Grâce au streaming, un comté anglais devient une plaque tournante du cinéma

Une impression d'artiste publiée par Blackstone le 2 août 2021 montre le développement proposé d'un nouveau centre Sunset Studios pour la production cinématographique, télévisuelle et numérique à Broxbourne, au nord de Londres. (Blackstone/AFP)
Une impression d'artiste publiée par Blackstone le 2 août 2021 montre le développement proposé d'un nouveau centre Sunset Studios pour la production cinématographique, télévisuelle et numérique à Broxbourne, au nord de Londres. (Blackstone/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 27 août 2021

Grâce au streaming, un comté anglais devient une plaque tournante du cinéma

  • A une trentaine de kilomètres au nord de Londres, la petite ville de Broxbourne et ses quelque 15.000 habitants vont bientôt être secoués par l'installation de vastes studios de cinéma
  • Avec la croissance de plateformes comme Netflix et les retards de tournage accumulés pendant la pandémie, les studios existants ont été rapidement débordés cet été, ouvrant la voie à une expansion

BROXBOURNE, Royaume-Uni : Des champs, des cités-dortoirs, de petits villages... Et d'énormes studios: grâce à l'explosion du streaming, le calme comté anglais du Hertfordshire est en passe de devenir une plaque tournante de l'industrie du cinéma.

A une trentaine de kilomètres au nord de Londres, la petite ville de Broxbourne et ses quelque 15.000 habitants vont bientôt être secoués par l'installation de vastes studios de cinéma: les Sunset Studios occuperont près de 37 hectares, en lisière d'un champ de céréales.

"Cet endroit était vraiment notre premier choix pour quelque chose de cette ampleur", assure à l'AFP Victor Coleman, directeur de Hudson Pacific Properties, co-financeur du projet avec le fonds Blackstone.

Avec la croissance de plateformes comme Netflix et les retards de tournage accumulés pendant la pandémie, les studios existants ont été rapidement débordés cet été, ouvrant la voie à une expansion.

Si bien que, même si un monde et des milliers de kilomètres séparent le bucolique comté du Hertfordshire d'Hollywood, cette région anglaise déjà entichée de cinéma est en train de devenir une véritable plaque tournante de l'industrie.

Avec son patrimoine cinématographique et ses infrastructures industrielles, Victor Coleman pense que la région a le potentiel pour devenir "la zone de production vers laquelle les gens voudront graviter".

Ce comté d'environ 1,2 million d'habitants accueille en effet depuis plusieurs décennies de grosses productions hollywoodiennes, comme les trilogies originales de "Star Wars" et "Indiana Jones", liées aux studios d'Elstree.

D'autres grands studios y sont déjà implantés, comme le site de Warner Bros à Leavesden, célèbre pour la franchise "Harry Potter".

Retombées économiques

Mais "l'appétit vorace pour des contenus" au niveau mondial a accéléré les choses et poussé Hudson Pacific - qui possède à Los Angeles le studio ayant produit "Lalaland" - à investir 700 millions de livres (818 millions d'euros) dans les Sunset Studios.

Ce nouveau campus, dont la construction devrait prendre deux ans et demi après l'obtention du permis, pourra contenir jusqu'à 25 scènes destinées à accueillir tous les types de tournage, mais s'adressera en particulier aux sociétés comme Amazon et Apple.

Car les productions cinématographiques sont désormais considérées comme "secondaires" par les exploitants des studios, par rapport aux séries télé ou productions pour les géants du streaming.

Construit à côté de l'autoroute la plus fréquentée du pays, le gigantesque studio de Broxbourne offrira "l'échelle, la connectivité et la base de compétences" nécessaires pour ce genre de productions, affirme Victor Coleman.

Pour le comté, en plus des projets d'expansion d'autres studios, c'est une aubaine: les Sunset Studios devraient créer plus de 4.500 emplois et apporter 300 millions de livres (350 millions d'euro) par an à l'économie du Hertfordshire.

Triangle d'or

A une trentaine de kilomètres à l'ouest de Broxbourne, le district de Dacorum se présente aussi comme une destination incontournable de tournage.

Avec sa campagne idyllique, ses villages pittoresques et ses centres-villes plus modernes, le district a joué sur sa polyvalence pour accueillir de nombreux productions ces dernières années, dont la série "Afterlife" de Ricky Gervais (Netflix).

Le Hertfordshire a enfin "pris conscience de ce qui se trouvait sur le pas de sa porte", relève Jo Beckett, chargée de repérer les lieux de tournage pour de grosses productions.

