«Nous n'avons pas peur»: à Hérat, des Afghanes manifestent pour leurs droits

À Hérat, les manifestantes promettent de continuer à battre le pavé jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues. (Photo, AFP)
À Hérat, les manifestantes promettent de continuer à battre le pavé jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 septembre 2021

«Nous n'avons pas peur»: à Hérat, des Afghanes manifestent pour leurs droits

  • La manifestation se tenait à Hérat, capitale de l'Ouest afghan proche de la frontière iranienne, une ville connue pour être plutôt libérale selon les critères afghans
  • De nombreuses femmes restent cloîtrées chez elles et n'osent plus s'aventurer dans la rue

HÉRAT: "Nous sommes ici pour réclamer nos droits et nous n'avons pas peur" : une cinquantaine de femmes ont manifesté jeudi à Hérat, dans l'Afghanistan, maintenant la pression sur le nouveau régime taliban avant la présentation très attendue du gouvernement.

"C'est notre droit d'avoir une éducation, du travail et la sécurité", ont chanté à l'unisson ces manifestantes, dont certaines brandissaient des pancartes appelant au respect des droits des femmes.

"Nous n'avons pas peur, nous sommes unies", ont-elles également crié, sans que les islamistes, qui s'efforcent de montrer un autre visage depuis leur reconquête du pouvoir, ne les rudoient. Durant leurs cinq premières années de règne (1996-2001), toute contestation de leurs règles était sévèrement punie.

"Nous sommes ici pour réclamer nos droits", a expliqué Fareshta Taheri, l'une des protestataires, jointe par téléphone. "Les femmes et les jeunes filles craignent que les talibans ne les autorisent pas à aller à l'école et au travail.".

La manifestation se tenait à Hérat, capitale de l'Ouest afghan proche de la frontière iranienne, une ville connue pour être plutôt libérale selon les critères afghans. Au moins une manifestante avait revêtu une burqa, quand les autres arboraient un simple voile masquant leurs cheveux, leurs oreilles et leur cou. 

«Peur et incertitude»

"Nous sommes même prêtes à porter des burqas s'ils nous disent de le faire mais nous voulons que les femmes puissent aller à l'école et travailler", explique Fareshta Taheri, une artiste et photographe. "Pour l'instant, la plupart des femmes qui travaillent à Hérat sont à la maison, dans la peur et l'incertitude."

Durant le premier gouvernement taliban en Afghanistan, la très grande majorité des femmes et des jeunes filles avaient été privées d'accès à l'éducation et à l'emploi. Les burqas étaient devenues obligatoires dans la rue et les femmes ne pouvaient pas se déplacer sans un chaperon, généralement un homme de leur famille.

Depuis leur reconquête du pouvoir et la prise de Kaboul le 15 août dernier, les talibans affirment avoir changé. Ils ont assuré à maintes reprises vouloir mettre en place un gouvernement "inclusif". Mais leurs promesses ont été contredites mercredi par les déclarations, sur la BBC, du chef adjoint du bureau politique des talibans au Qatar.

Interrogé sur le gouvernement à venir, qui pourrait être dévoilé vendredi, Sher Mohammad Abbas Stanekzai a notamment laissé entendre qu'il "pourrait ne pas y avoir" de femmes nommées ministres ou à des postes à responsabilité, mais uniquement à des échelons inférieurs.

Une perspective inacceptable aux yeux des manifestantes à Hérat. "Nous regardons les informations, on ne voit aucune femme dans les réunions et les rencontres organisées par les talibans", pointe Mariam Ebram, une des manifestantes. 

Moqueries talibanes

"Des pourparlers sont en cours pour former un gouvernement mais ils ne parlent pas de la participation des femmes", renchérit Basira Taheri, une des organisatrices de la marche. "Nous voulons que les talibans tiennent des consultations avec nous." 

Si les filles sont retournées à l'école à Hérat fin août, quelques jours seulement après l'effondrement des forces gouvernementales et des milices locales, la situation s'est dégradée avec la prise de Kaboul. De nombreuses femmes restent cloîtrées chez elles et n'osent plus s'aventurer dans la rue.

