Josep Borrell : «Impossible» d'évacuer tous les personnels afghans de Kaboul pour le 31 août

«Les mesures de contrôle et de sécurité des américains sont très fortes. Nous nous sommes plaints. Nous leur avons demandé de montrer plus de flexibilité». (Photo, AFP)
«Les mesures de contrôle et de sécurité des américains sont très fortes. Nous nous sommes plaints. Nous leur avons demandé de montrer plus de flexibilité». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 22 août 2021

Josep Borrell : «Impossible» d'évacuer tous les personnels afghans de Kaboul pour le 31 août

  • «Si les Américains partent, les Européens n'ont pas la capacité militaire d'occuper et de sécuriser l'aéroport militaire et les talibans prendront le contrôle»
  • Josep Borrell a jugé nécessaire de discuter avec les talibans. «Si vous voulez faire sortir votre staff, il faut discuter avec les talibans», a-t-il expliqué

BRUXELLES : Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a jugé "impossible" d'évacuer tous les collaborateurs afghans des pouvoirs occidentaux avant le 31 août et a déploré que les mesures de sécurité prises par les Etats-Unis à l'aéroport de Kaboul entravent cette évacuation, dans un entretien samedi à l'AFP.

L'administration américaine a fixé au 31 août la date du retrait définitif de ses forces d'Afghanistan et prévoit d'évacuer plus de 30 000 Américains et civils afghans. 

"C'est mathématiquement impossible", a jugé Josep Borrell dans cet entretien réalisé par téléphone. 

"A ce que je sache, les Américains n'ont pas annoncé qu'ils allaient rester au delà de cette date. Mais ils peuvent changer d'avis", a-t-il ajouté.

"Le problème est l'accès à l'aéroport. Les mesures de contrôle et de sécurité des américains sont très fortes. Nous nous sommes plaints. Nous leur avons demandé de montrer plus de flexibilité. Nous n'arrivons pas à faire passer nos collaborateurs", a-t-il confié.

La seule délégation de l'UE a Kaboul compte environ 400 collaborateurs afghans et leurs familles. Elle a promis de les évacuer, mais 150 seulement sont à ce jour arrivés en Espagne. 

 

Le Canada a évacué près de 1 000 Afghans dans des conditions "chaotiques"

Le Canada a évacué près de 1 000 Afghans de leur pays, ont affirmé samedi de hauts responsables gouvernementaux canadiens, en pointant la dangerosité de la situation autour de l'aéroport de Kaboul.

"A ce jour, nous avons évacué près de 1 000 ressortissants afghans qui risquaient de subir des représailles pour leur travail avec le Canada et les pays alliés", ont-ils indiqué lors d'un point presse téléphonique.

Les personnes évacuées ne sont pas toutes destinées à être accueillies au Canada. 

Près de 800 Afghans sont arrivés au Canada dans le cadre d'un nouveau programme spécial d'immigration, ont-ils précisé.

Les autorités canadiennes ont reçu environ 6 000 demandes, dont près de la moitié ont été traitées et approuvées.

Le Canada s'est engagé récemment à accueillir 20 000 réfugiés afghans dans le cadre de ce programme.

"Les conditions sur le terrain sont précaires, chaotiques et désespérées", ont souligné ces hauts responsables canadiens, évoquant une "mission dangereuse".

"C'est chaotique et désespéré à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de l'aéroport en ce moment", ont-ils précisé. 

"Le simple fait de se rendre à l'aéroport est extrêmement dangereux", ont-ils admis.

Le Canada a repris jeudi ses vols vers Kaboul en envoyant deux avions militaires, pour la première fois depuis la prise de Kaboul par les talibans.

Samedi, l'ambassade des Etats-Unis en Afghanistan a exhorté les ressortissants américains à éviter de se déplacer vers l'aéroport de Kaboul à cause de "potentielles menaces de sécurité". 

La gigantesque opération d'évacuation dans la capitale afghane, représente "l'une des plus difficiles de l'histoire", selon le président américain Joe Biden.

Les Etats-Unis ont annoncé avoir évacué environ 17 000 personnes depuis le 14 août.