C'est selon elle surtout le développement des studios de Warner Bros, construits sur un aérodrome de la Seconde Guerre mondiale, qui a dynamisé la région jusqu'à en faire une "plaque tournante" du secteur, voire un "acteur majeur d'Hollywood".

Les difficultés et dépenses excessives liées à un tournage à Londres (péage urbain, monde dans les rues) ont aussi poussé les cinéastes à abandonner la capitale au profit d'un "triangle d'or" dans l'ouest de la ville qui s'étend du Hertfordshire aux studios de Shepperton, affirme Ian Heard, lui aussi chargé de repérages.

Pour ce cernier, les producteurs préfèrent désormais tourner dans des lieux situés à moins d'une quarantaine de kilomètres de leur base -souvent les studios- pour limiter leurs dépenses, ce qui a profité à la région.

"Tout le monde veut la facilité", résume-t-il, et donc "tout est question de coûts... et de les maintenir bas".


Alicia Keys se produira à l'Expo 2020 de Dubaï

La lauréate de 15 Grammy Awards donnera à ses fans un aperçu de son nouveau double album, Keys. (AFP)
La lauréate de 15 Grammy Awards donnera à ses fans un aperçu de son nouveau double album, Keys. (AFP)
Short Url
  • La star américaine se produira à Dubaï dans le cadre d’Infinite Nights le 10 décembre et y présentera son nouvel album, Keys
  • D’autres vedettes arabes se sont produites dans les spectacles Infinite Nights, comme le chanteur irakien Kadhem Saher et les stars libanaises Nancy Ajram et Ragheb Alama

DUBAÏ: La  vedette américaine Alicia Keys sera la première artiste internationale à se produire dans le cadre d’Infinite Nights de l'Expo 2020 Dubaï le 10 décembre, ont annoncé vendredi les organisateurs.
La lauréate de 15 Grammy Awards donnera à ses fans un aperçu de son nouveau double album, Keys. 
«Chanter à Infinite Nights, de l'Expo 2020 Dubaï, sera une expérience tellement incroyable», a affirmé Keys dans un communiqué. «Je suis tellement enthousiaste à l’idée de partager ce spectacle vraiment spécial, magnifique et unique, à la veille de la sortie de mon nouvel album.»

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Alicia Keys (@aliciakeys)

«"Keys" vous engage à laisser de côté tout ce qui vous retient et à briser les cloisons invisibles au-dessus de vous! L’album reflète parfaitement les valeurs de l'Expo. J'ai hâte de libérer ce nouvel univers avec vous», a-t-elle déclaré.
Le spectacle sera diffusé en direct pour les fans du monde entier sur www.virtualexpodubai.com et disponible sur plusieurs chaînes, y compris Expo TV sur YouTube et Facebook.
Loubna Haroun, vice-présidente de Moment-Makers, qui invite les vedettes invitées à l'Expo 2020, a indiqué dans un communiqué qu’après «l'incroyable succès de nos artistes arabes en octobre et novembre, nous sommes ravis de présenter Alicia Keys à l'Expo 2020».

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Alicia Keys (@aliciakeys)

«L’Expo 2020 et Alicia partagent la conviction que la créativité et la diversité doivent être célébrées, que chacun a la possibilité de réaliser ses rêves et de briller. Nous attendons avec impatience un spectacle qui réjouit et enchante notre public», a-t-elle ajouté.
Infinite Nights est une série d'événements qui se déroulent jusqu'au 31 mars et accueillent les visiteurs pour célébrer la créativité humaine, l'innovation, le progrès et la culture.
Parmi les célébrités arabes qui ont participé jusqu'ici au spectacle, figurent le chanteur irakien Kadhem Saher et les stars libanaises Nancy Ajram et Ragheb Alama.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Rio: Le «carnaval du siècle» aura-t-il lieu?

Un ouvrier de l'école de samba de Viradouro prépare des coiffes au quartier général du groupe, à la Cidade do Samba (Ville de Samba), où sont fabriqués les costumes et les chars pour le carnaval de Rio, en vue du carnaval de 2022 à Rio de Janeiro, Brésil, le 12 novembre, 2021.(Mauro Pimentel/AFP)
Un ouvrier de l'école de samba de Viradouro prépare des coiffes au quartier général du groupe, à la Cidade do Samba (Ville de Samba), où sont fabriqués les costumes et les chars pour le carnaval de Rio, en vue du carnaval de 2022 à Rio de Janeiro, Brésil, le 12 novembre, 2021.(Mauro Pimentel/AFP)
Short Url
  • Les écoles de samba de Rio de Janeiro ont repris leurs répétitions pour le carnaval que tous espèrent grandiose
  • En attendant le verdict, les écoles de samba continuent de travailler d'arrache-pied pour fabriquer à temps des milliers de costumes, et surtout les chars monumentaux

RIO DE JANEIRO, Brésil : Les corps couverts de paillettes se trémoussent au rythme frénétique des percussions: les écoles de samba de Rio de Janeiro ont repris leurs répétitions pour le carnaval que tous espèrent grandiose - si le Covid ne vient pas de nouveau empêcher la fête, comme l'an dernier.