"Même dans la ville, on ne voit pas beaucoup de femmes", rapporte Mariam Ebram. "Des médecins ou des infirmières qui ont osé retourner au travail se plaignent que les talibans se moquent d'elles."

Pour l'ancienne ministre Nehan Nargis, réfugiée en Norvège, l'Afghanistan de 2021 n'a plus rien à voir avec l'Afghanistan de 2001, lorsque les talibans ont quitté le pouvoir, chassés par une coalition menée par les États-Unis.

"Les gens sont beaucoup plus conscients, ils ont maintenant des aspirations différentes pour l'Afghanistan, et ils ont des attentes vis-à-vis du gouvernement", a-t-elle déclaré sur la BBC mercredi soir, pointant l'importance des réseaux sociaux, un "outil très puissant" de mobilisation.

À Hérat, les manifestantes promettent de continuer à battre le pavé jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues. "Nous continuerons nos manifestations", assure Basira Taheri. "Elles ont commencé à Hérat, elles s'étendront bientôt à d'autres provinces."


Les Etats-Unis, seul pays occidental où la violence par arme à feu frappe «  tout le temps »

Les chiffres des décès par arme à feu aux Etats-Unis, y compris les suicides, sont  effarants: plus de 17.000 morts déjà cette année, dont près de 650 mineurs. (AFP).
Les chiffres des décès par arme à feu aux Etats-Unis, y compris les suicides, sont effarants: plus de 17.000 morts déjà cette année, dont près de 650 mineurs. (AFP).
Short Url
  • C'est dans cet Etat de la Nouvelle-Angleterre (nord-est) qu'un déséquilibré âgé de 20 ans avait tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, avant de se suicider, dans l'école primaire Sandy Hook le 14 décembre 2012
  • Le tabloïd New York Post a d'ailleurs titré mercredi "Sandy Hook Again" ("Un nouveau Sandy Hook") au lendemain du massacre de 19 enfants et deux enseignants dans l'école primaire Robb d'Uvalde, au Texas

NEW YORK: Malgré des massacres presque quotidiens dans des lieux publics depuis des décennies, les Etats-Unis ne parviennent pas à se doter d'une législation plus draconienne contre les armes à feu, au contraire d'autres pays occidentaux comme la Nouvelle-Zélande après la tuerie de Christchurch en 2019.


Pour se moquer avec une ironie grinçante de ce débat qui tourne à vide dans la première puissance mondiale, le média satirique "The Onion" a publié à 21 reprises depuis 2014 - et encore une fois mercredi - le même article titré "+On ne peut rien y faire+, affirme le seul pays où cela arrive tout le temps".


The Onion avait publié exactement le même papier il y a dix jours après une tuerie raciste dans un supermarché de Buffalo, dans l'Etat de New York, où un jeune suprémaciste blanc est accusé d'avoir assassiné dix personnes noires.


"Cela n'arrive que dans ce pays, et nulle part ailleurs. Dans aucun autre pays, les enfants vont à l'école en pensant qu'ils pourraient se faire tirer dessus", a tonné mardi soir le sénateur démocrate du Connecticut, Chris Murphy, qui a "supplié" ses pairs d'agir.

« Un nouveau Sandy Hook »

C'est dans cet Etat de la Nouvelle-Angleterre (nord-est) qu'un déséquilibré âgé de 20 ans avait tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, avant de se suicider, dans l'école primaire Sandy Hook le 14 décembre 2012.


Le tabloïd New York Post a d'ailleurs titré mercredi "Sandy Hook Again" ("Un nouveau Sandy Hook") au lendemain du massacre de 19 enfants et deux enseignants dans l'école primaire Robb d'Uvalde, au Texas.


Une nouvelle tuerie qui a immédiatement relancé les critiques sur la prolifération des armes à feu aux États-Unis (leur nombre est évalué à 393 millions). Et ce même si le débat reste désespérément stérile, compte tenu du très mince espoir d'adoption par le Congrès d'une loi nationale ambitieuse sur la question.


