Barbara Pravi: «L'Eurovision, ça m'a changé la vie»

«Je remarque maintenant les regards, les chuchotements où on prononce mon nom, ça fait tout drôle». (Photo, AFP)
«Je remarque maintenant les regards, les chuchotements où on prononce mon nom, ça fait tout drôle». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 24 août 2021

Barbara Pravi: «L'Eurovision, ça m'a changé la vie»

  • La jeune femme a fait ses gammes en sortant ces dernières années ses propres singles ou en composant pour d'autres
  • La brune bouclée, pas encore trentenaire, a mûri son premier album pendant sept ans

PARIS: Écoutes à huit chiffres sur les plateformes musicales, tournée internationale en vue: "L'Eurovision, ça m'a changé la vie", savoure la Française Barbara Pravi, qui vit une rentrée "bénie" avec la sortie de son premier album.

Sa deuxième place dans le fameux concours, avec la chanson "Voilà" et ses envolées à la Piaf, a un goût de victoire. "Il y a encore deux ans, la rentrée était un moment d'angoisse", confie-t-elle. "Là, je me sens privilégiée, c'est une période un peu bénie, incroyable. Jamais je n'aurais imaginé que je tournerai bientôt dans le monde, que mon album serait attendu".

L'auteure-compositrice-interprète a pu mesurer sa nouvelle notoriété en vacances cet été au Portugal. "Je remarque maintenant les regards, les chuchotements où on prononce mon nom, ça fait tout drôle", narre-t-elle. 

"Une fois, en terrasse, je buvais un verre et trois personnes sont venues me dire en anglais qu'elles étaient heureuses d'avoir pris leurs billets pour mon concert en avril 2022 à Lisbonne, alors qu'avant je n'étais pas connue au Portugal".

Pas de risque qu'elle ne soit qu'un feu de paille. La brune bouclée, pas encore trentenaire, a mûri son premier album pendant sept ans. Soit, en gros, la période depuis laquelle elle est entrée dans le paysage musical. 

La jeune femme a fait ses gammes en sortant ces dernières années ses propres singles ou en composant pour d'autres (passant d'un artiste grand public comme Yannick Noah à l'électro-pop branchée de Terrenoire, par exemple). 

«C'est un chemin»

L'artiste donne à entendre les voix et les voies qu'une femme peut prendre au fil de l'existence avec "On n'enferme pas les oiseaux", qui sort vendredi (chez Capitol, disque principalement peaufiné avec son vieux complice Igit, et Vincha, jeune plume sollicitée récemment par Julien Clerc).

À l'écoute, c'est comme un long-métrage qui se déploie. "J'ai construit cet album comme une histoire, chacun se fait son propre imaginaire, c'est un chemin". 

Les scènes défilent entre élans amoureux ("Le jour se lève"), quête de liberté ("Saute"), affirmation de soi ("La femme", auquel répond en contre-champ "Mes maladroits").

Les épreuves d'une vie sont toujours là. Dans ses compositions d'avant l'Eurovision, Barbara Pravi se mettait déjà à nu, entre violences conjugales ("Le Malamour") ou avortement ("Chair"). 

Ici, c'est la maladie d'Alzheimer qui dessine un morceau poignant ("La ritournelle") et laisse présager une interprétation habitée sur scène. 

"Les gens vont venir au concert et vont s'attendre à être bousculés. Pour 'La ritournelle', il va falloir travailler mes émotions pour que je n'explose pas, car ça touche quelque chose de très sensible, je parle de ma grand-mère, le nombre des enfants dans la chanson correspond à la réalité", éclaire-t-elle.

Instruments-personnages

L'habillage musical se révèle organique, avec de belles respirations de piano et de cordes. "C'est une référence à Prokofiev (compositeur majeur du XXe siècle), l'idée que tous les instruments sont comme des personnages, sur 'La ritournelle' le piano se tord ainsi à un moment".

Des arrangements qui prendront tout leur relief sur scène, dans une tournée XXL qui lui offre un beau clin d'œil avec deux dates dans la salle parisienne du Trianon, où elle fut serveuse dans une autre vie. 

"C'est là où j'ai appris à changer un fût de bière, à faire un mojito, là où j'ai renversé ma première commande sur un client ; je suis encore pote avec des gens qui travaillaient là-bas". Une tranche de vie qui se retrouve dans "Je sers", une de ses anciennes chansons, souvenir de carnets noircis derrière son bar, futurs morceaux.

"C'était il y a 10 ans, pile poil, j'avais 18 ans: repasser dans cette salle maintenant, sur scène, j'y vois presque du mystique (rires)".