"Il s'agit des collaborateurs actifs. Mais le nombre des Afghans qui ont travaillé avec nous au cours de ces 20 années est beaucoup plus important", a-t-il souligné.

"Kaboul compte deux aéroports. L'aéroport civil est entre les mains des talibans et aucun vol ne part. Les Américains contrôlent l'aéroport militaire. Les avions embarquent les gens qui sont sur le tarmac. Dans l'avion qui est arrivé à Madrid aujourd'hui, un tiers des passagers sont américains", a-t-il précisé.

"Si les Américains partent, les Européens n'ont pas la capacité militaire d'occuper et de sécuriser l'aéroport militaire et les talibans prendront le contrôle", a-t-il affirmé. Les Américains, avec les Britanniques, ont déployé 6 000 militaires pour contrôler l'aéroport militaire.

Josep Borrell a jugé nécessaire de discuter avec les talibans. "Si vous voulez faire sortir votre +staff+, il faut discuter avec les talibans", a-t-il expliqué.

"Tout le monde cherche à passer des accords avec les talibans. Nous avons des contacts avec les talibans, mais pas avec les dirigeants", a-t-il précisé.

"Parler ne veut pas dire reconnaitre", a-t-il insisté.

"Mais il sera impossible de faire sortir de Kaboul tous les afghans qui ont besoin de protection. C'est impossible. C'est inimaginable. Il ne faut pas raconter d'histoires. Il y a des priorités. Nous voulons faire sortir nos ressortissants et les collaborateurs afghans", a-t-il averti.


Le Forum de Davos en présentiel du 22 au 26 mai

Le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab (à gauche), s'adresse au chancelier allemand Olaf Scholz, avant le discours du chancelier pour l'Agenda 2022 de Davos, à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2022.(AFP)
Le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab (à gauche), s'adresse au chancelier allemand Olaf Scholz, avant le discours du chancelier pour l'Agenda 2022 de Davos, à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Le Forum reviendra pour la première fois depuis deux ans dans cette station de ski où les grands décideurs du monde l'économie, de la politique et de la diplomatie ont l'habitude de se rencontrer
  • La propagation foudroyante du variant Omicron a de nouveau forcé les organisateurs à déplacer à nouveau l'édition qui devait se tenir cette semaine à Davos

GENEVE: Le Forum économique mondial (WEF) se tiendra en présentiel dans la station de ski chic de Davos en Suisse du 22 au 26 mai, annoncent vendredi ses organisateurs, alors que des réunions en ligne se sont tenues cette semaine.  

Le Forum reviendra pour la première fois depuis deux ans dans cette station de ski où les grands décideurs du monde l'économie, de la politique et de la diplomatie ont l'habitude de se rencontrer, précisent les organisateurs qui ont dû repousser l'événement face à la propagation rapide du variant Omicron.

Le thème choisi pour cette édition est "Travailler ensemble, Restaurer la confiance", précisent les organisateurs dans le communiqué, avec au programme des discussions notamment sur la reprise après la pandémie, le changement climatique, l'évolution du travail ou les changements technologiques avec la quatrième révolution industrielle.

"Après toutes les réunions virtuelles qui se sont tenues au cours des deux dernières années, les leaders de la politique, des affaires et de la société civiles doivent enfin se réunir à nouveau en personne", a déclaré Klaus Schwab, son fondateur et président exécutif, cité dans le communiqué, pour "relever les multiples défis auxquels nous faisons face", a-t-il ajouté. 

Depuis le début de la pandémie, toutes les rencontres prévues pour cette événement ont été repoussées compte tenu des restrictions sanitaires et de voyages qui ont compliqué l'organisation de grands événements. 

L'an passé, les organisateurs avaient d'abord reporté l'événement au mois de mai, le déplaçant au Bürgenstock, non loin de Lucerne, en Suisse centrale, avant de décider de la repousser au mois d'août à Singapour avant que la rencontre ne soit simplement annulée.