Les chiffres des décès par arme à feu, y compris les suicides, sont pourtant effarants: plus de 17.000 morts déjà cette année, dont près de 650 mineurs. En moyenne, 40.620 personnes meurent chaque année par arme à feu aux Etats-Unis, selon l'organisation Everytown For Gun Safety, soit 111 personnes par jour.


Mais, à l'opposé de l'inertie américaine, d'autres pays ont pris le taureau par les cornes.


Quelques heures après la massacre d'Uvalde, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern était l'invitée de l'émission de CBS "The Late Show with Stephen Colbert" où elle a infligé une petite leçon à l'Amérique.


Le 15 mars 2019, un suprémaciste blanc avait ouvert le feu dans deux mosquées de Christchurch, tuant 51 personnes et blessant des dizaines d'autres.

« Plus jamais ça »

Moins d'un mois plus tard, l'archipel océanien interdisait quasiment toutes les armes semi-automatiques et les fusils d'assaut.


"Je ne pouvais pas concevoir que des armes aussi destructrices et meurtrières puissent être achetées légalement dans ce pays", avait dit à l'époque Mme Ardern.


Mardi, sur CBS, la cheffe du gouvernement néo-zélandais a expliqué que ses concitoyens étaient "des gens très pragmatiques".


"Quand on vu ce qui c'était passé, tout le monde s'est dit plus jamais ça" et "c'était à nous, politiciens, de répondre à cela", a poursuivi la dirigeante, dont le gouvernement s'est "débarrassé" des armes "semi-automatiques de type militaire".


L'Australie voisine, qui a elle aussi interdit les armes semi-automatiques après une tuerie de masse en 1996, a tenté de résumer, par la voix de son nouveau ministre des Finances Jim Chalmers, le sentiment des alliés de Washington : "Il est difficile d'imaginer qu'un grand pays comme les Etats-Unis puissent continuer comme ça, avec cette violence par arme à feu, ces atrocités", a-t-il dit à la presse.


Le président Joe Biden a d'une certaine manière répondu mardi soir: "Ne me dites pas qu'on ne peut rien faire contre ce carnage", a-t-il lancé en reconnaissant que "ce genre de tueries de masse se déroulait rarement ailleurs dans le monde".


Pour le sénateur Murphy, "il n'y a pas plus de gens avec des intentions meurtrières en Amérique que dans d'autres pays". Mais nulle part ailleurs, on peut "se rendre chez Walmart et acheter une arme qui tue 20 enfants en deux minutes", a-t-il dénoncé sur la chaîne MSNBC.


Une matinée d'horreur: ce que l'on sait de la tuerie d'Uvalde, au Texas

La sécurité de l'école primaire n'a pas pu empêcher le tueur d'entrer dans l'établissement par une porte d'accès. (AFP).
La sécurité de l'école primaire n'a pas pu empêcher le tueur d'entrer dans l'établissement par une porte d'accès. (AFP).
Short Url
  • Mardi vers 11H00 (16H00 GMT), le tueur, identifié plus tard comme Salvador Ramos, âgé de 18 ans, annonce "sur Facebook" qu'il va "tirer" sur sa grand-mère
  • Le jeune homme s'enfuit avec le pick-up de sa grand-mère. Sur Facebook, il annonce aussi qu'il va s'attaquer à "une école primaire"

UVALDE: Il l'avait annoncé sur Facebook: l'adolescent qui a tué mardi 19 enfants d'une école primaire d'Uvalde, au Texas, avait écrit le jour du drame qu'il allait tuer sa grand-mère puis s'attaquer à une école dans cette petite ville à majorité hispanique située à 130 km à l'ouest de San Antonio.

Que s'est-il passé?

Mardi vers 11H00 (16H00 GMT), le tueur, identifié plus tard comme Salvador Ramos, âgé de 18 ans, annonce "sur Facebook" qu'il va "tirer" sur sa grand-mère, chez qui il habite, a indiqué mercredi le gouverneur du Texas, Greg Abbott.


Touchée au visage, la femme de 66 ans peut néanmoins alerter la police. Elle sera transportée dans un état critique à l'hôpital University Health de San Antonio.

tueur
Cette capture d'écran non datée du compte instagram de Salvador Ramos, montre Ramos tenant ce qui semble être une munition. (Instagram/AFP)


Le jeune homme s'enfuit avec le pick-up de sa grand-mère. Sur Facebook, il annonce aussi qu'il va s'attaquer à "une école primaire", selon M. Abbott.