Après une attente de deux ans, les Cariocas s'apprêtent à célébrer fin février leur plus grand carnaval depuis un siècle.

"Rio est une ville de culture. La samba fait partie de notre vie, comme le foot ou la plage", explique Moacyr da Silva Pinto, dit "maître Ciça", régisseur des percussions de l'école Unidos do Viradouro.

Cet homme de 65 ans au visage émacié dirige une cinquantaine de percussionnistes par de grands gestes de la main, un sifflet pendu au cou.

Plusieurs dizaines de membres de Viradouro chantent, dansent et s'enlacent sur la piste, montrant sans retenue -et pour la plupart sans masque- à quel point ils sont heureux de se retrouver.

"C'est un cri de liberté, une joie sans fin, de pouvoir enlever ces masques, d'être vacciné", confie Leonina Gabriel, 35 ans.

Viradouro avait été sacrée championne de la dernière édition, en 2020, au terme de deux nuits de défilés lors desquelles 12 écoles de samba sont notées sur différents critères comme l'harmonie, la qualité des chars ou le thème choisi.

Les autorités locales ont conditionné la tenue du carnaval, du 25 février au 1er mars, à la situation épidémiologique, qui s'est nettement améliorée grâce à l'avancée de la vaccination.

Mais le maire Eduardo Paes, qui avait déclaré il y a deux mois qu'il serait "ridicule" d'imposer des gestes barrière durant les festivités, est désormais plus prudent.

"Si les conditions sont réunies, le carnaval aura lieu. Sinon, il n'aura pas lieu", a-t-il admis auprès de l'hebdomadaire Veja.

- Le plus grand carnaval depuis 1919 -

En attendant le verdict, les écoles de samba continuent de travailler d'arrache-pied pour fabriquer à temps des milliers de costumes, et surtout les chars monumentaux hauts comme des immeubles de plusieurs étages.

Charpentiers, soudeurs, stylistes, costumières: des dizaines de petites mains s'activent dans les grands hangars de la Cité de la Samba, dans la zone portuaire de Rio, où chaque école dispose d'un espace pour préparer son défilé, dans le plus grand secret.

"Le carnaval de Rio est une grande industrie qui fait vivre de nombreuses familles", explique l'architecte Marcus Ferreira, un des directeurs de la création de Viradouro.

C'est le cas notamment de Simone dos Santos, 46 ans, cheffe des costumières, qui a dû trouver des petits boulots pour joindre les deux bouts après l'annulation des dernières festivités.

"La pandémie a été un rude coup pour ceux qui dédient leur vie au carnaval", déplore-t-elle, rappelant qu'elle travaille dans ce secteur depuis qu'elle a 20 ans.

Viradouro a justement choisi pour thème le carnaval de 1919, vécu comme une sorte de catharsis pour fêter la fin de l'épidémie de grippe espagnole, qui avait fait entre 50 et 100 millions de morts à travers le monde.

À l'époque, les écoles de samba n'existaient pas encore, mais les chroniqueurs font état d'une ferveur populaire inégalée.

"Le monde s'est arrêté (à cause du Covid-19), mais nous, les Brésiliens, nous sommes des guerriers et nous avons vaincu. C'est ce que nous montrerons, avec le plus grand carnaval depuis 1919", assure maître Ciça.

- Sans restriction? -

Au-delà des défilés du sambodrome, la fête aura lieu aussi dans les rues, avec plus de 500 "blocos", cortèges délurés de millions de cariocas et de touristes qui dansent du matin au soir et où alcool coule à flots.

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui avait déjà critqué les excès du carnaval avant la pandémie, a affirmé jeudi que, si ça ne tenait qu'à lui, "il n'y aurait pas de carnaval".

Plus de 60% des Brésiliens ont reçu deux doses de vaccin, une proportion encore insuffisante pour les spécialistes, pour qui la nouvelle vague de contaminations en Europe doit servir d'avertissement.

Pour Mariângela Simão, spécialiste brésilienne chargée de l'accès aux médicaments à l'OMS, l'idée d'un retour du carnaval est "préoccupante".