La propagation foudroyante du variant Omicron a de nouveau forcé les organisateurs à déplacer à nouveau l'édition qui devait se tenir cette semaine à Davos. Ils ont cependant mis en place une série de sessions virtuelles avec pour ambition de faire le point sur l'état du monde.  

 


Chine: un A330 victime d'une « panne de moteur présumée » en vol

Un Airbus A330 de China Eastern Airlines atterrit à l'aéroport de Londres Heathrow, dans l'ouest de Londres, le 14 février 2021.(AFP)
Un Airbus A330 de China Eastern Airlines atterrit à l'aéroport de Londres Heathrow, dans l'ouest de Londres, le 14 février 2021.(AFP)
Short Url
  • Des internautes avaient fait part de l'incident sur Weibo dès jeudi après-midi
  • D'après l'application VariFlight, spécialisée dans le suivi de vols, l'appareil concerné est un A330 vieux de 10 ans

PEKIN : Un appareil Airbus A330 a subi jeudi une "panne de moteur présumée" lors d'un vol intérieur en Chine, mais s'est posé sans encombre à son aéroport de destination, a indiqué la compagnie locale, Sichuan Airlines.

Le transporteur n'a pas précisé la gravité de l'incident qui a affecté le biréacteur du constructeur européen. L'appareil s'est posé sans encombre à sa destination.

"Le vol 3U8884 entre Pékin et Chengdu (B6535/A330) a reçu un message de panne de moteur présumée pendant le vol", a annoncé Sichuan Airlines dans un communiqué publié jeudi soir sur le réseau social Weibo.

"L'équipage a immédiatement lancé une procédure d'urgence" et "le vol a pu se poursuivre sans heurt, atterrissant en toute sécurité à l'aéroport international de Chengdu" (sud-ouest), a-t-elle indiqué.

Airbus a de son côté indiqué avoir été informé de l'"incident" et qu'il "apportera tout le soutien nécessaire à la compagnie aérienne".

Des internautes avaient fait part de l'incident sur Weibo dès jeudi après-midi.

Sans confirmer explicitement la panne d'un moteur, Sichuan Airlines a indiqué dans son communiqué que "les pannes monomoteur font partie du programme de formation quotidienne des pilotes à la gestion des situations particulières".

D'après l'application VariFlight, spécialisée dans le suivi de vols, l'appareil concerné est un A330 vieux de 10 ans.

Selon les sites Airfleets.net et Planespotters.net, l'avion de Sichuan Airlines est équipé de deux moteurs Rolls-Royce.


Les îles Tonga font face à une immense pénurie d'eau potable

Cette image satellite distribuée par 2022 Planet Labs PBC montre une photo de la ville de Kanokupolu sur l'île de Tongatapu, l'île principale des Tonga, le 14 janvier 2022, un jour avant l'éruption de Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai à proximité volcan qui a dévasté de nombreuses îles voisines et provoqué un tsunami dans l'océan Pacifique. (AFP)
Cette image satellite distribuée par 2022 Planet Labs PBC montre une photo de la ville de Kanokupolu sur l'île de Tongatapu, l'île principale des Tonga, le 14 janvier 2022, un jour avant l'éruption de Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai à proximité volcan qui a dévasté de nombreuses îles voisines et provoqué un tsunami dans l'océan Pacifique. (AFP)
Short Url
  • Le 15 janvier, l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, qui a provoqué un tsunami, a coupé cette petite nation du Pacifique du reste de la planète
  • Les opérations de secours ont véritablement commencé jeudi après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait

SIDNEY : Les îles Tonga faisaient face vendredi à une immense pénurie d'eau potable, près d'une semaine après l'éruption du volcan dans l'archipel, dont l'effet a été comparé à l'explosion d'une "bombe atomique" par un responsable des secours.

Sur Tongatapu, l'île principale de Tonga, "nous avons senti une grande... c'était comme une bombe atomique", a témoigné par téléphone à l'AFP Sione Taumoefolau, secrétaire général de la Croix-Rouge de Tonga. 

"Toute l'île a tremblé en raison du vacarme (causé) par l'éruption". 