Le Panthéon accueille Joséphine Baker, icône de la liberté

Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. (Photo, AFP)
Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. (Photo, AFP)
Short Url
  • Femme, noire, artiste de scène et née à l'étranger, Joséphine Baker ne sera que la sixième femme - sur 80 personnages illustres - à y entrer après Simone Veil en 2018
  • Le chef de l'Etat rendra hommage à cette «artiste de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste»

PARIS : Quarante-six ans après sa mort en 1975, Josephine Baker revient en pleine lumière mardi en entrant au Panthéon pour y rejoindre les grandes figures françaises grâce à sa vie "incroyable" d'artiste de music-hall, de résistante et de militante antiraciste.

"Me revoilà Paris": l'une des plus célèbres chansons de la diva retentira à 17H30 pour lancer la cérémonie solennelle devant le grandiose édifice néo-classique, considéré comme "le temple laïc de la République".

Femme, noire, artiste de scène et née à l'étranger, Joséphine Baker ne sera que la sixième femme - sur 80 personnages illustres - à y entrer après Simone Veil en 2018.

"Ca va être mémorable" avec de "la joie et de l'excitation", espère Brian Bouillon-Baker, l'un des 12 enfants adoptés par Joséphine Baker, dont 11 sont toujours vivants.

Avec eux, plusieurs centaines de personnes sont attendues, dont de nombreux jeunes, autour d'Emmanuel Macron qui prononcera un discours devant les portes du Panthéon.

Le chef de l'Etat rendra hommage à cette "artiste de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste" qui "fut de tous les combats qui rassemblent les citoyens de bonne volonté, en France comme de par le monde".

"Elle est l'incarnation de l'esprit français", a proclamé le chef de l'Etat en annonçant le 23 août son entrée au Panthéon.

"Ma mère était une idéaliste qui voulait prouver que la fraternité universelle n'était pas une utopie", a résumé Brian Bouillon-Baker sur France Inter.

Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. Elle devient la vedette de "La Revue Nègre" au théâtre es Champs-Elysées en acceptant avec réticence d'apparaître seins nus. 

"Si je veux devenir une star, je dois être scandaleuse", justifie-t-elle. "C'est la France qui m'a fait ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle", affirme aussi celle qui se disait ravie d'être "devenue l'enfant chérie des Parisiens" et qui a obtenu la nationalité française le 30 novembre 1937.

«J'ai deux amours»

"J'ai deux amours, Paris et mon pays", sa chanson la plus connue, sera d'ailleurs jouée par la Musique de l'armée de l'air à l'arrivée du cercueil au Panthéon.

La dépouille de Joséphine Baker ne sera pas dans le cercueil, puisque sa famille a décidé de la laisser reposer dans le cimetière marin de Monaco, aux côtés de son dernier mari et de l'un de ses enfants, non loin de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.

C'est donc un cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps) qui sera installé dans le caveau 13 de la crypte, où se trouve déjà l'écrivain Maurice Genevoix, entré au Panthéon l'an dernier.

Symboliquement, ce cénotaphe a été rempli de poignées des quatre terres qui "étaient chères à Joséphine Baker": sa ville natale de Saint-Louis, Paris où elle connut la gloire, le château des Milandes (Dordogne) où elle installa sa tribu "arc-en-ciel", et Monaco où elle termina sa vie.

À cinq mois de l'élection présidentielle, l'Elysée assure qu'il ne faut pas voir de message politique dans cette panthéonisation. "Il y a réellement un consensus très large" et "pas une voix ne s'est élevée" pour la contester, relève un conseiller.

Il n'empêche que la cérémonie devrait donner l'occasion à Emmanuel Macron de célébrer des valeurs qu'il entend mettre en avant dans la campagne. "Joséphine Baker, c'est l'histoire exemplaire" d'une personnalité qui "fait preuve de volonté et de détermination pour construire sa propre émancipation", résume l'un de ses conseillers.

À la veille de la célébration, Albert de Monaco a rendu hommage lundi à Joséphine Baker en reprenant devant sa tombe des paroles de la princesse Grace: "Il y a des êtres qui ne s'éteignent jamais".