Après 3,5 km de route, il est victime d'un accident pour une raison indéterminée près de l'école primaire Robb, où plus de 500 enfants entre 7 et 11 ans sont scolarisés. Ils n'avaient plus que quelques jours de classe avant la fin de l'année scolaire.


Il sort du véhicule avec un fusil semi-automatique AR-15 et un sac à dos. Il est rapidement confronté à un policier assigné à la sécurité de l'école primaire qui ne peut l'empêcher d'entrer dans l'établissement par une porte d'accès, a précisé Steven McCraw, le chef du département de la sécurité publique du Texas.

« Carnage » à l'école

Quand il entre dans le bâtiment, il s'engage dans un couloir qui mène à deux salles de classe adjacentes, suivi par trois policiers qui demandent du renfort.


Il est 11H30 (16H30 GMT) quand il se barricade dans l'une d'elles et que "le carnage commence", selon Steven McCraw.


Il tue 19 élèves, âgés de 9 à 10 ans, et les deux enseignantes présentes, selon les autorités.  

Qui sont les victimes?

Les identités des enfants ont été révélées par leurs familles qui partagent leur douleur sur les réseaux sociaux. Parmi eux, Xavier Lopez, un petit garçon de 10 ans qui aimait danser ou Amerie Jo Garza, une petite fille au large sourire qui venait d'avoir 10 ans.


Le nom d'une professeure a également été dévoilé dans la presse. Eva Mireles, 44 ans, enseignait à Uvalde depuis 17 ans, selon sa famille et l'école primaire. Mariée, elle était mère d'une fille.


Le Texas pleure ses enfants morts, la colère monte aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer. (AFP).
Aux Etats-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer. (AFP).
Short Url
  • La tragédie, qui repose l'éternelle question de la limitation des armes à feu aux Etats-Unis, a assommé de douleur cette petite ville de 16.000 habitants en majorité hispaniques
  • Le tueur avait auparavant annoncé sur Facebook son intention d'attaquer sa grand-mère laquelle, bien que grièvement blessée, a réussi à alerter la police

UVALDE: Accablées de chagrin, des centaines de personnes se sont rassemblées pour pleurer les 19 enfants et les deux enseignantes victimes d'un effroyable massacre dans leur école d'Uvalde, au Texas, commis par un jeune homme de 18 ans à l'aide d'un fusil d'assaut acheté légalement.


La tragédie, qui repose l'éternelle question de la limitation des armes à feu aux Etats-Unis, a assommé de douleur cette petite ville de 16.000 habitants en majorité hispaniques. Un millier de personnes se sont réunies mercredi soir pour une veillée dans une salle de rodéo d'Uvalde.


"J'ai le coeur brisé", sanglotte Ryan Ramirez, qui a perdu sa fille Alithia, 10 ans, lors de la tuerie. A ses côtés, son épouse Jessica pleure doucement, leur autre fille dans les bras.

« Plus jamais heureux »

"Elle était une très bonne artiste" et aspirait à la grandeur, raconte M. Ramirez en feuilletant un portfolio des peintures colorées d'Alithia et des cartes d'anniversaire qu'elle dessinait pour sa mère. "Ma fille aurait voulu que toutes les personnes touchées soient fortes, qu'elles restent unies. C'est ce que nous essayons de faire".


Esmeralda Bravo, pour sa part, tient une photo de Nevaeh, sa petite-fille décédée. "Il n'y a pas d'explication", dit-elle. "C'était une bonne petite fille, très timide et très jolie. (...) Avoir le soutien de la communauté compte beaucoup pour moi, mais je préférerais que ma petite fille soit ici à mes côtés".


"Mon petit amour vole maintenant haut dans le ciel avec les anges au dessus", a écrit sur Facebook Angel Garza, dont la fille Amerie Jo venait juste de fêter son dixième anniversaire. "Je t'aime Amerie Jo", a-t-il ajouté. "Je ne serai plus jamais heureux ou plus jamais comme avant".