


Interrogé sur le scrutin à venir, Viktor Orban s'est cependant gardé de "prendre position", "la décision revenant au peuple français".

«Brutalité idéologique»

Devant la presse, tous deux ont martelé leur message souverainiste, à quelques mois d'élections nationales délicates pour elle, très serrées pour lui.


A l'unisson de M. Orban, Marine Le Pen a vivement critiqué la "brutalité idéologique" de l'Union européenne, refusant tout principe de primauté du droit européen en référence au récent bras de fer polonais.


Et de fustiger un "pouvoir centralisé bruxellois enivré de sa propre existence, de sa puissance et de son omnipotence",  une "volonté d'asservissement" de l'Union européenne.


Dans ce contexte, les deux figures souverainistes ont prôné une alliance des nations.


M. Orban, dont le parti a quitté en mars le groupe PPE (droite) au Parlement européen, a expliqué être "en quête de partenaires pour coopérer dans cette nouvelle ère". Et le camp de Marine Le Pen est "incontournable", a-t-il dit, saluant son "soutien" inébranlable au fil des ans.


Au sujet de cette alliance des nations, la visite n'a toutefois donné lieu à aucune annonce concrète.


"Je pense que tant que les forces patriotes et souverainistes ne sont pas alliées au sein du Parlement européen, elles ont évidemment moins de poids que si nous arrivons à constituer ce grand groupe que nous appelons de nos voeux depuis déjà un certain nombre de temps", a-t-elle insisté ensuite devant la presse.


Le sujet n'a guère avancé depuis la publication, en juillet, d'une "déclaration commune" entre la candidate du RN et une quinzaine d'alliés en Europe, dont le Premier ministre hongrois.

Pas des «clones»

En attendant, Marine Le Pen a pris soin de gommer les divergences, mettant plutôt en avant la "question de l'immigration", chère aux deux responsagles.


Elle a ainsi étrillé "ce fléau dont nos nations doivent impérativement se préserver" et la "submersion migratoire que veut organiser l'UE".


Sur le reste, M. Orban est, comme Eric Zemmour et Marion Maréchal, plus libéral sur le plan économique, et plus conservateur sur le plan des valeurs sociétales que Mme Le Pen. 


Une proximité idéologique affichée par le trio fin septembre, prompt à brandir la "théorie du grand remplacement" (théorie complotiste d'un remplacement de la population européenne par une population immigrée, NDLR) sur la scène d'un "sommet de la démographie" à Budapest.


De même n'hésitent-ils pas à agiter la propagande du "lobby LGBT+".


Mais la candidate du RN a refusé de critiquer la récente loi hongroise interdisant "la promotion et la représentation de l'homosexualité" auprès des moins de 18 ans. 


"Je ne cherche pas des clones", a-t-elle lancé. "Comme je suis fondamentalement attachée à la souveraineté de chacune des nations, il ne me viendrait pas à l'esprit de venir donner des leçons au peuple hongrois".


A six mois de la présidentielle, ces différences paraissent secondaires au regard de son "besoin de regonfler son image à elle", et "de dire à cet électorat tenté par Eric Zemmour que question autoritarisme, elle a aussi quelques galons", commente l'historien Nicolas Lebourg, auteur d'un essai sur "Les droites extrêmes en Europe".