Le 15 janvier, l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, qui a provoqué un tsunami, a coupé cette petite nation du Pacifique du reste de la planète après la rupture du câble de communications reliant l'archipel au réseau internet. 

La situation demeure difficile, en raison du manque d'aide humanitaire et de la titanesque opération de nettoyage des cendres auxquels les habitants doivent désormais s'atteler. 

"Le pire, pour nous, ce sont les cendres. Tout est recouvert par les cendres du volcan", a souligné M. Taumoefolau.

Jonathan Veitch, en charge de coordonner les opérations pour les Nations Unies depuis les Fidji, a estimé que le principal problème pour les Tongiens est l'eau potable. 

Les réserves d'eau de dizaines de milliers de personnes pourraient être contaminées par les cendres du volcan ou l'eau salée du tsunami qui a suivi.

"Avant l'éruption, une majorité d'entre eux dépendaient de l'eau de pluie", a déclaré à l'AFP M. Veitch. 

« Triple coup dur? »

"Si les cendres ont rendu tout cela toxique, c'est un problème, à moins qu'ils puissent accéder à des sources souterraines". Pour lui, il "est désormais vital de pouvoir déterminer leur emplacement".  

Des analyses de l'eau ont commencé, mais après l'éruption de samedi dernier "tout le pays est couvert de cendres", a rapporté M. Veitch. 

Les opérations de secours ont véritablement commencé jeudi après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait. 

Des avions militaires australien et néo-zélandais transportant de l'aide d'urgence ont pu se poser. 

Mais la distance, les difficultés de communication et les mesures mises en place pour éviter que le Covid-19 n'affecte ce royaume de 170 îles, jusque-là épargné, compliquent les opérations de secours.

"Ce n'est pas facile. C'est loin de tout, comme vous le savez. Il y a donc des contraintes d'accès. Et puis le problème de Covid, évidemment, ainsi que l'absence de moyens de communications", a reconnu le coordinateur de l'ONU.

"Je dirais que c'est presque un triple coup dur".

Alors que les arrivées de l'aide étrangère s'intensifient, l'ONU "s'inquiète" des risques liés au Covid , a déclaré M. Veitch, évoquant le variant Omicron qui se propage actuellement dans plusieurs archipel du Pacifique, notamment les Iles Salomon et Kiribati. 

Le gouvernement cherche actuellement un moyen de faire entrer des travailleurs humanitaires dans le pays sans prendre le risque qu'ils ne contaminent la population. 

« Nombreuses destructions »

Le gouvernement des îles Tonga a terminé l'évaluation de l'ampleur des dégâts, notamment sur les îles qui ont été touchées par le tsunami provoqué par l'éruption.

Trois personnes ont été tuées mais l'ampleur financière des dommages matériels reste à établir.

"Rien ne laisse à penser que le bilan humain est plus lourd mais les destructions (matérielles) sont nombreuses", selon M. Veitch.

De nombreuses personnes vivant sur des îles éloignées et dont les maisons ont été détruites ont été évacuées sur la grande île de Nomuka. 

Le navire néo-zélandais HMNZS Aotearoa a accosté à Tonga vendredi, transportant d'importantes réserves d'eau potable. 

"(Il) a également la capacité de dessaler 70 à 75.000 litres d'eau par jour, ce qui est fera une différence pour la population, au moins sur Tongatapu", a déclaré Veitch.  

L'Unicef a envoyé un grand nombre de kits d'eau et d'assainissement à bord du navire humanitaire australien HMAS Adelaïde, qui a quitté Brisbane jeudi soir. 

"Nous envoyons également beaucoup d'équipements pour traiter l'eau ", a déclaré M. Veitch.  

L'éruption volcanique a entendue jusqu'en Alaska à plus de 9.000 km de là. Un champignon de fumée de 30 km de hauteur a dispersé cendres, gaz et pluies acides sur les 170 îles que comptent les Tonga.

Cette éruption a provoqué une énorme onde de pression qui a traversé la planète, se déplaçant à une vitesse de 1.231 km/h, selon l'Institut national néo-zélandais de recherche sur l'eau et l'atmosphère.