Plus d'un millier d'objets phares de films hollywoodiens aux enchères à Los Angeles

Le costume de John Travolta porté dans «Pulp Fiction». (Photo, AFP)
Le costume de John Travolta porté dans «Pulp Fiction». (Photo, AFP)
Short Url
  • «Batman», «Retour vers le Futur», Harry Potter, James Bond, «Game of Thrones» ou encore Marilyn Monroe, Bruce Willis et Keanu Reeves: au total, plus de 1 200 objets liés à des films emblématiques et des célébrités sont mis en vente
  • Les pièces les plus recherchées devraient être le costume noir signé Perry Ellis porté par John Travolta dans «Pulp Fiction» et le sabre laser de Liam Neeson dans son rôle du jedi Qui-Gon Jinn dans le volet de Star Wars «La Menace Fantôme»

LOS ANGELES : Le costume de John Travolta dans "Pulp Fiction", la planche de surf de Patrick Swayze dans "Point Break" et le sabre laser de Liam Neeson dans "La Menace Fantôme" sont au menu d'une gigantesque vente aux enchères d'objets de films hollywoodiens organisée cette semaine à Beverly Hills.

"Batman", "Retour vers le Futur", Harry Potter, James Bond, "Game of Thrones" ou encore Marilyn Monroe, Bruce Willis et Keanu Reeves: au total, plus de 1 200 objets liés à des films emblématiques et des célébrités sont mis en vente jeudi et vendredi par la maison spécialisée Julien's Auctions près de Los Angeles.

Les pièces les plus recherchées devraient être le costume noir signé Perry Ellis porté par John Travolta dans "Pulp Fiction" et le sabre laser de Liam Neeson dans son rôle du jedi Qui-Gon Jinn dans le volet de Star Wars "La Menace Fantôme", tous deux estimés entre 20 000 et 40 000 dollars, comme la célèbre combinaison jaune de Bruce Lee (portée non par l'acteur mais par le cascadeur qui lui servait de doublure) dans "Le Jeu de la mort" ou son nunchaku noir fait sur-mesure.

La tenue endossée par Arnold Schwarzenegger dans "Terminator 2", avec blouson de motard et pantalon de cuir assorti, est quant à elle estimée entre 20 000 et 30 000 dollars.

Outre les désormais habituels lots de baguettes magiques maniées par divers personnages des films Harry Potter, les fans de films d'action pourront tenter d'acquérir des armes factices brandies par Bruce Willis lorsqu'il interprétait John McClane dans la saga "Die Hard" ou utilisées sur le tournage de "John Wick".

Une fausse dague en obsidienne utilisée dans la série "Game of Thrones" pour combattre les créatures venues du froid sera même mise sous le marteau, pour un prix estimé entre 3 000 et 5 000 dollars.

Les admirateurs des actrices de légende pourront rêver avec une série d'objets personnels ayant appartenu à l'inoubliable Marilyn Monroe, dont un poème manuscrit, des vêtements portés par Elizabeth Taylor et Doris Day ou même le lasso doré qui équipait Gal Gadot dans "Wonder Woman".


Les héritiers Gucci veulent porter plainte contre le film «House of Gucci»

«La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches», indique une lettre publiée par l'agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d'Aldo Gucci. (Photo, AFP)
«La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches», indique une lettre publiée par l'agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d'Aldo Gucci. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le film se saisit de l'un des faits divers les plus retentissants de l'Italie des années 1990, l'assassinat de Maurizio Gucci
  • La famille Gucci n'est plus impliquée dans la marque de luxe depuis les années 1990

ROME : Les héritiers de la maison italienne de luxe Gucci ont menacé lundi d'intenter une action en justice contre le film de Ridley Scott "House of Gucci", qu'ils accusent de dépeindre les membres de la famille comme des "hooligans".

Le film se saisit de l'un des faits divers les plus retentissants de l'Italie des années 1990, l'assassinat de Maurizio Gucci (joué par Adam Driver), héritier de la maison italienne, commandité par son ex-épouse Patrizia Reggiani (Lady Gaga).

"La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches", indique une lettre publiée par l'agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d'Aldo Gucci (1905-1990), le fondateur de la marque de luxe.

La lettre précise que les héritiers Gucci ont été particulièrement blessés par la description de Patrizia Reggiani, "une femme condamnée pour avoir commandité le meurtre de Maurizio Gucci (présentée) comme une victime".

Elle regrette aussi qu'Aldo Gucci et ses proches soient dépeints comme "des hooligans, ignorants et insensibles au monde qui les entoure".

"House of Gucci" est réalisé par le Britannique Ridley Scott, 83 ans, auteur de plusieurs films parmi les plus emblématiques de ces 40 dernières années comme "Blade Runner", "Alien", "Gladiator" ou "Thelma et Louise".

La famille Gucci n'est plus impliquée dans la marque de luxe depuis les années 1990. Celle-ci est aujourd'hui la propriété du groupe français Kering, fondé par le milliardaire François Pinault.