Le Goncourt des Lycéens couronne Clara Dupont-Monod pour son roman sur le handicap

Clara Dupont-Monod a reçu le prix à Paris au ministère de l’Education nationale. (Photo, AFP)
Clara Dupont-Monod a reçu le prix à Paris au ministère de l’Education nationale. (Photo, AFP)
Short Url
  • Publié chez Stock, «S'adapter» a été élu dès le premier tour de scrutin, avec 8 voix sur 13, parmi les cinq romans finalistes
  • Dans ce roman, déjà consacré par le Prix Femina, l'éditrice et journaliste de 48 ans imagine une fratrie bouleversée par l'arrivée d'un enfant handicapé

RENNES : Un roman qui "laisse une trace lumineuse": Le Goncourt des Lycéens 2021 a récompensé jeudi Clara Dupont-Monod pour "S'adapter", un roman sensible qui raconte l'arrivée d'un enfant handicapé dans une fratrie.

Publié chez Stock, "S'adapter" a été élu dès le premier tour de scrutin, avec 8 voix sur 13, parmi les cinq romans finalistes, ont précisé les jeunes jurés de la 34e édition du Prix coorganisé par le ministère de l'Education nationale et la Fnac, et annoncé à Rennes.

Dans ce roman, déjà consacré par le Prix Femina, l'éditrice et journaliste de 48 ans imagine une fratrie bouleversée par l'arrivée d'un enfant handicapé.

"Je suis vraiment très émue. C'est un peu comme s'ils accueillaient un peu cette fratrie qui a dû s'adapter, je suis vraiment très émue", a réagi par téléphone Clara Dupont-Monod, des  sanglots dans la voix.

"Ce roman nous a séduits par sa justesse, sa douceur, sa poésie, il laisse une trace lumineuse qui ouvre les portes de la tolérance face au handicap. Merci", a déclaré la présidente du jury Nour Benkhabeche, élève de seconde à l'Ecole européenne de Bruxelles IV.

Les jurés n'ont pas eu de difficultés à se décider. Avec 8 voix sur 13 au premier tour, "cela s'est fait assez rapidement", a indiqué Nour Benkhabeche, 17 ans. "Il y a une certaine douceur, une certaine sensibilité et un thème qui s'inscrit tellement dans la société: le handicap, c'est un sujet dont on ne parle pas assez. On a trouvé que c'était joliment fait, un très beau livre, lumineux, pas du tout sombre, qui donnait un peu d'espoir vers l'avenir", a argumenté la lycéenne.

"Ce roman m'a beaucoup plu. C'est vrai qu'il est très intéressant, il nous a tous touchés et méritait d'être élu", a indiqué Rachel Bulka, 16 ans, élève au lycée Massena à Lille et membre du jury, interrogée par l'AFP.

«Porter haut» le handicap

Le livre permet aussi de voir "comment cela se passe avec l'administration", avec aussi "les différents points de vue d'une fratrie". "L'écriture est très pure et les descriptions sont magnifiques", a souligné la jeune Lilloise, "très heureuse" d'avoir été embarquée dans cette aventure littéraire. "Cela m'a permis de faire de nombreuses rencontres avec d'autres lycéens en France".

Selon Benjamin Lefebres, 15 ans, membre du jury et élève au lycée Pierre Bourdieu à Toulouse, le roman de Clara Dupont-Monod "a permis de porter haut un thème souvent tu. Et plein de beaux messages qui sont livrés dedans et ne sont pas assez explorés". Sur la question du handicap ? La société ne fait "pas assez", il y "trop de pages de dossiers à remplir", selon le jeune Toulousain.

"S'adapter", qui était aussi en lice pour le prix Goncourt, en est à sa troisième récompense après le Femina et le Prix des lecteurs de Landerneau.

Chaque année depuis la création du Goncourt des Lycéens en 1988, environ 2.000 lycéens de toute la France participent au choix du lauréat qui clôt la saison des prix littéraires.

Au départ, les 14 romans sélectionnés pour le Prix Goncourt, grand frère du Goncourt des Lycéens, étaient en lice. Cinq figuraient dans la sélection finale: Clara Dupont-Monod, Anne Berest, La carte postale (éd. Grasset), Patrice Franceschi, S'il n'en reste qu'une (éd. Grasset), Lilia Hassaine, Soleil amer (éd. Gallimard) et "Le Voyage dans l'Est" (éd. Flammarion) de Christine Angot.

En 2020, le Prix Goncourt des Lycéens avait été attribué à l'écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal pour son roman Les impatientes (éditions Emmanuelle Collas). Les délibérations s'étaient tenues en distanciel et visio-conférences, à cause de la pandémie de Covid.